jeudi 28 février 2019

Sermon sur l'Enfer, par M. J.-M.-B. Vianney






SERMON SUR L'ENFER


par M. J.-M.-B. Vianney



La religion dans laquelle vous avez eu le bonheur de naître et d'être instruits est pleine de dogmes consolants et ineffables ; elle a des encouragements pour les faibles, des consolations pour les pauvres, elle soulage celui qui souffre et sèche les larmes sur la joue de celui qui pleure. On aime à la voir, cette religion sainte, nous prêchant un Dieu au cœur paternel, toujours prêt à pardonner à tous les prodigues, quels que soient leurs défauts et quelque nombreux que soient leurs crimes ; on aime la religion lorsqu'elle nous montre, au Calvaire, un sauveur étendant les bras pour bénir ses bourreaux, Jérusalem et le monde.
Mais, voyez-vous, mes enfants, à côté de ces dogmes consolants, il y en a de terribles. Si Dieu est plein de miséricorde et de tendresse pour le pécheur qui revient à lui, s'il le prévient et le comble de ses faveurs, il est inexorable et sévère au jour de ses châtiments contre celui qui a méconnu et méprisé sa grâce. En coulant sur le Calvaire, le sang du fils de Dieu a effacé des milliers de péchés, bien grands, bien épouvantables, mais il n'a pas effacé l'enfer ! L'enfer demeure et demeurera toujours, parce que, les vérités terribles de la religion demeureront comme les vérités consolantes, l'enfer demeure parce que la justice de Dieu demeure. Rien ne saurait anéantir l'enfer. Un peuple révolté pourra démolir une prison, un bagne, il ne démolira jamais l'enfer, il ne pourra jamais en arracher un seul prisonnier.
Oui, mes enfants, l'enfer demeure ! et Dieu veut que la vérité de cet enfer soit prêchée à toute créature humaine. Malheur au prêtre qui ne prêcherait pas l'enfer ; malheur à vous si vous n'y songez jamais, ou si vous n'y croyez pas : votre doute ne sera pas long ; bientôt à côté du mauvais riche, vous vous écrierez : Que je souffre dans ces flammes !

Il y a un enfer ; qu'est-ce que l'enfer ? pour qui l'enfer ?

1° Il y a un enfer, et rien de plus certain que cette vérité reconnue par toutes les nations civilisées et barbares. Si cette vérité nous était apportée par un mort venant de l'autre monde, vous pourriez peut-être me dire : il se trompe ou il nous trompe ; mais non, celui qui ne se trompe et ne trompe jamais, celui qui connaît et voit dans l'éternité mieux que nous connaissons dans nos cœurs, Jésus-Christ, le fils de Dieu, la lumière du monde, voilà le prédicateur de l'enfer.
Écoutez quelques-unes de ses paroles : « Tout arbre qui ne porte pas de bons fruits sera coupé et jeté au feu... jetez-le dans les ténèbres extérieures où il y a des pleurs et des grincements de dents. » Le mauvais riche est enseveli dans l'enfer. Allez au feu éternel.
Rien donc n'est plus certain que l'enfer, aussi saint Paul en avait-il frayeur ; direz-vous que Paul était un ignorant ou un lâche ? On n'a pas vu l'enfer, dites-vous ? mais ne devons-nous croire que ce qui tombe sous nos sens. Avez-vous vu votre âme ? avez-vous vu Dieu ? et parce que vous ne sauriez les voir, doutez-vous pour cela de l'existence de Dieu, de votre propre existence.
Dans le monde il y a des bons et des mauvais, des Abels et des Cains, des vierges prudentes et des vierges folles. Il faut un autre monde où chacun reçoive selon ses œuvres, autrement Dieu ne serait pas juste, il ne serait pas raisonnable. Jamais législateur en établissant une loi, n'a oublié de mettre une peine pour ses infracteurs, et vous voulez que le grand législateur appelé Dieu, ait dit au monde : Je veux être adoré, voici la loi, mais si vous ne m'adorez pas, si vous blasphémez, vous n'avez rien à craindre. Je veux que vous respectiez le bien, la vie de votre prochain, de votre frère, mais si vous devenez voleur, assassin, vous n'avez rien à craindre ; si vous trempez la main dans le sang de votre père, de votre mère, parricides vous n'avez rien à craindre ! Dieu est trop bon ! dites-vous ? Oui, mes enfants, Dieu est bon, infiniment bon, mais il est juste. N'est-ce pas Dieu qui a dit à Adam en punition de sa désobéissance : Tu es poussière et tu retourneras en poussière ? n'est-ce pas Dieu qui fit tomber, sur le monde, un déluge d'eau et sur l'impure Sodôme un déluge de feu ? Dieu peut détruire la terre, le soleil et les étoiles, il ne saurait détruire l'enfer ; il ne serait plus juste, il ne serait plus Dieu.

2° Une séparation éternelle, des remords éternels, un feu éternel, voilà l'enfer.
Souvent, sur cette terre, les séparations sont bien cruelles ; on pleure bien amèrement sur le bord de la mer, sur les bords d'une tombe, au pied d'un échafaud : et cependant ici bas, au moment des plus tristes adieux, on peut toujours prononcer ce mot consolant : au revoir. Mais le réprouvé, il faudra qu'il dise un éternel adieu à tout ce qui pouvait faire son bonheur, au ciel qui serait devenu sa demeure, à Dieu dont il a entrevu la splendeur et la gloire, à Marie, à ses parents, à ses amis qu'il ne doit plus revoir.
Les remords sont bien déchirants : Judas accablé de honte se livre au désespoir et se donne la mort ; et cependant, ici bas, on peut toujours trouver quelques consolations, un peu d'espérance, on peut toujours, comme le prodigue, revenir à la maison paternelle. Mais combien terrible sera le retour du réprouvé sur lui-même, lorsque, sortant des bras de la mort, il se trouvera en face du souverain juge, et foudroyé par sa parole qui le condamne, il se verra plongé dans les flammes éternelles. « Malheureux que je suis, s'écriera-t-il, ma perte vient de moi, je suis le seul instrument de ma ruine, je pouvais en suivant la voix de ma conscience mériter une éternité de délices ; et pour poursuivre de vaines chimères, pour un peu d'or, pour un instant de plaisir trompeur, je vais souffrir à jamais dans cet horrible séjour. » Oh ! qu'insensé serait l'homme qui s'arracherait les yeux pour le triste plaisir d'être aveugle ! eh ! je suis mille fois plus insensé, j'ai privé sans raison mon corps et mon âme de la lumière éternelle, de la beauté infinie de Dieu. Tout lui retracera ses fautes, et les démons lui rappelleront sans cesse les biens qu'il a perdus, et s'étudieront avec une infernale constance à entretenir et augmenter ses tourments.
Il est des cœurs endurcis que le remords semble ne pas pouvoir atteindre même après qu'ils se sont souillés des actions les plus infâmes. Il est des cœurs qui ne savent pas s'attendrir même sur la tombe d'un père, d'une mère, d'une épouse ; cœurs insensibles, au jour des vengeances vous n'aurez, pas seulement à souffrir une éternelle séparation, un éternel remords, mais aussi un feu éternel. Ce feu allumé par la colère de Dieu fait souffrir beaucoup, il dévore, il consume, il ne tue pas, mais il fait endurer mille morts et conserve pour l'éternité.

3° Enfin, pour qui l'enfer ?
Volontiers, le monde laisserait à Dieu la liberté d'envoyer à l'enfer ceux que lui-même envoie au bagne ou à l'échafaud ; mais il ne voudrait pas que Dieu punisse les impudiques, les profanateurs du dimanche, ceux qui refusent de se confesser et de communier. Mais mes enfants, ce n'est pas le monde qui doit vous juger, et quand vous paraîtrez devant le tribunal de Dieu, Dieu ne consultera point les volontés du monde, les maximes du monde. L'évangile, le catéchisme, voilà la loi, le code d'après lequel nous serons tous jugés. Oh ! mon Dieu si je mourais a cette heure, que deviendrais-je ? suis-je prêt à paraître devant vous, à subir votre jugement, ma place ne serait-elle point dans l'enfer. Oh ! je veux craindre comme David, comme Paul et saint Jérôme et tous les saints, je veux craindre l'enfer et votre justice. Je veux, pendant qu'il est temps, recourir à votre bonté, aller me jeter aux pieds de votre ministre dans le saint tribunal. Donnez-moi, ô ! mon Dieu, de vous aimer, et en même temps de vous craindre, de pleurer et détester mes fautes afin que vous me les pardonniez.



Reportez-vous à L'Esprit du Saint Curé d'Ars, Le Saint Curé d'Ars et l'apostolat de la conversation, Prière à saint Joseph pour obtenir une bonne mort, Personne n'est-il revenu de l'Enfer ?, La mort est ordinairement conforme à la vie : L'exemple de deux Curés, L'erreur qui consiste à croire que la vie d'ici-bas c'est la vie, est de toutes les erreurs la plus radicale, la plus cruelle, la plus désastreuse et malheureusement la plus répandue de nos jours, Sermon du Saint Curé d'Ars sur l'Enfer des Chrétiens, Du jugement et des peines des pécheurs, Histoire de la possession des Ursulines de Loudun, et des peines du Père Surin (1/4), Traité de l'Enfer de Sainte Françoise Romaine, Extrait du Sermon sur la Mort de Saint Robert Bellarmin, Méditation sur le Jugement de Dieu, Méditation sur le discernement des bons et des mauvais exemples, Méditation sur l'affaire du salut, Méditation sur l'exemple de la multitude, Vision de l'Enfer de Sainte Thérèse d'Avila, Méditation sur l'homicide, Méditation sur la pensée de la mort, Défendre le Cimetière, De la méditation de la mort, Tu es poussière et tu retourneras en poussière, Méditation sur la fausse sécurité des Pécheurs, Méditation sur la Préparation à la mort, Méditation sur la disposition habituelle où les Chrétiens doivent être à l'égard de leur mort, Litanies de la bonne mort, Méditation sur le désir de la mort, Méditation sur la crainte de la mort, Méditation sur l'éternité des peines de l'Enfer, Méditation sur la justice de Dieu, Méditation sur la voie étroite, Méditation sur la Pénitence différée à l'heure de la mort, Méditation sur la fausse idée que les Pécheurs se forment de la miséricorde de Dieu, Méditation sur le délai de la conversion, Méditation sur l'incertitude de l'avenir, Le retour du règne de Satan par la négation du dogme de l'Incarnation, Méditation sur le bon usage du temps présent, Méditation sur l'inquiétude de l'avenir, Méditation sur l'emploi du temps, Méditation sur l'expiation du péché, et Méditation sur la réparation du péché.















Méditation sur le véritable jeûne


Saint Jérôme pénitent





1er point. C'est, 1°, celui qui se rapporte à Dieu, et auquel on se soumet, non par coutume et par habitude ; mais par un désir sincère de fléchir sa miséricorde, d'apaiser sa justice et d'obtenir ses faveurs et ses grâces : Avez-vous jeûné par rapport à moi, et pour l'amour de moi, disait-il à son peuple par le Prophète Zacharie ? Ne vous êtes-vous pas contenté d'un simple extérieur de dévotion où votre cœur n'avait aucune part ?


2e point.
2°, Celui qui est accompagné de la prière et des œuvres de miséricorde : Seigneur, disaient autrefois les Israélites, nous avons jeûné, et vous n'avez pas daigné nous regarder. N'en soyez pas surpris, leur répondit le Seigneur par le Prophète Isaïe ; c'est qu'au jour même de votre jeûne, vous songiez encore à satisfaire vos passions. Le jeûne que j'approuve et que j'ai choisi, consiste à rompre tous les liens de l'iniquité et à partager son pain avec celui que la faim dévore.



Reportez-vous à Moyens pour persévérer dans la sobriété et dans l'abstinence, Méditation sur la Loi du jeûne, De la nourriture du corps, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, Catéchisme spirituel de la Perfection Chrétienne, par le R.P. Jean-Joseph SurinLecture du livre de Tobie (12, 7-15)Méditation sur les devoirs des riches dans les malheurs publics, Méditation sur l'état du péché, Méditation sur la mort dans le péché, Méditation sur la soumission à la volonté de Dieu, Méditation sur la sainteté de Dieu, Méditation sur les obstacles que l'on oppose à la grâce de la Foi, Méditation sur les discours impies, Méditation sur la résistance aux vérités de la Foi, Méditation sur les Vérités de la Foi, Méditation sur la Foi, Méditation sur la soumission de l'esprit aux vérités de la Foi, Méditation sur les divers sentiments des hommes à l'égard de la vérité, Méditation sur la Pénitence différée à l'heure de la mort, Méditation sur la fausse sécurité des Pécheurs, Méditation sur la promptitude et la vivacité de la vraie pénitence, Méditation sur les caractères de la vraie et de la fausse pénitence, Méditation sur la sincérité de la pénitence, Méditation sur la vraie pénitence, Méditation sur la réparation du péché, Méditation sur l'expiation du péché, Méditation sur la pénitence du cœur, Méditation sur l'obligation de mener une vie pénitente et mortifiée, Méditation sur la connaissance des vertus et des vices, Méditation sur l'union de l'âme avec Dieu, Méditation sur la tristesse, Méditation sur deux sortes de tristesse, Méditation sur les avantages de l'humilité Chrétienne, Méditation sur les effets de l'orgueil, Méditation sur l'humilité des Saints, Méditation sur la pratique de l'humilité Chrétienne, Méditation sur la gloire du monde, Méditation sur l'aveuglement de la Conscience, Méditation sur la passion dominante, Méditation sur les moyens de connaître les passions dominantes, Méditation sur la fuite des occasions prochaines du péché, Méditation sur les divertissements du monde, Méditation sur les différentes manières de prier, Méditation sur la nécessité de la Prière, Méditation sur l'efficacité de la Prière, Méditation sur l'inefficacité de nos prières, Méditation sur les Prières de Jésus-Christ, Méditation sur la présence de Dieu, Méditation sur l'oubli de la présence de Dieu, Méditation sur le mensonge, Méditation sur les mensonges officieux, Méditation sur la Médisance, Méditation sur les péchés de la langue, Méditation sur la curiosité, Méditation sur les Prières que l'on adresse à Dieu pour ses besoins temporels, Méditation sur le respect humain, Méditation sur les péchés d'ignorance, Méditation sur l'ignorance de l'homme à l'égard de l'état de grâce, Méditation sur les petites actions de Vertu, Méditation sur l'habitude des fautes légères, Méditation sur l'attache au péché véniel, Méditation sur la distinction du péché mortel et du péché véniel, Méditation sur les jugements du monde, Méditation sur l'application aux devoirs de son état, Méditation sur le mérite attaché à la pratique des devoirs de son état, Méditation sur les dangers propres de chaque état, Méditation sur les vertus qu'on exerce en pratiquant les devoirs de son état, et Méditation sur l’œil qui scandalise.














mercredi 27 février 2019

LE DIABLE, SES PAROLES, SON ACTION DANS LES POSSÉDÉS D'ILLFURT, d'après des documents historiques : Perte du Ciel et peines de l'Enfer



Extrait de "LE DIABLE, SES PAROLES, SON ACTION DANS LES POSSÉDÉS D'ILLFURT (Alsace), d'après des documents historiques" :



Délivrance de Joseph
M. Spies prit alors le petit Joseph sur les genoux et lui posa diverses questions. Tantôt la réponse était juste ; souvent la réplique était : « Tu n'as pas besoin de le savoir. » Dans ce cas il s'agissait de choses sur lesquelles Satan n'aimait pas répondre. « Qu'avez vous fait de Voltaire, quand il est arrivé chez vous ? »
— « Oh ! nous l'avons fameusement bien reçu, nous sommes allés au-devant de lui en cropsession, (mot employé pour procession), mais nous l'avons bien tenu. Quand il est arrivé à la porte de l'enfer, il a été saisi de frayeur et a fait mine de s'en retourner ; mais il n'a pas pu nous échapper et nous l'avons forcé de passer par le trou et d'aller dans le feu, »
Lorsque Thiébaut était à Schiltigheim, sa mère le conduisit un jour au cimetière de l'endroit à proximité de Saint-Charles. Il y avait justement un enterrement protestant. L'enfant quitta sa mère et se faufila à travers la foule jusqu'à la tombe et se tint auprès du pasteur en donnant les marques d'un vif contentement. Après la cérémonie il retourna à Saint-Charles avec sa mère. Le même soir pendant la crise il s'écria :
« L'homme qu'on a enterré aujourd'hui est chez nous en enfer ». « Pourquoi cela ? » lui demanda-t-on. Il a renié la foi, répondit-il, il a été d'abord un sale puant (catholique), mais dans ses dernières années il s'est fait protestant ». Tous les assistants étaient pleins de terreur à cette effrayante révélation.
Tandis que M. Spies tenait toujours le petit Joseph sur les genoux, il mit un petit morceau de soie derrière la tête de l'enfant, de manière à ce que celui-ci ne pût ni le voir ni le sentir. Aussitôt le malade cria : « Enlève donc ce chiffon, il me brûle ! » Et il essaya de se détacher de M. Spies.
« — Ce n'est pas un chiffon, dit M. Spies, je l'enlèverai seulement quand tu m'auras dit ce qu'il y a dessus.
— « Il n'y a rien dessus, enlève-le, il me brûle ! »
— « Tu as beau te défendre, je ne l'enlèverai pas, jusqu'à ce que tu m'aies dit ce qu'il y a dessus »
— Il y a l'image de la Grande Dame ! » s'écria-t-il avec fureur. — De fait c'était l'image de la Sainte Vierge peinte sur soie.
Là-dessus il demanda à diverses reprises : « Enlève également ce que tu as dans ta poche, ça me brûle ! » — Il faisait allusion à un petit crucifix que M. Spies portait sur lui et que le malade ne pouvait nullement voir. Le possédé ajouta qu'il s'y trouvait également des reliques. C'était encore vrai. Même les médailles que M. Spies portait suspendues au cou incommodaient et brûlaient le démon.
M. le Professeur Lachemann lui demanda un jour :
« Que dis-tu des Congrégations et des Congréganistes de la sainte Vierge ? »
Pas de réponse. Puis il demanda en allemand : « Où se trouve l'image de la Sainte Vierge dans la chapelle de notre pensionnat de Saint-HippoIyte ? »
Le petit se tut encore. Le professeur insista et enfin il dit avec impatience :
« Toi, tu es avec les calotins, tu brailles toujours dans l'étable à porcs à gauche ».
À cette indication précise les assistants demandèrent au Frère de Marie ce qu'il voulait dire. Il leur répondit que le démon venait d'indiquer la place qui lui était assignée à la chapelle du pensionnat — qu'effectivement il était à gauche des élèves pour la surveillance. Tous en furent surpris.

La pensée d'avoir perdu le Ciel pour toujours est pour Satan une peine indescriptible. Plus d'une fois, il cria par la bouche des malheureux enfants ! « Oh ! que c'est beau là-haut, que c'est beau ! Si seulement j'avais le bonheur de voir un instant cette gloire, comme je serais heureux ! »
Une autre fois il dit : « Ah ! que le ciel est beau ! Si je pouvais le voir un jour ! Mais non ! jamais je ne le verrai ! »
À la question de M. Tresch pourquoi il manifestait un tel désir, il répondit en gémissant : « Je suis forcé de le faire par les trois qui sont plus forts que moi ! »
Après que Thiébaut eût été transféré dans l'établissement de Saint-Charles à Schiltigheim, il resta calme et tranquille les trois premiers jours. Au soir du quatrième jour cependant le démon se manifesta de nouveau dans son corps : « Je suis là, s'écria-t-il tout à coup, et je suis furieux ! » Les Soeurs lui demandèrent alors qui il était : « Je suis le Prince des Ténèbres. »
— « Où est ta demeure ? En enfer ?
— « En enfer ! Oui !
— « Ne voudrais-tu pas aller au Ciel ?
— « Si, mais il n'y a plus pour moi d'espoir d'y arriver !
— « Qui t’a chassé du Ciel ?
— « Michel, le salaud, Michel avec son glaive !
— « Que ferais-tu pour pouvoir y arriver de nouveau ?
— « Je ramperais des milliers d'années sur des pointes d'aiguilles ; je me glisserais sur des lames aiguisées !
— « Mais pourquoi donc en as-tu été chassé ?
— « Je voulais être le premier !
— « Quel est ton nom ?
— « Cela ne te regarde pas ! »
Et il ajouta qu'il était un Prince de l'Enfer, Commandant d'une légion de diables dans les airs et que, si ces démons avaient des corps comme les hommes, on ne verrait plus la lumière du jour, tellement ils sont nombreux. On lui demanda un jour s'il ne voulait pas voir le Bon Dieu. — « Oh si, je voudrais le voir » — « Alors adore-le » — Non, jamais, fut sa réponse, je ferai n'importe quoi jusqu'à la fin du monde, mais jamais je ne l'adorerai. »
Il attesta que l'Église catholique enseigne la vérité au sujet de l'Enfer, mais fit cependant remarquer : « Le feu de l'Enfer n'est pas ce que vous vous imaginez. Vous ne pouvez pas vous en faire une idée. Il est beaucoup plus chaud, plus brûlant, on y souffre d'une façon atroce. »
En parlant de l'Enfer, il disait ordinairement qu'il désirait être anéanti par Dieu.
Questionné sur la langue qu'on parle en Enfer, il commençait d'habitude par être très loquace, parlait avec une rapidité vertigineuse et baragouinait un mélange de latin et d'italien incompréhensible ; seul le mot « Victoria », souvent répété, était à comprendre. Puis il disait en allemand : « Voilà la langue que nous parlons en ces lieux. »
— « Quels lieux ? demanda M. Tresch, est-ce en Enfer ?
— « Oui, en Enfer, répondit-il. »
Au soir du 28 mars 1868, le possédé raconta la Passion de Jésus-Christ. Parlant de l'agonie au jardin des Olives, il s'écria subitement : « Vrai, tu as bien chaud, affreusement chaud ; tu es baigné de sueur pour les péchés des hommes ! » — Il avoua également avoir été présent au Crucifiement, avoir excité les Juifs à torturer leur Maître et avoir compté les coups qui pleuvaient sur la Victime.
Après cette scène l'un des assistants lui demanda quel était l'aspect de l'Enfer.
— « Il n'est pas beau ! » répondit-il. Comme on lui demandait d'autres détails plus amples, le démon se montra ennuyé et dit ; « Cela ne te regarde pas ; fais en sorte d'y venir et alors tu l'apprendras ! »
Satan cherchait à faire de la propagande. C'est ainsi qu'il offrit un jour 100 francs à un visiteur, s'il voulait se mettre à son service. Il fit même au père Burner une offre de 1.000 francs s'il consentait à le suivre. Il dit également à M. Tresch : « Je possède de nombreux sacs d'or et d'argent ; je te les ferai trouver.
— « Bien, je suis d'accord, répliqua M. Tresch, je les donnerai à l'église ou je les distribuerai aux pauvres.
— « Non, non, pas comme ça. Ce n'est pas là mon intention ! » protesta le Malin.
Ne croirait-on pas entendre le même démon qui, tentant Notre-Seigneur dans le désert, Lui disait « Je vous donnerai tout cela, si en vous prosternant devant moi vous m'adorez ! »
Le prince de l'Enfer plein d'un immense orgueil, doublé de jalousie haineuse, éternellement malheureux, n'a pas de désir plus vif que d'entraîner tous les hommes à son service.



Reportez-vous à Les Possédés d'Illfut : Les victimes, Les Possédés d'Illfurt : Satan et les fêtes, bals et danses, Sermon sur l'Enfer, par M. J.-M.-B. VianneyDe la conduite qu'il faut tenir à l'égard des Énergumènes, par le R.-P. Jean-Joseph SurinSaint Mathurin, invoqué contre les possessions du démon et la folie, Histoire de la possession des Ursulines de Loudun, et des peines du Père Surin (1/4), Histoire de la possession des Ursulines de Loudun, et des peines du Père Surin (2/4), Histoire de la possession des Ursulines de Loudun, et des peines du Père Surin (3/4), Histoire de la possession des Ursulines de Loudun, et des peines du Père Surin (4/4), Symptômes de possession ou infestation démoniaques, Méditation pour le 29 Septembre, Fête de Saint Michel Archange, et Phénomènes possibles en cas de possession démoniaque et signes de délivrance.














Méditation sur la Loi du jeûne


Saint Jérôme en pénitence





1er point. La fin générale de cette Loi est la mortification de la chair. Mais cette mortification a trois effets subordonnés qui rendent cette Loi infiniment salutaire. Jeûnez, dit Saint Chrysostôme, 1°, parce que vous avez péché : Jejuna , quia peccasti ; c'est une satisfaction que vous devez à la justice divine que vous avez offensée ; 2°, pour ne plus pécher : Jejuna, ut non pecces ; c'est une précaution qu'il faut prendre pour vous soustraire à l'empire des sens, et pour vous accoutumer à vaincre les désirs de la chair ; 3°, pour attirer sur nous les grâces du Ciel : Jejuna, ut accipias ; c'est un moyen de les obtenir.


2e point.
On se dispense trop aisément de la Loi du jeûne. Il est vrai que l'on peut en être dispensé ; mais combien ne faut-il pas que la nécessité soit réelle pour que la dispense soit valable ? II ne dépend pas des hommes de changer sur la terre ce que le Seigneur a ordonné dans le Ciel. Songez que cette nécessité, vraie ou fausse, sera un jour pesée dans la balance de sa justice, et de quel poids elle chargerait votre conscience, si elle n'était fondée que sur une vaine délicatesse ou sur des frayeurs imaginaires.



Reportez-vous à Moyens pour persévérer dans la sobriété et dans l'abstinence, Réponse à quelques doutes touchant la Pénitence, par le R.-P. Jean-Joseph SurinMéditation sur le véritable jeûne, De la nourriture du corps, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, Prière pour demander la victoire sur ses passions, Catéchisme spirituel de la Perfection Chrétienne, par le R.P. Jean-Joseph Surin, Deuxième moyen propre à secourir les âmes du Purgatoire : Prières, jeûnes, aumônes..., Lecture du livre de Tobie (12, 7-15), Diverses pratiques de dévotion envers la Mère de Dieu : Rosaire, Petit office, Jeûne, Images de Marie et Scapulaire, Méditation sur les devoirs des riches dans les malheurs publics, Méditation sur l'état du péché, Méditation sur la mort dans le péché, Méditation sur la soumission à la volonté de Dieu, Méditation sur la sainteté de Dieu, Méditation sur les obstacles que l'on oppose à la grâce de la Foi, Méditation sur les discours impies, Méditation sur la résistance aux vérités de la Foi, Méditation sur les Vérités de la Foi, Méditation sur la Foi, Méditation sur la soumission de l'esprit aux vérités de la Foi, Méditation sur les divers sentiments des hommes à l'égard de la vérité, Méditation sur la Pénitence différée à l'heure de la mort, Méditation sur la fausse sécurité des Pécheurs, Méditation sur la promptitude et la vivacité de la vraie pénitence, Méditation sur les caractères de la vraie et de la fausse pénitence, Méditation sur la sincérité de la pénitence, Méditation sur la vraie pénitence, Méditation sur la réparation du péché, Méditation sur l'expiation du péché, Méditation sur la pénitence du cœur, Méditation sur l'obligation de mener une vie pénitente et mortifiée, Méditation sur la connaissance des vertus et des vices, Méditation sur l'union de l'âme avec Dieu, Méditation sur la tristesse, Méditation sur deux sortes de tristesse, Méditation sur les avantages de l'humilité Chrétienne, Méditation sur les effets de l'orgueil, Méditation sur l'humilité des Saints, Méditation sur la pratique de l'humilité Chrétienne, Méditation sur la gloire du monde, Méditation sur l'aveuglement de la Conscience, Méditation sur la passion dominante, Méditation sur les moyens de connaître les passions dominantes, Méditation sur la fuite des occasions prochaines du péché, Méditation sur les divertissements du monde, Méditation sur les différentes manières de prier, Méditation sur la nécessité de la Prière, Méditation sur l'efficacité de la Prière, Méditation sur l'inefficacité de nos prières, Méditation sur les Prières de Jésus-Christ, Méditation sur la présence de Dieu, Méditation sur l'oubli de la présence de Dieu, Méditation sur le mensonge, Méditation sur les mensonges officieux, Méditation sur la Médisance, Méditation sur les péchés de la langue, Méditation sur la curiosité, Méditation sur les Prières que l'on adresse à Dieu pour ses besoins temporels, Méditation sur le respect humain, Méditation sur les péchés d'ignorance, Méditation sur l'ignorance de l'homme à l'égard de l'état de grâce, Méditation sur les petites actions de Vertu, Méditation sur l'habitude des fautes légères, Méditation sur l'attache au péché véniel, Méditation sur la distinction du péché mortel et du péché véniel, Méditation sur les jugements du monde, Méditation sur l'application aux devoirs de son état, Méditation sur le mérite attaché à la pratique des devoirs de son état, Méditation sur les dangers propres de chaque état, Méditation sur les vertus qu'on exerce en pratiquant les devoirs de son état, et Méditation sur l’œil qui scandalise.















mardi 26 février 2019

Méditation sur l'état du péché









1er point. Tout le bien que l'on sait en état de péché mortel, n'est d'aucun mérite devant Dieu. On peut encore dans cet état faire beaucoup de prières, beaucoup de mortifications et de bonnes œuvres ; maïs elles seront stériles pour le salut ; parce que, 1°, le péché est un état de mort : on ne peut donc plus y faire des actions de vie, c'est-à-dire, des actions qui, étant faites dans la vie de la grâce, nous conduisent à celle de la gloire. 2°, Le péché mortel nous sépare de Jésus-Christ : Je suis le cep de la vigne, disait-il, et vous en êtes les branches ; et de même que la branche séparée du cep, ne porte plus de fruit, ainsi vous n'en pouvez porter aucun, si vous ne demeurez en moi.


2e point.
Ce serait abuser de cette vérité que de renoncer à la prière et aux bonnes œuvres, parce que l'on est en état de péché. Je suis dans la disgrâce de Dieu, dit le pécheur ; pourquoi prier, pourquoi m'acquitter des devoirs de Religion, puisque tout ce que je ferais serait de nulle valeur pour mon salut ? Raisonnement pernicieux et mal fondé, parce que, 1°, il y a des œuvres d'obligation que l'on ne peut omettre dans l'état même de péché, sans se rendre coupable d'un nouveau péché ; 2°, cet état ne doit-il pas engager le pécheur à redoubler ses prières et ses bonnes œuvres, afin d'obtenir de Dieu les grâces qui lui sont nécessaires pour en sortir ?



Reportez-vous à Prière pour demander la victoire sur ses passions, Méditation sur la mort dans le péché, Méditation sur la soumission à la volonté de Dieu, Méditation sur la sainteté de Dieu, Méditation sur les obstacles que l'on oppose à la grâce de la Foi, Méditation sur les discours impies, Méditation sur la résistance aux vérités de la Foi, Méditation sur les Vérités de la Foi, Méditation sur la Foi, Méditation sur la soumission de l'esprit aux vérités de la Foi, Méditation sur les divers sentiments des hommes à l'égard de la vérité, Méditation sur la Pénitence différée à l'heure de la mort, Méditation sur la fausse sécurité des Pécheurs, Méditation sur la promptitude et la vivacité de la vraie pénitence, Méditation sur les caractères de la vraie et de la fausse pénitence, Méditation sur la sincérité de la pénitence, Méditation sur la vraie pénitence, Méditation sur la réparation du péché, Méditation sur l'expiation du péché, Méditation sur la pénitence du cœur, Méditation sur l'obligation de mener une vie pénitente et mortifiée, Méditation sur la connaissance des vertus et des vices, Méditation sur l'union de l'âme avec Dieu, Méditation sur la tristesse, Méditation sur deux sortes de tristesse, Méditation sur les avantages de l'humilité Chrétienne, Méditation sur les effets de l'orgueil, Méditation sur l'humilité des Saints, Méditation sur la pratique de l'humilité Chrétienne, Méditation sur la gloire du monde, Méditation sur l'aveuglement de la Conscience, Méditation sur la passion dominante, Méditation sur les moyens de connaître les passions dominantes, Méditation sur la fuite des occasions prochaines du péché, Méditation sur les divertissements du monde, Méditation sur les différentes manières de prier, Méditation sur la nécessité de la Prière, Méditation sur l'efficacité de la Prière, Méditation sur l'inefficacité de nos prières, Méditation sur les Prières de Jésus-Christ, Méditation sur la présence de Dieu, Méditation sur l'oubli de la présence de Dieu, Méditation sur le mensonge, Méditation sur les mensonges officieux, Méditation sur la Médisance, Méditation sur les péchés de la langue, Méditation sur la curiosité, Méditation sur les Prières que l'on adresse à Dieu pour ses besoins temporels, Méditation sur le respect humain, Méditation sur les péchés d'ignorance, Méditation sur l'ignorance de l'homme à l'égard de l'état de grâce, Méditation sur les petites actions de Vertu, Méditation sur l'habitude des fautes légères, Méditation sur l'attache au péché véniel, Méditation sur la distinction du péché mortel et du péché véniel, Méditation sur les jugements du monde, Méditation sur l'application aux devoirs de son état, Méditation sur le mérite attaché à la pratique des devoirs de son état, Méditation sur les dangers propres de chaque état, Méditation sur les vertus qu'on exerce en pratiquant les devoirs de son état, et Méditation sur l’œil qui scandalise.
















Prière pour demander la victoire sur ses passions


Sainte Lutgarde (Goya)


Dieu saint, père des miséricordes, qui ne m'avez créé que pour vous servir dans la liberté de vos enfants, ne permettez pas que je sois plus longtemps assujetti aux lois honteuses de mes passions criminelles ; aidez-moi, mon Dieu, à sortir de l'esclavage où elles m'ont réduit ; soutenez-moi dans les combats qu'il faut que je livre à cet effet contre moi-même. Vous connaissez, Seigneur, et ma faiblesse et la force des ennemis qui me dominent ; témoin de mes misères, vous les voyez : à tous moments la colère m'emporte, l'orgueil m'enfle, le ressentiment m'aigrit, l'impureté m'expose, une humeur chagrine me rend insupportable ; la paresse me fait négliger mes devoirs, l'amour-propre se glisse dans le peu de bien que je veux faire, et enlève la meilleure part de ce que je vous destine. Quelle contrainte, ô mon Dieu ! quelle servitude pour une âme qui, malgré tout cela, voudrait, ce semble, être parfaitement à vous !
Oui, c'en est fait, quoi qu'il m'en puisse coûter, désormais je ne veux plus écouter de si dangereuses suggestions ; je veux éviter les péchés et résister à mes passions, funeste source de mes péchés. C'est en votre nom, Dieu tout-puissant, que je prendrai des armes pour combattre des ennemis que tant d'autres, avec le secours de votre grâce, ont si heureusement vaincus. C'est aussi en votre nom que j'espère remporter la victoire par Jésus-Christ notre Seigneur, qui vit et règne avec vous dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.



(Tirée de Délices des pèlerins de la Louvesc ou Exercices de Dévotion qui se font à la Louvesc, et des réflexions spirituelles de J.M.B. Vianney, Curé d'Ars, 1857)




Reportez-vous à Remèdes à l'amour-propre, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, Méditation sur le rapport des actions à Dieu, Méditation sur l'état du péché, Méditation sur les petites actions de Vertu, Méditation sur le mérite des petites actions de vertu, En quoi consistent la bonté et la perfection de nos actions et de quelques moyens pour les bien faire, Faites chaque action comme si elle devait être la dernière de votre vie, Autre moyen de bien faire ses actions : les faire comme si chacune était la seule qu'on eût à faire, De la droiture et de la pureté d'intention que nous devons avoir en toutes nos actions, Pour bien faire ses actions, ne penser qu'au jour présent, En quoi consiste la perfection chrétienne : pour l'acquérir il faut combattre, et pour sortir victorieux de ce combat, quatre choses sont nécessaires, Méditation sur les effets de l'orgueil, Prière pour demander la patience, Méditation sur l’aveuglement de la Conscience, Méditation sur les divers caractères de la Conscience et de l'Amour-propre, Méditation sur la colère, Méditation sur les caractères de la colère de zèle, Méditation sur les caractères de la colère passionnée, Comment vaincre les obstacles à la perfection chrétienne, par le R. P. Jean-Joseph Surin, et De la réformation de la volonté et du fond de l'âme, par le R.-P. Jean-Joseph Surin.















lundi 25 février 2019

Oraison aux neuf Chœurs des saints Anges





Paysage avec Tobie (Le Dominiquin)
Esprits bienheureux de la cour céleste, défenseurs invincibles de l'intérêt de Dieu, après avoir adoré, loué, béni et remercié ce Dieu de toute bonté, des grâces incomparables qu'il vous a faites ; après vous avoir fait une protestation sincère du meilleur de nos cœurs, que nous y prenons toute la part possible, nous réjouissant de vos joies, et de la gloire inénarrable que vous possédez ; après vous avoir conjuré de recevoir bénignement la résolution inviolable que nous prenons de vous avoir le reste de nos jours une dévotion très-spéciale, et d'en procurer par toutes les voies qui seront en notre pouvoir l'établissement et l'augmentation partout où nous le pourrons, nous implorons le secours de toutes vos troupes glorieuses, pour l'avancement du règne de l'adorable Jésus et de l'aimable Marie, sur tous les infidèles, hérétiques, schismatiques, sur toutes les personnes véritablement soumises à la sainte religion catholique, apostolique et romaine, et particulièrement sur le souverain Pontife, qui en est l'unique chef visible en terre, et sur tous les autres prélats ; afin que tous les peuples, faisant profession d'une même foi, s'attachant à la pureté de ses maximes, menant une vie conforme à ses règles, les sacrés intérêts de Dieu seul vivent et règnent de siècles en siècles dans tous les cœurs. C'est la grâce, ô redoutables princes de la milice céleste, que nous demandons au Père des miséricordes par vos puissantes intercessions ; c'est la consolation que nous demandons au Dieu de toute consolation, que son nom soit sanctifié, que son règne arrive, que sa volonté se fasse en la terre comme au ciel, que l'empire du péché et des démons soit détruit, que l'Évangile soit annoncé à toutes les nations, qu'il soit reçu par toute la terre, que le saint nom de Dieu y soit honoré et glorifié, que tous les esprits y louent le Seigneur, l'y adorent, l'y aiment et soient dans une entière et parfaite soumission à ses divines volontés.
Venez donc, Anges, Archanges, accourez à l'établissement des intérêts de Dieu dans les royaumes et provinces, dans les villes et campagnes, dans toutes les personnes qui y habitent : sacrées Principautés, gouvernez les cœurs, soyez-en les maîtres, pour les assujettir à l'empire de Jésus et de Marie : admirables Puissances, confondez les démons qui s'y opposent, ruinez les desseins de l'enfer et la malice de tous les sorciers et magiciens, et autres ennemis de Dieu : divines Vertus, faites marcher les âmes dans les solides voies du divin amour : glorieuses Dominations, découvrez, pour ce sujet, aux hommes, la volonté divine sur eux : aimables Trônes, établissez dans le plus intime de leurs cœurs la paix que Notre-Seigneur nous a laissée : Chérubins, princes de la science du ciel, communiquez-en les belles lumières en notre terre ; et vous, Séraphins, princes du pur amour, faites que les hommes ne vivent que de ses flammes, afin que Dieu seul soit le digne Souverain et le Maître absolu de tout ce que nous sommes, et de tout ce que nous faisons. Ainsi soit-il, ainsi soit-il. Dieu seul, Dieu seul, Dieu seul.



Reportez-vous à Saint Raphaël, Modèle de l'Ange gardien préposé à la garde de chaque homme, Saint Joseph patron et modèle des religieuxDes exercices de piété, par le R.-P. Jean-Joseph Surin : Quels exercices de piété prescrivez-vous à l'honneur des Anges ?Prière à tous les Saints Anges, Travailler à la conversion des âmes et à leur soulagement dans les flammes du Purgatoire, en l'honneur des saints Anges, Pratiquer quelque vertu, ou s'abstenir de quelque vice en l'honneur des Saints Anges, Avoir une grande confiance en la protection des saints Anges, et recourir à eux en tous ses besoins corporels et spirituels, Autres pratiques pour honorer plus spécialement les saints Anges, et célébrer les fêtes avec tous les respects possibles, Faire des neuvaines en l'honneur des neuf Chœurs des Anges, Chapelet du Saint Ange gardien, Converser intérieurement avec les saints Anges, Avoir une grande dévotion à saint Michel, à saint Gabriel, à saint Raphaël, et aux autres quatre Anges qui sont auprès du trône de Dieu, Méditation pour la Fête de Saint Raphaël Archange, Méditation pour la Fête de Saint Michel et de tous les saints Anges, Méditation pour la Fête des Saints Anges Gardiens, Jésus crucifié est le Livre des Élus, La réalité des apparitions angéliques, Avoir une dévotion singulière aux Anges, Archanges et Principautés, Honorer principalement les Puissances, les Vertus et les Dominations, Avoir de profonds respects, et des amours extraordinaires pour les Trônes, les Chérubins et les Séraphins, La protection des saints Anges contre les démons, particulièrement au sujet de leurs différentes tentations, Litanies de l'Ange Gardien, Et Michel et ses anges combattaient contre le Dragon, La puissance des démons réglée par la sagesse divine, Neuvaine à Saint Michel, Discernement des esprits : ce qu'on entend par esprits, combien on en compte et comment ils se forment, Tous les hommes sont assistés des Saints Anges, Les Saints Anges nous assistent dans les choses temporelles, Les perfections admirables de ces sublimes intelligences, Les Saints Anges font tout ce qui peut se faire pour le bien des hommes, Litanie aux Saints Anges Gardiens, Discernement des esprits, Litanie de Saint Michel Archange, Puissance de Saint Michel au jugement dernier, Chapelet à Saint Michel Archange, Les Anges, princes et gouverneurs de la grande cité du bien, Neuvaine à l'Archange Raphaël, Secours de Saint Michel à l'heure de la mort, Litanie de Saint Gabriel Archange et Litanie de Saint Raphaël Archange.
















Cri des âmes pieuses pour demander à Dieu la conversion des pécheurs



Conversion de Saint Paul


Grâce, grâce, ô mon Dieu, pour tant d'âmes qui se perdent chaque jour autour de nous ! Le démon s'élance de l'abîme, courant à d'horribles conquêtes. Il excite la troupe infernale ; il s'écrie : « Des âmes, des âmes ! Volons à la perte des âmes ! » Et ces âmes tombent, comme les feuilles de l'automne, dans le gouffre éternel.... Et nous aussi, ô mon Dieu, nous crions : Des âmes ! des âmes ! Il nous faut des âmes, nous vous les demandons par les plaies de Jésus notre Sauveur. Ces plaies adorables crient vers vous comme autant de bouches puissantes. Le Roi couronné d'épines demande des sujets au démon : nous vous demandons avec lui et par lui la conversion des pécheurs ; nous implorons pour eux votre grande miséricorde, dont nous avons tant besoin aussi pour nous-mêmes. Pardonnez-leur, ô mon Dieu, parce qu'ils ne savent ce qu'ils font. Ouvrez leurs yeux, afin que, rentrant en eux-mêmes, ils se voient et qu'ils considèrent combien ils sont malheureux de vous avoir abandonné. Ouvrez leurs oreilles, afin qu'ils entendent cette voix toute puissante, à laquelle les morts ressuscitent ; rompez la dureté de leurs cœurs, afin qu'ils ne vous résistent plus et qu'ils soient dociles à votre grâce. Sauvez des âmes rachetées au prix du sang de Jésus-Christ. Nous vous demandons, Seigneur, leur conversion pour votre plus grande gloire, et par l'intercession de la Vierge conçue sans aucun péché. Ainsi soit-il.



(Tirée de Délices des pèlerins de la Louvesc ou Exercices de Dévotion qui se font à la Louvesc, et des réflexions spirituelles de J.M.B. Vianney, Curé d'Ars, 1857)




Reportez-vous à Prière de Sainte Thérèse d'Avila pour la conversion des pécheurs obstinés, Prière pour demander le salut des pécheurs, Prière de Saint François Xavier, pour la conversion des infidèlesPrière à Saint Sixte, pour demander une foi vive et la force dans les croix et les persécutions, De la Réduction des Hérétiques, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, Consolations pour les fidèles en temps de persécutions, de schismes et d’hérésie, Méditation sur la résistance aux vérités de la Foi, et Méditation sur la soumission de l'esprit aux vérités de la Foi.














Prière de Saint François Xavier, pour la conversion des infidèles



Saint François-Xavier baptisant les indiens


Dieu éternel, créateur de toutes choses, souvenez-vous que les âmes des infidèles sont l'ouvrage de vos mains, et qu'elles ont été formées à votre image et ressemblance. Voilà cependant, Seigneur, que tous les jours l'enfer s'en remplit au détriment de votre gloire. Daignez vous souvenir que Jésus votre Fils a souffert pour leur salut la mort la plus cruelle. Ne permettez pas, je vous en supplie, que ce Dieu Sauveur soit plus longtemps méconnu par les infidèles, mais laissez-vous fléchir par les prières de vos élus et de la sainte Église son épouse.
Rappelez-vous votre miséricorde, oubliez leur idolâtrie et leur infidélité, et faites qu'ils reconnaissent enfin votre envoyé, Jésus-Christ notre Seigneur, l'auteur de notre salut, de notre vie, de notre résurrection, par qui nous avons été délivrés et sauvés, et à qui doivent être rendus honneur et gloire dans tous les siècles. Ainsi soit-il.



(Tirée de Délices des pèlerins de la Louvesc ou Exercices de Dévotion qui se font à la Louvesc, et des réflexions spirituelles de J.M.B. Vianney, Curé d'Ars, 1857)




Reportez-vous à Neuvaine de grâce en l'honneur de Saint François-XavierSentiments de Saint François-Xavier, sur la mortification, l'abnégation, et la ferveur dans le chemin de la perfection, Litanies de Saint François Xavier, Prière de Sainte Thérèse d'Avila pour la conversion des pécheurs obstinés, Cri des âmes pieuses pour demander à Dieu la conversion des pécheurs, Prière pour demander le salut des pécheursPrière à Saint Sixte, pour demander une foi vive et la force dans les croix et les persécutions, De la Réduction des Hérétiques, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, Consolations pour les fidèles en temps de persécutions, de schismes et d’hérésie, Méditation sur la résistance aux vérités de la Foi, et Méditation sur la soumission de l'esprit aux vérités de la Foi.