dimanche 8 mars 2020

Moyens pour persévérer dans la sobriété et dans l'abstinence


Extrait de "Traité de la vie spirituelle" de Saint Vincent Ferrier :



Afin que vous puissiez continuer à vivre ainsi dans l'abstinence et dans la sobriété, tenez-vous toujours dans la crainte, reconnaissez que c'est de Dieu seul que vous vient cette vertu, et demandez-lui la grâce de persévérer dans sa pratique. Si vous voulez vous y soutenir, et ne pas faire de chute, évitez de juger et de condamner les autres, arrêtez les mouvements d'indignation que vous pourriez avoir contre eux, si vous voyez qu'ils n'observent pas toutes les règles nécessaires dans leur manger. Ayez-en pitié, priez pour eux, excusez-les autant que vous le pourrez, vous ressouvenant que vous ne pouvez rien de plus que les autres, et que c'est Jésus-Christ qui vous a tendu la main par sa grâce, pour vous soutenir, non pas en considération de vos mérites, mais par sa seule miséricorde.
Vous demeurerez ferme, si vous vous occupez de ces pensées. Car il n'y a point d'autre cause pourquoi quantité de personnes qui avaient bien commencé, et fait de grands progrès dans l'abstinence et dans les autres vertus, sont tombés dans l'abattement du corps et dans la tiédeur de l'esprit, que la présomption et l'orgueil, qui leur donnant de la confiance en eux-mêmes, leur ont fait concevoir de l'indignation contre les autres, dont ils se sont établis juges et qu'ils ont condamnés intérieurement. C'est pourquoi le Seigneur ayant retiré d'eux le don de sa grâce, ils ont perdu leur première ferveur : ou passant dans l'extrémité contraire ; et dans l'indiscrétion, ils sont allés au-delà de leurs forces, ce qui les a rendus infirmes ; en sorte qu'étant tout appliqués à rétablir leur santé, ils ont passé en cela les bornes d'une juste modération, et sont devenus plus délicats et plus intempérants que ceux qu'ils avaient auparavant condamnés.
J'en ai connu plusieurs qui sont tombés dans ce malheur ; Dieu permettant, pour l'ordinaire, que ceux qui condamnent les autres avec témérité, tombent dans les mêmes défauts qu'ils ont repris, ou quelquefois même dans de plus grands. Servez donc le Seigneur avec crainte et tremblement ; et lorsque vous vous sentirez dans la joie, par le souvenir des bienfaits dont il vous a comblé, embrassez la discipline de la répréhension et de la correction de vous-même, de peur qu'il ne s'irrite enfin contre vous, et que vous ne périssiez en sortant de la droite voie. Si vous en usez de cette sorte, vous demeurerez ferme et stable ; car ce sont des moyens très-agréables au Seigneur tout-puissant, pour pouvoir résister à l'intempérance. Peu de personnes parviennent à ne point manquer en mangeant trop, ou trop peu ; et peu observent dans cette action toutes les circonstances nécessaires.


Observation : Cette règle est applicable à de nombreuses situations : un manque d'empathie envers le prochain, le mépris d'une simple requête qui ne va ni contre la foi ni contre les mœurs, le manque de charité, une incompréhension face à une décision prise par le prochain, qui là encore ne va ni contre la foi ni contre les mœurs, etc. Dieu vous fera comprendre par la pratique, en permettant que vous soyez mis dans les mêmes conditions, afin que vous vous corrigiez et ne jugiez plus. C'est de cette manière qu'un calomniateur et un médisant seront calomniés et médis à leur tour ; qu'une personne qui aura méprisé une demande, verra les siennes méprisées également ; qu'un homme qui, par dédain et égoïsme, pour son propre confort, refusera de soulager son prochain, alors que céder ne lui aurait coûté que peu, se verra lui aussi privé un jour de ce même soulagement ; qu'un résident par exemple, qui, garant son véhicule chaque jour en rentrant, a pris l'habitude de mordre sur la place du voisin, ne lui permettant plus de se garer, et qui continue de la sorte malgré la requête légitime de ce dernier, tombera un jour sur plus antipathique que lui, et devra à son tour supporter l'égoïsme d'un nouveau résident ; qu'une personne émettant des incompréhensions sur le choix d'un ami qui refuse une opération pour offrir sa blessure et sa souffrance à la sainte Vierge, recevra quelque temps après la même blessure, et, sortie de son aveuglement, fera le même choix que son ami. Cette petite justice de Dieu sur la terre est avant tout due à sa très grande miséricorde.


Reportez-vous à Prière pour la PersévéranceCe qu'il faut faire pour éviter les pièges et les tentations du démon, Prière pour obtenir la persévérance dans le jeûne et la pénitence, Hymne du Carême, Réponse à quelques doutes touchant la Pénitence, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, Instruction sur le Carême, Méditation sur le Carême : Jésus ayant jeûné quarante jours et quarante nuits, il eut faim ensuite, L'institution du Carême et la manière dont les premiers chrétiens le passaient, De la nourriture du corps, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, Méditation sur le véritable jeûne, Méditation sur la Loi du jeûne, Prière pour demander la victoire sur ses passions, Méditation sur la promptitude et la vivacité de la vraie pénitence, Méditation sur les caractères de la vraie et de la fausse pénitence, Méditation sur la sincérité de la pénitence, Méditation sur la vraie pénitence, Méditation sur la réparation du péché, Méditation sur l'expiation du péché, Méditation sur la pénitence du cœur, et Méditation sur l'obligation de mener une vie pénitente et mortifiée.