mardi 30 mai 2017

Méditation pour le Mardi d'après l'Ascension : Jour de recueillement




Saint François d'Assise en prière (Murillo)



LE MARDI D'APRÈS L'ASCENSION

Jour de recueillement


PRATIQUE

Passez ce jour dans un parlait recueillement, détournez toutes les affaires dissipantes, toutes les distractions qui viendront de vous-même et de votre prochain. Occupez-vous d'une pensée ou d'une vérité capable do mous toucher. Imaginez-vous être dans le cénacle avec les apôtres : imitez leur modestie, leur recueillement et leur ferveur.


MÉDITATION

1er point. Pour pratiquer ce recueillement, il faut combattre les ennemis qui lui sont opposés. Il y en a deux considérables : le premier est extérieur, c'est le monde, c'est son esprit, c'est son langage, ce sont ses entretiens, se sont ces nouvelles, ce sont ses manières ; le second est intérieur, c'est nous-mêmes, c'est notre cœur, ce sont les pensées de notre esprit, sa légèreté, sa vivacité, sa curiosité et la multitude de ses pensées inutiles ; ce sont les affections de notre cœur, ses penchants, ses attaches, sa légèreté et sa paresse.
Mettez tout en usage pour combattre ces ennemis du recueillement, vous aurez la paix, votre âme jouira d'un vrai repos, et par là méritera que le Saint-Esprit repose sur elle, comme il s'est reposé sur les apôtres.

2e point. L'esprit de recueillement, disent les Saints Pères, est une disposition de l'âme qui la rend toujours prête à se livrer à l'Esprit de Dieu, à penser à ce divin objet, à lui parler cœur à cœur, à l'entendre avec plaisir et docilité ; toujours facile à se mettre en mouvement à la moindre de ses inspirations, et toujours ardente et prompte à lui obéir en toutes choses, malgré tous les obstacles, ne âme qui a l'esprit de recueillement ne sort jamais d'elle-même pour se répandre parmi les créatures, ou si elle en sort quelque moment, par fragilité ou par nécessité, elle y rentre aussitôt pour y trouver son Dieu et pour lui parler cœur à cœur.


SENTIMENTS

Ah ! Seigneur, rapprochez ce grand intervalle qui me fait gémir, et faites-vous voir à mon âme d'une manière plus sensible ; si je ne puis monter jusqu'à vous, parce que je suis encore attaché à la terre, descendez par honte jusqu'à mon néant. Aidez-moi à recueillir toutes mes puissances, afin de ne sortir jamais de l'esprit de recueillement ni de votre divine présence. Apprenez-moi, Seigneur, à retenir les saillies de mon esprit, les égarements de mon cœur, les regards de mes yeux, pour ne me dissiper jamais et ne pas sortir de l'esprit de recueillement.


DON DU SAINT-ESPRIT

L'entendement


Le Saint-Esprit ne favorise du don de l'entendement que les âmes fidèles qui vivent de la vie intérieure, qui pratiquent la présence de Dieu, et qui ont l'esprit de recueillement : ainsi l'on peut dire que le recueillement procure le don précieux de l'entendement. Pour le mériter, ayez une grande toi et un grand amour pour l'oraison et la vie intérieure, une grande docilité d'esprit et de cœur.
Demandez humblement ce don au Saint-Esprit, qui en est l'auteur, et vous ferez vos délices du recueillement.




Reportez-vous à Méditation sur le renoncement au monde, Parle, Seigneur, ton serviteur écoute !, Avis pour la lecture spirituelle, Neuvaine préparatoire à la Fête de la Pentecôte : Prière pour demander les sept Dons du Saint-Esprit, Méditation pour le Samedi d'après l'Ascension, Méditation pour le Vendredi d'après l'Ascension, Méditation pour la Fête de l'Ascension, Méditation pour le Jeudi d'après l'Ascension, Méditation pour le Mercredi d'après l'Ascension, Méditation pour le Lundi d'après l'Ascension, Méditation pour le Dimanche d'après l'Ascension, Méditation pour le Mercredi après la Pentecôte, Méditation pour le Mardi après la Pentecôte, Méditation pour le Lundi de Pentecôte, Méditation pour le Jeudi après la Pentecôte, Méditation pour le Samedi après la Pentecôte, Accueillir le Saint Esprit de Dieu, Litanie du Saint-Esprit, Méditation pour le Jour de la Pentecôte, Jésus, Sagesse glorieuse et triomphante, Jésus glorifié veut glorifier sa Mère.















PETIT CATÉCHISME HISTORIQUE, 2e partie, contenant en abrégé l'Histoire Chrétienne, Leçon XIX : Des autres Commandements de l'Église



SECONDE PARTIE


Contenant en abrégé l'Histoire Chrétienne



LEÇON XIX


Des autres Commandements de l’Église




Saint Jérôme, pénitent (Murillo)



Outre les dimanches, il y a plusieurs jours consacrés à Dieu, que nous appelons fêtes. On y fait mémoire des mystères de la religion, ou de quelques Saints. Les deux principales fêtes sont Pâques, et la Pentecôte. Pâques est le jour de la résurrection de Jésus-Christ. La Pentecôte, le jour de la descente du Saint-Esprit. Noël est le jour de la naissance de Jésus-Christ. Les Rois ou l'Épiphanie, le jour qu'il fut adoré par les Mages, que nous appelons les trois Rois. Il y a aussi plusieurs fêtes en l'honneur de la Sainte Vierge, de Saint Jean-Baptiste, des Apôtres, et de quelques autres Saints, suivant les coutumes des Églises. Il faut être fort soigneux à chaque fête de s'instruire du mystère ou de l'histoire du Saint. Le cinquième commandement de l'Église est de jeûner le carême entier, les quatre-temps et les vigiles. Le carême est de quarante jours avant la fête de Pâques pour nous y préparer. Les quatre-temps sont les quatre saisons de l'année, en chacune desquelles nous jeûnons trois jours en une semaine. Les vigiles sont les veilles de certaines fêtes. Le jeûne consiste à ne point manger avant midi, et ne faire qu'un repas. Le sixième commandement est de ne point manger de chair le vendredi ni le samedi (l'abstinence le samedi a été par la suite supprimée, mais recommandée par ailleurs pour les âmes consacrées à la Sainte Vierge Marie) en mémoire de la passion et de la sépulture de Notre-Seigneur. On observe la même abstinence tous les jours de jeûne (Rappelons que ce Catéchisme historique est une seconde édition parue en 1791. L'Église a apporté des modifications, et par la suite, sous Pie XII, a allégé les prescriptions sur le jeûne et l'abstinence, Cf. également Christus Dominus, Constitution apostolique concernant le jeûne eucharistique, 1953, et le Motu proprio Sacram Communionem, 1957).



Demande.
Qu'est-ce que les fêtes ?
Réponse.
Des jours consacrés à Dieu.

Demande.
À quelle occasion ?
Réponse.
En mémoire des mystères ou des Saints.

Demande.
Quelles sont les deux principales ?
Réponse.
Pâques et la Pentecôte.

Demande.
Qu'est-ce que Pâques ?
Réponse.
Le jour de la Résurrection de Notre Seigneur.

Demande.
Et la Pentecôte ?
Réponse.
Le jour de la descente du Saint-Esprit.

Demande.
Qu'est-ce que Noël ?
Réponse.
La naissance de Notre Seigneur.

Demande.
Et l'Épiphanie ?
Réponse.
L'Adoration des Mages ou des Rois.

Demande.
De quoi se doit-on instruire aux jours de fêtes ?
Réponse.
Du mystère ou de l'histoire du Saint.

Demande.
À quoi sert le carême ?
Réponse.
À nous préparer à la Pâque.

Demande.
Qu'est-ce que les Quatre-temps ?
Réponse.
Trois jours de jeûne en chacune des quatre saisons de l'année.

Demande.
Comment doit-on jeûner ?
Réponse.
En ne faisant qu'un repas, et après midi.

Demande.
Pourquoi garde-t-on l'abstinence de la viande des vendredis et des samedis ?
Réponse.
En mémoire de la Passion de Notre Seigneur.




Reportez-vous à Leçon I : De la Foi, de l'Espérance et de la Charité, Leçon II : De la Trinité, Leçon III : De l'Incarnation du Verbe et de la rédemption du genre humain, Leçon IV : De la descente de Jésus-Christ aux enfers, de sa Résurrection et de son Ascension, Leçon V : Du jugement, Leçon VI : Du Saint-Esprit, Leçon VII : De l’Église, Leçon VIII : De la Communion des Saints, Leçon IX : De la Rémission des péchés, Leçon X : De la Résurrection et de la vie éternelle, Leçon XI : De l'Oraison Dominicale, Leçon XII : Suite de l'Oraison Dominicale, Leçon XIII : Des autres prières, Leçon XIV : Du Décalogue, Leçon XV : Des trois premiers Commandements, Leçon XVI : Quatrième, cinquième et sixième Commandements, Leçon XVII : Des quatre derniers Commandements, Leçon XVIII : Des trois premiers Commandements de l’Église, Leçon XX : Des Sacrements, Leçon XXI : Du Baptême, Leçon XXII : De la Confirmation, Leçon XXIII : De l'Eucharistie, Leçon XXIV : De la Communion, Leçon XXV : Du Sacrement de Pénitence, Leçon XXVI : Suite de la Pénitence, Leçon XXVII : De l'Extrême-Onction, Leçon XXVIII : De l'Ordre, Leçon XXIX : Du Mariage, Du dessein et de l'usage de ce Catéchisme et Première partie du Petit Catéchisme Historique, contenant en abrégé l'Histoire Sainte.

Reportez-vous également à La Confrérie Réparatrice des Blasphèmes de la Profanation du Dimanche, L'institution du Carême et la manière dont les premiers Chrétiens le passaient.




***



Quelques précisions sur les Fêtes d'obligation,
le jeûne et l'abstinence





La fête d’obligation est un jour de sanctification pour se tourner davantage vers Dieu par la prière, l'étude religieuse, la vie de famille.

Jeûne et abstinence sont interdits les dimanches et fêtes d’obligation. Le jeûne est interdit le temps de Pâques (jusqu’à l’Ascension).


Tous les dimanches et fêtes ci-dessous, obligent sous peine de péché mortel.

En France, selon le calendrier liturgique :

- Immaculée-Conception (8 décembre),
- Noël (25 décembre),
- Circoncision (1er janvier),
- Épiphanie (6 janvier),
- Saint Joseph (19 mars),
- Jeudi de l’Ascension (40 jours après le Dimanche de Pâques et 10 jours avant le Dimanche de la Pentecôte)
- Jeudi de la Fête Dieu (après la Sainte Trinité qui est le dimanche après la Pentecôte),
- Saints Pierre et Paul (29 juin),
- Assomption (15 août),
- Toussaint (1er novembre).

Code de Droit Canon 1917, Can. 1247 :  Les jours de fête de précepte pour toute Église sont seulement : tous les dimanches et chacun d’eux, les fêtes de Noël, Circoncision, Épiphanie, Ascension, Fête-Dieu, Immaculée-Conception, et Assomption de la Sainte Vierge Marie, Saint Joseph son époux, les saints apôtres Pierre et Paul, la Toussaint.


Ces jours là, nous devons :

- Assister à la messe s’il y a une messe catholique disponible (messe traditionnelle dite de Saint Pie V, non una cum, célébrée par un prêtre valide fidèle à la foi catholique de toujours) et accessible géographiquement. Dans l'impossibilité d'assister à la messe, il nous faut davantage de prière, de lecture spirituelle, étudier les Pères de l’Église, l'enseignement des Papes (jusqu'à Pie XII inclus), etc.
- Sanctifier ce jour (prière, Chapelet, lecture spirituelle, etc.)
- Ne pas jeûner ce jour,
- Ne pas travailler (sauf nécessité de l’emploi ou nécessité de travailler),
- Ne pas faire de travaux serviles comme le bricolage, les courses, etc. (sauf nécessité, réparation d’urgence, achat de nécessité, etc.),

Si vous n'avez pas de messe non una cum à proximité, vous pouvez participer chez vous, avec un missel (édité avant 1958), au Saint Sacrifice, grâce à cette messe non una cum célébrée en direct tous les dimanches en Italie. Le sermon est dit en plusieurs langues à la fin de la messe, dont le français (en seconde position). Faites tout votre possible pour pouvoir vous recueillir avec piété, et lors de la communion eucharistique, communiez spirituellement (Cf. La communion spirituelle et Consolations pour les fidèles en temps de persécutions, de schismes et d'hérésies). Vous pouvez cependant, lors du sermon en italien durant la messe, couper le son et lire les commentaires de Dom Guéranger pour l'année liturgique, le sermon d'un Saint (Saint Curé d'Ars, Saint Alphonse de Liguori, etc.), ou utilisez ces ouvrages : Les Saints Évangiles des Dimanches et principales Fêtes de l'année, avec des notions liturgiques, un commentaire littéral, des réflexions pratiques et des prières, "Esprit" du R.P. Avrillon pour passer saintement l'Avent, le Carême, l'Ascension, l'Assomption..., Le Mois de Novembre consacré au Souvenir des Âmes du Purgatoire, etc..

Code de Droit Canon 1917, Can. 1248 : Aux jours de fête de précepte, la messe doit être entendue ; et on doit s’abstenir des œuvres serviles, des actes judiciaires, de même que, sauf coutumes contraires légitimes ou indult particulier, de marchés publics, de foires, et d’autres ventes publiques aux enchères.


Modifications de la loi ecclésiastique par Sa Sainteté le Pape Pie XII (Motu proprio Sacram Communionem, du 19 mars 1957) :

- Les jours de jeûne, un seul repas complet est permis, au cours duquel de la viande peut être prise.
- Deux autres repas sans viande, qui, ensemble, sont moins que le repas complet, sont également autorisés.
- Seuls les liquides peuvent être pris entre les repas.
- La loi du jeûne doit être observée par tous entre l’âge de 21 ans et 59 ans inclusivement (entièrement révolus), sous peine de péché mortel.
- Les adolescents, personnes âgées, et les personnes privées de l’usage de la raison ne sont pas tenus au jeûne.
- Les malades, convalescents, femmes enceintes ou allaitantes, travaux fatiguant de corps ou d’esprit sont dispensés.
- Si le jeûne pose un risque grave pour la santé ou entrave la capacité de faire le travail nécessaire, il ne fait pas obligation.
- Les jours d’abstinence complète, comme tous les vendredis, la viande ou soupe ou sauce à base de viande (ou quoi que ce soit à base de viande) ne peut être prise à aucun repas, sous peine de péché mortel.
- Les jours d’abstinence partielle ou de jeûne sans abstinence de viande, la viande ou soupe ou sauce à base de viande peut être consommée une seule fois ou à un seul repas. La loi de l’abstinence doit être respectée par tous, 7 ans et plus, sous peine de péché mortel.
- Les personnes handicapées sans l’usage de la raison sont dispensées.
- Il n’y a aucune obligation de jeûne ou d’abstinence pour un jour saint d’obligation, même s’il tombe un vendredi (comme Noël). (Sa Sainteté le Pape Pie XII, Sacram Communionem, 19 mars 1957)


Loi ecclésiastique de jeûne avant le 19 décembre 1941 :

Jeûne et abstinence de viande :

Mercredi des cendres ;
Vendredis et samedis de carême ;
Mercredis, vendredis, et samedis des quatre-temps :
Quatre-temps de l’Avent : Mercredi, vendredi et samedi après le 3e dimanche de l’Avent ;
Quatre-temps de carême : Mercredi, vendredi et samedi après le 1er dimanche de carême ;
Quatre-temps de la pentecôte : Mercredi, vendredi et samedi après la Pentecôte ;
Quatre-temps de septembre : Mercredi, vendredi et samedi après le 14 septembre.
Vigile de Noël.
Vigile de la Toussaint ;
Vigile de l’Immaculée-Conception (décret du 25 juillet 1957 transférant l’obligation de jeûne et abstinence de la vigile de l’Assomption) ;
Vigile de la Pentecôte ;

Jeûne sans abstinence de viande (ou abstinence partielle) :

Lundis, mardis, mercredis et jeudis de carême.
Abstinence de viande tous les vendredis de l’année.
Carême (loi ecclésiastique de jeûne avant le 19 décembre 1941)


Cette loi ecclésiastique (Code de Droit canonique de 1917, can 1250 à 1254) fut suspendue le 19 décembre 1941 en raison de la guerre et Pie XII accorda aux évêques de pouvoir en dispenser.


Possibilité d’adoucissement du jeûne et de l’abstinence par dispense d’Indult depuis le 28 janvier 1949 :

Le 28 janvier 1949, le pape Pie XII rétablit l’ancienne loi ecclésiastique d’avant le 19 décembre 1941, avec des possibilités d’adoucissements, par le décret de dispense du 28 janvier 1949.

Pape Pie XII, décret de dispense du 28 janvier 1949 : Les ordinaires qui se serviront de ce nouvel adoucissement du jeûne et de l’abstinence ne manqueront pas d’exhorter les fidèles, spécialement le clergé séculier, les religieux et les religieuses, à vouloir, dans ces temps très difficiles, ajouter des exercices de perfection chrétienne et des œuvres de charité, particulièrement à l’égard des pauvres et de ceux qui souffrent, et à prier selon les intentions du Souverain Pontife.


Abstinence de viande tous les vendredis de l’année.


Jeûne et abstinence de viande :

- Mercredi des cendres,
- Vendredi-Saint,
- Vigile de l’Immaculée Conception (décret du 25 juillet 1957 transférant l’obligation de jeûne et d’abstinence de la vigile de l’Assomption),
- Vigile de Noël : obligation avancée au 23 décembre, ou au 22 si le 23 tombe un dimanche.





En ces temps de châtiments où le peuple de Dieu ne fait plus pénitence, ceux qui le peuvent sont appelés à plus de mortifications, et donc à suivre les prescriptions sur le jeûne et l'abstinence faites par Saint Pie X. (Reportez-vous à Jeûner aux jours commandés)


Lire cet article sur le jeûne.













samedi 27 mai 2017

Méditation pour le Samedi d'après l'Ascension : Jour de retraite








LE SAMEDI D'APRÈS L'ASCENSION

Jour de retraite


PRATIQUE

Soyez fidèle à l'esprit de retraite et conservez-le dans toutes les compagnies où vous vous trouverez par nécessité ; quittez tout aux heures consacrées à la prière pour vous rendre digne de recevoir le Saint-Esprit, et Dieu vous tiendra compte de tous ces petits assujettissements.


MÉDITATION

1er point. Ne vous attendez pas que l'Esprit-Saint descende sur vous, si vous n'imitez pas les apôtres dans leur retraite et si vous n'en prenez pas l'esprit, qui est une disposition habituelle de tout quitter pour Dieu, et de vous séparer de la créature, pour ne plus converser qu'avec lui. Retirez- vous, séparez-vous, disons plus, fuyez le monde comme le Sauveur, arrachez-vous généreusement de ce que vous avez de plus cher dans ce monde, si vous voulez que l'Esprit saint parle à votre cœur, et si vous voulez entendre son divin langage avec toute l'attention que vous lui devez et qu'il mérite. Fuyez, ô mon bien-aimé, disait l'épousa des sacrés cantiques, et soyez semblable au chevreuil ou au faon en vous retirant sur la montagne des aromates : prenez l'esprit de retraite dans le monde même, lorsque vous serez dans l'impossibilité de vous en séparer de corps ; fuyez en sorte que votre esprit et votre cœur en soient toujours séparés.

2e point. Le Sauveur, en promettant son esprit à ses apôtres, leur dit que le monde ne pouvait pas le recevoir parce qu'il ne le connaissait pas. Pour recevoir cet esprit adorable, il faut le désirer, il faut le demander ; et on ne désire et on ne demande pas ce qu'on ne connaît pas. Quel puissant motif pour vous séparer du monde, souvent de corps et toujours d'esprit, puisqu'on vivant avec le monde et à la manière du monde, vous n'aurez jamais le Saint-Esprit, qui est son ennemi déclaré. Lorsqu'on veut être fidèle à l'esprit de retraite, on a besoin d'une grande fidélité pour surmonter la paresse, l'amour-propre et le respect humain ; soyez donc généreux à tout rompre pour vous retirer avec Dieu ; il saura bien vous en tenir compte et vous dédommager au centuple de ce que vous quitterez pour son amour.


SENTIMENTS

Ôtez de mon cœur, ô mon Dieu, tous ces misérables restes de l'esprit du monde, qui est un esprit de dissipation, pour y mettre le vôtre, qui est un esprit de retraite et de séparation : séparez-moi donc vous-même, vous qui connaissez ma faiblesse, arrachez-moi de ce monde, entraînez-moi vers vous avec cette douce violence, comme vous entraîniez l'épouse des sacrés cantiques ; aidez-moi à rompre tous les liens qui m'attachent encore à ce monde trompeur, et attachez-moi si fortement à vous que je ne m'en sépare jamais.


DON DU SAINT-ESPRIT

La force


La force est une vertu héroïque et un don du Saint-Esprit qui nous fait soutenir avec courage les persécutions et la douleur, sans nous laisser corrompre par les tentations des plaisirs les plus séduisants. Nous entreprenons les travaux les plus pénibles sans nous décourager ; nous brisons généreusement tous les liens qui nous attachent au monde, à la chair et au sang ; nous surmontons tous les obstacles de notre salut, et nous persévérons dans la justice pour la gloire de Dieu seul. Demandons-la avec ardeur au Saint-Esprit.





Reportez-vous à Neuvaine préparatoire à la Fête de la Pentecôte : Prière pour demander les sept Dons du Saint-Esprit, Méditation pour le Vendredi d'après l'Ascension, Méditation pour la Fête de l'Ascension, Méditation pour le Jeudi d'après l'Ascension, Méditation pour le Mercredi d'après l'Ascension, Méditation pour le Mardi d'après l'Ascension, Méditation pour le Lundi d'après l'Ascension, Méditation pour le Dimanche d'après l'Ascension, Méditation pour le Jeudi après la Pentecôte, Méditation pour le Jeudi après la Pentecôte, Méditation pour le Mercredi après la Pentecôte, Méditation pour le Mardi après la Pentecôte, Méditation pour le Lundi de Pentecôte, Accueillir le Saint Esprit de Dieu, Litanie du Saint-Esprit, Méditation pour le Jour de la Pentecôte, Jésus, Sagesse glorieuse et triomphante, Jésus glorifié veut glorifier sa Mère.















vendredi 26 mai 2017

NEUVAINE PRÉPARATOIRE À LA FÊTE DE LA PENTECÔTE : Prière pour demander les Sept Dons du Saint-Esprit





NEUVAINE PRÉPARATOIRE À LA FÊTE DE LA PENTECÔTE


Prière pour demander les Sept Dons du Saint-Esprit



Ô Jésus, qui, avant de monter au ciel, avez promis à vos Apôtres de leur envoyer le Saint-Esprit pour les instruire, les consoler et les fortifier, daignez faire descendre en nous aussi ce divin Paraclet.

— Venez en nous, Esprit de la Crainte du Seigneur, faites que nous redoutions par-dessus tout de contrister notre Père Céleste et que nous fuyions les séductions du malin.

— Venez en nous, Esprit de Piété, remplissez nos cœurs de la tendresse la plus filiale pour Dieu et de la mansuétude la plus parfaite à l’égard de nos frères.

— Venez en nous, Esprit de Science, éclairez-nous sur la vanité des choses de ce monde, faites que, voyant en elles des images des perfections divines, nous nous en servions pour élever nos cœurs vers Celui qui les a créés pour notre service.

— Venez en nous, Esprit de Force, donnez-nous le courage de supporter avec patience les souffrances et les épreuves de la vie, et faites-nous surmonter généreusement tous les obstacles qui s’opposeraient à l’accomplissement de nos devoirs.

— Venez en nous, Esprit de Conseil, accordez-nous la grâce de discerner, dans les occasions difficiles, ce que nous devons faire pour accomplir la volonté de Dieu, et ce que nous devons dire pour diriger ceux dont nous sommes les guides.

— Venez en nous, Esprit d’Intelligence, que votre divine lumière nous fasse pénétrer les vérités, et les mystères de la religion, et qu’elle rende notre foi si vive, qu’elle soit l’inspiratrice de tous nos sentiments et de tous nos actes.

— Venez en nous, Esprit de Sagesse, faites que nous goûtions la suavité des choses divines à tel point que notre cœur les aime uniquement et qu’il puise dans cet amour une paix inaltérable.

Gloire au Père qui nous a créés, au Fils qui nous a rachetés, au Saint-Esprit qui nous a sanctifiés.





Source : Neuvaine préparatoire à la Fête de la Pentecôte.


Reportez-vous à Le Dogme de l'unité de Dieu et de la Sainte Trinité, Preuves directes de la Trinité et de la divinité du Saint-Esprit, Preuves directes de la divinité du Saint-Esprit : noms, attributs et œuvres, Mission du Saint-Esprit, Troisième création du Saint-Esprit : l’Église, Le Saint-Esprit dans l'Ancien Testament, promis et figuré, Le Saint-Esprit prédit, Méditation pour le Samedi d'après l'Ascension, Méditation pour le Vendredi d'après l'Ascension, Méditation pour la Fête de l'Ascension, Méditation pour le Jeudi d'après l'Ascension, Méditation pour le Mercredi d'après l'Ascension, Méditation pour le Mardi d'après l'Ascension, Méditation pour le Lundi d'après l'Ascension, Méditation pour le Dimanche d'après l'Ascension, Méditation pour le Mercredi après la Pentecôte, Méditation pour le Mardi après la Pentecôte, Méditation pour le Lundi de Pentecôte, Accueillir le Saint Esprit de Dieu, Catéchisme, Leçon VI : Du Saint-Esprit, Méditation pour le Jour de la Pentecôte, Jésus, Sagesse glorieuse et triomphante, Jésus glorifié veut glorifier sa Mère, Méditation sur la science du salut, et Neuvaine au Sacré-Cœur.












Méditation pour le Vendredi d'après l'Ascension : Jour de pénitence









LE VENDREDI D'APRÈS L'ASCENSION

Jour de pénitence


PRATIQUE

Entrez aujourd'hui dans un esprit de pénitence et de mortification ; un seul péché mortel, dit saint Jérôme, mérite des larmes éternelles. Gémissez sur vos péchés et travaillez à les expier : portez sur vous, selon le conseil de l'apôtre, la mortification de Jésus-Christ ; mortifiez votre esprit, votre cœur et votre chair, et offrez tout au Saint-Esprit, pour l'attirer en vous.


MÉDITATION

1er point. Les apôtres et la Vierge affligés d'avoir perdu, pour un temps leur aimable maître, passent dix jours entiers dans un esprit de pénitence et de mortification continuelle ; ils se privent de toutes les consolations sensibles et de toutes les douleurs de la vie. Renfermés dans le cénacle, leurs yeux ne verront rien de ce qui peut flatter la vanité ; leurs oreilles n'entendront rien de ce qui se passe dans le monde ; ils ne parleront qu'à Dieu ou que de Dieu, dont la présence intime, jointe à l'oraison continuelle et à l'espérance de recevoir bientôt le Saint-Esprit, fera toute leur joie et tout leur adoucissement. Solitude extérieure et intérieure, présence de Dieu, oraisons, soupirs ardents vers le ciel, larmes, jeûnes, privations, c'est ainsi qu'ils attirent le Saint-Esprit et vont le faire descendre du ciel. Entrez avec eux dans cette préparation de pénitence si vous voulez participer au même bonheur.

2e point. Le roi-prophète et pénitent tout ensemble, disait que l'esprit de pénitence était un sacrifice digne de Dieu et capable de l'attirer en nous : il le demandait à Dieu avec une ferveur admirable, en disant : Seigneur, vous m'arroserez avec l'hysope et je serai purifié ; vous me laverez et je serai plus blanc que la neige ; vous ne mépriserez pas un cœur contrit et humilié (Psalm, 50). Comme le prophète pénitent, purifiez votre esprit, expiez son orgueil et sa vanité par l'humilité la plus profonde ; fixez sa légèreté, sa vivacité ; retenez sa curiosité, source de la plupart de ses distractions : appliquez-le à Dieu seul par de saintes pensées, par la lecture et la prière. Pour acquérir le véritable esprit de pénitence, mortifiez votre chair, traitez-la avec dureté, comme un ennemi d'autant plus redoutable qu'il est domestique, de peur que ses délicatesses ne soient contagieuses à l'esprit et au cœur.


SENTIMENTS

Que je sens d'opposition en moi à l'esprit de pénitence et de mortification, ô mon Dieu ! mes sensualités, mes délicatesses, ma paresse, entraînent souvent mon esprit et mon cœur. Ah ! Seigneur, comment avec ces mauvais penchants, recevoir votre esprit, puisque vous ne le donnez qu'aux âmes assez généreuses pour mourir tous les jours à leurs passions et à tous les désirs perdus de leurs cœurs. Animez-moi donc d'une sainte haine de moi-même, pour combattre et pour détruire en moi tout ce qui vous déplaît ; donnez-moi le courage d'expier les péchés que j'ai commis par une rigoureuse pénitence ; anéantissez le péché, sauvez le pécheur, et rendez-moi digne de recevoir votre esprit. Associez-moi à votre divine mère et à tous les saints renfermés dans le cénacle ; préparez mon esprit comme vous avez préparé le leur à vous recevoir. Je vous offre, Seigneur, leurs mortifications, leurs désirs, leurs larmes, leurs soupirs et leurs prières.


DON DU SAINT-ESPRIT

La crainte de Dieu


La crainte de Dieu est le commencement de la sagesse, dit le roi-prophète. Que ce ne soit point une crainte mercenaire mais filiale ; car il y a loin de la différence, dit saint Augustin, entre craindre Dieu, de peur qu'il ne nous châtie, et le craindre, de peur qu'il ne s'éloigne de nous. La première est une crainte servile, la seconde est une crainte chaste. Craignez Dieu, dit ce père, comme on craint de déplaire à ce qu'on aime avec le plus d'ardeur, et produisez-en des actes fréquents dans la journée ; ils vous conduiront à la sagesse, à l'esprit de pénitence et à l'amour ; par là vous engagerez le Saint-Esprit à vous honorer de sa visite.





Lire Neuvaine préparatoire à la Fête de la Pentecôte.


Reportez-vous à Litanies de Sainte Marie-Madeleine, Méditation sur la crainte de Dieu, Méditation pour le Samedi d'après l'Ascension, Méditation pour la Fête de l'Ascension, Méditation pour le Jeudi d'après l'Ascension, Méditation pour le Mercredi d'après l'Ascension, Méditation pour le Mardi d'après l'Ascension, Méditation pour le Lundi d'après l'Ascension, Méditation pour le Dimanche d'après l'Ascension, Méditation pour le Mercredi après la Pentecôte, Méditation pour le Mardi après la Pentecôte, Méditation pour le Lundi de Pentecôte, Accueillir le Saint Esprit de Dieu, Méditation pour le Jour de la Pentecôte, Jésus, Sagesse glorieuse et triomphante, Jésus glorifié veut glorifier sa Mère.














PETIT CATÉCHISME HISTORIQUE, 2e partie, contenant en abrégé l'Histoire Chrétienne, Leçon XVIII : Des trois premiers Commandements de l'Église



SECONDE PARTIE


Contenant en abrégé l'Histoire Chrétienne



LEÇON XVIII


Des trois premiers Commandements de l’Église





L'Église est notre mère, c'est pourquoi nous sommes obligés à lui obéir et à observer les commandements qu'elle nous a faits, pour nous faire garder plus aisément les commandements de Dieu. On en compte six pour l'ordinaire. Les dimanches Messe (tu) ouïras et fêtes de commandement [il s'agit bien entendu d'entendre la Messe de toujours, Messe non una cum, dite de Saint Pie V]. Tous tes péchés (tu) confesseras à tout le moins une fois l'an. Et ton Créateur (tu) recevras au moins à Pâques humblement. Les fêtes tu sanctifieras, qui te sont de commandement. Quatre temps, vigiles, (tu) jeûneras, et le carême entièrement. Vendredi chair ne mangeras ni le samedi mêmement [l'Église a réduit l'abstinence au Vendredi seulement]. Le premier commandement est d'entendre la Messe. L'on ne peut assister à tout l'office, ni à la Messe solennelle, les jours consacrés à Dieu : l'Église veut que l'on entende au moins une Messe basse toute entière, et avec grande attention. Le second est de confesser tous les péchés à son propre Prêtre, au moins une fois l'année. Il est rare que l'on passe un si longtemps sans avoir besoin de pénitence* ; et ceux qui, après avoir fait de grands péchés, ne cherchent pas à rentrer en grâce avec Dieu, ne méritent pas le nom de chrétien. Le troisième est de recevoir la Sainte Communion du corps de Jésus-Christ, au moins une fois l'année, vers la fête de Pâques, chacun en sa paroisse. Ce n'est pas qu'il ne soit très bon de communier plus souvent ; et l'Église désirerait qu'à chaque Messe tous les assistants communiassent. Ces deux commandements n'obligent point avant l'âge de discrétion, où l'on est incapable de discerner le bien et le mal.


* confessez-vous le plus régulièrement possible afin de recevoir les grâces nécessaires pour résister aux tentations et pour votre sanctification ; confessez-vous au moins une fois par mois. Par la confession fréquente, vous recevrez les grâces pour ne plus retomber dans le péché.



Demande.
Pourquoi faut-il observer les commandements de l'Église ?
Réponse.
Parce que l'Église est notre mère.

Demande.
Dites ses commandements ?
Réponse.
Les dimanches Messe (tu) ouïras...

Demande.
À quoi donc est-on obligé les dimanches tout au moins ?
Réponse.
À entendre la Messe.

Demande.
Est-ce assez d'y assister ?
Réponse.
Non, il faut prier Dieu avec attention.

Demande.
Est-on obligé de se confesser quelquefois ?
Réponse.
Oui, au moins une fois l'année.

Demande.
Pourquoi cela ?
Réponse.
Pour ne pas croupir longtemps dans le péché.

Demande.
Faut-il communier souvent ?
Réponse.
Oui, l'Église le désire ainsi.

Demande.
Mais à quoi est-on obligé ?
Réponse.
À communier au moins une fois l'année.

Demande.
En quel temps ?
Réponse.
À Pâques.

Demande.
À quel âge est-on obligé à ces deux commandements ?
Réponse.
Quand on commence à discerner le bien et le mal.




Reportez-vous à Leçon I : De la Foi, de l'Espérance et de la Charité, Leçon II : De la Trinité, Leçon III : De l'Incarnation du Verbe et de la rédemption du genre humain, Leçon IV : De la descente de Jésus-Christ aux enfers, de sa Résurrection et de son Ascension, Leçon V : Du jugement, Leçon VI : Du Saint-Esprit, Leçon VII : De l’Église, Leçon VIII : De la Communion des Saints, Leçon IX : De la Rémission des péchés, Leçon X : De la Résurrection et de la vie éternelle, Leçon XI : De l'Oraison Dominicale, Leçon XII : Suite de l'Oraison Dominicale, Leçon XIII : Des autres prières, Leçon XIV : Du Décalogue, Leçon XV : Des trois premiers Commandements, Leçon XVI : Quatrième, cinquième et sixième Commandements, Leçon XVII : Des quatre derniers Commandements, Leçon XIX : Des autres Commandements de l’Église, Leçon XX : Des Sacrements, Leçon XXI : Du Baptême, Leçon XXII : De la Confirmation, Leçon XXIII : De l'Eucharistie, Leçon XXIV : De la Communion, Leçon XXV : Du Sacrement de Pénitence, Leçon XXVI : Suite de la Pénitence, Leçon XXVII : De l'Extrême-Onction, Leçon XXVIII : De l'Ordre, Leçon XXIX : Du Mariage, Du dessein et de l'usage de ce Catéchisme et Première partie du Petit Catéchisme Historique, contenant en abrégé l'Histoire Sainte.

Reportez-vous également à Jeûner aux jours commandés, Les communions sans action de grâces, Communier saintement et trouver refuge et salut en Jésus-Christ au Saint-Sacrement, Méditation sur la crainte de Dieu, La Communion spirituelle, Mediator Dei du Pape Pie XII, sur la Sainte liturgie, De quel religieux respect nous devons entourer le Saint Sacrement, et Guérison : beauté du sacrement de pénitence.













Méditation sur le jurement


Notre-Dame de la Salette






1er point. Le jurement est défendu par la Loi de Dieu : Nolite jurare, dit le Seigneur ; Ne jurez point.

Examinez, 1° les jurements compris dans cette défense. Il est certain qu'elle ne regarde en aucune sorte les serments qu'exige une autorité légitime dans des occasions importantes pour le maintien de ses Lois. Nous prenons alors Dieu à témoin de la vérité de nos paroles, ou en levant la main vers le Ciel ou en jurant sur son Saint Évangile, parce que nous y sommes autorisés par une puissance qui vient de Dieu. 2° Ce que Dieu condamne, ce sont les jurements inutiles, où l'on prend le nom de Dieu en vain, les imprécations et les blasphèmes exécrables. Combien n'en voit-on pas qui se font une malheureuse habitude de ne parler qu'en jurant, et qui ne peuvent assurer les vérités les plus simples et les plus communes, sans outrager la Divinité, et sans se dévouer eux-mêmes à la mort ou aux tourments éternels !


2e point. Ces jurements ne peuvent être justifiés par aucun prétexte.

On a beau prétendre que l'on jure, que l'on blasphème sans y penser, sans entendre quelquefois la signification des paroles qu'on prononce ; que l'on les dit par légèreté, par habitude et nullement par irrévérence : mauvaises excuses. Si c'est un mal de les proférer, c'en est encore un plus grand de s'en faire une habitude. Une telle habitude marque toujours ; 1° peu de respect pour la Religion ; 2° peu d'égard à la Majesté du Très-Haut qui remplit l'Univers par l'immensité de sa présence ; 3° un désordre insensé dans les discours, qui ne peut être qu'une suite de l'égarement de l'esprit et du cœur.




Reportez-vous à La Confrérie Réparatrice des Blasphèmes de la Profanation du Dimanche, Leçon XV : Des trois premiers Commandements, Méditation sur la recherche volontaire de l'occasion prochaine du péché, Méditation sur l’œil qui scandalise, Méditation sur l'homicide, Méditation sur les moyens d'acquérir la pureté du cœur, Méditation sur la pureté du cœur, Méditation sur l'attache au péché véniel, Méditation sur la distinction du péché mortel et du péché véniel, Méditation sur l'exemple de la multitude, Méditation sur la nécessité des progrès dans la vertu, Méditation sur la voie étroite, Méditation sur le discernement des bons et des mauvais exemples, Méditation sur la douceur, Méditation sur les richesses, Méditation sur la flatterie, Méditation sur l'ambition, Méditation sur les murmures, Méditation sur l'obligation de porter sa croix, Méditation sur le renoncement à soi-même, Méditation sur les défauts d'autrui, Méditation sur les scrupules, Méditation sur l'emploi du temps, Méditation sur l'observation des Lois de Dieu et Méditation sur la crainte de Dieu.













jeudi 25 mai 2017

Méditation pour la Fête de l'Ascension






L'Ascension (Gustave doré)



LA FÊTE DE L'ASCENSION

Jour de foi


PRATIQUE

Commencez la journée par adorer Jésus-Christ montant au ciel : félicitez-le sur son glorieux triomphe. Avant qu'il quitte la terre, recevez avec les apôtres sa bénédiction ; demandez-lui avec ardeur la foi, et faites-en des actes fréquents. Que cet esprit de foi vous attache à Dieu, et soupirez sans cesse vers ce céleste séjour que Jésus glorieux va vous préparer aujourd'hui par son ascension.


MÉDITATION

1er point. La foi nous approche de Dieu ; mais il faut que ce soit une foi de l'esprit et du cœur : c'est-à-dire qu'il faut croire et aimer tout ensemble ; il faut que l'esprit soit parfaitement soumis, et le cœur embrasé et prêt à se soumettre à toutes les pratiques les plus rigoureuses de la foi, quand il serait question de répandre jusqu'à la dernière goutte de votre sang. Demandez-la au Saint-Esprit, qui en est l'auteur.
Jetez un regard tendre et respectueux sur Jésus prêt à monter au ciel : ses yeux, qui avaient répandu tant de larmes sur la croix, sont à présent plus brillants que le soleil ; sa tête n'est plus couronnée d'épines sanglantes, elle est couronnée de gloire. Toutes les plaies qui défiguraient son corps lui donnent un éclat tout divin, et concourent à la gloire et à l'éclat de son triomphe. Occupez-vous de cet adorable objet de votre foi, puisque le Sauveur triomphe aujourd'hui et pour lui et pour vous.

2e point. Entrons maintenant dans les sentiments des apôtres ; ils étaient alors comme suspendus entre le ciel et la terre : leurs cœurs poussaient des soupirs, et leur amour alarmé sentait vivement la perte qu'ils allaient faire ; leurs yeux versaient des larmes de tristesse et de joie tout ensemble : de tristesse, parce qu'ils perdaient pour un temps la présence sensible de leur adorable maître, qui voulait donner ainsi plus d'élévation et de mérite à leur foi ; de joie, parce qu'ils prenaient part au triomphe de celui qu'ils adoraient comme leur dieu, et qu'ils aimaient uniquement comme leur sauveur.
Imitons leur foi et leur amour ; soyons animés d'un désir ardent de remplir la place que Jésus-Christ nous a préparée dans le ciel par son ascension glorieuse. Si votre foi approche de celle des apôtres, rien ne vous doit intéresser que Dieu seul, et le soin de vous assurer une bienheureuse éternité ; regardez-vous comme un étranger qui ne fait que passer dans ce monde, et qui se hâte de rompre ses liens pour aller sans détour à sa patrie qui est le ciel.


SENTIMENTS

Régnez, ô mon divin Rédempteur, comme un roi de gloire : montez au ciel victorieux du péché, de la mort et de toutes les puissances de la terre et de l'enfer. Montez-y par votre propre puissance et escorté d'une infinité d'esprits célestes et d'une troupe innombrable de patriarches, de prophètes et d'âmes justes. Ô mon divin Sauveur, vous êtes monté au ciel pour m'y préparer une place : rendez, moi digne de l'occuper un jour ; soutenez-moi de votre grâce ; attirez-moi après vous, ô mon Dieu ; augmentez ma foi ; et donnez-moi la persévérance jusqu'à la mort, pour mériter la couronne de l'éternité.


DON DU SAINT-ESPRIT


La piété


Demandez avec ardeur le don de piété, c'est une vertu qui se porte vers Dieu par un culte universel, respectueux et ardent ; vers sa patrie, sa famille par une bonté compatissante et toujours prête à les secourir. Voilà le premier de tous les dons du Saint-Esprit, et qui vous attirera tous les autres.





Reportez-vous à Méditation pour le Samedi d'après l'Ascension, Méditation pour le Vendredi d'après l'Ascension, Neuvaine préparatoire à la Fête de la Pentecôte : Prière pour demander les sept Dons du Saint-Esprit, Méditation pour le Jeudi d'après l'Ascension, Méditation pour le Mercredi d'après l'Ascension, Méditation pour le Mardi d'après l'Ascension, Méditation pour le Lundi d'après l'Ascension, Méditation pour le Dimanche d'après l'Ascension, Méditation pour le Jeudi après la Pentecôte, Méditation pour le Mercredi après la Pentecôte, Méditation pour le Mardi après la Pentecôte, Méditation pour le Lundi de Pentecôte, Accueillir le Saint Esprit de Dieu, Litanie du Saint-Esprit, Méditation pour le Jour de la Pentecôte, Jésus, Sagesse glorieuse et triomphante, Jésus glorifié veut glorifier sa Mère.















mercredi 24 mai 2017

Méditation sur l'homicide


Meurtre d'Abel par Caïn (Gustave Doré)






1er point. Vous ne tuerez point, dit le Seigneur : Non Occides.

Cette Loi défend tous les meurtres extérieurs, et par conséquent, 1° l'homicide de soi-même, lorsqu'on attente à sa propre vie, pour hâter la fin de ses peines ; 2° les duels ; ce qui emporte la condamnation de ceux qui les provoquent, qui les autorisent ou qui les approuvent ; 3° la précipitation, la négligence ou la prévention dans les jugements qui décident de la vie d'un homme et quelquefois de la vie de plusieurs hommes à la fois ; tel était l'arrêt injuste par lequel Assuérus ordonna le massacre de tous les Juifs à la sollicitation du cruel Aman ; 4° les guerres qui ne sont allumées que par une ambition outrée, par un désir effréné d'accroître sa puissance au-delà des bornes légitimes.


2e point. Cette même Loi défend également les meurtres intérieurs, que l'on commet dans son cœur par le désir de la mort d'un ennemi qui nous offense et qui nous persécute ; d'un époux ou d'une épouse dont la conduite nous est odieuse et nous paraît insupportable ; d'un père même (qui le croirait !), ou d'un parent dont la succession se fait trop attendre. Car à quel excès, grand Dieu, ne se porte-t-on pas dans le secret du cœur, quand la cupidité y commande ! Et de quelles horreurs ne devient pas capable une âme que vous abandonnez, parce qu'elle vous abandonne !




Reportez-vous à Leçon XVI : Quatrième, cinquième et sixième Commandements, Méditation sur les moyens de connaître les passions dominantes, Méditation sur le désir de la mort, Méditation sur l'amour de la vie, Méditation sur la crainte de la mort, Méditation sur la recherche volontaire de l'occasion prochaine du péché, Méditation sur l’œil qui scandalise, Méditation sur le jurement, Méditation sur les moyens d'acquérir la pureté du cœur, Méditation sur la pureté du cœur, Méditation sur l'attache au péché véniel, Méditation sur la distinction du péché mortel et du péché véniel, Méditation sur l'exemple de la multitude, Méditation sur la nécessité des progrès dans la vertu, Méditation sur la voie étroite, Méditation sur le discernement des bons et des mauvais exemples, Méditation sur la douceur, Méditation sur les richesses, Méditation sur la flatterie, Méditation sur l'ambition, Méditation sur les murmures, Méditation sur l'obligation de porter sa croix, Méditation sur le renoncement à soi-même, Méditation sur les défauts d'autrui, Méditation sur les scrupules, Méditation sur l'emploi du temps, Méditation sur l'observation des Lois de Dieu et Méditation sur la crainte de Dieu.














PETIT CATÉCHISME HISTORIQUE, 2e partie, contenant en abrégé l'Histoire Chrétienne, Leçon XVII : Des quatre derniers Commandements



SECONDE PARTIE


Contenant en abrégé l'Histoire Chrétienne



LEÇON XVII


Des quatre derniers Commandements






Le septième commandement défend de prendre le bien d'autrui, soit en cachette et par artifice, soit par force et à découvert, comme nous ne voudrions pas que l'on nous prît ce qui est à nous. Si nous avons pris quelque chose, il faut le rendre, autrement le péché ne nous serait point pardonné. Si nous avons besoin de quelque chose, il faut le gagner par notre travail ou le demander en aumône. Le huitième commandement défend de porter faux témoignage en justice, d'accuser personne à faux, de publier le mal des autres qui n'est pas connu, s'il n'est nécessaire de le dire pour un plus grand bien ; il défend aussi toutes sortes de mensonges, principalement celui qui porte préjudice à quelqu'un. Le neuvième commandement défend de désirer aucun plaisir déshonnête hors le mariage, ni même de s'entretenir volontairement dans ces sortes de pensées. Le dixième commandement défend de désirer le bien d'autrui, si ce n'est pour l'acquérir légitimement, comme nous trouverions bon que l'on désirât le nôtre. Les mauvais désirs sont la source de tous péchés, et nous ne faisons mal que par l'amour déréglé de l'honneur, de l'argent ou du plaisir.


Demande.
Pourquoi n'est-il pas permis de prendre le bien d'autrui ?
Réponse.
Parce que nous ne voudrions pas que l'on prît le nôtre.

Demande.
Est-ce mal fait de le prendre par adresse ?
Réponse.
Oui, c'est dérober.

Demande.
Est-il permis de retenir ce qui a été pris ?
Réponse.
Non, il faut le restituer au plus tôt.

Demande.
Le faux témoignage n'est-il défendu qu'en justice ?
Réponse.
Il est toujours défendu d'accuser les innocents.

Demande.
Est-il permis de parler du mal que quelqu'un a fait ?
Réponse.
Non, s'il n'y a grande nécessité d'en parler.

Demande.
Est-il permis de mentir ?
Réponse.
Non, il faut toujours dire la vérité.

Demande.
Que défend le neuvième commandement ?
Réponse.
Le désir des plaisirs déshonnêtes.

Demande.
Le dixième ?
Réponse.
Le désir du bien d'autrui.

Demande.
Pourquoi ces désirs sont-ils défendus ?
Réponse.
Parce qu'ils sont la source de la plupart des péchés.




Reportez-vous à Leçon I : De la Foi, de l'Espérance et de la Charité, Leçon II : De la Trinité, Leçon III : De l'Incarnation du Verbe et de la rédemption du genre humain, Leçon IV : De la descente de Jésus-Christ aux enfers, de sa Résurrection et de son Ascension, Leçon V : Du jugement, Leçon VI : Du Saint-Esprit, Leçon VII : De l’Église, Leçon VIII : De la Communion des Saints, Leçon IX : De la Rémission des péchés, Leçon X : De la Résurrection et de la vie éternelle, Leçon XI : De l'Oraison Dominicale, Leçon XII : Suite de l'Oraison Dominicale, Leçon XIII : Des autres prières, Leçon XIV : Du Décalogue, Leçon XV : Des trois premiers Commandements, Leçon XVI : Quatrième, cinquième et sixième Commandements, Leçon XVIII : Des trois premiers Commandements de l’Église, Leçon XIX : Des autres Commandements de l’Église, Leçon XX : Des Sacrements, Leçon XXI : Du Baptême, Leçon XXII : De la Confirmation, Leçon XXIII : De l'Eucharistie, Leçon XXIV : De la Communion, Leçon XXV : Du Sacrement de Pénitence, Leçon XXVI : Suite de la Pénitence, Leçon XXVII : De l'Extrême-Onction, Leçon XXVIII : De l'Ordre, Leçon XXIX : Du Mariage, Du dessein et de l'usage de ce Catéchisme et Première partie du Petit Catéchisme Historique, contenant en abrégé l'Histoire Sainte.

Reportez-vous également à Méditation sur le mensonge, Huitième Commandement de Dieu : mensonge, faux témoignage, médisance, calomnie et jugement téméraire.