samedi 24 août 2019

EXERCICE POUR LA BONNE MORT


Mort de Saint Philippe Benizi (Andrea del Sarto) Source photo



EXERCICE POUR LA BONNE MORT



Recommandation de soi-même pour l'heure de la mort



Seigneur, je remets mon esprit entre vos mains, je l'y remets à présent que je suis en santé, de peur que je ne puisse le faire quand arrivera l'heure de mon trépas. J'accepte donc pleinement l'arrêt de mort porté contre moi, et j'unis le sacrifice de moi-même à celui de mon Sauveur s'immolant sur la croix pour expier mes péchés et rendre gloire à son divin Père. Seigneur Jésus, j'implore votre assistance pour cette dernière heure. Souvenez-vous que vous avez vous-même passé par les mortelles angoisses du trépas, et que vous avez, dans ce douloureux moment, versé des larmes, crié vers votre Père, que vous lui avez recommandé votre esprit, après quoi vous avez rendu le dernier soupir. À mon tour, je crie vers vous, qui êtes mon Sauveur, afin que vous daigniez recevoir mon âme quand elle sortira de la prison de mon corps. Je vous contemple ô mon Jésus, sur votre croix ; je vois que vous me tendez les bras, j'aperçois votre côté ouvert, et votre tête penchée vers moi. Et mon âme, abandonnant toutes les choses créées, se jette entre vos bras, elle vous demande le baiser de paix, elle se cache dans votre côté sacré. Recevez-la, s'il vous plaît, à l'heure de ma mort, afin que j'aille vous aimer et vous adorer éternellement avec vos saints Anges dans le ciel. Ainsi soit-il.


Prière pour obtenir une bonne mort



Nota.
En récitant cette prière, on gagne 300 jours d'indulgence. Si on la récite pendant un mois, il y a une indulgence plénière l'un des trois derniers jours du mois, aux conditions ordinaires.


Ô mon Dieu, qui avez voulu, pour la rédemption du monde, naître dans une crèche, être circoncis, réprouvé par les Juifs, trahi par un baiser sacrilège du perfide Judas, lié comme un innocent agneau qui doit être immolé, traîné honteusement devant les tribunaux d'Anne, de Caïphe, de Pilate et d'Hérode, accusé par de faux témoins, souffleté, couvert de crachats, frappé de verges, couronné d'épines, tourné en dérision, rassasié d'opprobre et d'ignominie, enfin dépouillé de vos habits, attaché avec des clous sur une croix, placé entre deux larrons, abreuvé de fiel et de vinaigre, et percé par le fer d'une lance; aimable Sauveur, ainsi immolé pour consommer l'œuvre sublime de notre rédemption, en nous arrachant à la triple servitude du péché, du démon et de l'enfer, je vous en conjure par tant de supplices atroces endurés par amour pour moi, et dont le souvenir sera toujours présent à mon cœur ingrat, je vous en conjure par votre croix et votre mort, délivrez-moi des peines de l'enfer, et daignez m'introduire avec le larron pénitent, crucifié avec vous, dans ce royaume céleste où vous vivez et régnez avec Dieu le Père, et le Saint-Esprit dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.


LITANIES DE LA BONNE MORT



Composées par une demoiselle protestante, convertie à la religion catholique, morte a dix-huit ans, en odeur de sainteté.


Avec indulgence de 100 Jours, toutes les fois qu'on le récite dans l'intention de demander à Dieu sont secours pour l'heure de la mort. Il y a indulgence plénière, si on les récite pendant un mois, pourvu qu'on se confesse et qu'on communie.


Seigneur Jésus, Dieu de bonté, père de miséricorde, je me présente devant vous avec un cœur humilié, brisé et confondu ; je vous recommande ma dernière heure et ce qui doit la suivre.
Quand mes pieds immobiles m'avertiront que ma course en ce monde est près de finir, miséricordieux Jésus, ayez pitié de moi.
Lorsque mes mains engourdies et tremblantes, ne pourront plus tenir contre mon cœur votre image, ô Jésus crucifié, et que malgré moi elles la laisseront tomber sur mon lit de douleur, miséricordieux Jésus ayez pitié de moi.
Quand mes yeux obscurcis et troubles des approches de la nuit, porteront leurs regards tristes et mourants vers vous, miséricordieux Jésus ayez pitié de moi.
Quand mes lèvres froides et tremblantes prononceront pour la dernière fois votre adorable nom, miséricordieux Jésus, ayez pitié de moi.
Quand mes joues pâles et livides inspireront aux assistants la compassion et la terreur, et que mes cheveux baignés des sueurs de la mort, s'élevant sur ma tête, annonceront ma fin prochaine, miséricordieux Jésus, ayez pitié de moi.
Quand mes oreilles prêtes à se fermer pour toujours aux discours des hommes, s'ouvriront pour entendre votre voix qui prononcera l'arrêt, irrévocable qui doit fixer mon sort pour l'éternité, miséricordieux Jésus, ayez pitié de moi.
Quand mon imagination, agitée de fantômes sombres et effrayants, sera plongée dans les tristesses mortelles, que mon esprit troublé par la vue de mes iniquités et par la crainte de votre justice luttera contre l'ange des ténèbres, qui voudrait me dérober la vue de vos miséricordes et me jeter dans le désespoir, miséricordieux Jésus, ayez pitié de moi.
Quand mon faible cœur, accablé par la douleur de la maladie, sera saisi des horreurs de la mort, et épuisé par les efforts qu'il aura faits contre les ennemis de mon salut, miséricordieux Jésus, ayez pitié de moi.
Quand je verserai mes dernières larmes, symptômes de ma destruction, recevez-les en sacrifice d'expiation afin que j'expire comme une victime de la pénitence, dans ce terrible moment, miséricordieux Jésus, ayez pitié de moi.
Quand j'aurai perdu l'usage de tous mes sens, que le monde entier aura disparu pour moi, et que je serai dans les oppressions de ma dernière agonie et dans le travail de la mort, miséricordieux Jésus, ayez pitié de moi.
Quand les derniers soupirs de mon cœur presseront mon âme de sortir de mon corps, acceptez-les comme venant d'une sainte impatience d'aller à vous, miséricordieux Jésus, ayez pitié de moi.
Quand mon âme sur le bord de mes lèvres sortira pour toujours de ce monde, et laissera mon corps pâle, glacé et sans vie, acceptez la destruction de mon être comme un hommage que je veux rendra à votre divine majesté, miséricordieux Jésus, ayez pitié de moi.
Enfin quand mon âme paraîtra devant vous, et qu'elle verra pour la première fois l'éclat de votre majesté, ne la rejetez pas de devant votre face; daignez me recevoir dans le sein de votre miséricorde, afin que je chante éternellement vos louanges, miséricordieux Jésus, ayez pitié de moi.
Ainsi soit-il.

ORAISON

Ô Dieu, qui en nous condamnant à la mort nous en avez caché le moment et l'heure, faites que, passant dans la justice et la sainteté tous les jours de ma vie, je puisse mériter de sortir de ce monde dans la paix d'une bonne conscience, et mourir dans votre saint amour, par notre Seigneur Jésus-Christ, qui vit et règne avec vous dans l'unité du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.


PRIÈRE


Verbe divin, vous avez fait une ouverture à votre côté sacré pour me dérober à la justice de votre Père ; permettez-moi d'y établir ma sépulture. Sa profondeur est incompréhensible, c'est le vrai paradis de la terre, le port du salut, le fleuve de paix, l'asile des malheureux, le trésor de l'âme, la fournaise ardente du divin amour. Faites, ô mon Jésus, que j'entre dans ce paradis, que j'arrive heureusement à ce port ; que je rencontre cet asile ; faites-moi trouver ce trésor; consumez mes mauvais penchants dans cette fournaise ardente, afin que, caché dans votre plaie sacrée comme dans un tombeau, je puisse être admis au bonheur éternel.


(Prières tirées de Délices des pèlerins de la Louvesc ou Exercices de Dévotion qui se font à la Louvesc, et des réflexions spirituelles de J.M.B. Vianney, Curé d'Ars, 1857)



Reportez-vous à Première méditation de préparation à la mort : Rends-moi compte de ton administrationSeconde méditation de préparation à la mort : Voici l'époux qui vient ; allez au-devant de luiTroisième méditation de préparation à la mort : Que me présenteront le passé, le présent et l'avenir ?L'erreur qui consiste à croire que la vie d'ici-bas c'est la vie, est de toutes les erreurs la plus radicale, la plus cruelle, la plus désastreuse et malheureusement la plus répandue de nos jours, La mort est ordinairement conforme à la vie : L'exemple de deux Curés, La précieuse mort de Saint Philippe Benizi, Les Attributs de Dieu qui font la Béatitude des Saints dans le Ciel, Neuvaine à Saint Joseph, pour se préparer à ses Fêtes, et obtenir quelque grâce spéciale pendant la vie et une bonne mort, Litanies de la bonne mort, Prière à saint Joseph pour obtenir une bonne mort, Méditation sur la justice de Dieu, Méditation sur le Jugement de Dieu, Méditation sur la pensée de la mort, Méditation sur la fausse sécurité des Pécheurs, Tu es poussière et tu retourneras en poussière, Méditation sur le désir de la mort, Méditation sur la crainte de la mort, et Méditation sur la Préparation à la mort.