mardi 28 février 2017

Diverses pratiques de dévotion envers la Mère de Dieu : Recourir souvent à Marie, Faire célébrer la messe, Dévotion aux Saints qui lui sont proches, etc.


Extrait de "Les gloires de Marie" (Tome II) de Saint Alphonse de Liguori :


La Sainte Famille et Saint-Jean Baptiste enfant (Murillo)


(...)

RECOURIR SOUVENT A MARIE

Parmi toutes les pratiques de dévotion, il n'y en a point qui plaise autant à Marie que celle de recourir souvent à son intercession, en lui demandant du secours dans tous les besoins particuliers, dans les doutes, dans les dangers, les afflictions, les tentations et spécialement dans les tentations contre la pureté. La Mère de Dieu nous délivrera si nous recourons à elle en disant le Sub tuum proesidium, ou l'Ave Maria ; ou bien en invoquant son saint nom qui a une force particulière contre les démons. Il est aussi très utile alors de baiser ou de serrer sur son cœur le chapelet ou le scapulaire, ou de regarder une image de la Vierge.


POUR LA (...) DERNIÈRE PRATIQUE, J'EN RÉUNIS PLUSIEURS QU'ON PEUT OFFRIR EN L'HONNEUR DE MARIE

Célébrer ou faire célébrer, ou du moins entendre la messe en l'honneur de la Ste Vierge. Le saint sacrifice de la messe ne peut s'offrir qu'à Dieu seul, mais, dit le Saint Concile de Trente (Sess. 22. c. 3), on peut en même temps l'offrir à Dieu, pour le remercier des grâces qu'il a accordées aux Saints et à sa sainte Mère, afin qu'en célébrant, leur mémoire, ils daignent intercéder pour nous. Cette dévotion de la messe, et celle de dire trois Pater, Ave et Gloria à la sainte Trinité pour la remercier des grâces faites à Marie est très agréable à la sainte Vierge ; car ne pouvant assez remercier le Seigneur de tous les dons et des grâces qu'il lui a accordées, elle sait bon gré à ceux qui l'aident à s'en acquitter.

Il° Révérer, les Saints qui ont été les plus proches de Marie, tels que S. Joseph, S. Joachim, Ste Anne ; honorer les Saints les plus dévoués à la Mère de Dieu, S. Jean l’Évangéliste, S. Jean-Baptiste, S. Bernard, S. Jean Damascène, défenseur de ses images, S. Ildéphonse, défenseur de sa virginité.

III° Faire chaque jour quelque lecture sur les privilèges de Marie ; prêcher ou du moins inspirer à tout le monde, surtout à ses parents, la dévotion envers la Mère de Dieu. Elle dit un jour à Ste Brigitte : Fais que tes enfants soient aussi les miens. Prier chaque jour pour les vivants et pour les morts qui sont et qui ont été les plus dévoués à Marie.


Il y a plusieurs indulgences accordées par les souverains Pontifes à ceux qui honorent cette Reine du Ciel :


1) Cent ans d'indulgence à quiconque dit : Soit bénie la sainte et immaculée Conception de la bienheureuse Vierge Marie.
2) Quarante jours pour le Salve Regina.
3) Deux cents jours pour les litanies.
4) Vingt jours pour quiconque incline la tête aux Saints noms de Jésus et Marie.
5) Dix mille ans pour quiconque récite cinq Pater et Ave, en l'honneur de la passion de Jésus-Christ et des douleurs de Marie. On peut trouver dans d'autres livres, entre autres dans celui du Père Viva, des recueils d'indulgences accordées à divers exercices de piété.


J'omets quelques autres pratiques qui se trouvent dans d'autres livres, comme des sept allégresses, des douze privilèges de Marie, et je termine cet ouvrage par les belles paroles de S. Bernardin : (Serm. 61) Ô femme bénie entre toutes les femmes, ô Marie, vous êtes l'honneur du genre humain, le salut de notre peuple. Vous avez un mérite sans bornes et une entière puissance sur toutes les créatures. Vous êtes la Mère de Dieu, la maîtresse du monde, la Reine du Ciel. Vous êtes la dispensatrice de toutes les grâces, l'honneur et l'ornement de l'Église. Vous êtes le modèle des justes, la consolation des Saints et la source de notre salut. Vous êtes la joie du paradis, la porte du ciel, la gloire de Dieu. Voilà tout ce que nous avons su dire à votre louange, Nous vous supplions donc, ô Mère de bonté, de suppléer à notre faiblesse, d'excuser notre hardiesse, d'agréer notre dévouement, et de bénir notre travail, en imprimant votre amour dans tous les cœurs, afin qu'après avoir honoré et aimé votre divin Fils sur la terre, nous puissions l'aller louer et bénir éternellement dans le ciel. Ainsi soit-il.






Lire "Les gloires de Marie" (Tome 1, Tome II).


Reportez-vous à Méditation sur la dévotion envers Marie, Pratiques de dévotion envers Marie : L'Ave Maria, Pratiques de dévotion envers Marie : Les Neuvaines, Pratiques de dévotion envers Marie : Rosaire, Petit office, Jeûne, Images, Scapulaire, Méditation : Marie est donnée en mariage à Saint Joseph, Méditation pour le Mois de Saint Joseph : Le retour d’Égypte, Litanies de Sainte Anne, Litanies de Saint Joachim, Litanies de Sainte Anne et Saint Joachim, Quamquam pluries du Pape Léon XIII, Petit chapelet des sept douleurs de Marie, Des Vertus de Marie : L'humilité, Des Vertus de Marie : Amour de Marie envers Dieu, Des vertus de Marie : Charité envers le prochain, Des Vertus de Marie : La Foi, Jésus glorifié veut glorifier sa Mère, Discours sur la Visitation de Marie, Discours sur la Purification de Marie, Discours sur l'Assomption de Marie, Discours sur les douleurs de Marie, Leçon XV : De la Naissance de Jésus-Christ, La Sainte Vierge Marie, Mère de Miséricorde, La vraie dévotion à la Sainte Vierge Marie, Figure biblique de la parfaite dévotion à la Sainte Vierge Marie : Rébecca et Jacob, Et le Dragon persécuta la femme qui enfanta le fils, Inimitiés entre les enfants de Marie et les esclaves du Diable, Prière de Pie XII pour la Neuvaine à l'Immaculée Conception, Histoire de Notre-Dame de Genazzano, Le Chapelet ou "Petite couronne", Litanie de la Sainte Vierge Marie, Litanie du Cœur immaculé de Marie, Litanie en l'honneur de Saint Jean-Baptiste, Votre mémoire est une boîte à tentations dans laquelle le démon pioche, Ineffabilis Deus sur le Dogme de l'Immaculée Conception, Dévotion au Très Saint Rosaire et Fabriquer un oratoire en l'honneur de Marie.
















lundi 27 février 2017

Diverses pratiques de dévotion envers la Mère de Dieu : Rosaire, Petit office, Jeûne, Images de Marie et Scapulaire


Extrait de "Les gloires de Marie" (Tome II) de Saint Alphonse de Liguori :


La Vierge remettant le Scapulaire à Simon Stock (Nicolas Mignard)



3e PRATIQUE

DU ROSAIRE ET DE L'OFFICE

La dévotion du saint Rosaire fut révélée à S. Dominique par Marie elle-même. Un jour que ce Saint était grandement affligé, et se plaignait à la Mère de Dieu du progrès et des dégâts que l'hérésie des Albigeois faisait dans l'Église, la Sainte Vierge lui dit : Ce terrain sera toujours stérile, tant que la pluie n'y tombera pas. Dominique comprit alors que cette pluie était la dévotion du rosaire qu'il devait publier ; il la prêcha partout, et elle fut reçue de tous les catholiques.
Pour décrier l'usage du chapelet, que n'ont pas fait et dit les hérétiques modernes : Calvin, Bucer et autres ? Mais malgré leurs blasphèmes, elle a produit les plus heureux fruits : elle a converti et sanctifié beaucoup de pécheurs. Cette dévotion est approuvée de l'Église, les souverains Pontifes y ont attaché de riches indulgences que l'on gagne quand on est inscrit dans la confrérie du rosaire. Pour gagner les indulgences annexées à la récitation du rosaire, il faut penser aux mystères, le réciter avec piété, car une courte prière bien faite vaut mieux que de longues prières faites sans attention ; il sera aussi très utile de produire souvent des actes d'amour envers Jésus et Marie.
Le petit Office de la Sainte Vierge a été composé, dit-on, par saint Pierre Damien ; Urbain II a accordé diverses indulgences à ceux qui le récitent, et Marie leur a souvent obtenu des grâces. Il est aussi agréable à Marie que l'on récite ses litanies, l'Ave maris Stella , et le Magnificat.


4e PRATIQUE

DU JEÛNE

« (S. Bernard) Le samedi a été dédié par l'Église à l'honneur de la très Sainte Vierge, parce que c'est en ce jour qu'elle demeura constante dans la foi après la mort de son Fils. » C'est pour cela que les serviteurs, de Marie lui offrent en ce jour quelque dévotion particulière, et surtout le jeûne au pain et à l'eau, comme avaient coutume de faire Saint Charles Borromée, le Cardinal Gilet, et tant d'autres, qui ont reçu par Marie des bienfaits signalés, il est bien convenable que celui qui, après avoir mérité l'enfer, veut devenir serviteur de Marie , jeûne en son honneur le samedi ; ce sera pour lui un gage de salut ; non pas que cette dévotion fasse qu'étant surpris par la mort en état de péché mortel. Marie le sauve par un miracle ; ces prodiges de la divine miséricorde sont rares, et ce serait folie de les attendre ; mais je dis qu'il est facile que Marie obtienne à celui qui jeûne le samedi la persévérance dans la grâce et une bonne mort.
Tous les membres de notre Congrégation jeûnent au pain et à l'eau le samedi en l'honneur de Marie. Celui qui est empêché par des raisons de santé se contente ce jour-là d’un seul mets, ou observe le jeûne ordinaire, ou s'abstient de fruits ou de quelque autre chose. Il faut le samedi, ou du moins les veilles des fêtes de Marie, pratiquer quelque dévotion spéciale envers elle, comme de faire la communion, ou au moins entendre la sainte Messe, visiter quelque image de Marie (...), etc..


5e PRATIQUE

DES VISITES AUX IMAGES DE MARIE

Le Père Segneri dit que le démon n'a su se mieux consoler des pertes qu'il 'a faites dans l'extinction de l'idolâtrie, qu'en persécutant les saintes images par le moyen des hérétiques. Mais l'Église les a défendues au prix même du sang des martyrs, et la Mère de Dieu a aussi montré par des prodiges combien lui est agréable le culte et les visites qu'on rend à ses images. S. Jean Damascène eut la main tranchée pour avoir défendu par ses écrits les images de cette divine Mère, mais Marie la lui rendit miraculeusement.
Les serviteurs de Marie visitent souvent et avec grande dévotion les images et les églises dédiées à son honneur. Ce sont là les cités de refuge, où nous trouvons un abri contre les tentations et les châtiments mérités par nos fautes passées.
Lorsque l'Empereur S. Henri entrait dans quelque ville, la première chose qu'il faisait, c'était de visiter quelque église de la Sainte Vierge. Le Père Thomas Sanchez ne rentrait d'ordinaire au logis qu'après avoir visité quelque église de Marie.
Le Père Spinelli cite parmi les miracles de Marie au n°65, qu'en 1611, au célèbre sanctuaire de Mont-Vierge, la veille de la Pentecôte, une grande réunion de personnes profana cette fête par toute sorte d'excès, bals, débauches, indécences. On vit tout-à-coup s'allumer un incendie dans la maison, et en moins d'une heure et demie elle fut réduite en cendres ; plus de 1500 personnes y périrent victimes malheureuses de ces divertissements criminels. Je ne saurais donc assez prier les serviteurs de Marie de s'abstenir et de faire abstenir les autres d'aller à de pareils sanctuaires de la Sainte Vierge les jours de fêtes ; parce qu'alors ce n'est pas la Vierge qui est honorée, c'est le démon qui retire tout le fruit de pareilles visites : qu'on y aille plutôt dans un temps où il n'y ait point de concours.


6e PRATIQUE

DU SCAPULAIRE

Les hommes regardent comme un honneur de faire porter leur livrée, de même Marie prend plaisir à voir ses serviteurs porter le saint scapulaire, pour montrer qu'ils lui sont dévoués. Les hérétiques modernes se moquent de cette dévotion, mais l'Église l'a approuvée et enrichie d'indulgences. La Sainte Vierge apparut au bienheureux Simon Stock, anglais, et après lui avoir donné son scapulaire, elle lui dit que ceux qui le porteraient seraient délivrés de la damnation éternelle. Marie ordonna au Pape Jean XXII de faire savoir à ceux qui auraient porté le scapulaire qu'ils seraient délivrés du purgatoire, le premier samedi après leur mort ; ce Pontife le fit dans sa bulle confirmée par Alexandre V, Clément VII, et par d'autres Papes.
Paul V semble expliquer les bulles des Papes ses prédécesseurs, en prescrivant dans sa bulle les conditions à observer pour gagner les indulgences, savoir : de garder la chasteté suivant l'obligation de son état, et de réciter le petit Office de la Sainte Vierge : celui qui ne peut le réciter doit du moins observer les jeûnes de l'Église et s'abstenir de manger de la viande le mercredi. L'Église a attaché un très grand nombre d'indulgences aux différents scapulaires ; pour moi, j'ai la consolation de les porter tous.





Lire "Les gloires de Marie" (Tome 1, Tome II).


Écoutez ce sermon sur la dévotion à la Sainte Vierge Marie.


Reportez-vous à Catéchisme de l’Esclavage d'amour de Jésus en Marie, Méditation sur la dévotion envers Marie, Si un chrétien peut trop aimer et trop honorer la Sainte Vierge, Le culte et l'amour de la Sainte Vierge ont commencé avec l’Église, Comment un véritable enfant de Dieu peut et doit honorer la Sainte Vierge, Jucunda semper expectatione, du Pape Léon XIII, sur le Rosaire de Marie, Pratiques de dévotion envers Marie : L'Ave Maria, Pratiques de dévotion envers Marie : Les Neuvaines, Pratiques de dévotion envers Marie : Recourir souvent à Marie et aux Saints qui lui sont proches, Méditation : Marie est donnée en mariage à Saint Joseph, Petit chapelet des sept douleurs de Marie, Des Vertus de Marie : L'humilité, Des Vertus de Marie : Amour de Marie envers Dieu, Des vertus de Marie : Charité envers le prochain, Des Vertus de Marie : La Foi, Jésus glorifié veut glorifier sa Mère, Discours sur la Visitation de Marie, Discours sur la Purification de Marie, Discours sur l'Assomption de Marie, Discours sur les douleurs de Marie, La Sainte Vierge Marie, Mère de Miséricorde, La vraie dévotion à la Sainte Vierge Marie, Figure biblique de la parfaite dévotion à la Sainte Vierge Marie : Rébecca et Jacob, Et le Dragon persécuta la femme qui enfanta le fils, Inimitiés entre les enfants de Marie et les esclaves du Diable, Prière de Pie XII pour la Neuvaine à l'Immaculée Conception, Histoire de Notre-Dame de Genazzano, Le Chapelet ou "Petite couronne", Litanie de la Sainte Vierge Marie, Litanie du Cœur immaculé de Marie, Votre mémoire est une boîte à tentations dans laquelle le démon pioche, Ineffabilis Deus sur le Dogme de l'Immaculée Conception, Dévotion au Très Saint Rosaire et Fabriquer un oratoire en l'honneur de Marie.















dimanche 26 février 2017

Si je n'ai pas la Charité, je n'ai rien




1re Épître de Saint Paul Apôtre aux Corinthiens (13, 1-13)


Frères, j'aurais beau parler toutes les langues, celles des hommes et celles des Anges, si je n'ai pas la charité, je ressemble à une cloche qui sonne, à une cymbale qui fait du bruit. Si je possède le don de prophétie, si je connais tous les mystères et tout ce qu'on peut savoir, et si j'ai toute la foi du monde, une foi à déplacer les montagnes, mais sans avoir la charité, je ne suis rien. Même si je vais jusqu'à distribuer toute ma fortune en aumônes et si je livre mon corps au feu, sans avoir la charité, c'est parfaitement inutile.
La charité est patiente, elle est cordiale. La charité se refuse à toute jalousie, ne commet aucune indélicatesse ; elle n'est pas gonflée d'elle-même. La charité ne manque pas aux convenances, ne cherche pas son intérêt ; elle n'est pas sujette à l'énervement, ne fait pas entrer en compte le mal qu'on lui fait ; elle ne prend plaisir à aucune injustice, mais trouve à se réjouir dans tout ce qui est vrai. Elle excuse tout, elle fait confiance à tout, envers et contre tout elle garde l'espérance ; elle tient bon malgré tout.
Jamais la charité ne passera. Les discours inspirés ? Ils ne serviront plus de rien. Parler toutes les langes ? Cela n'aura qu'un temps. La science des choses divines ? Elle deviendra inutile. Pour le moment en effet, notre connaissance n'est que partielle, et partielles sont nos révélations. Mais quand viendra l'achèvement définitif, le provisoire disparaîtra. Lorsque j'étais enfant, je parlais comme un enfant ; j'avais les réactions et les raisonnements d'un enfant. Mais en devenant un homme, j'ai abandonné ces manières puériles.
À présent, nous voyons, mais confusément comme dans un mauvais miroir ; alors, nous verrons face à face. À présent, je connais par bribes, mais alors je connaîtrai (Dieu) aussi bien qu'il me connaît. À présent, la foi, l'espérance, la charité demeurent toutes les trois, mais la plus grande des trois, c'est la charité.



Qu'est-ce que la Charité ?


Le commandement qui nous ordonne d'aimer le prochain est (donc) « semblable » au commandement qui nous ordonne d'aimer Dieu, mais il n'est pas le premier, il est le second. Et de même qu'il n'est pas possible d'observer le premier commandement si l'on refuse d'observer le second - « Celui qui prétend aimer Dieu et qui n'aime pas son frère est un menteur », nous dit saint Jean, - il n'est pas possible d'observer le second commandement si on exclut positivement le premier ; en effet, celui qui aimerait le prochain et se dévouerait, se sacrifierait pour lui non seulement sans aucune référence à Dieu, mais en excluant Dieu, ferait du prochain un absolu en soi et sa philanthropie ne serait en réalité qu'une forme d'idolâtrie. Les deux commandements doivent aller de pair, ils sont semblables, mais le premier, le plus grand, celui qui légitime et rend méritoire l'autre, c'est l'amour de Dieu
. (R.P. Noël Barbara - Catéchèse du mariage)


La charité est une vertu surnaturelle qui nous incline à aimer Dieu par-dessus toute chose et le prochain comme nous-mêmes pour l'amour de Dieu. Ainsi, après Dieu, nous devons aimer le prochain comme nous-mêmes, et cela, non d'une manière quelconque, mais pour l'amour de Dieu et par obéissance à sa loi. ("Le libéralisme est un péché" - Don Sarda y Salvany)

Si l'on parle de charité, on devrait toujours rappeler auparavant, que cinq conditions s'imposent pour que la charité soit vraie :
-  1. Être en état de grâce.
-  2. Qu'elle soit mue par des motifs surnaturels. 
-  3. Qu'elle soit efficace :  
a) en tant qu’elle se rapporte à Dieu, elle doit porter à accomplir Sa divine volonté ; 
b) en tant qu'elle se rapporte aux hommes, elle doit nous porter à chercher le bien du prochain.
-  4. Qu'elle soit ordonnée  :
a) aimer Dieu par-dessus tout, et pas n'importe comment : Si quelqu'un M'aime, il garde d'abord Mes commandements ; 
b) faire passer l'amour pour la patrie après l'amour pour l'Église ;  
c) ne pas chercher le bien du prochain au détriment de notre propre bien spirituel ;  
d) chercher d'abord le bien spirituel de l'âme de notre prochain et, après, le bien matériel de son corps.
-  5. Qu'elle se déploie dans la Justice et la Vérité. 


(Catéchisme catholique par le cardinal Gasparri)






Écoutez ce sermon !


Lire ce document : Le manteau de Noé.
















Diverses pratiques de dévotion envers la Mère de Dieu : Les Neuvaines


Extrait de "Les gloires de Marie" (Tome II) de Saint Alphonse de Liguori :


Naissance de la Sainte Vierge (Murillo)



2e PRATIQUE

DES NEUVAINES

Les serviteurs de Marie célèbrent avec beaucoup de ferveur les neuvaines de ses fêtes, et cette bonne Mère les en récompense en leur obtenant des grâces spéciales. Voici quelques-uns des exercices de piété que l'on peut pratiquer pendant les neuvaines. 1) Faire l'oraison mentale matin et soir ; la visite au très saint Sacrement, avec neuf Pater, Ave, et Gloria Patri. 2) Faire trois visites à Marie, en remerciant le Seigneur des grâces qu'il lui a accordées, demandant chaque fois à la Ste Vierge quelque grâce spéciale, et à l'une de ces visites lire la prière qui se trouve ci-dessus à la fin du discours sur chacune de ses fêtes. 3) Faire beaucoup d'actes d'amour envers Jésus et Marie, puisque nous ne pouvons rien faire qui lui soit plus agréable que d'aimer son Fils. 4) Lire chaque jour de la neuvaine pendant un quart d'heure, quelque livre qui traite de ses gloires. 5) Ajouter au jeûne quelque mortification extérieure, faire à table quelque abstinence de fruits ou d'autres mets qui plaisent, et la veille de la fête jeûner au pain et à l'eau : on ne doit cependant faire ces pénitences qu'avec la permission du Père spirituel. Mais les meilleures mortifications qu'on puisse pratiquer durant ces neuvaines, sont les intérieurs, comme de s'abstenir de voir ou d'écouter par curiosité, s'adonner à la retraite, au silence, à l'obéissance, ne pas répondre avec impatience, souffrir les contrariétés, et autres choses semblables ; très méritoires, moins exposées au danger de la vaine gloire, et pour lesquelles on n'a pas besoin de la permission du Directeur. L'exercice le plus utile sera de faire au commencement de la neuvaine un ferme propos de se corriger de quelque défaut habituel, de demander à chacune des trois visites le pardon des chutes passées, renouveler le propos de ne plus retomber, et implorer pour cela le secours de Marie.

La dévotion la plus agréable à Marie, c'est d'imiter ses vertus ; ainsi, il sera bon de se proposer à chaque neuvaine quelque vertu de Marie adaptée au mystère de la fête : par exemple, pour la fête de La Conception, la pureté d'intention ; pour la Nativité, le renouvellement de l'esprit en bannissant la tiédeur ; pour la Présentation, le détachement de la chose à laquelle on croit être le plus attaché ; pour l'Annonciation, l'humilité, l'amour du mépris ; pour la Visitation, la charité envers le prochain, en faisant des aumônes, ou du moins en priant pour les pécheurs ; pour la Purification, l'obéissance à ses supérieurs ; enfin pour L'Assomption, le détachement des choses terrestres, et la préparation à la mort, s'habituant à vivre comme si chaque jour était le dernier de la vie. De cette manière les neuvaines seront très utiles. 6) Outre la communion que l'on fera le jour de la fête, il est bon de demander encore au Père spirituel la permission de communier plus souvent pendant la neuvaine. Le Père Segneri dit que nous ne pouvons mieux honorer Marie qu'en étant avec Jésus. On ne peut offrir à Marie rien qui lui soit plus agréable que la sainte Communion ; puisque c'est dans ce sacrement que Jésus-Christ applique aux âmes tout le fruit de sa passion. 7) Enfin, le jour de la fête, après la communion, il faut nous offrir à servir la Mère de Dieu, en lui demandant la grâce de la vertu proposée dans la neuvaine ou une autre grâce spéciale. On peut fixer une des fêtes à laquelle on a le plus de dévotion, pour se dévouer de nouveau à ton service, en la choisissant pour sa Reine, son Avocate, et sa Mère (à la fin de ce livre vous trouverez deux formules de cette consécration, l'une pour soi, l'autre pour la famille) lui demandant pardon des négligences qu'on a mises à la servir durant l'année, et lui promettant une plus grande fidélité pour l'avenir.





Lire "Les gloires de Marie" (Tome 1, Tome II).


Reportez-vous à Catéchisme de l’Esclavage d'amour de Jésus en Marie, Méditation sur la dévotion envers Marie, Neuvaine à Notre-Dame Auxiliatrice des Chrétiens, Pratiques de dévotion envers Marie : L'Ave Maria, Pratiques de dévotion envers Marie : Rosaire, Petit office, Jeûne, Images, Scapulaire, Pratiques de dévotion envers Marie : Recourir souvent à Marie et aux Saints qui lui sont proches, Méditation : Marie est donnée en mariage à Saint Joseph, Des Vertus de Marie : L'humilité, Des Vertus de Marie : Amour de Marie envers Dieu, Des vertus de Marie : Charité envers le prochain, Des Vertus de Marie : La Foi, Jésus glorifié veut glorifier sa Mère, Discours sur la Visitation de Marie, Discours sur la Purification de Marie, Discours sur l'Assomption de Marie, Discours sur les douleurs de Marie, La Sainte Vierge Marie, Mère de Miséricorde, La vraie dévotion à la Sainte Vierge Marie, Figure biblique de la parfaite dévotion à la Sainte Vierge Marie : Rébecca et Jacob, Et le Dragon persécuta la femme qui enfanta le fils, Inimitiés entre les enfants de Marie et les esclaves du Diable, Prière de Pie XII pour la Neuvaine à l'Immaculée Conception, Histoire de Notre-Dame de Genazzano, Le Chapelet ou "Petite couronne", Litanie de la Sainte Vierge Marie, Litanie du Cœur immaculé de Marie, Votre mémoire est une boîte à tentations dans laquelle le démon pioche, Ineffabilis Deus sur le Dogme de l'Immaculée Conception, Dévotion au Très Saint Rosaire et Fabriquer un oratoire en l'honneur de Marie.
















samedi 25 février 2017

PETIT CATÉCHISME HISTORIQUE, contenant en abrégé l'Histoire Sainte, Leçon VII : De l'Alliance de Dieu avec les Israélites




PETIT CATÉCHISME HISTORIQUE


PREMIÈRE PARTIE


Contenant en abrégé l'Histoire Sainte



LEÇON VII


De l'Alliance de Dieu avec les Israélites



Les murs de Jéricho renversés (Gustave Doré)



Dieu fit mettre les Tables de la Loi dans l'Arche d'Alliance, qui était un coffre de bois précieux, tout revêtu d'or. Cette Arche était gardée dans un Tabernacle, c'est à dire, une Tente de riches étoffes et devant il y avait un Autel pour les sacrifices, qui se faisaient en égorgeant des bœufs et des moutons, que l'on faisait brûler ensuite sur l'Autel. C'était la manière d'honorer Dieu en ces temps-là. Aaron et ses enfants furent consacrés Prêtres pour offrir ces sacrifices, et tout le reste de la Tribu de Levi fut destiné au service du Tabernacle. L'Arche et le Tabernacle étaient la marque de l'alliance de Dieu avec les Israélites, et cette alliance, qui s'appelle aussi Testament, était la même qu'il avait faite avec Abraham ; car il renouvela en leur faveur toutes les promesses qu'il avait faites à leurs Pères. Il promit de les prendre pour Son Peuple bien-aimé, de les établir dans la Terre de Canaan, et de les y combler de biens. Et cette Terre promise était la figure du ciel et du séjour des Bienheureux. Le Peuple de son côté promit de ne point reconnaître d'autre Dieu que le Seigneur, de l'aimer de tout son cœur, et d'observer tous les Commandements, sous peine d'être chassés de la Terre promise, et accablés de misère. Cette alliance fut confirmée par le sang des victimes, et Dieu l'exécuta très fidèlement. Il fit remonter le Jourdain vers la Source, il arrêta le soleil et la lune, et plusieurs autres grands miracles pour mettre les Israélites en possession de la Terre de Canaan, et ils la partagèrent en douze parts, une pour chacune des douze Tribus ; mais ils ne tinrent rien de ce qu'ils avaient promis à Dieu. Ils se révoltèrent plus de dix fois pendant le voyage, et étant entrés dans la Terre, ils firent alliance avec les anciens Habitants, que Dieu leur avait commandé d'exterminer, et adorèrent leurs Idoles.




Demande.
Comment se faisaient les sacrifices de l'ancienne loi ?
Réponse.
On égorgeait une bête, puis on la brûlait sur l'Autel.

Demande.
Où était l'Autel ?
Réponse.
Devant le Tabernacle.

Demande.
Qu'y avait-il dans le Tabernacle ?
Réponse.
L'Arche d'Alliance.

Demande.
Qu'était-ce que cette Arche ?
Réponse.
Un coffre tout revêtu d'or.

Demande.
Qu'y avait-il dedans ?
Réponse.
Les deux Tables de la Loi.

Demande.
Qui étaient les Sacrificateurs ?
Réponse.
Aaron et ses enfants.

Demande.
Qui étaient les Lévites ?
Réponse.
Tout le reste de la Tribu destiné au service du Tabernacle.

Demande.
Quelle fut l'alliance de Dieu avec les Israélites ?
Réponse.
La même qu'il avait faite avec Abraham.

Demande.
Que leur promit-il ?
Réponse.
Il promit de les prendre pour Son Peuple, les établir dans la Terre de Canaan, et les combler de biens.

Demande.
Que signifiait cette terre ?
Réponse.
C'était l'image du Ciel.

Demande.
Que promit le peuple ?
Réponse.
D'aimer Dieu de tout son cœur et d'observer Ses commandements.

Demande.
Sous quelles peines ?
Réponse.
Sous peine d'être chassés et accablés de misère.

Demande.
Cette alliance fut-elle bien exécutée ?
Réponse.
Oui, de la part de Dieu.

Demande.
Quels miracles fit-il pour mettre Son Peuple en possession de la Terre ?
Réponse.
Il sécha le Jourdain, il arrêta le soleil et la lune.

Demande.
Comment fut exécutée l'alliance de la part du Peuple ?
Réponse.
Il l'exécuta très mal.

Demande.
Combien de fois se révoltèrent-ils dans le désert ?
Réponse.
Plus de dix fois.

Demande.
Que firent-ils après leur établissement dans la Terre ?
Réponse.
Ils quittèrent souvent Dieu pour les Idoles.






Reportez-vous à Du dessein et de l'usage de ce Catéchisme, Leçon I : De la Création, Leçon II : Du péché du premier Homme, Leçon III : Du déluge et de la Loi de Nature, Leçon IV : D'Abraham et des autres Patriarches, Leçon V : De la servitude d’Égypte et de la Pâque, Leçon VI : Du voyage dans le désert et de la Loi écrite, Leçon VIII : De l'Idolâtrie, Leçon IX : De David et du Messie, Leçon X : Du Schisme de Samarie, Leçon XI : Des Prophètes, Leçon XII : De la Captivité de Babylone, Leçon XIII : De l'état des Juifs après la captivité, Leçon XIV : Des Juifs spirituels et des Juifs charnels, Leçon XV : De la Naissance de Jésus-Christ, Leçon XVI :  De Saint Jean-Baptiste, Leçon XVII : De la vocation des Apôtres, Leçon XVIII : Prédication de Jésus-Christ, Leçon XIX : Des ennemis de Jésus-Christ, Leçon XX : De la Passion de Jésus-Christ, Leçon XXI : De la mort de Jésus-Christ, Leçon XXII : De la Résurrection de Jésus-Christ, Leçon XXIII : De la descente du Saint-Esprit sur les Apôtres, Leçon XXIV : De la vocation des Gentils, Leçon XXV : De la fondation des Églises, Leçon XXVI : De la Tradition et de l’Écriture, Leçon XXVII : De la ruine de Jérusalem, Leçon XXVIII : Des persécutions, Leçon XXIX : De la liberté de l’Église, et des Moines.

Reportez-vous également à Méditation sur l'observation des Lois de Dieu.












vendredi 24 février 2017

Diverses pratiques de dévotion envers la Mère de Dieu : l'Ave Maria



Extrait de "Les gloires de Marie" (Tome II) de Saint Alphonse de Liguori :



L'Annonciation (Murillo)



DIVERSES PRATIQUES DE DÉVOTION ENVERS LA MÈRE DE DIEU



La Reine du Ciel est si libérale et si reconnaissante, qu'elle récompense de petits services par des grâces très signalées. Mais pour que nos pratiques de piété soient aussi récompensées, il faut qu'en les offrant nous soyons exempts de péché. Un soldat vicieux faisait chaque jour quelque acte de dévotion envers Marie. Un jour qu'il souffrait une grande faim, la Vierge lui apparut, et lui présenta un mets exquis, mais dans un vase si dégoûtant, que le soldat n'osa pas y toucher. Alors Marie lui dit : Je suis la Mère de Dieu, je viens pour te secourir dans la faim qui te presse. Mais dans ce vase y reprit le soldat, je ne saurais en goûter. Et comment, répliqua la Ste Vierge, veux-tu que j’accepte tes dévotions qui sortent d'une conscience si noire ? Il n'en fallut pas davantage pour convertir ce soldat ; il se fit ermite, vécut trente ans dans lé désert, et à sa mort Marie lui apparut de nouveau, et le conduisit en paradis, Nous ayons dit, dans la première Partie, que, moralement parlant, il est impossible qu'un serviteur de Marie se damne ; on doit l'entendre, à condition qu'il vive sans péché, on qu'il ait du moins le désir de sortir de l'état du péché, car en ce dernier cas la Ste Vierge l'aidera. Mais si quelqu'un voulait au contraire pécher, dans l'espérance que Marie le sauverait, il se rendrait par sa faute indigne et incapable de recevoir sa protection. Il faut aussi être constant dans la dévotion envers Marie. Thomas à Kempis avait coutume dans son jeune âge de réciter chaque jour quelques prières à la Ste Vierge : un jour il les laissa, puis les omit pendant quelques semaines, enfin il y renonça. Il vit en songe Marie qui embrassait tous ses compagnons, mais elle lui dit : Qu'espères-tu, toi qui as abandonné tes pratiques de piété ? Tu es indigne de mes embrassements. Thomas se réveilla tout effrayé, et reprit ses prières. Mais comme personne ne peut être sûr de cette persévérance, personne aussi ne peut être sûr de son salut, jusqu'à la mort. Le vénérable Berchmans, interrogé par ses compagnons sur son lit de mort, quelle dévotion ils devaient offrir à la Ste Vierge pour lui être plus agréables et obtenir sa protection : Les moindres choses, répondit-il, pourvu qu'on les fasse avec constance.
Je vais indiquer quelques pratiques de piété, en l'honneur de Marie. Mais je ne recommande pas tant au lecteur de les pratiquer toutes, que de pratiquer avec persévérance celles qu'il choisira, et de craindre de perdre la protection de la Mère de Dieu, s'il venait à négliger ces mêmes dévotions. Ô ! combien de personnes, qui sont maintenant dans l'enfer, se seraient sauvées, si elles eussent continué envers Marie les dévotions qu'elles avaient commencées !



1re PRATIQUE


DE L'AVE MARIA


Cette Salutation angélique plaît beaucoup à la très Sainte Vierge, puisqu'il semble qu'on lui renouvelle alors l'allégresse qu'elle ressentit, lorsque l'ange Gabriel vint lui annoncer qu'elle serait Mère de Dieu. Répétons-la donc souvent. Quiconque salue Marie, sera aussi salué par elle ; elle lui répondra en lui obtenant quelque grâce. Quand on récite l'Ave Maria, le ciel s'en réjouit, l'enfer en frémit, le démon s'enfuit.
La pratique de cette dévotion consiste : 1) à dire matin et soir, en se levant et en se mettant au lit, trois Ave Maria, la face contre terre, ou du moins à genoux, ajoutant à chaque Ave cette courte prière : Par votre sainte et immaculée Conception, ô Marie, rendez-moi pur et saint toute ma vie ; ensuite, demander à Marie , comme notre Mère, sa sainte bénédiction, à l'exemple de S. Stanislas, qui le faisait toujours ; enfin se mettre sous sa protection, en la priant de nous garder ce jour ou cette nuit de tous péchés. Il est bon d'avoir près de son lit une belle image de la Sainte Vierge. 2) À dire l'Angelus le matin, à midi et le soir. Autrefois tout le monde s'agenouillait pour dire l'Angelus ; maintenant il y en a qui ont honte de le faire : cependant S. Charles Borromée n'avait pas honte de mettre pied à terre, soit qu'il fût en voiture, ou à cheval, pour le réciter au milieu du chemin et quelquefois dans la boue. 3) À saluer la Mère de Dieu par l'Ave Maria, chaque fois qu'on entend sonner les heures. 4) En entrant et en sortant de chez soi, saluer Marie, afin, qu'elle nous garde de tous péchés. 5) À honorer par cette Salutation les images de Marie que nous rencontrons. Il sera bon de dire toujours, un Ave Maria au commencement et à la fin de chaque action soit spirituelle, comme l'oraison, la confession, la communion, la lecture ; soit temporelle, comme l'étude, le travail. À chaque tentation, à chaque péril, à chaque mouvement de colère, dire toujours un Ave Maria. Mon cher lecteur, adoptez ces pratiques, et vous verrez quelle grande utilité vous en retirerez.






Lire "Les gloires de Marie" (Tome 1, Tome II).


Reportez-vous à Catéchisme de l’Esclavage d'amour de Jésus en Marie, Méditation sur la dévotion envers Marie, Le Saint-Esprit dans le Nouveau Testament, première création : La Sainte Vierge Marie, Le culte et l'amour de la Sainte Vierge ont commencé avec l’Église, Si un chrétien peut trop aimer et trop honorer la Sainte Vierge, Comment un véritable enfant de Dieu peut et doit honorer la Sainte Vierge, Pratiques de dévotion envers Marie : Les Neuvaines, Pratiques de dévotion envers Marie : Rosaire, Petit office, Jeûne, Images, Scapulaire, Pratiques de dévotion envers Marie : Recourir souvent à Marie et aux Saints qui lui sont proches, Petit chapelet des sept douleurs de Marie, Méditation : Marie est donnée en mariage à Saint Joseph, Des Vertus de Marie : L'humilité, Des Vertus de Marie : Amour de Marie envers Dieu, Des vertus de Marie : Charité envers le prochain, Des Vertus de Marie : La Foi, Jésus glorifié veut glorifier sa Mère, Discours sur la Visitation de Marie, Discours sur la Purification de Marie, Discours sur l'Assomption de Marie, Discours sur les douleurs de Marie, La Sainte Vierge Marie, Mère de Miséricorde, La vraie dévotion à la Sainte Vierge Marie, Figure biblique de la parfaite dévotion à la Sainte Vierge Marie : Rébecca et Jacob, Et le Dragon persécuta la femme qui enfanta le fils, Inimitiés entre les enfants de Marie et les esclaves du Diable, Prière de Pie XII pour la Neuvaine à l'Immaculée Conception, Histoire de Notre-Dame de Genazzano, Le Chapelet ou "Petite couronne", Litanie de la Sainte Vierge Marie, Litanie du Cœur immaculé de Marie, Votre mémoire est une boîte à tentations dans laquelle le démon pioche, Ineffabilis Deus sur le Dogme de l'Immaculée Conception, Dévotion au Très Saint Rosaire et Fabriquer un oratoire en l'honneur de Marie.
















jeudi 23 février 2017

PETIT CATÉCHISME HISTORIQUE, contenant en abrégé l'Histoire Sainte, Leçon VI : Du voyage dans le désert et de la Loi écrite



PETIT CATÉCHISME HISTORIQUE


PREMIÈRE PARTIE


Contenant en abrégé l'Histoire Sainte



LEÇON VI


Du voyage dans le désert et de la Loi écrite




Moïse et l'eau tirée du rocher (Murillo)



Dieu, ayant délivré les Israélites de la servitude d'Égypte, les mena dans la Terre de Canaan, suivant les promesses qu'il avait faites à leurs Pères. Il fit de grands miracles dans ce voyage. Il les fit passer à pied sec au travers de la mer rouge pour les délivrer de Pharaon qui les poursuivait : il les mena par un grand désert, où il les nourrit quarante ans durant, de la manne qu'il faisait tomber du Ciel, et leur fit sortir de l'eau d'un rocher. Dès le commencement du voyage, ils arrivèrent au Mont-Sinaï, où Dieu leur donna Sa Loi le cinquantième jour après la Pâque. Ils virent la montagne toute en feu, et couverte d'un nuage épais, d'où sortait des éclairs, des tonnerres, et un bruit comme des trompettes, et ils entendirent une voix qui dit : Je suis le Seigneur ton Dieu, qui t'ai tiré de la servitude d'Égypte : Tu n'auras point d'autre Dieu devant moi ; tu ne te feras point d'Idole, ni aucune figure pour l'adorer. 2. Tu ne prendras point le Nom du Seigneur ton Dieu en vain. 3. Souviens-toi de sanctifier le jour du Sabat, c'est à dire, le repos du septième jour. 4. Honore ton père et ta mère, afin que tu vives longuement dans la Terre promise. 5. Tu ne tueras point. 6. Tu ne commettras point d'adultère. 7. Tu ne déroberas point. 8. Tu ne diras point faux témoignage contre ton prochain. 9. Tu ne désireras point la femme de ton prochain. 10. Tu ne désireras point les biens de ton prochain. Dieu donna à Moïse ces dix commandements écrits sur deux Tables de pierre. Ils ne contenaient guère que la Loi naturelle, et Dieu voulut alors la donner par écrit, parce qu'elle s'oubliait ; tant la malice des hommes était grande.





Demande.
Où allèrent les Israélites au sortir d'Égypte ?
Réponse.
Dans la Terre de Canaan, où Dieu les mena.

Demande.
Pourquoi les y mena-t-il ?
Réponse.
Pour accomplir Ses promesses.

Demande.
Comment passèrent-ils la mer rouge ?
Réponse.
Dieu leur fit un chemin sec au milieu des eaux.

Demande.
Par où passèrent-ils ensuite ?
Réponse.
Par un grand désert.

Demande.
De quoi y vécurent-ils ?
Réponse.
De la manne que Dieu leur envoyait du Ciel.

Demande.
Quand l'eau leur manqua, où en prirent-ils ?
Réponse.
Dieu en fit sortir d'un rocher.

Demande.
Quand Dieu leur donna-t-il la foi ?
Réponse.
Le cinquantième jour après leur sortie.

Demande.
En quel lieu ?
Réponse.
Sur le Mont-Sinaï.

Demande.
Comment parut la montagne ?
Réponse.
Toute en feu avec des tonnerres et des éclairs.

Demande.
Dites les commandements que Dieu leur donna. Le premier...
Réponse.
Je suis le Seigneur ton Dieu qui t'ai tiré...

Demande.
Dites le second.
Réponse.
Tu ne prendras point le Nom du Seigneur en vain.

Demande.
Le troisième (le disciple doit apprendre par cœur les commandements tout au long, comme ils sont ci-dessus).
Réponse.
Souviens-toi de sanctifier le jour du Sabat...

Demande.
Ces dix commandements furent-ils écrits ?
Réponse.
Oui, sur deux Tables de pierre.

Demande.
Étaient-ils nouveaux ?
Réponse.
Non, c'était la Loi de nature.






Reportez-vous à Du dessein et de l'usage de ce Catéchisme, Leçon I : De la Création, Leçon II : Du péché du premier Homme, Leçon III : Du déluge et de la Loi de Nature, Leçon IV : D'Abraham et des autres Patriarches, Leçon V : De la servitude d’Égypte et de la Pâque, Leçon VII : De l'Alliance de Dieu avec les Israélites, Leçon VIII : De l'Idolâtrie, Leçon IX : De David et du Messie, Leçon X : Du Schisme de Samarie, Leçon XI : Des Prophètes, Leçon XII : De la Captivité de Babylone, Leçon XIII : De l'état des Juifs après la captivité, Leçon XIV : Des Juifs spirituels et des Juifs charnels, Leçon XV : De la Naissance de Jésus-Christ, Leçon XVI :  De Saint Jean-Baptiste, Leçon XVII : De la vocation des Apôtres, Leçon XVIII : Prédication de Jésus-Christ, Leçon XIX : Des ennemis de Jésus, Leçon XX : De la Passion de Jésus-Christ, Leçon XXI : De la mort de Jésus-Christ, Leçon XXII : De la Résurrection de Jésus-Christ, Leçon XXIII : De la descente du Saint-Esprit sur les Apôtres, Leçon XXIV : De la vocation des Gentils, Leçon XXV : De la fondation des Églises, Leçon XXVI : De la Tradition et de l’Écriture, Leçon XXVII : De la ruine de Jérusalem, Leçon XXVIII : Des persécutions, Leçon XXIX : De la liberté de l’Église, et des Moines.

Reportez-vous également à Méditation sur l'observation des Lois de Dieu.














mercredi 22 février 2017

Méditation : Marie est donnée en mariage à Saint Joseph



"MÉDITATIONS SUR LES PRINCIPAUX MYSTÈRES DE LA TRÈS-SAINTE VIERGE", Extrait :



Le mariage de la Sainte Vierge Marie (Murillo)


MARIE EST DONNÉE EN MARIAGE À SAINT JOSEPH



Le Seigneur me conduit, rien ne peut me manquer
.


I. Prélude.
— Me représenter Marie au pied de l'autel au moment où elle reçut saint Joseph pour époux ; voir aussi ce saint Patriarche : tout en lui respire l'humilité, la pureté, l’union avec Dieu.

Il. Prélude. — Faites-moi la grâce, Seigneur, de puiser dans cette méditation l'esprit d'un entier abandon à votre providence, et d'une fidélité parfaite à accomplir votre divine volonté.


I. Point. — Quels furent les desseins de Dieu dans l'union de la Sainte Vierge et de saint Joseph*.

Marie s'était donnée à Dieu dès l'âge de trois ans, et une tradition pieuse nous apprend que saint Joseph , de son côté, s'était engagé à garder une chasteté perpétuelle. Cependant, instruits l'un et l'autre de la volonté du Seigneur, ils n'hésitèrent pas à contracter une alliance qui devait être d'autant plus étroite , qu'elle serait plus sainte et plus pure. Dieu voulait, par cette union, donner à Marie un appui, un consolateur et un aide dans ses travaux ; cacher aux hommes et aux démons le mystère de l'incarnation du Verbe, et offrir aux époux chrétiens un modèle parfait des vertus qu’ils doivent pratiquer dans leur état. Ces desseins étaient cachés à Marie et à Joseph ; toutefois ils se soumirent aux ordres de la Providence divine, sans qu’aucun raisonnement humain vint s'opposer à la simplicité de leur obéissance. Que je serais heureuse si, plus fidèle à imiter de tels exemples, je savais mépriser les soins et les inquiétudes de mon propre jugement et de ma propre volonté, pour me livrer entièrement à la conduite et aux soins paternels d'un Dieu qui est sagesse et bonté, et qui souhaite plus ardemment mon bonheur que je ne le puis désirer moi même !


II. Point. — Quelles furent les dispositions de Marie et de Joseph en contractant cette alliance.

Si j'interroge les dispositions intérieures de Marie et de Joseph dans la démarche qu'ils font en ce jour, que de perfections n'y découvrirai-je pas ! Marie, éclairée par l'Esprit saint sur le mérite de celui auquel le Ciel voulait qu'elle s’unît, lui donna son cœur et sa main comme elle l’eût fait à l'égard du plus pur de tous les anges, lui confiant le précieux trésor de sa virginité, sans que la plus légère crainte s’élevât dans son âme.
Joseph , de son côté, reçut Marie des mains du grand prêtre comme un dépôt sacré que Dieu remettait dans les siennes ; et quoiqu'il ne pût pas encore apprécier, comme il le fit dans la suite, les immenses trésors de vertus renfermées dans le cœur de sa sainte épouse, il était déjà pénétré pour elle d’un respect qui tenait de la vénération. Que de belles et touchantes instructions me sont ici présentées ! Joseph vénère Marie sans presque la connaître : il est vrai que la parfaite modestie de cette Vierge divine, l’expression d'humilité et de douceur que respirent tous ses traits, sont autant d’indices de ses vertus ; mais la droiture du cœur, la charité vraie et sincère du saint Patriarche, ont aussi une grande part à ce jugement favorable. Ceux que je porte de mon prochain sont-ils toujours conformes à ce grand exemple ?... Marie donne sa confiance à saint Joseph, et l’établit le gardien de sa pureté ; il est donc le protecteur spécial des âmes qui chérissent cette belle vertu ; je dois donc l’honorer, l’invoquer comme mon défenseur et mon père, et son nom doit toujours se trouver sur mes lèvres avec ceux de Jésus et de Marie, quand je veux résister à la tentation.


COLLOQUE avec Marie et saint Joseph. — Leur offrir mes hommages d’amour et de respect. — Les prier de m’obtenir l'esprit de confiance et d’abandon à la Providence divine, la charité, l'estime du prochain, et toutes les vertus dont leur sainte union m’offre le modèle.


Résolutions. — Mépriser les vaines inquiétudes qui tendraient à me détourner de la voie d'abandon à la Providence, dans laquelle je dois marcher. — Rejeter toute pensée et tout jugement défavorable au prochain.


Prière :
Pater Noster...




* Saint Joseph est souvent représenté comme un vieil homme, alors qu'il était vraisemblablement jeune au moment de son mariage.






Reportez-vous à Arcanum divinae du Pape Léon XIII, sur le mariage chrétien, Respecter l'autorité du Chef de famille, Acte de consécration au glorieux Saint Joseph, Méditations et Exemples pour le Mois de Saint Joseph, Méditation pour le Mois de Saint Joseph : Le retour d’Égypte, Leçon XV : De la Naissance de Jésus-Christ, Quamquam pluries du Pape Léon XIII, Le culte et l'amour de la Sainte Vierge ont commencé avec l’Église, Si je n'ai pas la Charité, je n'ai rien, Des Vertus de Marie : L'humilité, Des Vertus de Marie : Amour de Marie envers Dieu, Des vertus de Marie : Charité envers le prochain, Sermon pour la Fête de Saint Joseph, Litanies de Saint Joseph, Supplique à Saint Joseph, Jésus glorifié veut glorifier sa Mère, Pratiques de dévotion envers Marie : Recourir souvent à Marie et aux Saints qui lui sont proches, Discours sur la Visitation de Marie, Discours sur la Purification de Marie, Discours sur l'Assomption de Marie, Discours sur les douleurs de Marie, Lettre encyclique de Pie XI sur l'éducation chrétienne de la jeunesse, Discours de Pie XII aux sages-femmes, Casti Conubii du Pape Pie XI, La possession démoniaque dans le couple, La Sainte Vierge Marie, Mère de Miséricorde, La vraie dévotion à la Sainte Vierge Marie, Figure biblique de la parfaite dévotion à la Sainte Vierge Marie : Rébecca et Jacob, Et le Dragon persécuta la femme qui enfanta le fils, Inimitiés entre les enfants de Marie et les esclaves du Diable, Prière de Pie XII pour la Neuvaine à l'Immaculée Conception, Méditation sur l'observation des Lois de Dieu, Le Chapelet ou "Petite couronne", Litanie de la Sainte Vierge Marie, Litanie du Cœur immaculé de Marie, Votre mémoire est une boîte à tentations dans laquelle le démon pioche, Ineffabilis Deus sur le Dogme de l'Immaculée Conception, Dévotion au Très Saint Rosaire, Méditation sur la pureté du cœur, Méditation sur les moyens d'acquérir la pureté du cœur, et Fabriquer un oratoire en l'honneur de Marie.