mardi 20 septembre 2016

Méditation : Jésus maudit ce que le monde estime (Suite du sermon sur la montagne)


Sainte Jeanne d'Arc, enseignée par Saint Michel,
Sainte Catherine d'Alexandrie et Sainte Marguerite-Marie d’Écosse.





JÉSUS MAUDIT CE QUE LE MONDE ESTIME



Mais malheur à vous, riches, parce que vous avez votre consolation en ce monde ; à vous qui êtes rassasiés, parce que vous aurez faim ; à vous qui riez maintenant, parce que vous serez réduits aux pleurs et aux larmes (Luc. 6. 24-25).



I. Point. — Combien Jésus désire que nous nous remplissions de son esprit.

Jésus désire si vivement voir ses disciples se conformer à ses jugements et à ses affections, qu'après les avoir instruits de ce qui peut les rendre bienheureux, il lance les plus foudroyants anathèmes sur les choses opposées à celles dont il vient de leur parler. Considérons combien il est important, en effet, de ne point nous borner à paraître chrétiennes par les actions extérieures, mais de tendre à l'être en effet par la conformité de l'esprit et du cœur avec Jésus notre Maître et notre modèle. Quelques pratiques isolées de religion ne suffisent pas pour sauver, c'est le fond du cœur qui doit être la base du vrai christianisme, par des principes dont il faut se pénétrer d'autant plus profondément que les mondains par leur exemple, les démons par leurs prestiges, nos propres inclinations par leur entraînement, tendent à nous les faire oublier, et à leur substituer ces maximes perverses qui peuplent tous les jours l'enfer. Ô Jésus, mon unique Maître ! faites donc retentir jusqu'au fond de mon âme, et gravez-y en caractères ineffaçables ces maximes dont la sainte sévérité est l'antidote de tous les vices : Malheur aux riches (Luc. 6. 24), s'ils sont avares, voluptueux, durs à l'égard des pauvres. Malheur à ceux qui goûtent les joies du monde (Luc. 6. 25), qui se livrent à ses criminels plaisirs. Malheur à ceux que le monde loue et approuve (Luc. 6. 26) à cause de leur perversité qui les rend semblables à lui... Oui, malheur ! ... Ah ! Jésus, je tremble : ouvrez votre Cœur, c'est l'asile sacré où je veux me mettre à l'abri de tant de malédictions, en y puisant l'esprit qui fait les saints, votre esprit, ô mon bienaimé, qui êtes ma voie, ma Vérité et ma vie.


II. Point. — Par quels moyens on peut se pénétrer de l'esprit de Jésus.

Un esprit, quel qu'il soit, s'insinue, s'inocule, pour ainsi dire, par la fréquentation des personnes qui en sont pénétrées ; et plus on a d'affection pour ces personnes, plus les rapports qu'on a avec elles sont fréquents et intimes, plus leur esprit s'établit facilement, promptement et solidement dans ceux à qui elles le communiquent. Ainsi voit-on ceux qui fréquentent les assemblées mondaines sans user de précautions, prendre l'esprit du monde ; ainsi voit-on encore un ami se remplir des sentiments de son ami, entrer dans toutes ses vues, juger d'après lui, en uni mot se conformer à son esprit. Si donc nous voulons nous remplir de l'esprit de Jésus, nous devons rechercher sa compagnie, sa conversation, sa divine intimité ; ce qui se fait par l'oraison, le recueillement, la lecture assidue et méditée de l'Évangile, une fervente participation à la divine Eucharistie, précédée, accompagnée et suivie de dispositions intérieures, qui nous fassent retirer de ce sacrement d'amour tous les fruits de grâces qu'il renferme. Un autre moyen encore, c'est de lire la vie des Saints, cherchant dans leurs exemples et dans leurs sentiments l'esprit de Jésus-Christ réduit en pratique ; de les invoquer souvent, en un mot, de vivre habituellement en esprit dans leur sainte compagnie. Si l'on est bien fidèle à prendre ces moyens, on ne peut guère manquer d'en éprouver l'efficacité, car elle est infaillible ; les ai-je pris jusqu'à présent ?... Suis-je bien résolue à les prendre à l'avenir ?



Extrait de « Méditations selon la méthode de Saint Ignace » (Tome II).






Pratique : Prendre des résolutions, selon ses besoins et son attrait, sur les pratiques indiquées dans le second point.







Reportez-vous à Méditation sur le détachement des biens de ce monde, Méditation sur le renoncement au monde, Méditation pour le mardi de la Passion, Bienheureux ceux qui ont faim et soif de la justice, Bienheureux ceux qui pleurent, car ils seront consolésBienheureux les pauvres d'esprit, parce que le royaume des Cieux est à eux, Bienheureux ceux qui sont doux, parce qu'ils posséderont la terre, Bienheureux ceux qui sont miséricordieux, Bienheureux ceux qui ont le cœur pur, Bienheureux les pacifiques, Bienheureux ceux qui souffrent persécution pour la justice, Vous êtes le sel de la terre, Vous êtes la lumière du monde, Châtiment du scandale, récompense du zèle, Perfection que Jésus exige de ses disciples, Préceptes sur la charité envers le prochain, Perfection à laquelle nous devons tendre, Soin de cacher les bonnes œuvres, Que votre nom soit sanctifié, Que votre règne arrive, Que votre volonté soit faite sur la terre comme au ciel, Donnez-nous aujourd'hui notre pain de chaque jour, Pardonnez-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés, Ne nous laissez pas succomber à la tentation, mais délivrez-nous du mal, Degrés des vertus qu'on se propose d'acquérir et Phénomènes possibles en cas de possession démoniaque et signes de délivrance.