jeudi 15 décembre 2016

Méditation pour le troisième Jeudi de l'Avent : Ayez une modestie parfaite



Extrait de "Esprit du R.P. AVRILLON pour passer saintement l'Avent et le Carême" :





LE TROISIÈME JEUDI DE L'AVENT

Jour de modestie


PRATIQUE

Ayez une modestie parfaite, qui ne se contente pas de régler l'extérieur, mais qui soit dans l'esprit, dans le cœur et dans l'âme tout entière, qui s'humilie par les bas sentiments qu'elle a de soi-même, et qui ne saurait souffrir les louanges, parce qu'elle ne croit pas les mériter ; une modestie, qui de l'esprit et du cœur, se communique aux regards, aux paroles, aux gestes, aux démarches et à tout l'extérieur. Travaillez à ressembler à cette Vierge si humble et si modeste.


MÉDITATION

Marie ayant entendu les paroles de l'ange, fut troublée de ces paroles, et elle pensait quelle pouvait être cette salutation. (Luc, I)


1er point. Marie était la plus humble et la plus pure des vierges ; le trouble innocent de son cœur est la preuve évidente de sa modestie. Elle est troublée, parce qu'elle est humble, et qu'elle est saluée par un Ange qui l'élève, la comble de louanges, lui rend hommage comme à sa souveraine, en la préconisant par avance Mère de Dieu ; et lui dit qu'elle est pleine de grâce, et qu'elle est bénie entre toutes les femmes. Une âme véritablement humble et modeste est toujours troublée quand on fait son éloge ; comme elle est petite à ses yeux, la louange lui est insupportable, et la modestie cause ce trouble qui rejaillit jusque sur son front, et qui parait dans ses paroles, ou plutôt dans son silence. Voilà un grand modèle de modestie ; imitons-le, si nous voulons être agréables à Dieu.

2e point. L'amour souverain que Marie avait pour la virginité l'avait séparé des son enfance du commerce du monde, pour consacrer à Dieu sa virginité dans le temple. Jugez si un cœur aussi pur que le sien pouvait entendre parler d'une maternité future sans en être alarmé. Cependant Marie consent enfin, parce que Dieu le lui commande par la bouche de l'esprit céleste, et qu'elle est sûre de demeurer toujours vierge, malgré sa maternité, et elle fait voir, en se déclarant la servante du Seigneur, autant d'obéissance aux ordres de Dieu que de modestie dans le cœur.
L'entretien de Marie avec l'Ange doit apprendre aux vierges chrétiennes cette modestie si bienséante à leur sexe, et à ne voir les hommes que par nécessité et toujours avec crainte, à ne les entretenir qu'avec inquiétude, à n'écouter leurs louanges et leurs flatteries qu'avec frayeur.


SENTIMENTS

Vierge sainte, mère admirable, puisque vous êtes vierge et mère tout ensemble, créature la plus pure et la plus parfaite qui soit jamais sortie des mains de Dieu, c'est à ses yeux divins que vous avez plu par votre pureté et votre modestie, et que vous êtes devenue sa mère, aussi bien que de tous les fidèles.
Obtenez-nous, mère incomparable, de votre adorable fils, cette modestie si nécessaire à l'ouvrage de notre salut ; que l'humilité et la pureté la forment dans notre cœur, et qu'elle s'étende sur nos regards, sur nos paroles, sur nos actions, et sur tous nos sens extérieurs, pour marcher toujours avec respect en la présence de Dieu, pour édifier le prochain, pour mériter vos bontés et votre protection, et pour porter en tous lieux la bonne odeur.de Jésus-Christ.


SENTENCES

Que votre modestie soit connue à tous les hommes ; car le Seigneur est proche (Philipp. 4).

Une personne modeste parle peu et à propos ; son visage est serein ; ses yeux, baissés et sages ; son air, tranquille et ses démarches graves (D. Aug. de spirit. et anim. c. 4) !



RÉFLEXIONS

La puissance de Dieu est inséparablement attachée à sa divine nature ; et c'est de lui que dérive toute puissance dans le ciel et sur la terre ; tout lui est soumis dans ce vaste univers, c'est pourquoi il s'appelle Tout-Puissant.
Cependant ce Dieu tout-puissant s'est fait homme ; il commence sa vie mortelle par l'enfance, quelle faiblesse ! Il la finit par la croix, quelle autre faiblesse ! Ah ! je comprends avec Saint Paul, que c'est par cette faiblesse que la toute-puissance éclate ; et que ce qui est faible dans Dieu est plus fort que tous les hommes ; je comprends que je dois plus à sa faiblesse qu'à sa force ; sa puissance m'a tiré du néant ; sa faiblesse m'a tiré de l'enfer, et elle m'a ouvert le ciel ; combien suis-je obligé de l'aimer !


ORAISON JACULATOIRE

Servez-vous, Seigneur, des charmes de votre beauté ; avancez vers nous, réussissez en tout, et venez régner sur nous.




Voir Redonner le modèle de la femme et Lire La modestie.


Reportez-vous à Méditation pour le premier Dimanche de l'Avent : Jour de crainte, Méditation pour le premier Lundi de l'Avent : Jour de confiance, Méditation pour le Premier Mardi de l'Avent : Jour de vigilance, Méditation pour le Premier Mercredi de l'Avent : Jour de fidélité, Méditation pour le Premier Jeudi de l'Avent : Jour de ferveur, Méditation pour le Samedi après la Pentecôte, Méditation de l'Avent : la vertu de patience, Méditation pour le premier Vendredi de l'Avent, Méditation pour le deuxième Mercredi de l'Avent, Méditation pour le troisième Dimanche de l'Avent : Jour d'humilité, Méditation pour le troisième Lundi de l'Avent, Méditation pour le troisième Mardi de l'Avent : l'esprit de prière, Méditation pour le troisième Mercredi de l'Avent, Méditation pour le seizième jour de décembre, Méditation pour le dix-septième jour de décembre, Méditation pour le dix-huitième jour de décembre, Méditation pour le dix-neuvième jour de décembre, Méditation pour le vingtième jour de décembre, Méditation pour le vingt-deuxième jour de décembre, Méditation sur l’Épiphanie, Méditation pour la veille de Noël, Méditation sur la Nativité, Méditation pour le premier dimanche de Carême et L'institution du Carême et la manière dont les premiers chrétiens le passaient.