mardi 31 mars 2020

Prééminence de saint Joseph dans le Ciel



Extrait de "Pouvoir de Saint Joseph", par le R. P. Huguet, Mariste :




Il est d'autant plus élevé au-dessus des Anges qu'il possède un nom plus excellent que le leur. (Hebr. I)

(...)

Marie est la souveraine des Cieux, dit la sainte Église, Regina Coeli ; et dans l'empire de cette auguste Reine, il y aurait quelqu'un au-dessus de son chaste Époux ? Ils étaient trop unis sur la terre pour qu'ils soient séparés dans l'éternité : Collocatus est a dextris Jesu, hoc est in potioribus bonis suis. Les Anges et les Bienheureux appellent Marie leur Reine et leur Souveraine, saint Joseph seul a le droit de la nommer son Épouse et son angélique compagne (Gerson). Si en vertu de l'adoption divine, nous devons espérer de voir Dieu à découvert et de jouir d'une gloire semblable à la sienne : quelle récompense plus magnifique encore est réservée à celui qui a été choisi pour être le père du Fils unique de Dieu (Suarez, in 3 p. t. II, disp. 8, sect. 1) ?
Dites-nous, ô bienheureux Joseph ! les honneurs que Jésus, votre Fils adoptif, vous rendit en présence des Anges et des Bienheureux, en vous faisant asseoir dans le Ciel sur le trône de gloire qu'il vous avait dressé lui-même de ses mains adorables ? Quelle consolation ineffable remplit votre cœur, quand vous entendîtes sortir de sa bouche divine ces ravissantes paroles : « Venez, mon père, venez, le béni de mon Père éternel et de moi, venez triompher dans le royaume qui vous a été préparé dès le commencement du monde ; venez, jouir de la félicité que vous avez méritée par les longs et laborieux services que vous m'avez rendus, non-seulement en la personne des plus petits d'entre mes frères, mais à moi-même. Vous m'avez logé chez vous, lorsque, ayant quitté le Ciel, je vivais comme un étranger sur la terre et un orphelin parmi les hommes ; et maintenant, après vous avoir délivré de votre exil, je veux vous donner une demeure permanente, une place d'honneur dans la céleste patrie ; vous couvrîtes autrefois mes membres exposés aux rigueurs des saisons, de langes et de vêtements, et je vous revêtirai à mon tour des plus beaux ornements de la gloire ; vous me nourrîtes du fruit de vos sueurs lorsque j'avais faim, et je vous rassasierai des délices éternelles que mes élus savourent à longs traits au festin de l'Agneau immaculé ; vous m'avez donné à boire lorsque j'étais pressé par la soif, et je vous enivrerai dans les siècles des siècles au torrent des voluptés divines ; vous avez supporté souvent le poids du jour et de la chaleur pour fournir à mon entretien, et je tous ferai jouir désormais d'un repos infini dans sa durée et ineffable dans sa douceur ; venez donc, venez, mon bienaimé, venez prendre possession de tous ces biens.
Après cette invitation si touchante, n'est-il pas vraisemblable que Jésus, se tournant vers son Père céleste, et lui présentant saint Joseph, lui dit, mais avec plus de tendresse que le jeune Tobie parlant de son cher Guide, l'Archange Raphaël, qu'il ne connaissait pas encore : Mon Père, quelle récompense donnerons-nous à cet homme, qui puisse égaler les bons offices que j'ai reçus de lui ? II a été le gardien et le protecteur de la virginité de ma Mère, il m'a fait une crèche au jour de ma naissance, il m'a conduit en Égypte pour me délivrer de la fureur déicide d'Hérode ; il m'a élevé avec de grands soins, il m'a aimé et comblé de toute sorte de biens. Que lui donnerons-nous ?
Grand Dieu, qui prenez part aux obligations que le Verbe incarné croit avoir à saint Joseph ; Bonté souveraine, qui ne vous laissez jamais vaincre en générosité par vos créatures ; Dieu du Ciel, qui avez promis votre gloire à ceux qui donneront en voire nom un verre d'eau froide au pauvre mendiant, quel témoignage de gratitude ne rendîtes-vous pas à ce saint Patriarche ? Père de toute bonté, ne le priâtes-vous pas d'agréer la moitié de vos richesses, ne récompensâtes-vous pas la fidélité et la prudence de ce bienheureux serviteur en lui accordant la moitié de vos biens et la liberté d'en disposer en faveur de ceux qui l'honorent et l'invoquent. Et vous, ô Jésus ! le Fils unique de Dieu, l'idée très-parfaite de la parfaite reconnaissance, que rendîtes-vous à celui de qui vous avez reçu tant d'honneur et de biens ? Fidèle à votre promesse : Donnez, et l'on vous donnera, on versera dans votre sein une bonne mesure comble, pressée et se répandant sur les bords, vous lui rendîtes un palais dans le Ciel pour une maison sur la terre, le sein d'un Dieu pour le sein d'un homme, la gloire éternelle pour des honneurs temporels, votre cœur pour le sien et amour pour amour.
« Quand Jésus, dit Bossuet, paraîtra en sa majesté, vous découvrirez les merveilles de la vie cachée de Joseph ; vous saurez ce qu'il a fait durant tant d'années, et combien il est glorieux de se cacher avec Jésus-Christ ! Sans doute il n'est pas de ceux qui ont reçu leur récompense en ce monde ; c'est pourquoi il paraîtra alors parce qu'il n'a pas encore paru ; il éclatera, parce qu'il n'a point éclaté. Dieu réparera l'obscurité, de sa vie, et sa gloire sera d'autant plus grande qu'elle est réservée pour la vie future. »
Puissions-nous, ô bienheureux Joseph ! avoir part à tous ces biens qui couronnent vos mérites, et aux joies surabondantes qui remplissent votre cœur, après que nous aurons contribué de toutes nos forces à la gloire que Dieu vous a destinée, et que nous sommes obligés de vous rendre.
Maintenant que, dans le Ciel, vous êtes au comble du bonheur, assis sur un trône élevé, auprès de votre bien-aimé Jésus, qui vous fut soumis sur la terre, saint Joseph, ayez pitié de moi. Vous voyez que je vis au milieu d'innombrables ennemis, de démons, de passions mauvaises qui viennent m'assaillir continuellement pour me faire perdre la grâce de Dieu. Ah ! je vous en supplie, au nom de la faveur qui vous fut accordée de pouvoir sur la terre jouir continuellement de la compagnie de Jésus et de Marie, obtenez-moi la grâce de vivre le reste de mes jours toujours uni à Dieu, de résister à tous les assauts de l'enfer, et de mourir ensuite en aimant Jésus et Marie ; afin que je puisse un jour être admis à jouir avec vous de leur compagnie dans le royaume des Bienheureux.


EXEMPLE

Sainte Thérèse, dont on connaît le zèle pour répandre la dévotion à saint Joseph, faisait placer, dit l'historien de sa vie, une image de la très sainte Vierge et de son chaste Époux sur toutes les portes des Monastères qu'elle fondait. Quand elle allait en voyage pour ses diverses Fondations, elle portait toujours sur son cœur un portrait de saint Joseph, le nommant le Père et le Fondateur de l'Ordre. Voici quelle fut l'occasion de cette pieuse pratique (Ribera. Vie de la Sainte, liv. I, ch. 13) : pendant qu'elle éprouvait toute espèce de traverses et de difficultés pour le Monastère de Saint-Joseph qu'elle désirait établir à Avila, un jour, après la sainte Communion, se plaignant à Jésus de tous les obstacles qu'on opposait à ses pieux desseins, le divin Sauveur l'engagea vivement à ne pas se décourager, l'assurant qu'elle triompherait de toutes les oppositions, que le Couvent s'établirait et que sa divine Majesté y serait très-honorée et fidèlement servie, il lui commanda en même temps de le mettre sous l'invocation de saint Joseph, ayant le soin de placer au-dessus de la porte de la Maison son image et celle de sa chaste Épouse. Sainte Thérèse fut fidèle à la recommandation du Fils de Dieu, et le Monastère placé sous un si auguste Patronage fut l'asile de toutes les vertus.


PRATIQUE

Renouveler tous les mercredis sa consécration à saint Joseph.



ACTE DE CONSÉCRATION À SAINT JOSEPH


Pour la clôture du mois de mars



Glorieux saint Joseph, digne entre tous les saints d'être vénéré, aimé et invoqué, à cause de l'excellence de vos vertus, de l'éminence de votre gloire et de la puissance de votre intercession ; en présence de l'adorable Trinité, de Jésus, votre Fils adoptif, de Marie, votre chaste Épouse et ma tendre Mère, je vous prends aujourd'hui pour mon avocat auprès de l'un et de l'autre, pour mon protecteur et mon père : je me propose fermement de ne jamais vous oublier, de vous honorer tous les jours de ma vie, et de faire tout ce qui dépendra de moi pour inspirer votre dévotion à tous ceux qui me sont confiés. Daignez, je vous en conjure, ô mon bien-aimé Père ! m'accorder votre protection spéciale. Je n'en suis pas digne ; mais néanmoins, au nom de l'amour que vous portez à Jésus et à Marie, agréez-moi pour votre serviteur à perpétuité, au nom de cette douce société que formèrent auprès de vous Jésus et Marie pendant tout le temps de votre vie, protégez-moi tant que je vivrai, afin que je ne me sépare jamais de Dieu, en perdant sa sainte grâce. Au nom de l'assistance que vous trouvâtes en Jésus et en Marie à l'heure de votre mort, protégez-moi spécialement à l'heure de la mienne, afin que, mourant accompagné de vous, de Jésus et de Marie, je vienne un jour vous remercier en Paradis, et que je puisse en votre compagnie louer et aimer éternellement notre Dieu. Ainsi soit-il.



Reportez-vous à Miracle de guérison obtenu par Saint Joseph, Saint Joseph, Protecteur de l'Église, De quelques industries cachées qui conduisent bientôt à la perfection, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, Saint Joseph refuge des pécheurs, De la confiance que nous devons avoir en Saint Joseph, Saint Joseph honoré par les saints, Saint Joseph élevé au-dessus de tous les saints, Prière à Saint Joseph, Père et Protecteur des Vierges, Prière pour demander la pureté, Prière pour obtenir la pureté, Pouvoir de saint Joseph, Confiance de sainte Thérèse d'Avila en saint Joseph, Invocations et prières à Saint Joseph pour chaque jour de la semaine, Union admirable de Jésus, Marie et Joseph, Délices de Nazareth, Saint Joseph, patron et modèle des âmes intérieures, Saint Joseph à Nazareth, Saint Joseph choisi de Dieu pour être le chef de la Sainte-Famille, Tendresse de saint Joseph pour Jésus, Neuvaine de prières à Saint Joseph, Neuvaine à Saint Joseph, pour se préparer à ses Fêtes, et obtenir quelque grâce spéciale pendant la vie et une bonne mort, Les Sept Dimanches de Saint Joseph, Excellence du saint nom de Joseph, Saint Joseph patron et modèle des religieux, Hymne en l'honneur de Saint Joseph, Litanies de la paternelle protection de Saint Joseph, Litanies des souffrances de Saint Joseph, Litanies de Saint Joseph, Prière efficace en l'honneur de Saint Joseph, Courtes prières à Saint Joseph, Chapelet de Saint Joseph, Acte de consécration au glorieux Saint Joseph, Prière de Saint Pie X au glorieux Saint Joseph modèle des travailleurs, Sermon pour la Fête de Saint Joseph, Marie est donnée en mariage à Saint Joseph, Litanies de l'amour de Marie, Supplique à Saint Joseph, Oraison pour présenter son cœur à saint Joseph et Méditations et Exemples pour le Mois de Saint Joseph.