jeudi 15 mars 2018

Méditation pour le Jeudi de la quatrième semaine de Carême : Jour de mort








LE JEUDI DE LA QUATRIÈME SEMAINE DE CARÊME

Jour de mort


PRATIQUE

Commencez la journée par la pensée de la mort, avec ses plus tristes et ses plus affreuses circonstances, et faites en sorte que cette pensée ne soit pas stérile. Vous avez dû hier, en vous mettant au lit, penser que vous entriez dans le tombeau ; sortez-en aujourd'hui comme si vous ressuscitiez pour aller entendre l'arrêt irrévocable d'une vie ou d'une mort éternelle. Faites toutes vos actions comme vous voudriez les avoir faites à ce moment redoutable.


MÉDITATION

Jésus étant près des portes de la ville de Naïm, il arriva qu'on portait en terre un mort, qui était fils unique de sa mère. (Luc, 7)


1er point. Allez en esprit aux portes de cette ville ; on porte un mort en terre, et Jésus-Christ le ressuscite ; il ménage avec tant de sagesse les mouvements de nos cœurs, qu'après les avoir abattus par la terreur d'une mort certaine, il les relève par l'espérance d'une vie nouvelle. La crainte de la mort et de ses suites terribles nous doit faire entrer dans les frayeurs salutaires de la pénitence ; et l'espérance de la vie et des récompenses éternelles, que Dieu a promises aux justes et aux pénitents, doit nous engager à faire de bonnes œuvres pour les mériter. La mort, qui n'a pas épargné ce fils unique à la fleur de son âge, ne m'épargnera pas aussi. L'incertitude de son heure, le terrible jugement qui la suit, la corruption, les vers, l'éternité bienheureuse ou malheureuse dont cette mort décide, tout me confirme dans la crainte, tout m'engage à y penser sérieusement, et à me préparer tous les jours de ma vie pour mériter une résurrection glorieuse.


Le mort se leva ; il commença à parler, et Jésus le rendit plein de vie à sa mère.


2e point. Voilà les larmes de tristesse changées en larmes de joie, et les gémissements en réjouissances publiques et en actions de grâces. Quand Jésus-Christ s'approche de nous, quand il nous regarde, quand il nous touche, quand il nous parle en souverain et en Dieu, il faut que la mort fuie devant la face de ce vainqueur. Demandez à Jésus-Christ qu'il fasse pour la vie spirituelle de votre âme ce qu'il a fait pour la vie temporelle de ce jeune homme ; demandez-lui qu'il touche votre cœur, où sa grâce est peut-être morte ou languissante. Obéissez, levez-vous, Jésus-Christ vous l'ordonne. Levez-vous de cette nonchalance et de cette pensée qui tient depuis longtemps votre âme assoupie. Levez-vous de cette attache trop sensible à la créature, qui partage votre cœur que vous devez tout à Dieu. Levez-vous de cet amour de vous-même, de cette vanité, de cette vie molle qui vous ôte la pensée de l'autre vie et de la mort qui en est le passage. Vous serez surpris, peut-être bientôt, si vous ne prenez vos précautions.


SENTIMENTS

Je me soumets, ô mon Dieu ! au juste arrêt de mort que vous avez prononcé contre moi ; je le mérite parce que je suis pécheur. Adoucissez-moi les frayeurs excessives de la mort, et faites-moi mériter, par de bonnes œuvres, la mort des justes. Donnez-moi la vie de la grâce ; parlez, Seigneur, à mon âme ; que votre voix de sauveur et d'époux se fasse entendre à mon cœur : commandez-lui de se lever et de ne plus croupir dans l'ordure et dans les ombres delà mort ; mais, en commandant, donnez-moi la force d'exécuter vos ordres, quelque rigoureux qu'ils me paraissent. Faites-moi vouloir efficacement, faites-moi agir comme ce jeune homme, afin que toutes mes actions soient des signes de vie, de vie de la grâce, pour mériter après ma mort la vie de la gloire.


SENTENCES

Vous êtes poussière, et vous retournerez en poussière (Gen. 9).

Dieu nous a caché le jour de notre mort, afin que nous nous y préparions tous les jours. C'est y penser et s'y préparer trop tard que d'attendre à le faire quand on est en péril de mort. (D. Aug. discip. chr.)


RÉFLEXIONS

Sentence de mort contre Jésus-Christ


Pilate voyant que tout ce qu'il avait fait pour délivrer Jésus-Christ était inutile, et entendant les clameurs effroyables du peuple qui demandait sa mort, le leur abandonna en disant qu'il était innocent du sang de ce juste. Que son sang, dirent ces aveugles, retombe sur nous et sur nos enfants ! Injustice atroce et criante ! sentence inique ! arrêt détestable ! Est-il possible, ô mon Dieu ! qu'il sorte d'une bouche que vous avez formée vous-même un arrêt de mort contre vous, qui êtes l'auteur de la vie ? Quel impénétrable mystère de votre providence et de votre amour pour les hommes ! Et quel puissant motif pour nous engagera vous aimer, à souffrir et à répandre jusqu'à la dernière goutte de notre sang pour votre amour.


PRIÈRE

Seigneur, dont les miséricordes sont infinies, nous implorons votre clémence ; répandez vos bénédictions sur la pénitence que nous pratiquons en ce saint temps, afin qu'ayant réprimé tous désirs déréglés qui souillent la pureté de nos cœurs et l'innocence de nos âmes, nous soyons plus capables de nous appliquer aux choses célestes. Nous vous en prions par les mérites de Jésus-Christ, votre fils et notre Seigneur.






Reportez-vous à Méditation sur le Jugement de Dieu, Méditation pour le Mercredi de la troisième semaine de Carême, Méditation pour le Mardi de la troisième semaine de Carême, Méditation pour le troisième Dimanche de Carême, L'Année liturgique avec Dom Guéranger : Le Troisième Dimanche de Carême, Méditation pour le Lundi de la Troisième semaine de Carême, Méditation pour le Mardi de la troisième semaine de Carême, Méditation sur les souffrances de Notre-Seigneur Jésus-Christ au Jardin des Olives, Méditation sur la trahison de Judas, Méditation sur les souffrances de Notre-Seigneur Jésus-Christ : Jésus devant Caïphe y reçoit un soufflet, Jésus-Christ exposé dans le prétoire aux dérisions et aux insultes des serviteurs du grand Prêtre, Jésus-Christ flagellé, Méditation pour le Lundi Saint, Méditation pour le Mardi Saint, Méditation pour le Mercredi Saint, Méditation pour le Jeudi Saint, Méditation pour le Vendredi Saint, Méditation pour le Samedi Saint, La Passion corporelle de Jésus expliquée par un chirurgien, Méditation pour le Dimanche des Rameaux, Méditation pour le lundi de la Passion, Méditation pour le mardi de la Passion, Méditation pour le mercredi de la Passion, Méditation pour le Jeudi de la Passion, Méditation pour le Dimanche de la Passion, Méditation pour le vendredi de la Passion, Méditation pour le samedi de la Passion, Méditation pour le vendredi de la quatrième semaine de Carême, Réflexion sur la flagellation de Notre-Seigneur Jésus-christ, Méditation pour le Samedi après les Cendres, Méditation pour le Jeudi de la Passion, Litanies de la Passion, Méditation pour le premier dimanche de Carême, Méditation pour le Lundi de la première semaine de Carême, Méditation pour le Mardi de la première semaine de Carême, Méditation pour le mercredi de la première semaine de Carême, Méditation pour le jeudi de la première semaine de Carême, Méditation pour le vendredi de la première semaine de Carême, Méditation pour le Lundi de la deuxième semaine de Carême, Méditation pour le mardi de la deuxième semaine de Carême, Méditation pour le Mercredi de la deuxième semaine de Carême, Méditation pour le jeudi de la deuxième semaine de Carême, Méditation pour le vendredi de la deuxième semaine de Carême, Méditation pour le quatrième Dimanche de Carême, Discours sur les douleurs de Marie, Méditation pour le vingt-troisième jour de décembre, Jésus maudit ce que le monde estime et L'institution du Carême et la manière dont les premiers chrétiens le passaient.