lundi 28 septembre 2020

Du combat des bons Anges contre les mauvais

 



I. Point. Adoration. Adorez Dieu dans l'équité de ses jugements, rendant à chacun selon ses mérites dans le Ciel et sur la terre, aux Anges et aux hommes. Chantons à sa louange des Cantiques pour exalter sa miséricorde, et adorer tout ensemble les œuvres de sa justice (Ps. 100, 1). De toutes les créatures intelligentes ; les Anges ont été le commencement de ses voies et les prémices de ses ouvrages les plus accomplis. En les formant, il avait voulu donner à l'empirée son plus bel ornement ; mais à peine ne leur eut-il fait entendre cette voix, Adorez-le tous les Anges (Ps. 96, 8) : ou selon d'autres, à peine leur eut-il fait la proposition d'adorer l'Homme-Dieu, qui devait être leur Chef et leur Roi. Que tous les Anges de Dieu l'adorent (Hebr. 1, 6), qu'une partie devenue rebelle, refusa de se soumettre à un commandement si juste, tandis que l'Archange saint Michel se mit à la tête de tous les bons Anges, pour foudroyer Lucifer, et adorer ce Dieu humilié.
Félicitons de leur victoire ces généreux combattants. Applaudissons à leur triomphe ; et reconnaissons que la grâce Divine, qui a relevé l'homme tombé de sa chute, est la même en substance, selon un saint Docteur, qui a préservé les Anges fidèles de l'apostasie des démons (S. Fulg. L. 2. ad Trasim.).

II. Point. Considérations. Considérez, 1. La grandeur du combat, la révolte et le châtiment de Lucifer et de ses Anges, Motif d'une crainte salutaire.
2. La soumission parfaite des bienheureux Anges et la récompense qu'ils en retirent. Motif de confiance et d'humilité.
3. La gloire qui est donnée à l'Ange, est promise à l'homme. Motif de ferveur pour l'animer au combat.
Plaise à Dieu, que ce soit là le profit que nous tirions de ces trois considérations.

I. Considérez que ce fut véritablement un grand combat que celui des Anges fidèles contre Lucifer. Factum est proelium magnum (Tert. L. 4. adv. Marc). Grand si l'on regarde la dignité des combattants ; ce sont les premiers Princes du Ciel. Grand, si l'on considère leur puissance et leur force ; ce ne sont point des hommes qui se font la guerre. Grand, si l'on fait réflexion à la multitude des soldats de part et d'autre ; un seul ordre angélique ferait des armées plus nombreuses que celles de tous les Rois de la terre. Grand, si l'on regarde la dignité du champ de bataille ; c'est le Ciel même où il se fit un silence d'étonnement, tant le sujet de la guerre paraissait intéressant. Grand, si l'on réfléchit sur la qualité des armes dont usent les combattants. Ce n'est point par le fer ou par le feu que se font les attaques, les armes sont spirituelles, Bellum spiritale, dit Tertullien, adversùs spiritales hostes, spirituli malitiae et spiritalibus armis debellaturus. Grand en fin, puisqu'il s'agit de couronnes, non pas périssables mais immortelles. Factum est pralium magnum. Ce fut dans cette guerre que les Anges rebelles, quoique doués comme les autres d'une intelligence sublime, capables de tout, sains par la plus ardente charité, et destinés pour être à jamais heureux, refusèrent, comme il a été dit, d'obéir à leur Créateur, et usèrent contre sa volonté du libre arbitre qui leur avait été donné pour se soumettre à lui avec mérite. Dieu offensé les précipita dans l'abîme qui leur était préparé. Ce châtiment fut prompt vu qu'il les saisit comme les armes à la main, c'est-à-dire, dans la pensée orgueilleuse de se révolter ; ils n'eurent ni le temps ni la grâce pour se repentir, et ils tombèrent dans les flammes éternelles avec autant d'impétuosité que la foudre tombe de la nue. Châtiment général, pas un de ces rebelles ne fut épargné, sans égard ni à la multitude des coupables, ni à l'excellence de leur être ni au bien qu'ils eussent pu faire s'ils avaient eu un moment pour reconnaître leur faute, ni à tout le mal qu'ils devaient causer en demeurant rebelles ; enfin leur châtiment fut extrême, puisqu'ils furent dépouillés de tous les dons de la grâce et accablés de tous les supplices sans espérance d'en être jamais délivrés. Tel a été le châtiment de leur péché ; en voici les circonstances et la grièveté. Le péché des Anges fut un péché, 1. de pure malice, puisque malgré les plus vives lumières dont ils étaient éclairés, ils ne demeurèrent point dans la vérité, comme il est dit du premier d'entr'eux (Joan. 8, 44). 2. Ce fut un péché d'ingratitude, puisque nonobstant les profusions de la bonté et de la magnificence de leur Créateur envers eux, en tout genre de dons, de beautés, de perfections et de grâces, ils ont lâchement trahi leur bienfaiteur, et ils ont travaillé à séduire ses plus fidèles sujets. 3. Enfin, ce fut un péché de désobéissance et d'un orgueil intolérable qui porta Lucifer à s'égaler, en quelque sorte, à son Souverain, selon ces paroles qui lui sont appliquées : Je monterai au Ciel, j'établirai mon trône au-dessus des Astres de Dieu, je serai semblable au Très-Haut (Is. 14, 13-14).

Réflexions. Qui ne serait étonné, en voyant la désertion de tant de créatures, si belles et si pures ? Aurait-on pu croire, si le Saint-Esprit ne l'eût révélé, qu'il y eût eu des combats dans le Ciel ? Où se trouvera donc la fidélité à la grâce qui la prévient ! mais en même temps, quel exemple redoutable pour les superbes, qu'une partie des Anges damnés pour un seul péché d'orgueil, sans qu'il y ait lieu à la pénitence ! Lucifer et tous ses complices, sont précipités dans l'abîme, et il ne se trouve plus dans le Ciel le moindre vestige de leur demeure (Apoc. 12, 7).

Affections. Pénétrez-moi, Seigneur, de la crainte de vos jugements. Combien de fois ai-je mérité un châtiment semblable à celui que vous exercez contre des Esprits bien moins criminels que moi ? Les démons n'ont commis qu'un seul péché, et moi combien de fois vous ai-je offensé ? Ils n'ont pas abaissé en péchant au-dessous d'eux-mêmes ; et moi je me suis avili jusqu'à la condition des bêtes. La grâce du repentir ne leur a point été accordée, et moi après l'avoir reçue j'en ai tant de fois abusé. Ils n'ont point profané le Sang de Jésus-Christ qui n'a point été versé pour eux ; et moi je l'ai souvent foulé aux pieds ; un moment pour rentrer dans leur devoir leur a été refusé, tandis que vous me donnez du temps pour faire pénitence, et loin d'en profiter, je le perds. Les Anges fidèles ne manquèrent pas d'employer tous leurs talents, pour empêcher la chute de leurs Collègues ; et vous m'adressez pareillement des Anges terrestres, de zélés Directeurs pour travailler à ma conversion, à la correction de mes mœurs, et tout a été inutile jusqu'à présent. J'ai combattu contre vous, et contre les fidèles Ministres qui m'annonçaient vos volontés. Donnez-moi, ô mon Dieu, par l'intercession des Anges obéissants, la grâce de n'être plus si inconstant dans mes résolutions.

II. Les saints Anges, jaloux de la gloire de leur Dieu, s'opposèrent fortement à l'insolence des Anges rebelles, et combattirent contr'eux par les sentiments de la plus profonde humilité : jamais il n'y eut sur la terre de guerre plus déclarée ni d'armée plus nombreuse. Il n'y eut jamais de combat livré avec plus d'ardeur, ni soutenu avec plus de valeur. Jamais la défaite ne fut plus entière et la victoire plus complète. Les Saints Anges considérant que Dieu était leur souverain bien, qu'ils n'étaient grands que par lui, et qu'ils possédaient tout en lui ; trouvant Dieu comme il est effectivement plein de charmes, plein de bonté, plein de sagesse ; et s'étant considérés eux-mêmes comme tout environnés de ses bienfaits ; ils ne furent plus capables de suspendre ni de diminuer leur amour, et la pente inconcevable de leur volonté vers cet objet infini en toutes sortes de perfections. Ils sont demeurés fermes ; dit saint Augustin (De civ. Dei), dans les richesses de son éternité, dans la lumière de sa vérité, et dans les délices de son amour. C'est pourquoi, comme il le dit encore ; il faut reconnaître à la louange du Créateur, que lorsque David a dit : Il m'est bon de m'attacher inséparablement à Dieu ; qu'il a marqué en quoi consiste la félicité, non seulement des hommes, mais encore plus celle des Anges. Leur éternelle béatitude s'est trouvée dans cette profonde humilité qui leur a fait dire comme saint Michel : Qui est semblable à Dieu ? Dieu est tout et je ne suis rien. Tout mon bien et toute ma gloire est de demeurer inséparablement attaché à lui : aussi Dieu pour récompenser leur fidélité, les confirma aussitôt en grâce, et dans une heureuse impuissance de la jamais perdre. Soutenus par les paroles du Chef des Armées du Très-Haut, Quis us Deus ? Qui est semblable à Dieu ? Ils furent soumis à ses ordres, et méritèrent d'être établis dans la même inflexibilité pour le bien que les autres pour le mal, c'est-à-dire, les Séraphins dans l'amour, les Chérubins dans la contemplation des Grandeurs de Dieu, et ainsi des autres. Alors les Cieux furent affermis par la parole du Seigneur (Ps. 32, 6) ; et comme il n'y eut jamais de rébellion si sévèrement punie que celle des démons, il n'y eut jamais de fidélité plus abondamment récompensée. Comme il n'y eut jamais d'ingratitude plus grande que celle de Lucifer, il n'y en eut jamais aussi de châtiment plus terrible. et comme il n'y eut jamais de fidélité plus signalée que celle des saints Anges, il n'y en eut jamais aussi de plus richement couronnée. Aussi, ce ne fut plus de leur part que de nouvelles louanges et de solennelles actions de grâces, de se voir heureusement assurés de la possession de leur Créateur.
Qui pourrait dignement représenter à quel sublime degrés de gloire les saints Anges furent alors élevés, après avoir si généreusement défendu les droits de la divine Majesté ?  de quelle béatitude la bonté de Dieu leur fit part, et comment ils excellèrent encore plus à ce moment dans la reconnaissance et dans l'amour de leur Bienfaiteur.

Réflexions. Ô qu'il fait bon servir un Maître aussi libéral, et qu'il récompense magnifiquement les plus petits services ! Que l'humilité est une belle vertu ! Si Dieu a puni si sévèrement l'orgueil dans les anges apostats, l'épargnera-t-il dans les hommes ? Écoutez ces paroles de saint Pierre, et voyez si vous pourrez supporter le jugement et l'arrêt que Dieu portera contre les superbes : Quoique les anges soient plus grands en force, ils ne peuvent supporter les supplices auxquels ils sont condamné. (2 Petr. 2, 11). Et saint Jude n'en parle pas avec moins de force, lorsqu'il dit, que les anges qui n'ont pas conservé leur première dignité, mais qui ont quitté leur propre demeure, sont retenus liés de chaînes éternelles, dans de profondes ténèbres, et réservés pour le jugement du grand jour (Ep. Jud. 6). C'est à la même punition, ô mon âme, que vous devez vous attendre, si vous ne persévérez pas dans le service de Dieu, et dans l'humilité de cœur et d'esprit. Et vous, ô prince des orgueilleux, comment êtes-vous tombé du Ciel ? (Isaiae 14, 12) Votre perte est donc irréparable ? Ah, qu'il est horrible de tomber entre les mains d'un Dieu vivant ? Quis non timebit te, ô Rex gentium ! Qui est-ce qui ne vous craindra pas, ô Roi des Nations !

Affections. Ô Dieu, si vous avez agi de la sorte avec un ange, et si vous avez fait passer les rebelles en un moment, d'une extrémité de bonheur à une extrémité de misères, que deviendrai-je, cendre et poussière que je suis ? (S. Bern. Ser. 54. in Cant.) Faites que je devienne sage aux dépens de ces malheureux esprits, et que je lave ainsi mes mains dans le sang du pécheur (Ibid).

III. Les hommes sont destinés pour remplir la place des anges prévaricateurs. Ces déserteurs ne furent pas plutôt hors du Ciel, que leurs trônes furent réservés à ceux d'entre les hommes qui les mériteraient. Saint Augustin a dit sur ce sujet, que Dieu par sa grâce attire à lui un si grand peuple, à dessein de suppléer et de réparer la perte d'une partie des Anges qui s'est perdue (S. Aud. de civ. Dei. cap. 22. L. I). Le bienheureux Lanfranci, expliquant au même sens, ce que dit saint Paul dans son Épître aux Éphésiens, que Dieu avait découvert le mystère de sa volonté, suivant le plan qu'il s'était formé, de rétablir en Jésus-Christ tout ce qui est au Ciel et sur la Terre ; déclare qu'en suppléant le nombre des Anges qui était diminué, il avait renouvelé le Ciel ; et qu'en rachetant le genre humain, il avait rétabli ce qui était sur la terre (Giossa Lanfranci in c. I. Ep. ad Eph.), les hommes devant être un jour, ajoute Saint Bernard, leurs compagnons et leurs cohéritiers, corum futuri aliquando socii, concives et cohardes (In Psal. 91). Voyez par là comment la chute de Lucifer et de ses compagnons a été le bonheur et l'avantage du genre humain. Voyez comment Dieu par sa bonté a voulu créer des natures bonnes, et par sa justice tellement gouverner les plus perverses, et les faire servir à ses desseins, qu'il pût tirer le bien du mal. Voyez enfin ce qu'il vous convient de faire pour monter au Ciel, et pour jouir de la vie éternelle en la compagnie des Anges.

Réflexion. Pour savoir si vous aurez place un jour parmi les Esprits célestes, examinez-vous et pesez ce qui suit. Il y a sujet de croire, que ceux-là seront au rang des Archanges, qui s'acquitteront fidèlement des devoirs de leur état. Que ceux-là seront au rang des Puissances, qui commanderont à leurs inférieurs avec amour et charité. Que ceux-là auront place avec les Principautés, qui se rendront maîtres de leurs passions, et qui dompteront leurs appétits déréglés. Que ceux qui mépriseront les richesses, et qui s'exerceront avec courage à la patience et à l'obéissance, seront placés parmi les Vertus. Que ceux-là seront avec les Dominations, qui conformeront entièrement leur volonté à celle de Dieu. Que ceux-là siègeront avec les Trônes, qui seront de leur cœur un trône à la majesté de Dieu. Que ceux-là seront élevés au rang des Chérubins, qui instruiront les ignorants. Enfin, que ceux-là jouiront à jamais de dieu avec les Séraphins, qui aimeront Dieu sans réserve, sans partage, et leur prochain en esprit de charité. Tel est le chemin qui conduit à la société des neuf Chœurs des Anges. Voyez si vous prenez la même voie pour arriver au Ciel.

III. Point. Résolutions. 1. Pour vaincre tous les respects humains, dites-vous à vous-mêmes ; y a-t-il quelqu'un qui puisse être comparé à Dieu ? Y a-t-il quelqu'un qui mérite mon amour et mes services comme lui ? Y a-t-il quelqu'un dont les récompenses soient plus à désirer, et les menaces plus à craindre ?
2. Pratiquez l'humilité, qui est une vertu angélique, et en conséquence ne méprisera jamais personne. Regardez seulement, et estimez dans les créatures, ce qu'il y a de Dieu en elles.
3. Soyez ferme dans la résolution de servir Dieu, quelque chose qu'il vous en coûte, et n'écoutez point les suggestions des suppôts de l'enfer. Mon âme ne sera-t-elle point soumise à son Dieu, disait le Prophète Roi (Ps. 61, 1).
4. Maudissez mille fois le péché, et vengez sur vous par toutes sortes de pénitences ceux que vous avez commis. Éloignez de vous toute occasion de vous y faire retomber, et priez le Seigneur, qui s'est montré un Dieu de miséricorde et non de vengeance pour vous, d'affermir en votre cœur la résolution de ne l'offenser jamais. Considérez souvent, que les saints Anges ne sont pas seulement les ministres des faveurs de Dieu, mais qu'ils sont encore les exécuteurs de sa justice, comme il paraît entr'autres exemples, par celui de l'embrasement de Sodome, dont les anges que Lot avait reçus furent les ministres, et qu'ils se verront obligés, si vous péchez, de venger contre vous-même l'honneur d'un Dieu offensé.


(Extrait de La dévotion aux Saints Anges, particulièrement aux Anges Gardiens, réduite en méditations)


Reportez-vous à Méditation pour la Fête de Saint Michel et de tous les saints Anges, Neuvaine à Saint Michel, Méditation pour la Fête des Saints Anges Gardiens, Litanie de Saint Michel Archange, Puissance de Saint Michel au jugement dernier, Secours de Saint Michel à l'heure de la mort, Chapelet à Saint Michel Archange, Apprenez de votre bon Ange la science du salut, De la Dévotion aux saints Anges et de l'esprit d'une Association en leur honneur, C'est en tout temps qu'on a invoqué dans l'Église les Anges et les Martyrs, De l'Excellence de la nature Angélique, La  grâce des hommes, quoique inférieure à celle des Anges, a des avantages qui la relèvent infiniment, De la principale occupation des Anges, qui est de louer Dieu, et de leur Nombre, Saint Raphaël, Modèle de l'Ange gardien préposé à la garde de chaque hommeConfiance de Saint Jean-François Régis en la protection de son Ange gardienDu grand Amour du Père Surin pour les Saints Anges, dans l'union avec notre Seigneur Jésus-Christ, VIE CHRÉTIENNE : Dévotion envers les saints Anges, saint Joseph et les autres Saints ; Voyage de piétéSermon du Saint Curé d'Ars pour la Fête des Saints Anges Gardiens : Les anges de ces petits enfants voient sans cesse la face de mon Père céleste, Litanie de Saint Raphaël Archange, Neuvaine à l'Archange Raphaël, Avoir une grande dévotion à saint Michel, à saint Gabriel, à saint Raphaël, et aux autres quatre Anges qui sont auprès du trône de Dieu, Méditation pour la Fête de Saint Raphaël Archange, Lecture du livre de Tobie (12, 7-15) : S'il est bon de tenir cachés les secrets des rois, c'est un honneur que de faire connaître et proclamer les œuvres de Dieu, Méditation pour le 3 Septembre, Saint Raphaël conduisant le jeune Tobie, Méditation pour le 2 septembre, Sur les Saints Anges GardiensDes exercices de piété, par le R.-P. Jean-Joseph Surin : Quels exercices de piété prescrivez-vous à l'honneur des Anges ?Méditation pour le 1er septembre, Les Saints Anges Gardiens, Consécration à tous les Saints Anges, Prières à tous les Saints Anges, Oraison aux neuf Chœurs des saints Anges, Travailler à la conversion des âmes et à leur soulagement dans les flammes du Purgatoire, en l'honneur des saints Anges, Pratiquer quelque vertu, ou s'abstenir de quelque vice en l'honneur des Saints Anges, Avoir une grande confiance en la protection des saints Anges, et recourir à eux en tous ses besoins corporels et spirituels, Autres pratiques pour honorer plus spécialement les saints Anges, et célébrer les fêtes avec tous les respects possibles, Faire des neuvaines en l'honneur des neuf Chœurs des Anges, Chapelet du Saint Ange gardien, Converser intérieurement avec les saints Anges, Jésus crucifié est le Livre des Élus, La réalité des apparitions angéliques, Avoir une dévotion singulière aux Anges, Archanges et Principautés, Honorer principalement les Puissances, les Vertus et les Dominations, Avoir de profonds respects, et des amours extraordinaires pour les Trônes, les Chérubins et les Séraphins, La protection des saints Anges contre les démons, particulièrement au sujet de leurs différentes tentations, Litanies de l'Ange Gardien, Et Michel et ses anges combattaient contre le Dragon, La puissance des démons réglée par la sagesse divine, Discernement des esprits : ce qu'on entend par esprits, combien on en compte et comment ils se forment, Tous les hommes sont assistés des Saints Anges, Les Saints Anges nous assistent dans les choses temporelles, Les perfections admirables de ces sublimes intelligences, Les Saints Anges font tout ce qui peut se faire pour le bien des hommes, Litanie aux Saints Anges Gardiens, Discernement des esprits, Les Anges, princes et gouverneurs de la grande cité du bien, et Litanie de Saint Gabriel Archange.














 

dimanche 27 septembre 2020

ABRÉGÉ DU CATÉCHISME DE PERSÉVÉRANCE, PREMIÈRE PARTIE, Leçon IX : Connaissance de Dieu par ses ouvrages, 5e Jour de la Création

 

ABRÉGÉ DU CATÉCHISME DE PERSÉVÉRANCE


PREMIÈRE PARTIE


Contenant l'histoire et l'explication de la religion
depuis le commencement du monde jusqu'à la venue du messie.


IXe LEÇON

CONNAISSANCE DE DIEU PAR SES OUVRAGES

CINQUIÈME JOUR DE LA CRÉATION




Q. Qu'est-ce que Dieu fit le cinquième jour ?
R. Le cinquième jour Dieu fit les poissons et les oiseaux.

Q. Que remarquez-vous sur les poissons ?
R. Je remarque sur les poissons que c'est une merveille qu'ils puissent naître et vivre dans l'eau de la mer, qui est salée, et que leur race ne soit pas anéantie depuis longtemps.

Q. Comment cela ?
R. Parce que les plus grands donnent continuellement la chasse aux plus petits que nul rempart ne peut défendre. Pour se mettre à l'abri, ils se retirent vers les côtes, où les gros poissons ne peuvent arriver ; mais en sauvant les petits, il semble qu'on condamne les autres à périr en les privant de leur proie. Il en serait ainsi si Dieu n'avait pris soin de leur envoyer des nuées de petits animaux, qu'ils engloutissent par milliers dans leur vaste estomac.

Q. Que remarquez-vous encore sur les poissons ?
R. Je remarque encore que les poissons, qui devraient en apparence périr de froid, sont tenus très chaudement par les écailles et par l'huile dont ils sont couverts,

Q. Quelle utilité retirons-nous des poissons ?
R. Nous retirons des poissons beaucoup d'utilité ; leur chair nous nourrit et leurs os servent à un grand nombre d'usages. Il y en a qui viennent chaque année se faire prendre sur nos côtes ; d'autres remontent les fleuves jusqu'à leur source, afin de porter à tous les hommes les bienfaits du Créateur.

Q. Que Dieu fit-il encore le cinquième jour ?
R. Le cinquième jour Dieu fit encore les oiseaux. Comme les poissons, ils sont nés de la mer ; et c'est un grand miracle que cet élément ait produit en un clin d'œil deux espèces d'êtres si différentes.

Q. Comment les oiseaux nous prouvent-ils la sagesse de Dieu ?
R. Les oiseaux nous prouvent la sagesse de Dieu : 1° par la structure de leur corps, qui est admirablement disposé pour fendre l'air ; 2° par leur conservation, car ils sont pourvus de tout ce qu'il leur faut pour être à l'abri de l'air et de la pluie, ainsi que de tous les instruments nécessaires pour se procurer leur subsistance.

Q. Continuez la même question.
R. 3° Par leurs nids, car ils savent qu'ils auront besoin de nids, et ils connaissent le temps où ils doivent les faire, la forme et la grandeur qu'ils doivent leur donner.

Q. Achevez la même réponse.
R. 4° Enfin les oiseaux sont une preuve de la sagesse de Dieu par leur instinct, car ils changent de naturel et d'inclination, du moment où ils ont des œufs à couver ou des petits à nourrir. Ces petites créatures, auparavant si volages, si gourmandes, si timides, deviennent sédentaires, sobres et courageuses.


Je prends la résolution d'aimer Dieu par-dessus toute chose, et mon prochain comme moi-même pour l'amour de Dieu ; et, en témoignage de cet amour, je ferai avec beaucoup de piété ma prière du matin.


Reportez-vous à Cantique des créatures ou Cantique de frère soleil, Leçon I : Enseignement vocal de la Religion, Catéchisme, Leçon II : Enseignement écrit, Écriture et Tradition, Leçon III : Connaissance de Dieu considéré en Lui-même, Leçon IV : Connaissance de Dieu par ses ouvrages, 1er Jour de la Création, Leçon V : Connaissance de Dieu par ses ouvrages, 2e Jour de la Création, Leçon VI : Connaissance de Dieu par ses ouvrages, 3e Jour de la Création, Leçon VII : Connaissance de Dieu par ses ouvrages, Fin du 3e et commencement du 4e Jour de la Création, Leçon VIII : Connaissance de Dieu par ses ouvrages, suite du 4e Jour de la Création.













 

samedi 26 septembre 2020

La grâce des hommes, quoique inférieure à celle des Anges, a des avantages qui la relèvent infiniment



Quoique la grâce des hommes, à la réserve de quelques-uns, comme la sainte Vierge, les Apôtres, etc., soit inférieure à celle des Anges, elle a néanmoins des avantages qui la relèvent infiniment. La nature humaine ayant été réparée par la grâce du Médiateur, elle a été remise dans les principaux droits de la justice originelle ; ainsi par le Baptême, la grâce sanctifiante, les vertus surnaturelles, et les dons du Saint-Esprit, lui ont été rendus avec avantage. Elle a de plus, droit à des grâces actuelles par la grâce même de la justification ; elle les puise dans la propre source, au sacrement de l'Eucharistie. De plus, les hommes tendent à la même fin que les Anges ; même héritage, même gloire, même Paradis, même félicité. Ils seront donc un jour, s'ils parviennent au même bonheur, comme des Anges dans le ciel (Matth. 22, 30), ils possèderont Dieu à jamais dans sa gloire.

Réflexions. Qu'avez-vous, ô mon âme, que vous n'ayez reçu ? Il ne faut donc pas vous enorgueillir. Au contraire, comme vous avez beaucoup reçu, et que vous avez été mille fois infidèle, humiliez-vous, et recourez à la protection des Esprits angéliques, pour en obtenir qu'ils veuillent bien conserver en vous les dons de Dieu.
Ce qui doit encore exciter la reconnaissance de l'homme envers Dieu, ce sont les faveurs singulière dont Dieu l'a comblé par préférence aux Anges mêmes. Car s'il est vrai que Dieu a plus aimé les Anges que les hommes en leur création, les douant d'une excellence supérieure, il a plus aimé ceux-ci dans le mystère de la Rédemption, puisque son divin Fils n'a point pris la nature angélique, mais qu'il a voulu naître de la race d'Abraham (Heb. 2, 16), qu'il a bien voulu appeler les hommes ses frères, et honorer la chair, selon la pensée de Tertullien, jusqu'à l'appeler la Sœur de son Christ (L. de Resur. c. 8). Ce même Christ a associé l'homme à son Sacerdoce, et en a fait le Prêtre de sa Religion. Religionis sua Sacerdotem (ibid. c. 6), lui donnant en cela le pouvoir d'offrir le saint Sacrifice ; fonction, qui par sa dignité, surpasse toutes celles des Anges. Dieu a encore usé envers les hommes d'une miséricorde plus grande qu'envers les Anges, ayant donné à ceux-là, et leur donnant encore tous les jours du temps pour faire pénitence, temps qui n'a jamais été accordé aux anges prévaricateurs. Dans le Mystère de la sainte Eucharistie, il nourrit les hommes de sa propre substance, qui n'est donnée aux Anges que d'une manière toute spirituelle. Enfin, ce n'est point un petit avantage des Saints de l'Église sur les Anges bienheureux, de ce qu'ils ont le bonheur de souffrir quelque chose pour Dieu. Vous ne savez pas de quoi les Anges nous portent envie, disait le bienheureux François de Sales (Esprit de Sales, Patt. 18, c. 18), certes de nulle autre chose que de ce que nous pouvons souffrir pour notre Seigneur, et de ce qu'ils n'ont jamais rien souffert pour lui. En effet, ils n'ont pu rendre témoignage à la vérité, en mourant comme les Martyrs pour la défense de la Religion, rendant ainsi à Jésus-Christ le sang qu'il a versé pour eux ; ce qui fait que Dieu, selon l'expression de même Tertullien, fait cet honneur à l'homme de l'appeler le soldat de son propre témoignage, testimonii sui militem (Unde suprà).

Affections. Qu'est-ce que l'homme, ô mon Dieu, dont vous faites un si grand cas ? faible, fragile, infirme, vous le couronnez de gloire et d'honneur, et vous en faites un chef-d'œuvre de vos mains. Ô mon âme, reconnaissez votre dignité ; et vous, Anges célestes, aidez-moi à remercier l'Auteur de tout bien. Faites par vos prières, qu'étant si semblable à vous par les dons de la grâce, je ne sois pas assez malheureux pour m'avilir par le péché, à la condition des bêtes.

Résolutions. (...) Aimez tendrement les saints Anges, et puisque par la grâce vous êtes devenu en quelque sorte leur semblable, approchez-vous d'eux avec confiance. Conversez avec eux familièrement, mais faites en sorte, que rien en vous n'offense des yeux si saints (S. Bern., Serm. 1 de Ang.). Priez-les aussi qu'ils vous assistent dans les dangers qui sont inévitables en cette vie, jusqu'à ce que vous soyez arrivé au port du salut.
Puisque l'Ange disait à Tobie que, parce qu'il était agréable à Dieu, il fallait que la tentation l'éprouvât (Tob. 12, 13), que c'est par la souffrances que le Chrétien a en particulier quelque avantage sur ces heureux Esprits. Apprenez à estimer les croix, à les désirer, à vous en glorifier. Elles sont un don précieux qui détrompe, qui guérit, qui détache, qui change, qui purifie, qui unit et qui attache à Jésus-Christ le Dieu des Anges et des hommes. Nul moyen plus propre pour devenir saint comme un Ange. Ce sont toujours de nouveaux sacrifices, de nouveaux détachements. Les maux étant toujours présents, les mérites s'accumulent sans interruption.


(Extrait de La dévotion aux Saints Anges, particulièrement aux Anges Gardiens, réduite en méditations)


Reportez-vous à De la principale occupation des Anges, qui est de louer Dieu, et de leur Nombre, De l'Excellence de la nature Angélique, Méditation pour la Fête de Saint Michel et de tous les saints Anges, Neuvaine à Saint Michel, Méditation pour la Fête des Saints Anges Gardiens, Litanie de Saint Michel Archange, Puissance de Saint Michel au jugement dernier, Secours de Saint Michel à l'heure de la mort, Chapelet à Saint Michel Archange, Apprenez de votre bon Ange la science du salut, De la Dévotion aux saints Anges et de l'esprit d'une Association en leur honneur, C'est en tout temps qu'on a invoqué dans l'Église les Anges et les Martyrs, Saint Raphaël, Modèle de l'Ange gardien préposé à la garde de chaque hommeConfiance de Saint Jean-François Régis en la protection de son Ange gardienDu grand Amour du Père Surin pour les Saints Anges, dans l'union avec notre Seigneur Jésus-Christ, VIE CHRÉTIENNE : Dévotion envers les saints Anges, saint Joseph et les autres Saints ; Voyage de piétéSermon du Saint Curé d'Ars pour la Fête des Saints Anges Gardiens : Les anges de ces petits enfants voient sans cesse la face de mon Père céleste, Litanie de Saint Raphaël Archange, Neuvaine à l'Archange Raphaël, Avoir une grande dévotion à saint Michel, à saint Gabriel, à saint Raphaël, et aux autres quatre Anges qui sont auprès du trône de Dieu, Méditation pour la Fête de Saint Raphaël Archange, Lecture du livre de Tobie (12, 7-15) : S'il est bon de tenir cachés les secrets des rois, c'est un honneur que de faire connaître et proclamer les œuvres de Dieu, Méditation pour le 3 Septembre, Saint Raphaël conduisant le jeune Tobie, Méditation pour le 2 septembre, Sur les Saints Anges GardiensDes exercices de piété, par le R.-P. Jean-Joseph Surin : Quels exercices de piété prescrivez-vous à l'honneur des Anges ?Méditation pour le 1er septembre, Les Saints Anges Gardiens, Consécration à tous les Saints Anges, Prières à tous les Saints Anges, Oraison aux neuf Chœurs des saints Anges, Travailler à la conversion des âmes et à leur soulagement dans les flammes du Purgatoire, en l'honneur des saints Anges, Pratiquer quelque vertu, ou s'abstenir de quelque vice en l'honneur des Saints Anges, Avoir une grande confiance en la protection des saints Anges, et recourir à eux en tous ses besoins corporels et spirituels, Autres pratiques pour honorer plus spécialement les saints Anges, et célébrer les fêtes avec tous les respects possibles, Faire des neuvaines en l'honneur des neuf Chœurs des Anges, Chapelet du Saint Ange gardien, Converser intérieurement avec les saints Anges, Jésus crucifié est le Livre des Élus, La réalité des apparitions angéliques, Avoir une dévotion singulière aux Anges, Archanges et Principautés, Honorer principalement les Puissances, les Vertus et les Dominations, Avoir de profonds respects, et des amours extraordinaires pour les Trônes, les Chérubins et les Séraphins, La protection des saints Anges contre les démons, particulièrement au sujet de leurs différentes tentations, Litanies de l'Ange Gardien, Et Michel et ses anges combattaient contre le Dragon, La puissance des démons réglée par la sagesse divine, Discernement des esprits : ce qu'on entend par esprits, combien on en compte et comment ils se forment, Tous les hommes sont assistés des Saints Anges, Les Saints Anges nous assistent dans les choses temporelles, Les perfections admirables de ces sublimes intelligences, Les Saints Anges font tout ce qui peut se faire pour le bien des hommes, Litanie aux Saints Anges Gardiens, Discernement des esprits, Les Anges, princes et gouverneurs de la grande cité du bien, et Litanie de Saint Gabriel Archange.













 

vendredi 25 septembre 2020

De la principale occupation des Anges, qui est de louer Dieu, et de leur Nombre




I. Point. Adoration. Adorons Dieu, toujours grand, indépendamment de ses créatures. Cependant comme la multitude du Peuple, est l'honneur du Roi, et son petit nombre la honte du Prince (Prov. 14, 22), on peut dire que la multitude des Officiers qui composent la Cour céleste, relève infiniment sa Grandeur et sa Majesté, eu égard à l'estime des hommes et à ce que nous voyons sur la terre.
Représentons-nous donc cet Esprit souverain, se suffisant à lui-même, environné sur son trône de ces millions d'Anges qui le louent et le servent. Le Prophète Daniel a décrit en peu de mots ce ravissant spectacle : Il dit, que s'étant approché du Trône de l'Ancien des jours ; il en vit sortir un fleuve de feu, et mille milliers d'Anges le servaient, et dix mille millions assistaient en sa présence (Dan. 7, 10). Le livre de Job, suppose ce nombre comme excessif : Peut-on compter le nombre de ses Soldats (Joq. 25, 3) ? Le char de Dieu, dit aussi le Prophète, est environné de plus de dix mille ; ce sont des millions d'Anges qui sont dans des transports de joie. Le Seigneur est au milieu d'eux, comme autrefois à Sinaï (Psal. 67, 18). Saint Jean dans l'Apocalypse (Apoc. 5, 11), dit qu'il vit autour du Trône de l'Agneau, des millions de millions, et des milliers de milliers d'Anges. Et Notre-Sauveur dans l’Évangile, dit que son Père céleste pourrait lui donner plus de douze légions d'Anges (Matt. 26, 53), c'est-à-dire, plus de soixante et douze mille Anges.
Ô quelle joie et quelle consolation aurez-vous alors, ô mon âme, s'écrie un Dévot de la nature angélique, si jamais vous pouvez voir cette multitude de créatures si nobles et si relevées. Ô si vous pouviez un jour jouir de cet heureux sort, que d'habiter parmi ces troupes célestes, de Princes et d'Enfant de Dieu, qui sont aussi vos frères (S. L. de Gonzag.). Mais hélas, Seigneur ! qui suis-je pour être associé à tant de nobles Courtisans ? C'est à présent que je reconnais que je suis un serviteur inutile. Vous avez des millions d'Anges qui vous louent ; je ne mérite pas que vous jetiez les yeux sur moi. C'est à votre miséricorde seule, que je dois l'espérance qui repose dans mon sein, de voir un jour l'assemblée de plusieurs millions d'Anges, l'Église des premiers nés, comme parle saint Paul (Heb. 12, 22). Ô Seigneur, quand verrons-nous donc cette terre des Vivants, ce monde d'Esprits bienheureux !

II. Point. Considérations. Considérez, 1. que la principale occupation de cette multitude d'Anges, c'est de louer Dieu.
2. Que les hommes sont appelés au même bonheur dans le ciel, et même sur la terre.

I. Que la condition de cette vie est déplorable ! qu'elle est triste ! qu'il n'y ait point de plaisir qui ne soit mêlé de larmes et d'affliction ! telle est la misère de ce lieu d'exil où nous vivons. Il n'en est pas ainsi dans les Cieux, les Anges y louent Dieu continuellement, et ne se lassent jamais. Depuis tant de milliers d'années, que leur occupation consiste à louer Dieu, elle leur est toujours aussi agréable et aussi nouvelle que lorsqu'ils l'ont commencée. Dans le Livre de Job, il est fait mention des concerts des astres du matin et des Cantiques de jubilation des Enfants de Dieu (Job 38, 7). Ce sont les Anges qui sont ici désignés sous le nom d'Astres et d'Enfants de dieu, ou plutôt les Esprits bienheureux étant les premières des créatures, on nous apprend ici, que dès le premier moment de leur création, ils joignirent leurs voix aux astres matériels, pour louer le seigneur, avec cette différence, qu'au lieu que la louange attribuée aux globes célestes n'a rien que de figuré, celle des Anges est réelle et tout-à-fait propre à ces Chantres inspirés.
Isaïe lui-même entendit cette mélodieuse harmonie (Isaïe 6, 3), lorsque les Séraphins chantaient le célèbre Trisagion, Saint, Saint, Saint est le Seigneur le Dieu des Armées, toute la terre est remplie de sa gloire.
Le Disciple bien-aimé, entendit pareillement la voix de plusieurs Anges qui étaient autour du Trône de Dieu, et qui chantaient à haute voix, l'Agneau qui a été mis à mort, mérite de recevoir la Vertu, la Divinité, la sagesse, la force, l'honneur et la bénédiction (Apoc. 5, 12).
Telle est l'occupation de ces Esprits célestes, tant de ceux qui sont toujours devant le trône de Dieu, que de ceux qui sont destinés pour le ministère. Voyant tous la face du Père céleste, c'est une conséquence qu'ils le louent perpétuellement. ceux mêmes qui sont les plus occupés à la garde des hommes, n'interrompent pas leur exercice de louange. Cette louange est leur élément comme l'eau est celui des poissons, l'air celui des oiseaux du Ciel. Rien ne peut les distraire de cette louange ; n'étant point environnés de facultés qui empruntent leurs connaissances des objets matériels, n'étant point chargés du poids d'une imagination faible, et blessée comme la nôtre ; rien ne peut les en détourner d'un seul moment. Ils voient tout en voyant Dieu ; ils ont tout en possédant Dieu ; que pourraient-ils donc chercher et trouver ailleurs, qui fût digne de les occuper ?
2. Les saints Anges chantent les louanges de dieu, avec respect et amour. C'est pour cela que les Séraphins d'une part, sont représentés comme couvrant de leurs ailes leurs pieds et leurs visages, pour marquer le respect qu'ils portent à la Majesté de Dieu ; et de l'autre, ils sont encore représentés comme des esprits de feu et de flammes, pour signifier leur amour. La louange en effet sans amour est froide et languissante, et l'amour sans respect donne du mépris. Aussi ne voyons-nous pas, qu'il sot dit nulle part dans les Ecritures, que les Anges soient assis dans le Ciel ; ils paraissent toujours, ou debout, ou prosternés (Apoc. 7, 11). C'est dans la même posture que saint Chrysostome témoigne, qu'un Vieillard voyait assez ordinairement les Anges, environnant le saint Autel, mais profondément inclinés (De Sacerd. Lib. 6. cap. 4), comme des soldats pourraient faire en présence de leur Roi. Quel respect ! quelle Religion !

II. Nous sommes appelés comme les Anges, au bonheur de louer Dieu sur la terre et dans le Ciel.
Quand j'étais avec vous, dit l'Ange à Tobie (après lui avoir rendu mille bons offices, et l'avoir ramené dans la maison de son père), j'y étais par la volonté de Dieu, bénissez-le donc, et chantez ses louanges Tob. 12, 18).
Vous voyez que les Anges nous invitent à faire dès ici-bas ce qu'ils font dans le Ciel. Ils louent sans cesse Dieu ; ils nous invitent à le louer avec eux. Ils sont saisis de crainte et comme hors d'eux-mêmes devant son trône, ils nous portent aussi au même respect.
Saint Hilaire était si persuadé de ces vérités, qu'expliquant ces paroles du Psalmiste : Que ma langue s'attache, Seigneur, à mon palais ; si je ne me souviens de vous ; il dit que ce Prophète savait, sans doute, que les Vertus célestes qui assistent auprès du Trône de Dieu étaient continuellement occupés de ses louanges (Tract. in Ps. 136), et qu'à leur imitation il ne voulait point perdre le souvenir de son Dieu. L'éloquent saint Chrysostome, qui avait formé son peuple au même goût, d'une oraison presque continuelle, le félicitait, de ce qu'il se conformait en cela à la pratique des ordres angéliques (Hom. I. in vidi Dominum), après quoi il poursuit en admirant les merveilles de la grâce de Jésus-Christ. Dans le Ciel, les Armées angéliques publient la gloire de Dieu, et ici-bas, les hommes font de pareils Chœurs pour la célébrer à leur exemple. Dans le Ciel, les Séraphins font retentir le Paradis du cantique de trois fois Saint, et sur la terre les hommes le répètent, en sorte que ce n'est plus qu'un commun concert des habitants du Ciel et de la terre (unde suprà).
Après cela il ne faut pas être surpris que la prière qui nous est si fort recommandée, soit appelée un exercice angélique (S. Ambr. Ep. 83. ad Eccl Verce II).
Dans l'oraison, on y a l'occupation des Anges. Toute la différence qu'il y a entr'eux et nous, c'est qu'ils jouissent de la lumière de gloire, et nous de la lumière obscure de la foi : celle-là néanmoins n'a rien en elle-même de plus divin que celle-ci, qui découvre à l'âme dans l'oraison, les perfections de Dieu les plus relevées.
[Mais parmi les états de l'Église, il n'en est point qui soit plus particulièrement appelé à louer Dieu, que celui des Ecclésiastiques, qui ont toujours dans la bouche les Cantiques du Seigneur. Le chant des Psaumes, dit S. Grégoire de Naziance (Orat. 40. in fine n. 52), est comme un prélude des chants du Ciel. Ce sont eux, qui comme Davis, chantent en la présence des Anges ; aussi se joignent-ils à eux, et le Seigneur même des Anges y est lui-même présent (Petr. Bles. Ser. 56. ad Sacer.).]

Affections. Ô Ange bienheureux, que j'imite sur la terre ce que vous faites dans le Ciel ; que mes regards soient sans cesse élevés vers Dieu, que mon bonheur soit de le louer ici-bas, en attendant que je puisse le faire pendant toute l'éternité.
Ô bienheureuse demeure ! ô tabernacles éternels ! Qui ne mépriserait tous les plaisirs de la terre, et tous les concerts les plus harmonieux, lorsqu'il pense aux accords charmants des Esprits angéliques ? Quand sortirai-je, ô mon Dieu, de cette vallée de larmes, pour me rendre parmi les Anges, et pour jouir de leur harmonie céleste ?
"C'est là où nous verrons, comme a dit un de vos Saints (S. Aug. Serm. 59. in Matt. c. 4), celui qui est la parole éternelle de Dieu, celui dont les Anges mêmes se nourrissent, dont ils sont éclairés, d'où ils tirent la sagesse toute céleste dont ils sont remplis... car ils boivent à longs traits dans la source même, dans la sagesse éternelle, c'est-à-dire, dans le Verbe ; et c'est parce qu'ils en sont pleins, que les louanges de Dieu rejaillissent de leur bouche sans jamais cesser.

Réflexions. Craignons l'indignation des Anges, si nous ne désirons pas de leur être associés dans le Ciel, pour chanter les louanges de Dieu ; si dès ici-bas, nous ne les imitons pas dans le respect avec lequel ils les célèbrent dans le Ciel. Comme on ne peut douter que les Anges ne se rendent présents aux Offices de l'Église, afin qu'il soient religieusement célébrés, quelle est leur indignation, lorsqu'ils nous voient assis sans respect en présence de celui, devant lequel ils n'assistent qu'en tremblant (B. Petrus dam. opusc. 39. cap. 3) ?

III. Point. Résolutions. 1. Rappelez-vous souvent pendant la prière, la présence des Esprits célestes, afin de vous exciter par leur exemple à la mieux faire. Imaginez-vous quelquefois d'être dans le Ciel devant l'auguste Assemblée de tous les Anges, et que vous vous prosternez avec eux au pied de l'Agneau. C'est le moyen de prier avec plus de Religion.
2. Soupirez après les joies du Ciel, et après le bonheur de pouvoir mêler un jour votre voix à celle de tant de milliers d'Esprits bienheureux.
3. Servez-vous quelquefois en union aux neuf Chœurs des Anges, de l'hymne de glorification que l'Église adresse si souvent à la très-sainte Trinité, et dites neuf fois Gloria Patri, dans l'espérance ferme de le pouvoir répéter avec eux dans l'éternité. Je vous chanterai des Psaumes en la présence des Anges (Ps. 137, 2).
4. Aimez l'exercice de l'Oraison. Dieu fait des grâces sans être prié, dit saint Augustin ; mais il y en a qu'il ne fait jamais qu'à ceux qui le prient. Il a établi l'Oraison comme un canal de grâce, et comme un moyen nécessaire pour les obtenir. C'est ainsi qu'il veut entretenir un commerce d'amour entre ses créatures, et rendre tous les hommes dépendants de sa Providence. Priez-le donc sans relâche, dit l'Apôtre saint Paul (1 Thess. 5, 17).


(Extrait de La dévotion aux Saints Anges, particulièrement aux Anges Gardiens, réduite en méditations)


Reportez-vous à De l'Excellence de la nature Angélique, Méditation pour la Fête de Saint Michel et de tous les saints Anges, Neuvaine à Saint Michel, Méditation pour la Fête des Saints Anges Gardiens, Litanie de Saint Michel Archange, Puissance de Saint Michel au jugement dernier, Secours de Saint Michel à l'heure de la mort, Chapelet à Saint Michel Archange, Apprenez de votre bon Ange la science du salut, De la Dévotion aux saints Anges et de l'esprit d'une Association en leur honneur, C'est en tout temps qu'on a invoqué dans l'Église les Anges et les Martyrs, Saint Raphaël, Modèle de l'Ange gardien préposé à la garde de chaque hommeConfiance de Saint Jean-François Régis en la protection de son Ange gardienDu grand Amour du Père Surin pour les Saints Anges, dans l'union avec notre Seigneur Jésus-Christ, VIE CHRÉTIENNE : Dévotion envers les saints Anges, saint Joseph et les autres Saints ; Voyage de piétéSermon du Saint Curé d'Ars pour la Fête des Saints Anges Gardiens : Les anges de ces petits enfants voient sans cesse la face de mon Père céleste, Litanie de Saint Raphaël Archange, Neuvaine à l'Archange Raphaël, Avoir une grande dévotion à saint Michel, à saint Gabriel, à saint Raphaël, et aux autres quatre Anges qui sont auprès du trône de Dieu, Méditation pour la Fête de Saint Raphaël Archange, Lecture du livre de Tobie (12, 7-15) : S'il est bon de tenir cachés les secrets des rois, c'est un honneur que de faire connaître et proclamer les œuvres de Dieu, Méditation pour le 3 Septembre, Saint Raphaël conduisant le jeune Tobie, Méditation pour le 2 septembre, Sur les Saints Anges GardiensDes exercices de piété, par le R.-P. Jean-Joseph Surin : Quels exercices de piété prescrivez-vous à l'honneur des Anges ?Méditation pour le 1er septembre, Les Saints Anges Gardiens, Consécration à tous les Saints Anges, Prières à tous les Saints Anges, Oraison aux neuf Chœurs des saints Anges, Travailler à la conversion des âmes et à leur soulagement dans les flammes du Purgatoire, en l'honneur des saints Anges, Pratiquer quelque vertu, ou s'abstenir de quelque vice en l'honneur des Saints Anges, Avoir une grande confiance en la protection des saints Anges, et recourir à eux en tous ses besoins corporels et spirituels, Autres pratiques pour honorer plus spécialement les saints Anges, et célébrer les fêtes avec tous les respects possibles, Faire des neuvaines en l'honneur des neuf Chœurs des Anges, Chapelet du Saint Ange gardien, Converser intérieurement avec les saints Anges, Jésus crucifié est le Livre des Élus, La réalité des apparitions angéliques, Avoir une dévotion singulière aux Anges, Archanges et Principautés, Honorer principalement les Puissances, les Vertus et les Dominations, Avoir de profonds respects, et des amours extraordinaires pour les Trônes, les Chérubins et les Séraphins, La protection des saints Anges contre les démons, particulièrement au sujet de leurs différentes tentations, Litanies de l'Ange Gardien, Et Michel et ses anges combattaient contre le Dragon, La puissance des démons réglée par la sagesse divine, Discernement des esprits : ce qu'on entend par esprits, combien on en compte et comment ils se forment, Tous les hommes sont assistés des Saints Anges, Les Saints Anges nous assistent dans les choses temporelles, Les perfections admirables de ces sublimes intelligences, Les Saints Anges font tout ce qui peut se faire pour le bien des hommes, Litanie aux Saints Anges Gardiens, Discernement des esprits, Les Anges, princes et gouverneurs de la grande cité du bien, et Litanie de Saint Gabriel Archange.














jeudi 24 septembre 2020

De l'Excellence de la nature Angélique



I. Point. Adoration. Adorez celui d'où vient tout don parfait. Parfait lui-même en sa nature, parfait dans ses attributs, il est aussi parfait dans ses ouvrages. Il est toujours également grand, soit qu'il crée des Anges dans le Ciel, soit qu'il tire du néant les vermisseaux de la terre. (S. Augustin) Cependant on peut dire avec Saint Chrysostome (Hom. 4. in I. Gen), que Dieu a usé envers eux d'une libéralité et d'une magnificence ineffable en leur création, en les enrichissant de si rares qualités, et établissant entr'eux un si bel ordre. La nature Angélique surpasse en dignité toutes les autres natures créées, dit encore saint Augustin. Ils devaient être, ô mon Dieu, les aînés de votre Maison, il était bien juste qu'ils fussent distingués en toutes sortes de dons de la nature et de la grâce. Ô illustres Princes de la maison de Dieu, je n'ai jamais bien connu, ni pensé à vos grandeurs. Que je commence aujourd'hui à vous connaître, pour ne plus cesser de vous aimer.
Et vous, ô mon âme, pensez à votre néant, et vous pourrez dire comme le Prophète, Je suis réduit à rien (Ps. 72). Voyez combien de créatures plus parfaites que vous, sont sorties des mains de Dieu ; mais hélas, Seigneur, je suis content de l'être que vous m'avez donné, et je me réjouis de ce que vous avez des serviteurs si dignes de vous appartenir.

II. Point. Considérations. Pour découvrir quelque chose de l'excellence de la nature des Anges, faites ici trois réflexions qui développeront en raccourci ce qui pourra être plus amplement détaillé dans les Méditations suivantes.
Dans la première réflexion, vous considérerez ce que c'est qu'un Ange, et un Ange du nombre des bienheureux.
Dans la seconde, vous ferez attention que la nature Angélique participe plus que toute autre à la nature de Dieu même.
Dans la troisième, vous examinerez en quoi consiste le privilège de sa spiritualité.

I. Considérez donc ce que c'est qu'un Ange, autant qu'il est permis à un esprit aussi borné que celui d'un homme mortel de le comprendre.
1. L'Ange est une substance spirituelle inférieure à Dieu, et supérieure à l'homme. C'est un des plus beaux ouvrages qui soit sorti des mains de Dieu. Les premières productions, sont ordinairement les plus nobles, les plus vives, les plus achevées, les plus semblables à leur principe : et l'Ange est la première substance, au moins en dignité, que le Créateur ait tiré du néant par la force de son bras, d'où vient que les Anges sont appelés les premières fleurs, les prémices de la nature naissante, les aînés de la maison de Dieu, le plus bel ornement de l'univers.
2. Qu'est-ce encore qu'un Ange et un Ange bienheureux ? c'est un esprit plein de sagesse et qui n'est que beauté, que lumière, que splendeur. Primi luminis velus rivulus quidam et participatio, secundi splendores primi splendoris administri, dit saint Grégoire de Naziance (Orat. 40. in S. Baptisma et or. 42). Primarii luminis radii, dit Nicetas son interprète. Prima lucida natura post primam (Comm. in orat. 40. S. Greg. Naz.) ; il a conservé la fleur de son innocence sans l'avoir jamais perdue. L'état de grâce en a toujours fait un ami de Dieu, et l'état de la gloire en a fait un Prince du ciel. C'est un miroir si pur, si net, et si éclatant de la divinité, que non seulement il reçoit au-dedans de lui-même l'éclat de cette bonté suprême, mais encore qu'il participe au brillant de cette même bonté, et qu'il en réfléchit au-dehors les rayons lumineux (Baldesanes Taurinensis stimuli virtutum. L. 2. c. I). L'Ange est donc comme un échantillon ou un essai, si l'on peut parler de la sorte, de la beauté de Dieu même. En effet, sa communication est si intime avec Dieu dans le séjour de sa gloire, qu'il est tout resplendissant des clartés qui rejaillissent de la divinité sur lui, et de la vue intuitive de l'essence divine.
3. Un Ange est encore un esprit de feu et de flammes. Urens ignis et verniens spiritus ministri ejus sunt, dit S. Hilaire (L. 5. de Trin.). En faut-il être surpris ? Il prend un repos éternel dans le sein de la charité infinie de Dieu. Là il puise les ardeurs dont il est pénétré, embrasé, consumé. Celui qui apparut à Daniel, avait le visage tout éclatant de lumière, les yeux brillants comme un éclair, les bras comme un airain embrasé, et tout le corps transparent comme la chrysolythe (Dan. 10, 6).
4. Qu'est-ce encore qu'un Ange ? C'est un contemplatif parfait, et un chantre divinement inspiré. Le Prophète Royal le comprenait suivant le sentiment du saint Docteur déjà cité. Expliquant comment le Roi prophète méditait sans cesse la Loi du Seigneur : Meditabor in justificationibus tuis semper. Il remarque qu'il le pratiquait ainsi à l'imitation des esprits célestes (S. Hil. in Ps. 118. Liv. 15). Un Ange est donc consacré à la méditation des grandeurs de Dieu. Il est destiné à la louange du Créateur, qui met dans sa bouche les plus mélodieux Cantiques, et il les chante sans jamais les discontinuer. Saint Athanase s'en était aussi formé cette idée, lorsqu'en le définissant et décrivant son occupation, il le représente comme un esprit immortel propre à chanter des hymnes. Angelus est... expers materia, hymnis dicendis aptum, immortale (L. de comm. essentia Patr. F. & Sp. S. pag. 238) Et demandant plus bas quelle est son occupation, il répond que c'est la louange et l'amour continuels de la majesté de Dieu.
Comprenez à présent autant que vous le pouvez ce que c'est qu'un Ange ; « et si l'on vous demande ce que c'est que cette sainte Cité, qui est composée d'Anges dans le ciel ? répondez avec saint Augustin que c'est Dieu même qui l'a formée : d'où elle est sage ? que c'est Dieu même qui l'illumine ? d'où elle est heureuse ? que c'est de Dieu même dont elle jouit. En subsistant en Dieu, elle en reçoit une forme qui l'unit à lui, en le contemplant, elle en est illuminée ; en s'y unissant, elle est remplie de joie. Elle est, elle voit, elle aime. elle vit dans l'éternité de Dieu, elle luit dans sa vérité, elle se réjouit dans sa bonté (L. II. de Civ. c. 2)

Affections. Grand Dieu, si les Anges sont si beaux et si parfaits, qu'êtes-vous donc vous-même qui les avez créés. Je vous aime, esprits favoris du Très-haut, parce que votre beauté est ravissante, votre sagesse admirable, et votre puissance incroyable ; vous n'avez cependant que quelques traits des perfections de Dieu. Comment dois-je donc l'aimer lui-même pour sa bonté infinie, sa sagesse incomparable, sa puissance victorieuse. Aimez, ô mon âme, l'objet le plus aimable que vous puissiez aimer. Ô région désirable où se voient tant de beautés, quand pourrai-je vous posséder !

II. Considérez encore que la nature Angélique participe plus que toute autre à la nature de Dieu. Le Prophète le fait assez remarquer, lorsqu'en parlant sous la figure d'un Roi, du chef des anges rebelles, il lui dit : Ô toi, Chérubin, qui étais comme le sceau de la ressemblance de Dieu ; (Ezech. 28, 14) comme s'il eût voulu dire, que tous les traits de la ressemblance de Dieu étaient si visiblement représentés en lui, qu'il n'y avait point de simple créature qui en approchât de plus près, par la pureté de l'esprit éloigné du mélange des facultés et des organes, par la vaste étendue de son intelligence ; enfin par un assemblage de tant de perfections, qu'il se méconnut lui-même. Le Prophète, dit saint Grégoire (S. Greg. in Ezech.), l'appelle le sceau de la ressemblance de Dieu, afin que l'on comprenne, que plus la nature de l'Ange est excellente, plus aussi les traits de la Divinité y sont exprimés. En effet, plus une chose approche d'un principe, pus elle participe à ses qualités et à ses perfections. Le Prince qui touche de plus près la personne du Roi, est le plus noble ; l'Ange donc étant de toutes les créatures qui ne sont point d'un ordre divin, celle qui approche le plus près de la Divinité, il n'y en a point qui exprime plus parfaitement ses divines perfections, et qui lui soit plus semblable ; et comme plus on s'approche du soleil, plus on est pénétré de ses rayons, et rempli de sa splendeur, ainsi l'Ange porte en sa nature l'image de dieu la plus marquée. En effet, il est pur esprit, et immortel ; il agit par l'entendement et la volonté, qualités qui sont autant de crayons de la Divinité, et de rayons de cette ressemblance. Nous ne devons donc point douter que Dieu ne jette avec complaisance ses regards sur ces excellentes images de ses perfections, puisqu'il s'y est représenté hors de lui-même aussi excellemment qu'il le pouvait être dans de pures créatures.

Réflexions. Contemplez aujourd'hui, ô mon âme, la beauté de nos citoyens célestes, qui comme les astres du matin, ou plutôt comme autant de soleils brillent dans la cité de Dieu ; c'est en eux, que comme dans des miroirs éclatants, reluisent les perfections de Dieu, sa puissance, sa sagesse, sa bonté et son amour (S. Lud. de Gonzag.). La Reine Esther, ravie de la beauté majestueuse du grand Assuerus, qui commandait sur cent vingt-sept Provinces, depuis les Indes jusqu'en Éthiopie, lui parla en ces termes : « Ne trouvez pas étrange, ô grand Roi, si à la vue de votre Majesté je suis tombée en défaillance ; vous m'avez surprise de telle sorte, qu'il m'a semblé voir un Ange du ciel. Mon cœur a été troublé de l'éclat de votre gloire, et la frayeur m'a saisie lorsque je me suis approchée de la majesté de votre Personne (Esther. 15, 16). » Si un Roi de la terre a eu tant d'attraits pour attirer à lui tous les cœurs, quels charmes et quelle beauté ne doivent pas avoir les Anges ! ces intelligences si nobles qui assistent devant le trône du Roi des rois, et qui sont comme la réflexion des lumières de cette Majesté souveraine.

Affections. Ô mon Dieu, toutes vos créatures portent quelques traits de la main qui les a formées ; mais il n'en est point de si ressemblants que ceux que portent les Esprits bienheureux. Vous vous y êtes exprimé, et vous y avez mis vos complaisances. Vous n'avez pas cependant oublié l'homme, cet autre chef-d'œuvre de vos mains. Vous l'avez fait aussi à votre image, et vous avez réparé les traits de cette même image défigurée par le péché, en la rendant par le Baptême participante en Jésus-Christ, de la nature divine (2 Pet. 1, 4). Vous auriez surpassé nos désirs et notre attente, en nous réformant sur le modèle de la nature Angélique, mais ce n'était pas assez pour votre bonté envers la nature humaine. Soyez-en béni mille fois ; et afin que je ne déshonore pas désormais votre image en moi, donnez-moi part à la vigilance que les saints Anges ont eu depuis le moment que vous les avez créés avec tant de grâces et de perfections, pour conserver en eux les traits de ressemblance qu'ils ont avec vous.

III. Considérez que c'est un des grands avantages de la nature Angélique, que sa spiritualité. Les expressions de l'Écriture qui semblent leur donner des corps, sont toutes symboliques. Les ailes dont on les revêt marquent leur subtilité ; la figure de l'homme, leur intelligence ; celle du bœuf, leur force ; celle de l'aigle, leur pénétration ; celle du lion, leur courage ; le feu, leur zèle ; le vent, leur activité, et ainsi des autres. Dans la réalité, les Anges sont si dégagés de la matière, que les corps les plus subtils, jusques même à ceux que l'Écriture appelle, esprits de tempêtes, spiritus procellarum, n'approchent point de leur spiritualité. Aussi c'est d'elle que parle le Prophète, lorsqu'il compare au feu le plus subtil, les ministres de ses volontés (Ps. 103, 4). De là leur agilité est si grande, que les oiseaux ne volent pas si légèrement dans les airs, les vents ne s'élèvent pas avec tant de véhémence, les vaisseaux ne sont point transportés avec tant de vitesse, la flèche n'arrive pas si promptement à son but. En un clin d'œil, l'Ange descend du ciel en terre, et remonte de la terre au ciel. Il perce tout, il entre partout sans être arrêté par la dureté des corps qu'il faut pénétrer, sans trouver de résistance dans le lieu, ou de difficulté dans le chemin. Voyez-les courir çà et là dans Zacharie (Zach. I, 10), et faire le tour de la terre, pour y mettre tout en paix et dans le devoir. Voyez-les dans les Psaumes, tourner tout autour de nous pour notre bien, avec plus d'attention que le démon pour notre mal. Voyez l'Ange qui transporta Habacuc en Babylone (Dan. 24, 33), et celui qui porta saint Philippe à Azote (Act. 8, 40), après avoir baptisé l'Officier de la Reine d'Éthiopie. Si les Anges sont spirituels de leur nature, ils sont aussi incorruptibles et immortels. Dieu en créant l'Ange tout spirituel, l'a fait d'une substance qui ne donne aucune prise à tout ce qui pourrait lui causer la mort. De cette même spiritualité des Anges, s'ensuit une pureté si parfaite, que nous ne l'appelons pas autrement qu'angélique. Peut-elle être en effet plus grande, que d'être hors de la chair et du sang, hors des atteintes de toute souillure et de toute corruption ? Nos âmes sont, il est vrai, toutes spirituelles dans leur substance ; mais par l'alliance qu'elles ont avec le corps, elles en contractent je ne sais quoi de terrestre et de matériel, qui semble, en quelque manière, les dégrader et les faire déchoir de la condition des purs esprits. Au contraire, les Anges n'ont rien que de spirituel, non seulement en leur substance, mais aussi dans leurs opérations, car quoiqu'occupés à faire du bien aux hommes, ils ne participent en rien à leur faiblesse et à leur imperfection.

Affections. Ô heureuse condition de la nature Angélique, que vous êtes digne d'envie ! Que déplorable est au contraire celle des enfants des hommes, obligés qu'ils sont à vivre dans une chair fragile, dans un corps sujet à tant de misères ? Que serait-ce encore, ô mon Dieu, si votre grâce céleste ne réprimait en eux les saillies de la concupiscence ; si elle n'amortissait en eux le feu profane qui enflamme tout le cours de leur vie, étant elle-même enflammée par le feu de l'enfer ? Que deviendrait l'homme revêtu de ce corps de péché, obligé à vivre dans la chair sans la chair, s'il n'était fortifié par le pain des Anges, le froment des Élus, et le vin qui produit les Vierges ?
Aidez-moi, Esprits immaculés, à conserver une vertu, qui est de nature en vous, et qui ne peut être en moi que par la grâce de mon Dieu ; aidez-moi dans l'accomplissement de mes obligations [dans l'état du célibat que j'ai embrassé.] Que je sois par votre puissante protection, un ange terrestre, et un homme céleste ; alors je courrai avec vitesse jusqu'à Dieu, je m'élèverai jusqu'à lui par les mouvements de mon cœur, comme vers le centre de mon repos et de mon bonheur.
Ô Dieu Roi des Anges, je renonce à toute affection qui m'empêcherait d'être tout à vous ; dès ce moment je vole jusqu'à vous, pour m'y fixer entièrement. Je veux vous aimer sans réserve, et si je connaissais, comme le dit le bienheureux François de Sales, une seule parcelle de mon cœur qui ne fût pas éprise de votre amour, je voudrais l'arracher pour jamais. « Les Esprits célestes contemplent toujours votre visage, ô mon Dieu, sans qu'ils en détournent jamais leurs regards. Ils pourraient s'obscurcir et se refroidir si vous les laissiez à eux-mêmes ; mais vous formez en eux un midi perpétuel, les tenant si étroitement unis à vous, que vous les remplissez sans cesse des rayons de votre lumière et des flammes de votre amour (S. Aug. L. 12. Conf. c. 15). » Répandez sur moi de pareilles lumières, de pareils feux, et rien ne pourra me séparer de vous.

III. Point. Résolutions. 1. Estimez votre âme, formée qu'elle est à l'image de Dieu, et prenez garde de la souiller d'aucun péché mortel.
2. Que votre chair dès cette vie devienne comme angélique par la profession de la chasteté, ou par une pureté qui imite celle des Anges. C'est le moyen de la préparer à posséder un jour les biens qui lui sont promis, qui sont, comme dit Tertullien, d'être un jour réformée, et comme angélisée dans le Royaume de Dieu (L. de ref. carnis cap. 26).
3. Ne vous contentez pas d'être chastes de corps, soyez aussi purs d'esprit ; et pour cela, éloignez de vous les pensées impures qui peuvent souiller votre âme.
4. [Allez partout où la gloire de Dieu, les intérêts de son Église, et le salut du prochain vous appelleront, avec tout le zèle qui convient aux hommes apostoliques. (Isaiae, 60, 8) Qui sunt isti qui ut nubes volant ?]


(Extrait de La dévotion aux Saints Anges, particulièrement aux Anges Gardiens, réduite en méditations)


Reportez-vous à De la principale occupation des Anges, qui est de louer Dieu, et de leur NombreApprenez de votre bon Ange la science du salut, Méditation pour la Fête de Saint Michel et de tous les saints Anges, Neuvaine à Saint Michel, Méditation pour la Fête des Saints Anges Gardiens, Litanie de Saint Michel Archange, Puissance de Saint Michel au jugement dernier, Secours de Saint Michel à l'heure de la mort, Chapelet à Saint Michel Archange, De la Dévotion aux saints Anges et de l'esprit d'une Association en leur honneur, C'est en tout temps qu'on a invoqué dans l'Église les Anges et les Martyrs, Saint Raphaël, Modèle de l'Ange gardien préposé à la garde de chaque hommeConfiance de Saint Jean-François Régis en la protection de son Ange gardienDu grand Amour du Père Surin pour les Saints Anges, dans l'union avec notre Seigneur Jésus-Christ, VIE CHRÉTIENNE : Dévotion envers les saints Anges, saint Joseph et les autres Saints ; Voyage de piétéSermon du Saint Curé d'Ars pour la Fête des Saints Anges Gardiens : Les anges de ces petits enfants voient sans cesse la face de mon Père céleste, Litanie de Saint Raphaël Archange, Neuvaine à l'Archange Raphaël, Avoir une grande dévotion à saint Michel, à saint Gabriel, à saint Raphaël, et aux autres quatre Anges qui sont auprès du trône de Dieu, Méditation pour la Fête de Saint Raphaël Archange, Lecture du livre de Tobie (12, 7-15) : S'il est bon de tenir cachés les secrets des rois, c'est un honneur que de faire connaître et proclamer les œuvres de Dieu, Méditation pour le 3 Septembre, Saint Raphaël conduisant le jeune Tobie, Méditation pour le 2 septembre, Sur les Saints Anges GardiensDes exercices de piété, par le R.-P. Jean-Joseph Surin : Quels exercices de piété prescrivez-vous à l'honneur des Anges ?Méditation pour le 1er septembre, Les Saints Anges Gardiens, Consécration à tous les Saints Anges, Prières à tous les Saints Anges, Oraison aux neuf Chœurs des saints Anges, Travailler à la conversion des âmes et à leur soulagement dans les flammes du Purgatoire, en l'honneur des saints Anges, Pratiquer quelque vertu, ou s'abstenir de quelque vice en l'honneur des Saints Anges, Avoir une grande confiance en la protection des saints Anges, et recourir à eux en tous ses besoins corporels et spirituels, Autres pratiques pour honorer plus spécialement les saints Anges, et célébrer les fêtes avec tous les respects possibles, Faire des neuvaines en l'honneur des neuf Chœurs des Anges, Chapelet du Saint Ange gardien, Converser intérieurement avec les saints Anges, Jésus crucifié est le Livre des Élus, La réalité des apparitions angéliques, Avoir une dévotion singulière aux Anges, Archanges et Principautés, Honorer principalement les Puissances, les Vertus et les Dominations, Avoir de profonds respects, et des amours extraordinaires pour les Trônes, les Chérubins et les Séraphins, La protection des saints Anges contre les démons, particulièrement au sujet de leurs différentes tentations, Litanies de l'Ange Gardien, Et Michel et ses anges combattaient contre le Dragon, La puissance des démons réglée par la sagesse divine, Discernement des esprits : ce qu'on entend par esprits, combien on en compte et comment ils se forment, Tous les hommes sont assistés des Saints Anges, Les Saints Anges nous assistent dans les choses temporelles, Les perfections admirables de ces sublimes intelligences, Les Saints Anges font tout ce qui peut se faire pour le bien des hommes, Litanie aux Saints Anges Gardiens, Discernement des esprits, Les Anges, princes et gouverneurs de la grande cité du bien, et Litanie de Saint Gabriel Archange.