vendredi 24 janvier 2020

Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, Dernier jour : Consécration au Saint Enfant-Jésus




DERNIER JOUR


CONSÉCRATION AU SAINT ENFANT JÉSUS


Je viens, ô divin Enfant, me prosterner au pied de votre crèche, pour me consacrer tout entier à vous ; je vous offre toutes les facultés de mon âme, pour qu'elles soient employées à vous glorifier et à vous aimer ; je vous consacre mon esprit, afin que vous l'éclairiez de vos divines lumières ; ma mémoire, afin qu'elle ne serve qu'à me rappeler vos amabilités infinies et les grâces dont vous m'avez comblé. Je vous consacre ma volonté, afin que, purifiée par le feu de votre saint amour, elle vous soit soumise en tout ; agréez aussi les hommages que je me suis efforcé de vous rendre pendant ce mois que j'ai passé à honorer les mystères de votre sainte enfance ; que je n'oublie jamais les promesses que je vous ai faites et les engagements que j'ai pris ; je les renouvelle aujourd'hui, ô divin Sauveur ! Je veux aimer comme vous la pauvreté, l'humilité, la mortification ; je veux être soumis, obéissant, recueilli, modeste : je veux, en un mot, porter partout la bonne odeur de vos vertus, afin qu'on puisse reconnaître le changement qu'a opéré en moi votre grâce. Je dépose ces promesses sur vos saints autels et au pied de votre berceau. J'espère que vous me donnerez la force d'y être toujours fidèle.
Et vous, ô Vierge sainte ! Mère de miséricorde ! soyez témoin de ma consécration à votre divin Fils. Puisse ce Dieu Sauveur, qui s'est donné à moi par vous, me recevoir aussi par vous ! Puisse votre pureté, votre innocence effacer devant lui les iniquités qui ont souillé mon âme ! Puisse l'abondance de vos mérites et des grâces dont vous avez été prévenue, suppléer, auprès de votre divin Fils, à mon indigence et à ma misère ! Ô vous, qui êtes mon avocate et ma médiatrice, présentez-moi, tout misérable que je suis, au Père éternel ; dites-lui que vous m'avez adopté pour votre enfant, que vous voulez aussi avoir pour moi des entrailles de mère ; demandez-lui le salut de mon âme, au nom et par les mérites de Jésus, votre divin Fils, qui a bien voulu prendre une nature semblable à la mienne et devenir mon frère, pour que je puisse partager avec lui le royaume céleste. Ah ! si vous daignez, bonne et tendre mère, intercéder ainsi pour moi, je n'ai plus rien à craindre, mon salut est assuré : car qui, mieux que vous, peut plaider ma cause auprès du souverain juge, et m'obtenir le pardon de mes péchés ?



Reportez-vous à Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 31e Méditation : Il s'en alla ensuite avec eux à Nazareth, et il leur était soumis, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 30e Méditation : Après trois jours, ils le trouvèrent dans le temple, assis au milieu des docteurs, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 29e Méditation : Quand Jésus eut atteint l'âge de douze ans, Marie et Joseph le conduisirent à Jérusalem, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 28e Méditation : Le saint Enfant croissait et se fortifiait, étant rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était en lui, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 27e Méditation : Joseph, prenant la nuit même l'Enfant et sa Mère, se retira en Égypte, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 26e Méditation : Hérode voyant que les mages l'avaient trompé, entra dans une grande colère, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 25e Méditation : L'ange du Seigneur apparut en songe à Joseph, et lui dit : Levez-vous, prenez l'enfant et sa mère, et fuyez en Égypte, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 24e Méditation : L'enfant que voilà est au monde pour la perte et le salut de plusieurs, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 23e Méditation : Il y avait à Jérusalem un homme juste et craignant Dieu, nommé Siméon, Discours sur la purification de Marie, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 22e Méditation : Ils portèrent Jésus à Jérusalem, afin de l'offrir au Seigneur, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 21e Méditation : Cependant Marie ne perdait rien de toutes ces choses et les méditait dans son cœur, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 20e Méditation : Ayant été averti en songe de ne point aller trouver Hérode, ils retournèrent en leur pays par un autre chemin, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 19e Méditation : Se prosternant, ils l'adorèrent ; puis ayant ouvert leurs trésors, ils lui offrirent en présent de l'or, de l'encens et de la myrrhe, Discours aux jeunes époux, du Pape Pie XII, durant l'Octave de l’Épiphanie, le 10 janvier 1940, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 18e Méditation : Voici que l'étoile qu'ils avaient vue en Orient parut, allant devant eux, jusqu'à ce qu'elle vint s'arrêter sur le lieu où était l'enfant, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 17e Méditation : À la nouvelle de la naissance du saint Enfant, le roi Hérode fut troublé, et tout Jérusalem avec lui, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 16e Méditation : Nous avons vu son étoile en Orient, et nous sommes venus pour l'adorer, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 15e Méditation : Voici que les Mages vinrent de l'Orient à Jérusalem, Méditation pour le Jour des Rois : Que votre Règne arrive, Instruction sur la Fête des Rois, Méditation sur l’Épiphanie : Les Mages confessent Jésus-Christ devant les hommes, Méditation sur l’Épiphanie : Les Mages à Jérusalem, Méditation pour l’Épiphanie : La vocation des mages prédite et figurée, notre vocation à la foi de Jésus-Christ, Méditation sur l’Épiphanie : Les Rois-Mages, Méditation sur l’Épiphanie : Du ministère de Marie dans la vocation des Gentils à la Foi, Remerciement, offrande et prière au Verbe de Dieu incarné, pour l'Octave de l'Épiphanie, Méditation sur l’Épiphanie, Méditation sur la Nativité, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 14e Méditation : On lui donna le nom de Jésus, Litanies du Saint Nom de Jésus, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 13e Méditation : On lui donna le nom de Jésus, nom qui lui avait été donné par l'ange, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 12e Méditation : Après huit jours, le saint Enfant fut circoncis, Instruction sur la Circoncision, Méditation sur la Circoncision, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 11e Méditation : Les bergers revinrent en glorifiant et en louant Dieu de tout ce qu'ils avaient vu et entendu, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 10e Méditation : Les bergers se disaient les uns aux autres : Allons jusqu'à Bethléem, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 9e Méditation : Gloire à Dieu au plus haut des Cieux, et paix sur la terre aux hommes de bonne volonté, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 7e Méditation : Tout à coup l'Ange du Seigneur parut auprès d'eux, Salutation à Marie et à Jésus naissant, Litanies du Saint Enfant-Jésus, Méditation pour la Fête de Noël : Vous trouverez un Enfant enveloppé de langes, et couché dans une Crèche, Instruction sur la Fête de Noël, Pratique de la Dévotion à l'enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 1re Méditation : Marie s'étant rendue avec Joseph à Bethléem, le temps de son divin enfantement arriva, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 2e Méditation : Je vous annonce un grand sujet de Joie, il vous est né aujourd'hui un Sauveur, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 3e Méditation : Marie mit au monde son fils premier-né, et l'enveloppa de langes, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 4e Méditation : Marie, après avoir enveloppé de langes le saint Enfant, le coucha dans la crèche, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 5e Méditation : Voici le signe qui vous est donné : vous trouverez un enfant enveloppé de langes et couché dans une crèche, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 6e Méditation : Il y avait là aux environs des bergers qui veillaient et se relevaient les uns les autres pendant la nuit, pour la garde de leurs troupeaux, Litanies du Saint Enfant-Jésus, et Dévotion au Saint Enfant-Jésus : Prière d'amour et Consécration.













Des exercices de piété, par le R.-P. Jean-Joseph Surin : Comment faut-il s'exercer en ce qui regarde la Doctrine de Jésus-Christ ?


Extrait du CATÉCHISME SPIRITUEL DE LA PERFECTION CHRÉTIENNE, TOME I, Composé par le R. P. J. J. SURIN, de la Compagnie de Jésus :


Saint François d'Assise faisant l'aumône


Il ne faut rien oublier pour en imprimer fortement dans l'esprit les points les plus importants, et principalement ces huit, qui sont comme l'abrégé de l'Évangile ; aimer la pauvreté ; avoir de la douceur ; user de miséricorde ; conserver la pureté du Cœur ; avoir faim et soif de la Justice : c'est-à-dire, désirer avec ardeur de profiter en grâce et en vertu ; pratiquer une mortification continuelle ; avoir l'esprit pacifique ; souffrir patiemment les persécutions. Ce sont les premières Instructions que notre Sauveur a données à ses disciples ; il faut nous les rendre familières, et nous en pénétrer si bien, qu'elles se changent, pour ainsi dire, en notre substance, et que nous ne respirions que la doctrine de Jésus-Christ. Et voilà la véritable manière de s'exercer dans les divines Écritures ; il faut tirer le suc des vérités qu'elles contiennent, et en faire sa nourriture ordinaire.


Reportez-vous à De la Mortification, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, De l'amour du Père Surin pour la pauvreté, dans l'union avec Notre-Seigneur Jésus-Christ, Méditation sur l'ordre que l'on doit observer dans la pratique de l'aumône, Le Saint Curé d'Ars dans sa conversation : Amour de M. Vianney pour les pauvres, Méditation sur la restitution, Méditation sur les aumônes des Pécheurs, Méditation sur les avantages attachés à la pratique de l'Aumône, Méditation sur les prières des pauvres, Méditation sur la Libéralité, Méditation sur les devoirs des riches dans les malheurs publics, Méditation sur le malheur des temps, Méditation sur le goût de la dépense, Méditation sur la charité envers les Pauvres, Méditation sur l'obligation de l'Aumône, Méditation sur l'honneur que l'on rend à Dieu par l'aumône, Méditation sur l'inégalité des conditions, Méditation sur le Luxe, Méditation sur la distinction du nécessaire et du superflu, Méditation sur l'abus des richesses, Méditation sur les richesses, Méditation sur ce qu'un Chrétien doit penser des richesses et des grandeurs du monde, De la présence de Dieu, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, De l'homme intérieur, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, Du renouvellement de l'esprit, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, De l'activité naturelle, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, Prière pour demander la grâce de connaître et d'accomplir la volonté de Dieu, Seigneur, que vous plaît-il que je fasse ?, Du Recueillement, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, Du vrai Religieux, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, Ce qui s'est observé dans un Ordre Religieux durant le premier siècle depuis son établissement, doit être regardé comme meilleur que tout ce qu'on peut inventer dans la suite, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, De la vie mixte, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, De la vie intérieure, et de la familiarité avec Jésus-Christ, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, VIE CHRÉTIENNE : Repas, Récréations, Conversations et Visites, Des amitiés, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, De la conversation, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, Des Vertus, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, De l'étude des Lettres, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, Des Habits, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, De la nourriture du corps, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, Méditation sur la connaissance des vertus et des vices, VIE CHRÉTIENNE : Conduite pour sanctifier les Dimanches et Fêtes de l'année, VIE CHRÉTIENNE : La prière du Matin, la Bonne Pensée, la Méditation, et la Lecture Spirituelle, Catéchisme spirituel de la Perfection Chrétienne, par le R.P. Jean-Joseph Surin (1), Catéchisme spirituel de la Perfection Chrétienne, par le R.P. Jean-Joseph Surin (2), De la vie illuminative, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, De la réformation de la mémoire, par Le R.-P. Jean-Joseph Surin, Instruction pour les personnes qui entrent dans la voie d'Oraison, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, Que les âmes lâches fassent tous leurs efforts pour acquérir la bonne volonté qui leur manque, De l'Oraison et de la Contemplation, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, Simple et courte méthode d'oraison mentale, De l'Oraison, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, De la Pénitence et de l'Oraison, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, Pour bien faire l'oraison et pour en tirer le fruit qu'on a lieu d'en attendre, De la contemplation, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, De quelques moyens de bien faire l'oraison mentale, Degrés des vertus qu'on se propose d'acquérir, Combien sont mal fondées les plaintes de ceux qui se disent incapables de méditer, En quoi consiste l'exercice de la présence de Dieu, Les voies du salut, De l'amour du Père Surin pour l'humilité, dans l'union avec Notre-Seigneur Jésus-Christ, De l'amour étonnant du Père Surin pour l'abjection, dans l'union avec Notre-Seigneur Jésus-Christ, De l'amour admirable du Père Surin pour les souffrances, dans l'union avec Notre-Seigneur Jésus-Christ, De l'imagination de l'homme, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, De la réformation de l'entendement, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, De la réformation de la colère, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, De la vie Purgative, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, En quoi consiste la perfection chrétienne : pour l'acquérir il faut combattre, et pour sortir victorieux de ce combat, quatre choses sont nécessaires, De la sècheresse dans l'oraison, Du devoir des Veuves, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, Ce qu'est l'oraison mentale, par le R.P. D. Laurent Scupoli, Clerc Régulier Théatin, Méditation sur la nécessité des progrès dans la vertu, De la Réduction des Hérétiques, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, De la réformation de l'Amour, de la Haine, du Désir et de l'Aversion, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, De quelques moyens de bien faire l'oraison mentale, Pour la direction et la progression spirituelles : Quel chrétien êtes-vous ?, Le souvenir de nos péchés est un moyen propre pour nous aider à supporter avec résignation, toutes les afflictions que Dieu nous envoie, Avis pour la lecture spirituelle, Histoire de la possession des Ursulines de Loudun, et des peines du Père Surin (1/4), Histoire de la possession des Ursulines de Loudun, et des peines du Père Surin (2/4), Histoire de la possession des Ursulines de Loudun, et des peines du Père Surin (3/4), et Histoire de la possession des Ursulines de Loudun, et des peines du Père Surin (4/4).










jeudi 23 janvier 2020

De la doctrine de la vérité




Extrait de L'Imitation de Jésus-Christ :

1. Heureux celui que la vérité instruit elle-même, non par des figures et des paroles qui passent, mais en se montrant telle qu’elle est. — Notre raison et nos sens voient peu, et nous trompent souvent. — À quoi servent ces disputes subtiles sur des choses cachées et obscures, qu’au jugement de Dieu on ne vous reprochera point d’avoir ignorées ? — C’est une grande folie de négliger ce qui est utile et nécessaire pour s’appliquer au contraire curieusement à ce qui nuit. Nous avons des yeux, et nous ne voyons point.
2. Que nous importe ce qu’on dit sur les genres et sur les espèces ? — Celui à qui parle le Verbe éternel est délivré de bien des opinions. — Tout vient de ce Verbe unique, de lui procède toute parole, il en est le principe, et c’est lui qui parle en dedans de nous. — Sans lui nulle intelligence, sans lui nul jugement n’est droit. — Celui pour qui une seule chose est tout, qui rappelle tout à cette unique chose, et voit tout en elle, ne sera point ébranlé, et son cœur demeurera dans la paix de Dieu.
— Ô Vérité, qui êtes Dieu, faites que je sois un avec vous dans un amour éternel ! — Souvent j’éprouve un grand ennui à force de lire et d’entendre ; en vous est tout ce que je désire, tout ce que je veux. — Que tous les docteurs se taisent, que toutes les créatures soient dans le silence devant vous : parlez-moi vous seul.
3. Plus un homme est recueilli en lui-même, et dégagé des choses extérieures, plus son esprit s’étend et s’élève sans aucun travail, parce qu’il reçoit d’en haut la lumière de l’intelligence. — Une âme pure, simple, formée dans le bien, n’est jamais dissipée au milieu même des plus nombreuses occupations, parce qu’elle fait tout pour honorer Dieu, et que, tranquille en elle-même, elle tâche de ne se rechercher en rien. — Qu’est-ce qui vous fatigue et vous trouble, si ce n’est les affections immortifiées de votre cœur ?
4. L’homme bon et vraiment pieux dispose d’abord au-dedans de lui tout ce qu’il doit faire au-dehors ; il ne se laisse point entraîner, dans ses actions, au désir d’une inclination vicieuse, mais il les soumet à la règle d’une droite raison. — Qui a un plus rude combat à soutenir que celui qui travaille à se vaincre ? — C’est là ce qui devrait nous occuper uniquement : combattre contre nous-mêmes, devenir chaque jour plus forts contre nous, chaque jour faire quelques progrès dans le bien. — Toute perfection, dans cette vie, est mêlée de quelque imperfection : et nous ne voyons rien qu’à travers je ne sais quelle fumée. — L’humble connaissance de vous-même est une voie plus sûre pour aller à Dieu que les recherches profondes de la science. — Ce n’est pas qu’il faille blâmer la science, ni la simple connaissance d’aucune chose ; car elle est bonne en soi, et dans l’ordre de Dieu ; seulement on doit préférer toujours une conscience pure et une vie sainte. — Mais, parce que plusieurs s’occupent davantage de savoir que de bien vivre, ils s’égarent souvent, et ne retirent que peu ou point de fruit de leur travail.
5. Oh ! s’ils avaient autant d’ardeur pour extirper leurs vices et pour cultiver la vertu que pour remuer de vaines questions, on ne verrait pas tant de maux et de scandales dans le peuple, ni tant de relâchement dans les monastères. — Certes, au jour du jugement on ne nous demandera point ce que nous avons lu, mais ce que nous avons fait ; ni si nous avons bien parlé, mais si nous avons bien vécu. — Dites-moi où sont maintenant ces maîtres et ces docteurs que vous avez connus lorsqu’ils vivaient encore, et lorsqu’ils florissaient dans leur science ? — D’autres occupent à présent leur place, et je ne sais s’ils pensent seulement à eux. Ils semblaient, pendant leur vie, être quelque chose, et maintenant on n’en parle plus.
6. Oh ! que la gloire du monde passe vite ! Plût à Dieu que leur vie eût répondu à leur science ! Ils auraient lu alors et étudié avec fruit. — Qu’il y en a qui se perdent dans le siècle par une vaine science, et par l’oubli du service de Dieu. — Et, parce qu’ils aiment mieux être grands que d’être humbles, ils s’évanouissent dans leurs pensées. — Celui-là est vraiment grand, qui a une grande charité. — Celui-là est vraiment grand, qui est petit à ses propres yeux, et pour qui la plus grande gloire n’est qu’un pur néant. — Celui-là est vraiment sage, qui, pour gagner Jésus-Christ, regarde comme de l’ordure, du fumier toutes les choses de la terre. — Celui-là possède la vraie science, qui fait la volonté de Dieu et renonce à la sienne.


Prudence : Si vous ne restez pas ferme dans la vérité, le démon s'emparera de votre intelligence. Il vous fera perdre la paix et tous les bons fruits acquis dans votre vie spirituelle, en amenant la confusion dans votre esprit. Tous les progrès spirituels faits vous seront enlevés pour avoir méprisé la vérité. Les grâces spirituelles reçues seront perdues. Il sera plus difficile ensuite de revenir dans la voie droite. Conservez ce que vous avez, et prenez garde qu'un autre n'emporte votre couronne. (Apoc. 3)


Reportez-vous à De la Réduction des Hérétiques, par le R.-P. Jean-Joseph SurinDe l'étude des Lettres, par le R.-P. Jean-Joseph SurinFaites un bon usage de tous les moyens extérieurs ou intérieurs que Dieu voudra vous donner pour votre avancement à la vertu, Que c'est une chose dangereuse que de résister au Saint-Esprit, La vérité parle au dedans de nous sans aucun bruit de paroles, Conservez ce que vous avez, et prenez garde qu'un autre n'emporte votre couronne, Méditation sur les divers sentiments des hommes à l'égard de la vérité, Personne ne peut servir à deux Maître, Cherchez donc premièrement le Royaume de Dieu et sa justice, Réagir prudemment devant « L'Agitateur », Neuvaine à Saint Pie X pour obtenir la vérité en toutes situations, L'enfant que voilà est au monde pour la perte et le salut de plusieurs, Méditation sur la résistance aux vérités de la Foi, Méditation sur la soumission de l'esprit aux vérités de la Foi, et Méditation sur les effets de l'orgueil.














Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 31e Méditation : Il s'en alla ensuite avec eux à Nazareth, et il leur était soumis


Extrait de "Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, ou Nouveau Mois de Jésus" par C.-L. Faucher, prêtre du Diocèse de Clermont :




31e JOUR

Il s'en alla ensuite avec eux à Nazareth, et il leur était soumis. (Luc, II, 51)


1er Point. Considérez ce divin enfant dans sa pauvre et petite demeure à Nazareth ; là il mène une vie cachée ; inconnu aux hommes, l'amour du silence et de la solitude sont ses vertus chéries ; ici la prudence humaine et la sagesse du monde sont obligées d'avouer leur ignorance et d'adorer en secret... Quoi ! le Fils de Dieu, celui qui est venu racheter le monde, passer trente ans dans une vie obscure et cachée ! Quelles conversion n'aurait-il pas pu opérer ? quels miracles n'aurait-il pas pu faire pendant tout ce temps-là ? Oh ! combien d'âmes il aurait pu gagner par la force de sa divine parole ! Ainsi raisonne la prudence de la chair, la sagesse du siècle, parce qu'elle ne comprend pas les choses de Dieu... Si Jésus passe les premières années de sa vie dans la solitude et le silence, c'est pour nous apprendre que le plus sûr moyen d'opérer notre salut, c'est de fuir le monde, de nous retirer souvent seuls avec Dieu ; car ce n'est que dans le silence et la solitude que Dieu parle à notre cœur. Le bruit du monde nous empêche d'entendre cette voix intérieure qui nous invite si souvent à rentrer en nous-mêmes, pour nous connaître nous-mêmes, et pouvoir travailler avec fruit à notre sanctification. Ô bienheureuse solitude, disait saint Bernard, où l'on respire un air plus pur, où les grâces de Dieu sont plus abondantes, le ciel plus disposé à écouter nos prières et à exaucer nos vœux ! qui me donnera les ailes de la colombe pour prendre mon essor et aller me reposer dans ce lieu de la véritable béatitude ?
Aimez donc à vous retirer souvent du bruit du monde, à demeurer seul avec votre Dieu au fond de votre cœur ; là, vous goûterez un bonheur que vous n'avez peut être pas encore connu, et vous comprendrez alors le mystère de la vie cachée de Jésus.

2e Point. Jésus était soumis à Marie et à Joseph, et en quoi ? dans le plus bas exercice d'un art mécanique. Considérez avec une attention respectueuse tous les petits détails du service que Jésus rendait à la sainte famille ; voyez le saint empressement qu'il met à faire tout ce qu'on lui commande ; portez vos regards sur ces mains divines, qui s'occupent à un travail commun et grossier ; ne vous arrêtez pas à l'extérieur de ce divin Enfant ; pénétrez les dispositions amoureuses de son cœur : il ne se plaint point, il ne se rebute de rien, il se porte avec une sainte ardeur à tout ce qu'il y a de plus humiliant ; et comme si la malédiction prononcée contre notre premier père eût pesé sur lui, il porte toute la rigueur de cette sentence : Tu mangeras ton pain à la sueur de ton front, voulant nous être semblable en tout, excepté le péché. Oh ! que notre travail nous deviendrait doux, si nous avions le soin de l'offrir à Jésus et de le faire en union avec Jésus ! Les actions les plus communes et les plus ordinaires deviendraient alors très-méritoires devant Dieu, et nous nous sanctifierions dans les travaux, où bien souvent nous nous perdons ; parce qu'il n'y aurait plus de murmures, plus d'impatiences: chacun, se contentant de la position où Dieu l'a placé, bénirait la divine Providence, et se reposerait sur elle de tous ses intérêts.


ORAISON JACULATOIRE

Infans Jesu, Subdite Matri, miserere nobis.
Entant Jésus, qui êtes soumis à votre sainte Mère, avez pitié de nous.


PRIÈRE

Ô saint Enfant ! qui avez voulu être obéissant en tout à votre sainte Mère, faites que je renonce entièrement à ma volonté, afin de me conformer en tout à la vôtre, et que je condescende, par amour pour vous, à tout ce que la charité envers le prochain exigera de moi.


EXEMPLE

Cyrus, préfet de Constantinople, cruellement poursuivi par l'envie, arriva le jour même de Noël, à Smyrne, chez l'évêque de cette ville. Le peuple, qui suspectait la foi de cet étranger, qu'il croyait encore attaché aux superstitions du paganisme, ne voulut pas l'admettre à sa communion qu'il n'eût fait une profession de foi. Il fut donc conduit à l'église, et là, en présence de tout le peuple, il proféra ces paroles : Mes Frères, que la naissance de Notre Seigneur Jésus-Christ soit honorée par notre admiration, notre anéantissement et notre silence ; car il fut conçu par la Vierge après qu'elle eut entendu la parole de l'Ange, et qu'elle eut acquiescé aux ordres et à la volonté du Très-Haut. Gloire soit donc rendue dans tous les siècles des siècles à celui qui est venu nous sauver par ses humiliations et ses souffrances. À ces paroles, on reconnut la foi de Cyrus, et il fut reçu avec grandes acclamations de tout le peuple à la communion des Fidèles.


PRATIQUE

Soyons soumis et obéissants à ceux qui nous conduisent de la part de Dieu, et nous serons sûrs de ne jamais nous égarer.



Reportez-vous à Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, Dernier jour : Consécration au Saint Enfant-JésusDévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 30e Méditation : Après trois jours, ils le trouvèrent dans le temple, assis au milieu des docteurs, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 29e Méditation : Quand Jésus eut atteint l'âge de douze ans, Marie et Joseph le conduisirent à Jérusalem, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 28e Méditation : Le saint Enfant croissait et se fortifiait, étant rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était en lui, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 27e Méditation : Joseph, prenant la nuit même l'Enfant et sa Mère, se retira en Égypte, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 26e Méditation : Hérode voyant que les mages l'avaient trompé, entra dans une grande colère, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 25e Méditation : L'ange du Seigneur apparut en songe à Joseph, et lui dit : Levez-vous, prenez l'enfant et sa mère, et fuyez en Égypte, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 24e Méditation : L'enfant que voilà est au monde pour la perte et le salut de plusieurs, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 23e Méditation : Il y avait à Jérusalem un homme juste et craignant Dieu, nommé Siméon, Discours sur la purification de Marie, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 22e Méditation : Ils portèrent Jésus à Jérusalem, afin de l'offrir au Seigneur, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 21e Méditation : Cependant Marie ne perdait rien de toutes ces choses et les méditait dans son cœur, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 20e Méditation : Ayant été averti en songe de ne point aller trouver Hérode, ils retournèrent en leur pays par un autre chemin, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 19e Méditation : Se prosternant, ils l'adorèrent ; puis ayant ouvert leurs trésors, ils lui offrirent en présent de l'or, de l'encens et de la myrrhe, Discours aux jeunes époux, du Pape Pie XII, durant l'Octave de l’Épiphanie, le 10 janvier 1940, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 18e Méditation : Voici que l'étoile qu'ils avaient vue en Orient parut, allant devant eux, jusqu'à ce qu'elle vint s'arrêter sur le lieu où était l'enfant, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 17e Méditation : À la nouvelle de la naissance du saint Enfant, le roi Hérode fut troublé, et tout Jérusalem avec lui, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 16e Méditation : Nous avons vu son étoile en Orient, et nous sommes venus pour l'adorer, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 15e Méditation : Voici que les Mages vinrent de l'Orient à Jérusalem, Méditation pour le Jour des Rois : Que votre Règne arrive, Instruction sur la Fête des Rois, Méditation sur l’Épiphanie : Les Mages confessent Jésus-Christ devant les hommes, Méditation sur l’Épiphanie : Les Mages à Jérusalem, Méditation pour l’Épiphanie : La vocation des mages prédite et figurée, notre vocation à la foi de Jésus-Christ, Méditation sur l’Épiphanie : Les Rois-Mages, Méditation sur l’Épiphanie : Du ministère de Marie dans la vocation des Gentils à la Foi, Remerciement, offrande et prière au Verbe de Dieu incarné, pour l'Octave de l'Épiphanie, Méditation sur l’Épiphanie, Méditation sur la Nativité, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 14e Méditation : On lui donna le nom de Jésus, Litanies du Saint Nom de Jésus, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 13e Méditation : On lui donna le nom de Jésus, nom qui lui avait été donné par l'ange, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 12e Méditation : Après huit jours, le saint Enfant fut circoncis, Instruction sur la Circoncision, Méditation sur la Circoncision, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 11e Méditation : Les bergers revinrent en glorifiant et en louant Dieu de tout ce qu'ils avaient vu et entendu, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 10e Méditation : Les bergers se disaient les uns aux autres : Allons jusqu'à Bethléem, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 9e Méditation : Gloire à Dieu au plus haut des Cieux, et paix sur la terre aux hommes de bonne volonté, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 7e Méditation : Tout à coup l'Ange du Seigneur parut auprès d'eux, Salutation à Marie et à Jésus naissant, Litanies du Saint Enfant-Jésus, Méditation pour la Fête de Noël : Vous trouverez un Enfant enveloppé de langes, et couché dans une Crèche, Instruction sur la Fête de Noël, Pratique de la Dévotion à l'enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 1re Méditation : Marie s'étant rendue avec Joseph à Bethléem, le temps de son divin enfantement arriva, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 2e Méditation : Je vous annonce un grand sujet de Joie, il vous est né aujourd'hui un Sauveur, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 3e Méditation : Marie mit au monde son fils premier-né, et l'enveloppa de langes, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 4e Méditation : Marie, après avoir enveloppé de langes le saint Enfant, le coucha dans la crèche, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 5e Méditation : Voici le signe qui vous est donné : vous trouverez un enfant enveloppé de langes et couché dans une crèche, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 6e Méditation : Il y avait là aux environs des bergers qui veillaient et se relevaient les uns les autres pendant la nuit, pour la garde de leurs troupeaux, Litanies du Saint Enfant-Jésus, et Dévotion au Saint Enfant-Jésus : Prière d'amour et Consécration.















mercredi 22 janvier 2020

De la présence de Dieu, par le R.-P. Jean-Joseph Surin


Extrait du CATÉCHISME SPIRITUEL DE LA PERFECTION CHRÉTIENNE, TOME II, Composé par le R. P. J. J. SURIN, de la Compagnie de Jésus :




De la présence de Dieu



Qu'entendez-vous par la présence de Dieu ?

Un exercice intérieur par lequel l'homme rend Dieu présent à sort esprit, afin de tirer de cette pensée la force dont il a besoin pour se conduire saintement dans les différentes occasions qui se présentent.


En quoi consiste cet exercice ?

Il renferme comme trois degrés de perfection, qui répondent aux progrès plus ou moins grands des personnes qui s'y appliquent. Le premier est de se souvenir de Dieu par le moyen, de la foi, qui nous apprend qu'il est partout, qu'il nous voit, et qu'il considère toutes nos actions dont il doit être le Juge. Un homme convaincu de cette vérité, tâche de ne point perdre la vue de Dieu, et de se comporter comme l'ayant pour témoin de sa conduite. C'est ce que le Seigneur lui-même enseigne à son serviteur Abraham : Marchez devant moi et soyez parfait. C'est ce que pratiquait le Prophète David : J'ai toujours eu le Seigneur devant les yeux, persuadé qu'il était sans cesse à ma droite pour me soutenir. Cette vue porte à fuir toute sorte de mal, et à pratiquer toute sorte de bien. C'est pour cela que le premier avis qu'on donne à ceux qui commencent à pratiquer la vertu, est de se rendre la pensée de Dieu familière ; cet exercice étant en effet la clef de tous les autres, et le moyen le plus efficace pour faire bientôt de grands progrès.


Quel est le second degré qu'on distingue dans l'exercice de la présence de Dieu ?

C'est non seulement de nous souvenir de Dieu, mais encore de penser qu'il est en nous, et qu'il fait sa demeure dans notre intérieur. Car si la Foi nous apprend qu'il est dans tous ses ouvrages, auxquels il se communique à proportion de leur capacité et de leur noblesse ; il n'est pas difficile de comprendre que l'homme étant une créature très-parfaite, Dieu se plait à habiter en lui d'une manière particulière et comme dans son Temple, suivant ce que dit saint Paul : vous êtes Le Temple du Dieu vivant. Conformément à ces principes, les hommes spirituels s'accoutument à se représenter Dieu en eux-mêmes, et à conserver non seulement l'idée, mais encore le sentiment de sa présence.
Nous avons dit au Chapitre précédent que notre âme est comme une maison où il y a diverses demeures. C'est dans ces demeures que Dieu se fait sentir, mais surtout dans la dernière et la plus profonde. De là il arrive assez souvent que la partie sensible et inférieure de l'âme est agitée par la tentation, tandis que la partie supérieure et raisonnable possède Dieu et le goûte. Quelquefois aussi le trouble passe jusqu'à la demeure supérieure, qui est la partie raisonnable ; et alors Dieu se retire et se retranche, pour ainsi dire, dans lieu le plus intime et le plus profond de l'âme, où il fait sentir à l'homme les effets de sa présence, de sa protection, et même de sa tendresse.
C'est de là que quelques Mystiques ont pris occasion de donner le nom de donjon à cette partie de l'âme qui demeure tranquille, et qui ne perd point le goût de Dieu, tandis que le trouble et la tentation occupent les autres parties. Cette expression figurée a déplu à ces Docteurs délicats et peu intérieurs, dont nous avons parlé au chapitre précédent ; ils se sont récriés comme si on avait prétendu introduire dans l'âme quelque chose de matériel ; il n'y a pourtant rien ici que de fort spirituel. Sans mettre aucune séparation réelle entre les parties, ou les différentes demeures qu'on distingue dans l'âme, il est aisé de comprendre comment Dieu se plaît à se communiquer à elle dans une de ces parties, tandis qu'il permet qu'en quelques autres elle soit agitée par la tentation.
On entre aisément dans le sens de ces expressions, quand on fait réflexion que S. Paul distingue le vieil homme du nouveau, l'homme extérieur de l'homme intérieur. Et quoiqu'en cette matière il n'y ait aucune comparaison à faire des hommes ordinaires avec J. C. qui ne pouvait ressentir aucun trouble involontaire ; ce que nous disons ici s'explique par ce que les Évangélistes rapportent de notre Sauveur, qui aux approches de sa mort, était tout à la fois et révolté contre le supplice selon la partie inférieure de son âme, et parfaitement soumis à la volonté de son Père selon la partie supérieure.
Les personnes accoutumées à la présence de Dieu, sentent bien cette différence. Leur pratique ordinaire est de se retirer dans le fond de leur âme pour y chercher Dieu et y jouir du goût de sa présence. C'est à quoi S. Augustin nous invite lorsqu'il dit que Dieu crie après nous afin que nous rentrions dans notre cœur pour l'y trouver, Clamat ad nos ut redeamus ad cor. C'est pour cela que l'Écriture nous avertit que Dieu n'est pas loin de nous, et qu'il en est même fort près. C'est par une grâce spéciale qu'on acquiert cette facilité à trouver Dieu au-dedans de soi-même, quoique les soins de l'homme y contribuent aussi beaucoup, comme l'enseigne Blosius dans les premiers chapitres de son Institution, et comme nous l'avons montré au premier chapitre de cette partie.
Ce qu'il faut encore remarquer, c'est qu'on peut avoir le sentiment de la présence de Dieu en trois manières ; dans la première on goûte Dieu en général ; Sans aucune connaissance distincte ; dans la seconde, l'âme sent en soi J. C. qui lui est uni par sa grâce, et en particulier par la réception de la sainte Eucharistie ; elle le sent qui réside et qui opère en elle de la même manière que l'on sent près de soi une personne qui nous tient compagnie, avec cette différence, que cette personne est au dehors et que J. C. est au dedans. La troisième manière est plus relevée et moins ordinaire que les deux autres ; elle consiste à sentir les trois Personnes divines qui résident dans l'âme, et qui conversent avec elle. Il faut lire là dessus les Auteurs Mystiques, et en particulier sainte Thérèse dans la septième demeure du Château de l'âme.


Quel est le troisième degré où l'on peut monter par l'exercice de la présence de Dieu ?

C'est lorsque non seulement on se représente Dieu par la foi, et on le sent en soi-même, mais qu'on le voit et qu'on le sent en toutes les créatures à mesure qu'elles se présentent. C'est ici un état très-parfait ; l'homme peut bien s'y disposer par ses soins ; mais on n'y parvient que par une grâce spéciale, dont Dieu favorise les âmes qui se sont longtemps exercées à l aimer. C'est comme un instinct secret qu'il leur communique, à la faveur duquel elles le trouvent partout, et goûtent en toutes choses sa douceur divine; de sorte que tout leur est occasion de s'enflammer de plus en plus en son amour.
Il n'est pas besoin de lumière surnaturelle pour connaître Dieu opérant dans toutes les créatures. Le Maître de la nature (disait Trismégiste) s'est dépeint lui-même dans ses Ouvrages; son pouvoir éclate en tout et partout. Ubique et in omnibus splendet. Non seulement on le connaît par les choses spirituelles, qui prouvent par elles-mêmes qu'elles ont un Dieu pour principe ; il se manifeste encore par les créatures les plus matérielles; (et, comme dit le même Auteur) il se transforme, pour ainsi dire, en toutes sortes de corps : in omnibus ut ita dicam, multi corporeus ; puisqu'après les avoir formés il les pénètre, il les soutient, il les conserve, il les conduit, il les anime par sa bonté et par sa puissance.
Mais outre cette connaissance qui ne passe pas les forces de la nature, les âmes parvenues au degré de perfection dont nous parlons, trouvent Dieu en tout, jusqu'à sentir sa présence dans les créatures les plus insensibles ; jusqu'à coûter la douceur de Dieu dans les mets dont elles usent ; jusqu'à reconnaître sa vertu divine dans le feu qui les échauffe ; jusqu'à être touchée de la beauté de Dieu même dans les fleurs et dans la lumière qui les récréent ; jusqu'à trouver partout de nouveaux sujets de l'aimer, de l'admirer et de le goûter ; c'est-à-dire, que ces personnes sont environnées de Dieu, comme d'une mer immense d'amour et de bonté, et qu'il n'y a pour elles rien de grossier et de matériel; parce qu'en tout ce qui se présente, elles ne voient et ne sentent que les effets et les marques de la bonté et de la puissance de Dieu. Elles le trouvent partout, parce qu'elles ne veulent et qu'elles ne cherchent que lui ; si bien que tout leur est occasion de s'élever à Dieu, et de croître continuellement en grâce et en amour.



Reportez-vous à Méditation sur la présence de DieuMéditation sur l'oubli de la présence de DieuMéditation sur l'attention continuelle à la présence de DieuDe l'homme intérieur, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, Du renouvellement de l'esprit, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, De l'activité naturelle, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, Prière pour demander la grâce de connaître et d'accomplir la volonté de Dieu, Seigneur, que vous plaît-il que je fasse ?, Du Recueillement, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, Du vrai Religieux, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, Ce qui s'est observé dans un Ordre Religieux durant le premier siècle depuis son établissement, doit être regardé comme meilleur que tout ce qu'on peut inventer dans la suite, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, De la vie mixte, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, De la vie intérieure, et de la familiarité avec Jésus-Christ, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, VIE CHRÉTIENNE : Repas, Récréations, Conversations et Visites, Des amitiés, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, De la conversation, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, Des Vertus, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, De l'étude des Lettres, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, Des Habits, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, De la nourriture du corps, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, Méditation sur la connaissance des vertus et des vices, VIE CHRÉTIENNE : Conduite pour sanctifier les Dimanches et Fêtes de l'année, VIE CHRÉTIENNE : La prière du Matin, la Bonne Pensée, la Méditation, et la Lecture Spirituelle, Catéchisme spirituel de la Perfection Chrétienne, par le R.P. Jean-Joseph Surin (1), Catéchisme spirituel de la Perfection Chrétienne, par le R.P. Jean-Joseph Surin (2), De la vie illuminative, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, De la réformation de la mémoire, par Le R.-P. Jean-Joseph Surin, Instruction pour les personnes qui entrent dans la voie d'Oraison, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, Que les âmes lâches fassent tous leurs efforts pour acquérir la bonne volonté qui leur manque, De l'Oraison et de la Contemplation, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, Simple et courte méthode d'oraison mentale, De l'Oraison, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, De la Pénitence et de l'Oraison, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, Pour bien faire l'oraison et pour en tirer le fruit qu'on a lieu d'en attendre, De la contemplation, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, De quelques moyens de bien faire l'oraison mentale, Degrés des vertus qu'on se propose d'acquérir, Combien sont mal fondées les plaintes de ceux qui se disent incapables de méditer, En quoi consiste l'exercice de la présence de Dieu, Les voies du salut, De l'amour du Père Surin pour l'humilité, dans l'union avec Notre-Seigneur Jésus-Christ, De l'amour étonnant du Père Surin pour l'abjection, dans l'union avec Notre-Seigneur Jésus-Christ, De l'amour admirable du Père Surin pour les souffrances, dans l'union avec Notre-Seigneur Jésus-Christ, De l'imagination de l'homme, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, De la réformation de l'entendement, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, De la réformation de la colère, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, De la vie Purgative, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, De la Mortification, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, En quoi consiste la perfection chrétienne : pour l'acquérir il faut combattre, et pour sortir victorieux de ce combat, quatre choses sont nécessaires, De la sècheresse dans l'oraison, Du devoir des Veuves, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, Ce qu'est l'oraison mentale, par le R.P. D. Laurent Scupoli, Clerc Régulier Théatin, Méditation sur la nécessité des progrès dans la vertu, De la Réduction des Hérétiques, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, De la réformation de l'Amour, de la Haine, du Désir et de l'Aversion, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, De quelques moyens de bien faire l'oraison mentale, Pour la direction et la progression spirituelles : Quel chrétien êtes-vous ?, Le souvenir de nos péchés est un moyen propre pour nous aider à supporter avec résignation, toutes les afflictions que Dieu nous envoie, Avis pour la lecture spirituelle, Histoire de la possession des Ursulines de Loudun, et des peines du Père Surin (1/4), Histoire de la possession des Ursulines de Loudun, et des peines du Père Surin (2/4), Histoire de la possession des Ursulines de Loudun, et des peines du Père Surin (3/4), et Histoire de la possession des Ursulines de Loudun, et des peines du Père Surin (4/4).












Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 30e Méditation : Après trois jours, ils le trouvèrent dans le temple, assis au milieu des docteurs


Extrait de "Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, ou Nouveau Mois de Jésus" par C.-L. Faucher, prêtre du Diocèse de Clermont :




30e JOUR

Après trois jours, ils le trouvèrent dans le temple, assis au milieu des docteurs et les interrogeant (Luc, II, 46)


1er Point. Après trois jours de la plus vive inquiétude, Marie et Joseph trouvèrent enfin le saint Enfant dans le temple, assis au milieu des docteurs ; il les écoutait et les interrogeait ; et tous ceux qui l'entendaient parler étaient ravis de la prudence et de la sagesse de ses réponses. Oh ! quelle admirable éloquence découlait de ses lèvres divines ! quelle douce onction dans ses paroles ! quelle modestie dans ses interrogations ! quelle retenue dans tout son extérieur ! Tous ceux qui l'entendaient disaient entre eux : Nous n'avons jamais vu un homme parler de la sorte. Nunquam sic locutus est homo, sicut hic homo. (Joan., VII, 46) Aussi le saint roi David, qui avait vu dans ses extases prophétiques ce divin Messie, s'écriait-il, dans l'excès de son admiration : Que vos paroles ont d'attrait pour moi, Seigneur ! quelle aimable suavité elles renferment ! Elles sont la lumière qui m'éclaire et dirige mes pas dans les ténèbres de ce monde ; elles me paraissent plus pures que l'or que le feu a purifié sept fois. (Ps. 11)
Ô saint enfant ! daignez nous instruire vous-même, soyez notre maître ; apprenez-nous comment nous devons nous conduire au milieu des dangers du monde, quelle voie nous devons prendre pour arriver à vous ; apprenez-nous à vous connaître et à vous aimer ; découvrez-nous les beautés de votre sainte loi ; faites-nous pénétrer les saints mystères de votre enfance et les secrets de votre amour ; ou, au moins, donnez-nous la soumission envers ceux que vous avez chargés de nous instruire ; faites que nous écoutions leur voix comme la vôtre, afin que votre divine parole produise en nous des fruits abondants pour la vie éternelle.

2e Point. Aussitôt que la sainte Vierge aperçut son divin Fils dans le temple, parmi les docteurs, son cœur tressaillit d'une sainte allégresse, et elle ne put s'empêcher de se plaindre amoureusement au saint Enfant : Mon Fils, lui dit-elle, pourquoi nous avoir ainsi affligés ? Mais Jésus, dissimulant la tendresse qu'il avait pour sa sainte Mère, ne lui répondit que par ces paroles : Pourquoi me cherchiez-vous avec tant d'inquiétude ? Ne saviez-vous pas qu'il faut que je sois occupé des intérêts de Dieu mon Père ? Par là, Jésus nous apprend que nous devons tout quitter, quand il s'agit de la gloire de Dieu ; par là, il condamne notre respect humain, qui fait que souvent nous omettons nos devoirs les plus essentiels, parce que nous craignons de déplaire à certaines personnes ; par là, il nous fait voir que nous devons abandonner tout ce que nous avons de plus cher au monde, quand il s'agit d'accomplir la volonté de Dieu et de suivre la vocation à laquelle sa divine Providence nous a destinés. Commençons donc aujourd'hui, il en est temps, à quitter tout ce qui nous empêche d'aller généreusement à Dieu ; renonçons à toutes ces affections trop naturelles qui captivent notre cœur : car, tant qu'il sera ainsi lié, l'Esprit-Saint ne pourra y fixer sa demeure, et nous serons toujours aveuglés sur les choses de Dieu, faibles dans son amour et négligents dans son service.


ORAISON JACULATOIRE

Infans Jesu, doctor sapientium, miserere nobis.
Enfant Jésus, le maître des sages, avez pitié de nous.


PRIÈRE

Ô saint Enfant ! qui êtes le docteur des nations, vous qui les avez instruites et éclairées par votre divine sagesse, apprenez-moi la science des saints, instruisez-moi dans les voies du salut, et que, fidèle à vous écouter, je puisse mériter les récompenses promises à ceux qui sauront mettre en pratique vos divins enseignements.


EXEMPLE

Boleslas IV, roi de Pologne, avait fait graver sur une lame d'or l'image de son père, pour lequel il avait toujours eu une grande vénération ; il la portait toujours avec lui ; et lorsqu'il lui fallait dire ou faire quelque chose d'important, il prenait cette image, et la baisant respectueusement : Mon Père, disait-il, que je ne fasse rien d'indigne de votre nom. Oh ! que les chrétiens seraient plus réservés dans leurs paroles et leurs actions, si, portant sur eux l'image de Jésus crucifié, ils la considéraient en disant comme ce grand roi, lorsqu'ils se verraient sur le point de souiller leur innocence en commettant le péché : Ne permettez pas, ô divin Sauveur ! que je fasse rien qui soit indigne du nom chrétien.


PRATIQUE

Écoutons la parole de Dieu avec le plus grand respect, et travaillons à la faire fructifier dans nos âmes.



Reportez-vous à Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 29e Méditation : Quand Jésus eut atteint l'âge de douze ans, Marie et Joseph le conduisirent à Jérusalem, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 28e Méditation : Le saint Enfant croissait et se fortifiait, étant rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était en lui, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 27e Méditation : Joseph, prenant la nuit même l'Enfant et sa Mère, se retira en Égypte, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 26e Méditation : Hérode voyant que les mages l'avaient trompé, entra dans une grande colère, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 25e Méditation : L'ange du Seigneur apparut en songe à Joseph, et lui dit : Levez-vous, prenez l'enfant et sa mère, et fuyez en Égypte, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 24e Méditation : L'enfant que voilà est au monde pour la perte et le salut de plusieurs, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 23e Méditation : Il y avait à Jérusalem un homme juste et craignant Dieu, nommé Siméon, Discours sur la purification de Marie, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 22e Méditation : Ils portèrent Jésus à Jérusalem, afin de l'offrir au Seigneur, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 21e Méditation : Cependant Marie ne perdait rien de toutes ces choses et les méditait dans son cœur, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 20e Méditation : Ayant été averti en songe de ne point aller trouver Hérode, ils retournèrent en leur pays par un autre chemin, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 19e Méditation : Se prosternant, ils l'adorèrent ; puis ayant ouvert leurs trésors, ils lui offrirent en présent de l'or, de l'encens et de la myrrhe, Discours aux jeunes époux, du Pape Pie XII, durant l'Octave de l’Épiphanie, le 10 janvier 1940, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 18e Méditation : Voici que l'étoile qu'ils avaient vue en Orient parut, allant devant eux, jusqu'à ce qu'elle vint s'arrêter sur le lieu où était l'enfant, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 17e Méditation : À la nouvelle de la naissance du saint Enfant, le roi Hérode fut troublé, et tout Jérusalem avec lui, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 16e Méditation : Nous avons vu son étoile en Orient, et nous sommes venus pour l'adorer, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 15e Méditation : Voici que les Mages vinrent de l'Orient à Jérusalem, Méditation pour le Jour des Rois : Que votre Règne arrive, Instruction sur la Fête des Rois, Méditation sur l’Épiphanie : Les Mages confessent Jésus-Christ devant les hommes, Méditation sur l’Épiphanie : Les Mages à Jérusalem, Méditation pour l’Épiphanie : La vocation des mages prédite et figurée, notre vocation à la foi de Jésus-Christ, Méditation sur l’Épiphanie : Les Rois-Mages, Méditation sur l’Épiphanie : Du ministère de Marie dans la vocation des Gentils à la Foi, Remerciement, offrande et prière au Verbe de Dieu incarné, pour l'Octave de l'Épiphanie, Méditation sur l’Épiphanie, Méditation sur la Nativité, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 14e Méditation : On lui donna le nom de Jésus, Litanies du Saint Nom de Jésus, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 13e Méditation : On lui donna le nom de Jésus, nom qui lui avait été donné par l'ange, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 12e Méditation : Après huit jours, le saint Enfant fut circoncis, Instruction sur la Circoncision, Méditation sur la Circoncision, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 11e Méditation : Les bergers revinrent en glorifiant et en louant Dieu de tout ce qu'ils avaient vu et entendu, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 10e Méditation : Les bergers se disaient les uns aux autres : Allons jusqu'à Bethléem, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 9e Méditation : Gloire à Dieu au plus haut des Cieux, et paix sur la terre aux hommes de bonne volonté, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 7e Méditation : Tout à coup l'Ange du Seigneur parut auprès d'eux, Salutation à Marie et à Jésus naissant, Litanies du Saint Enfant-Jésus, Méditation pour la Fête de Noël : Vous trouverez un Enfant enveloppé de langes, et couché dans une Crèche, Instruction sur la Fête de Noël, Pratique de la Dévotion à l'enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 1re Méditation : Marie s'étant rendue avec Joseph à Bethléem, le temps de son divin enfantement arriva, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 2e Méditation : Je vous annonce un grand sujet de Joie, il vous est né aujourd'hui un Sauveur, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 3e Méditation : Marie mit au monde son fils premier-né, et l'enveloppa de langes, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 4e Méditation : Marie, après avoir enveloppé de langes le saint Enfant, le coucha dans la crèche, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 5e Méditation : Voici le signe qui vous est donné : vous trouverez un enfant enveloppé de langes et couché dans une crèche, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 6e Méditation : Il y avait là aux environs des bergers qui veillaient et se relevaient les uns les autres pendant la nuit, pour la garde de leurs troupeaux, Litanies du Saint Enfant-Jésus, et Dévotion au Saint Enfant-Jésus : Prière d'amour et Consécration.