lundi 12 décembre 2016

La Foi catholique, seule Consolatrice au milieu des souffrances





DISCOURS PRÉLIMINAIRE EXTRAIT DE L'ABRÉGÉ DU CATÉCHISME DE PERSÉVÉRANCE DE MGR GAUME :


C'est à vous, enfants, qui déjà vous êtes assis à la table sainte, que s'adresse cet Abrégé. Oh ! de grâce, ne le dédaignez pas ! Écoutez la voix de votre raison, qui vous dit que les instructions religieuses qui ont précédé votre première communion ne sauraient suffire : enseignements très élémentaires, que la faiblesse de votre esprit vous empêchera souvent de comprendre, et que, plus souvent encore, la légèreté de votre âge vous empêcha de retenir.
Comme vous, je fus enfant, et mon expérience se joint à la vôtre pour confirmer cette vérité.
Et puis, le triste siècle où doit s'accomplir votre existence, l'affaiblissement général de la foi, les scandales sans nombre qui vous environnent, les séduisantes occasions de péché qui vous attendent, les maximes empoisonnées qu'on répand de toutes parts, ne font-ils pas de l'étude approfondie de la Religion un devoir plus sacré aujourd'hui que jamais ?
Enfin, vous le dirai-je ? À vous encore si jeunes : à vous que caressent mille rêves de bonheur, sur le chemin de la vie il est plus d'une épine. Des jours viendront, tristes et nébuleux, qui feront couler vos larmes et saigner votre cœur. La perte de vos amis et de vos parents, des infirmités, des revers de fortune, je ne sais combien de contrariétés et de misères, feront de votre vie une longue croix : malgré que vous en ayez, il faudra bien être étendus et cloués sur ce lit de douleur. Alors les hommes s'éloigneront de vous ; car, retenez-le bien, les hommes n'aiment pas à voir souffrir ; et d'ailleurs, impuissants qu'ils sont, quels soulagements réels pourraient-ils vous donner ? Dans votre détresse, vers qui tourner vos yeux mouillés de pleurs ?
Ah ! il est une Consolatrice qui entendra vos gémissements, qui a le pouvoir et la volonté d'adoucir toutes vos peines ; c'est l'aimable fille du ciel, la Religion divine dans le sein de laquelle vous êtes nés. Tendre mère, seule elle viendra vous sourire au milieu de vos souffrances ; seule elle soutiendra votre courage ; seule, elle pourra vous donner un peu de joie parmi tant de chagrins ; seule, elle remplacera vos espérances trompées, par des promesses infaillibles de bonheur et d'immortalité. Mais, si la Religion est pour vous une étrangère, si vous la connaissez à peine, si vous l'aimez encore moins, que pouvez-vous en attendre ? Or, je le répète, vous ne la connaissez pas assez maintenant, et, si vous cessez de l'étudier, dans peu d'années vous ne la connaîtrez plus du tout.
Enfants, croyez-moi, lorsque je vous dis toutes ces choses, je ne suis ni trompé ni trompeur. En attendant que votre expérience vienne justifier mes paroles, acceptez comme un gage de ma prévoyante amitié cet Abrégé du Catéchisme de persévérance, que je vous offre aujourd'hui. Il peut assurer votre bonheur ; car il vous donnera une connaissance convenable, et, je l'espère, il vous inspirera un amour constant de la religion dont l'appui vous est si nécessaire.







Lire l'Abrégé du Catéchisme de Persévérance de Mgr Gaume.




Reportez-vous à Consolations du Chrétien dans les souffrances, Le Saint Curé d'Ars dans sa conversation : Pensées de M. Vianney sur l'abnégation et la souffrance, Méditation sur les souffrances de Notre-Seigneur Jésus-Christ : Jésus-Christ portant sa Croix, Leçon I : De la Création, La religion a été et sera toujours l'âme de la société, Mit brennender sorge, du Pape Pie XI, sur la condamnation du nazisme, Consolations pour les fidèles en temps de persécutions, de schismes et d'hérésies, Lettre encyclique de Pie XI sur l'éducation chrétienne de la jeunesse et Message-radio du Pape Pie XII pour le Ve centenaire de la réhabilitation de Sainte Jeanne d'Arc.