samedi 23 avril 2016

Pour la direction et la progression spirituelles : Quel chrétien êtes-vous ?


Extrait de "L'âme de tout apostolat" de Dom Chautard




Chaque âme est comme un monde à part. Elle a ses nuances propres. Cependant, ex communiter contingentons, on peut classer les chrétiens en quelques groupes. Nous croyons utile d’essayer ci-dessous ce classement, en prenant comme pierre de touche, d’une part le péché ou l’imperfection, et de l’autre la prière. Puissions-nous, par ce tableau, amener quelques-uns de nos vénérés confrères à réfléchir sur la nécessité d’une étude qui leur permettrait de connaître les règles pratiques pour diriger chaque âme suivant son état.

Si pour les deux premières catégories, ce n’est pas directement que le prêtre peut atteindre les âmes, du moins s’il est bon directeur, il guidera bien plus efficacement les parents ou les amis qui ont à cœur de tirer, même de l’endurcissement, des êtres qui leur sont chers et que Dieu n’a pas encore définitivement rejetés.


Le Curé d'Ars rencontre Antoine Givre, le petit berger :
"Tu m'as montré le chemin d'Ars, je te montrerai le chemin du Ciel".
Copyright Le Petit Sacristain


1. Endurcissement


Péché mortel. — Croupissement dans ce péché, par ignorance ou conscience malicieusement faussée. — Étouffement ou absence de remords.

Prière. — Suppression voulue de tout recours à Dieu.


2. Vernis chrétien


Péché mortel. — Considéré comme un mal léger et aisément pardonné ; l’âme s’y laisse aller facilement à n’importe quelle occasion ou tentation. — Confession presque sans contrition.

Prière. — Machinale, sans attention ou toujours dictée par intérêt temporel. — Rares et superficielles rentrées en soi-même.


3. PIÉTÉ MÉDIOCRE


Péché mortel. — Faiblement combattu. — Fuite peu fréquente des occasions ; mais regrets sérieux et vraies confessions.

Péché véniel. — Pacte avec ce péché considéré comme mal insignifiant ; donc, tiédeur de volonté. — Rien pour le prévenir, l’arracher ou le découvrir.

Prière. — Assez bien faite de loin en loin. — Velléités passagères de ferveur.


4. Piété intermittente


Péché mortel. — Loyalement combattu. Fuite habituelle des occasions. — Regrets très vifs. — Pénitences pour réparer.

Péché véniel. — Parfois délibéré. — Faible combat. — Regrets superficiels. — Examen particulier sans esprit de suite.

Prière. — Résolution insuffisante d’être fidèle à la méditation que l’âme abandonne dès qu’il y a sécheresse ou multiples occupations.


5. PIÉTÉ SOUTENUE


Péché mortel. — Jamais. — Tout au plus très rares surprises violentes et soudaines. Souvent alors péché mortel douteux suivi d’ardente componction et de pénitence.

Péché véniel. — Vigilance pour l’éviter et le combattre. — Rarement délibéré. — Vivement regretté, mais peu réparé. — Examen particulier suivi, mais ne visant que la fuite des péchés véniels.

Imperfections. — L’âme évite de les découvrir pour ne pas les combattre, ou les excuse facilement. — Renoncement admiré et même désiré, mais peu pratiqué.

Prière. — Fidélité constante malgré tout à l’oraison souvent affective. — Alternance de consolations spirituelles et d’aridités péniblement subies.


6. Ferveur


Péché véniel. — Jamais délibéré. — Par surprise quelquefois ou avec demi-advertance. — Vivement regretté et sérieusement réparé.

Imperfections. — Désavouées, surveillées et combattues avec cœur, pour être plus agréable à Dieu. — Quelquefois acceptées cependant, mais aussitôt regrettées. — Actes fréquents de renoncement. — Examen particulier visant le perfectionnement dans une vertu.

Prière. — Oraison mentale volontiers prolongée. — Oraison plutôt affective et même de simplicité. — Alternance de fortes consolations et d'angoissantes épreuves.


7. Perfection relative


Imperfections. — Énergiquement prévenues avec grand amour. — Ne surviennent qu’avec demi-advertance.

Prière. — Vie habituelle d’oraison, même en se dépensant au-dehors. — Soif de renoncement, d’anéantissement, de détachement et d’amour divin. — Faim de l’Eucharistie et du ciel. — Grâces d’oraison infuse de divers degrés. Souvent, purifications passives.


8. Héroïcité


Imperfections. — De simple premier mouvement.

Prière. — Dons surnaturels de contemplation accompagnés parfois de phénomènes extraordinaires. — Purifications passives accentuées. — Mépris de soi jusqu’à l’oubli. — Préférence des souffrances aux joies.


9. SAINTETÉ CONSOMMÉE


Imperfections. — À peine apparentes.

Prière. — Le plus souvent : Union transformante. — Mariage spirituel. — Purifications d’amour. — Soif ardente de souffrances et d’humiliations. Trop clairsemées, les âmes d’élite qui atteignent les trois derniers états. Chez elles, le péché véniel est de plus eu plus rare.
Aussi, peut-on comprendre que les prêtres attendent l’occasion d’avoir de tels sujets avant d’étudier ce que les meilleurs auteurs indiquent pour qu’alors leur direction soit prudente et sûre.

Mais pourrait-on excuser le confesseur qui, faute de zèle pour apprendre et appliquer ce qui se rapporte aux quatre classes : Piété médiocre, Piété intermittente, Piété soutenue et Ferveur, laisserait quantité d’âmes moisir dans une triste tiédeur ou stationner bien au-dessous du degré de vie intérieure auquel Dieu les destinait.



Quant aux points à toucher dans la direction des débutants dans la piété, il semble qu’on peut les réduire d’ordinaire aux quatre suivants :


1° Paix. — Examiner si l’âme est dans la vraie paix et non dans celle que donne le monde ou qui résulte de l’absence de lutte. Sinon, l’établir dans une paix relative en dépit de ses difficultés. Cela est à la base de toute direction. Calme, recueillement et confiance se rapportent à ce point.

2° Idéal. — Après avoir réuni les éléments nécessaires pour la classer et pour reconnaître ses points faibles, ses forces vives de caractères et de tempérament et son degré de tendance à la perfection, rechercher les moyens propres à raviver son désir de vivre plus sérieusement de Jésus-Christ et de supprimer les barrières qui s’opposent en elle au développement de la grâce. En un mot, par ce point, on tend à pousser l'âme à viser toujours plus haut, toujours Excelsior.

3° Prière. — S’enquérir comment l'âme fait ses prières, et analyser en particulier son degré de fidélité à l'oraison, son genre d’oraison, les obstacles qu’elle y rencontre et les résultats qu’elle en retire. — Profit des Sacrements, de la vie liturgique, des dévotions particulières, des oraisons jaculatoires et de l’exercice de la présence de Dieu.

4° Renoncement. — Étudier sur quoi et surtout comment se fait l'examen particulier, et comment s’exerce le renoncement, par haine contre le péché ou par amour d’une vertu, la Garde du cœur, donc la vigilance et le combat spirituel en esprit d’oraison au cours de la journée.


À ces quatre points, on peut ramener ce qu’il y a d’essentiel pour la direction. On peut les examiner tous les quatre, chaque mois, ou s’en tenir alternativement à l’un d’eux pour ne pas être trop long. Paralysant ainsi, dans une âme, les éléments de mort et y ravivant les germes de vie, le prêtre zélé arrive à se passionner pour l’exercice de l'art suprême, et le Saint-Esprit, dont il est le fidèle ministre, ne lui ménage pas ces ineffables consolations qui constituent ici-bas l’un des grands bonheurs du sacerdoce. Il les lui accorde dans la mesure ou il se dévoue pour appliquer aux âmes les principes qu’il a étudiés. Qui plus que Saint Paul a éprouvé les joies de l’apostolat ? Mais aussi quel feu brûlant devait le dévorer pour qu’il ait pu écrire : C'est pourquoi, veillez, retenant en votre mémoire que pendant trois ans je n'ai cessé d'avertir avec larmes chacun de vous. (Actes des Apôtres 20, 31)





Reportez-vous à Ordre de la vie spirituelle pour les Directeurs, par le R.-P. Jean-Joseph SurinDe la vie Apostolique, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, Direction spirituelle : Dieu supplée aux secours extérieurs qui nous manquent, Du bon Directeur, par le R.-P. Jean-Joseph SurinDe la conduite des âmes, par le R.-P. Jean-Joseph SurinDes Vertus, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, Instruction pour les personnes qui entrent dans la voie d'Oraison, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, Neuvaine en l'honneur de Sainte Thérèse d'Avila, De la réformation de l'Amour, de la Haine, du Désir et de l'Aversion, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, Les voies du salut, Simple et courte méthode d'oraison mentale, En quoi consiste la perfection chrétienne : pour l'acquérir il faut combattre, et pour sortir victorieux de ce combat, quatre choses sont nécessaires, Petits exercices de piété, Histoire de la possession des Ursulines de Loudun, et des peines du Père Surin (1/4), Histoire de la possession des Ursulines de Loudun, et des peines du Père Surin (2/4), Histoire de la possession des Ursulines de Loudun, et des peines du Père Surin (3/4), De l'Oraison et de la contemplation, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, Sœur Benigna, petite secrétaire de l'amour de Dieu : Décalogue de la plus haute perfection (5/9), Avis pour la lecture spirituelle, Méditation sur la nécessité des progrès dans la vertu, De l'humilité de Marie, Jésus, Sagesse glorieuse et triomphante, De quelques moyens de bien faire l'oraison mentale, De la sècheresse dans l'oraison, Degrés des vertus qu'on se propose d'acquérir, Combien sont mal fondées les plaintes de ceux qui se disent incapables de méditer, Les communions sans action de grâces, Guérison : Beauté du sacrement de pénitence, Leçon de piété par les Saintes Écritures, Cinq points pour l'examen général de conscience, Trois temps pour l'examen particulier, Jésus maudit ce que le monde estime, Deux principes fondamentaux touchant la conformité à la volonté de Dieu, Quiconque entend mes paroles et les pratique sera comparé à un homme sage qui a bâti sa maison sur la pierre, Méditation pour le vingtième jour de décembre, Médiator Dei du Pape Pie XII, sur la sainte liturgie, Prions avec Saint Louis-Marie Grignion de Montfort, L'institution du Carême et la manière dont les premiers chrétiens le passaient et Savoir-vivre dans l’Église.