jeudi 29 août 2019

Neuvaine à Saint Jean-Baptiste pour obtenir la guérison de l'âme et du corps






CONSIDÉRATION SUR LES PRINCIPALES VERTUS DE SAINT JEAN-BAPTISTE POUR TOUS LES JOURS DE LA NEUVAINE.



PREMIER JOUR : Sa conception et sa naissance.


Considération. II est rempli du Saint-Esprit dès le ventre de sa mère, sans jamais l'avoir chassé de son cœur. Il sent dès-lors la présence de Jésus-Christ résidant dans le sein de la Vierge, et il en tressaille de joie. Demandez la grâce de sentir davantage la présence de Dieu qui est partout, et celle de Jésus-Christ dans l'Eucharistie... S'humilier d'estimer si peu son Saint-Esprit et de l'avoir si souvent contristé par nos infidélités à ses inspirations, et de l'avoir peut-être chassé de notre cœur. Pater, Ave.


DEUXIÈME JOUR : Son enfance et sa vie cachée.


Considération. Quel amour pour la retraite, qu'il a commencée dès son enfance ! Quelle opposition au monde et à sa corruption ! Il faut que le monde soit bien contraire à la sainteté, puisque Dieu lui enlève saint Jean de si bonne heure pour le garantir de sa malignité. Il faut avoir grand soin de se préserver de la corruption du monde. Aimer la retraite, car c'est un puissant moyen de rester uni à Dieu, et de vivre en bon chrétien. Pater, Ave.


TROISIÈME JOUR : Sa vie publique.


Considération. Il ne sort de sa retraite que par l'ordre de Dieu, non pas même pourvoir Jésus-Christ, et supporte cette privation pendant trente ans. Il ne se montre au monde que par la vocation de celui qui peut l'y soutenir. Apprenons qu'il faut la vocation de Dieu pour entrer et vivre dans le monde, aussi bien que pour s'en retirer. On s'y perd, parce qu'on s'y, engage trop et qu'on y demeure par son propre penchant sans consulter la volonté de Dieu, quoi qu'on ait plus besoin de son secours pour s'y sauver que dans la retraite où l'on ne voudrait pas s'engager sans connaître les desseins de Dieu. Pater, Ave.


QUATRIÈME JOUR : Sa prédication.


Considération. Saint Jean-Baptiste passa trente années dans la retraite et la pénitence, pour se préparer à une prédication qui dura deux années. Il prêcha la pénitence plus par ses actions que par ses paroles. Il joignit la pénitence à l'innocence, et nous n'avons souvent aucune de ces deux vertus. Chacun doit, à son exemple, et selon son état particulier, instruire et édifier ses serviteurs, ses enfants, ses amis sans les flatter, et joindre l'exemple à l'instruction... Pater, Ave.


CINQUIÈME JOUR : Son baptême.


Considération. Le Sauveur du monde veut être baptisé par lui. Saint Jean refuse modestement, mais il est obligé d'obéir ; plus il est convaincu de son néant, plus il cède humblement. Heureuse alliance de l'obéissance avec l'humilité, du sentiment de la grandeur de Dieu avec le renoncement à son propre sens ! Pater, Ave.


SIXIÈME JOUR : Il rend témoignage à Jésus-Christ.


Considération. Il fut bien grand son zèle à publier les grandeurs de son Dieu ; et elle ne fut pas moins grande son application à s'humilier pour faire apprécier les dignités de son maître. Saisissons avec empressement toutes les occasions de procurer la connaissance, l'amour et la gloire de Dieu et de Jésus-Christ. Tachons de nous faire oublier des hommes pour n'être connu et ne vivre que de Jésus-Christ. Pater, Ave.


SEPTIÈME JOUR : Sa prison.


Considération. L'amour du repos et de la liberté ne l'empêchent point d'annoncer la loi de Dieu dans toute sa pureté. Il n'épargne point les hommes, parce qu'il ne craint que Dieu et n'aime que lui. Heureux celui qui sacrifie tout à la fidélité qu'il doit à son état et à ses devoirs ! Le respect humain ne nous doit jamais fermer la bouche quand il s'agit de la gloire de Dieu. Nous ne devons jamais rougir de l'Évangile. Pater, Ave.


HUITIÈME JOUR : Sa mort.


Considération. Il s'estime heureux de mourir pour avoir rendu témoignage à la vérité. Il est le martyr de la chasteté parce qu'il l'a aimée plus que sa vie, et on compte pour rien de tuer l'âme de son prochain par des discours, des actions et des exemples scandaleux. Il est des femmes qui ont l'effronterie de porter dans les églises des parures mondaines et même des mises indécentes, qui devraient les faire chasser de la maison de Dieu. Pater, Ave.


NEUVIÈME JOUR : Son triomphe et sa gloire dans le ciel.


Considération. Dieu, qui est encore plus magnifique dans ses récompenses que dans ses promesses, récompensa ce grand saint d'une immensité de gloire telle que, après la Mère de Dieu, il n'est aucun saint qui le surpasse en félicité et en gloire ; placé au premier rang dans la hiérarchie céleste, il peut offrir à Dieu nos prières, et nous obtenir les grâces et les faveurs que nous lui demandons.
Les dévots à saint Jean-Baptiste doivent recourir à lui avec beaucoup de confiance, car ses travaux et son martyre lui ont obtenu tout pouvoir auprès du trône de l'Éternel. Mais on doit remarquer que rien n'est plus contraire à l'honneur que l'on veut rendre à saint Jean et à la science du salut qu'il a prêché aux hommes, que les superstitions populaires. Pater, Ave.



(Tirée de Délices des pèlerins de la Louvesc ou Exercices de Dévotion qui se font à la Louvesc, et des réflexions spirituelles de J.M.B. Vianney, Curé d'Ars, 1857)




Reportez-vous à Litanies de Saint Jean-Baptiste, tirées du Bréviaire des serviteurs de Marie et Autre Neuvaine à Saint Jean-Baptiste.