mercredi 27 septembre 2017

Soeur Benigna, petite secrétaire de l'amour de Dieu : Décalogue de l'humilité (4/9)





DÉCALOGUE DE L’HUMILITÉ


1) Tu n’es rien, tu es moins que rien, parce que tu es une misère coupable et un rien pécheur.

2) Tu ne peux rien par toi-même ; une seule chose t’est possible : m’offenser en abusant de mes grâces, et te préparer une éternelle damnation.

3) Tu ne mérites rien, et par conséquent le rien ne juge rien, ne dit rien, ne demande rien, ne se lamente de rien.

4) Le rien se contente de tout, parce que le rien ne mérite rien, ne demande rien, ne se lamente de rien.

5) Le rien ne prétend pas que les autres s’occupent de lui, et quand ses supérieurs le font, par charité, il s’enfonce dans l’abîme de son indignité.

6) Mon épouse, tu dois te considérer comme un chiffon ; non comme un chiffon net, dont tant de fis encore on fait cas, parce qu’il sert à essuyer, mais comme un haillon tout malpropre qui fait horreur à voir, et que l’on fait courir sous les pieds pour ne pas le toucher avec les mains ; ou bien si on le prend avec les mains, c’est seulement du bout des doigts pour ne pas les souiller. Voilà comment tu dois te regarder en communauté pour te tenir à ta place.

7) Tu dois te tenir constamment abîmée dans la considération de ton néant, et t’estimer indigne de tout ce qui t’est donné.

8) Ne t’oppose en rien à ce que l’Amour veut faire de toi. Même si je te fais de grandes grâces, reçois-les avec humilité. J’ai créé le monde de rien. Dans le monde, j’ai créé le soleil — et combien il sert, le soleil ! — J’ai créé aussi le petit moucheron… Et tous deux servent à ma gloire. Ne méprise aucune grâce, même la plus petite. Fais-les valoir toutes, mais par amour. Et puis, ne te fais pas entendre. Quand est-ce qu’un arbre porte des fruits et qu’il en donne le plus ? Quand ses racines sont au plus profond de la terre ; plus elles s’enfoncent, moins elles se voient au-dehors. Ainsi dois-tu faire : te cacher toujours plus dans la vie intérieure. Au dehors, vie commune, régulière oui, mais rien d’extraordinaire ; à l’intérieur, au contraire que tout soit extraordinaire, en commençant par la charité, puis l’humilité, puis la mortification.

9) Laisse-toi enlever par l’Amour, quand il lui plaira de te retirer de la terre, de tes misères, afin de te placer pour l’éternité dans la couronne de gloire de mon Cœur.

10) Finalement, tant que tu te tiendras abîmée dans ton néant — ce qui t’attirera beaucoup de grâces —, je serai toujours pour toi un Dieu de bonté, de miséricorde, un Dieu d’amour. Mais, le jour où tu t’enorgueillirais, je deviendrai pour toi un Dieu de justice. Je te le dis, non pas pour t’effrayer, mais pour t’avertir, parce que je t’aime. Si tu pratiques l’humilité, tu trouveras la paix ; et si tu ne vis et tu ne respires qu’humilité, tu seras poursuivie par mon amour, par mes prédilections, par mes faveurs… Âme religieuse, je voudrais pouvoir te nommer mon Humilité, et j’y réussirai si tu es fidèle à l’Amour.




Reportez-vous à Méditation sur la pratique de l'humilité Chrétienne, Sœur Benigna, petite secrétaire de l'amour de Dieu : Décalogue de la plus haute perfection (5/9), Sœur Benigna, petite secrétaire de l'amour de Dieu : Décalogue de la Confiance (6/9), Sœur Benigna, petite secrétaire de l'amour de Dieu : Décalogue de la Miséricorde (7/9), Sœur Benigna, petite secrétaire de l'amour de Dieu : Prières (8/9), Sœur Benigna, petite secrétaire de l'amour de Dieu : Défi pour le Carême (9/9), Sœur Benigna, petite secrétaire de l'amour de Dieu : Décalogue de l'Amour (3/9), Sœur Benigna, petite secrétaire de l'amour de Dieu (1/9), Sœur Benigna, petite secrétaire de l'amour de Dieu (2/9), Neuvaine au Sacré-Cœur, Miserentissimus Redemptor du Pape Pie XI sur notre devoir de réparation envers le Sacré-Cœur de Jésus, Acte de consécration du genre humain et de réparation au Sacré-cœur, Litanie de Sainte Marguerite Marie Alacoque, Litanie du Sacré-Coeur de Jésus et Litanie de l'humilité.