dimanche 13 mai 2018

Méditation sur les péchés de la langue


Saint Antoine prêchant les poissons (Carrano de Miranda)
Saint Antoine de Padoue
dont la langue est restée intacte après la mort






1er point. Ces péchés sont innombrables. La langue, dit l’Apôtre Saint Jacques, n'est qu'une petite partie du corps, et cependant quel mal ne fait-elle pas ? Par elle nous bénissons Dieu dans nos prières, tandis que nous maudissons dans nos conversations les hommes qui sont créés à l'image de Dieu ; mais on le loue, on le bénit en vain quand on le déshonore dans ses images. La langue, ajoute l'Apôtre, est un mal inquiet, qui est toujours en mouvement, et qui ne se remue, le plus souvent, que pour nuire. C'est un monde et un assemblage d'iniquités par la multitude innombrable des passions qui la conduisent, et des iniquités qu'elle produit : universitas iniquitatis.


2e point.
Ces péchés en produisent une infinité d'autres. La langue, dit le même Apôtre, est un feu dévorant qui brille quelquefois et qui plait avant que de nuire ; mais qui flétrit tout ce qu'il touche, et qui noircit tout ce qu'il ne peut consumer. Il ne faut qu'une étincelle pour produire un grand embrasement ; et il ne faut souvent qu'une parole pour causer mille désordres, qui renaissent, et qui se reproduisent avec une fécondité prodigieuse, et presque toujours irrémédiable.



Reportez-vous à Méditation sur le soin qu'un Chrétien doit avoir de la réputation du prochain, Méditation sur les discours immodestes, Méditation sur la Médisance, Méditation sur les discours impies, Méditation sur la curiosité, Méditation sur les moyens d'éviter les jugements téméraires, Méditation sur la fausseté des jugements téméraires, Méditation sur les prétextes qu'on emploie pour justifier le jugement téméraire, Méditation sur les jugements téméraires, par le défaut d'équité, Méditation sur les jugements téméraires, par le défaut de connaissance, Méditation sur les jugements téméraires, par défaut d'autorité, Méditation sur les défauts qui rendent un jugement téméraire, Méditation sur les bornes que l'on doit mettre à la défiance et aux soupçons, Méditation sur les soupçons, Méditation sur la défiance, Méditation sur la défense de juger le prochain, Méditation sur les Prières que l'on adresse à Dieu pour ses besoins temporels, Méditation sur les dispositions où doit être un Chrétien quand il demande à Dieu des grâces temporelles, Méditation sur les Prières que l'on fait à Dieu pour ses besoins spirituels, Méditation sur la soumission à la volonté de Dieu, Méditation sur le Jugement de Dieu, Méditation sur la justice de Dieu, Méditation sur la connaissance des vertus et des vices, Méditation sur la vraie pénitence, Méditation sur le respect humain, Méditation sur les péchés d'ignorance, Méditation sur l'aveuglement de la Conscience, Méditation sur la passion dominante, Méditation sur les moyens de connaître les passions dominantes, Méditation sur la fuite des occasions prochaines du péché, Méditation sur les divers sentiments des hommes à l'égard de la vérité, Méditation sur les divertissements du monde, Méditation sur la grandeur d'âme, Méditation sur l'humilité des Saints, Méditation sur la pratique de l'humilité Chrétienne, Méditation sur l'ignorance de l'homme à l'égard de l'état de grâce, Méditation sur les petites actions de Vertu, Méditation sur l'habitude des fautes légères, Méditation sur l'attache au péché véniel, Méditation sur la distinction du péché mortel et du péché véniel, Méditation sur la différence des devoirs, Méditation sur les obligations attachées aux Charges et aux Dignités du monde, Méditation sur la gloire de Dieu, Méditation sur les jugements du monde, Méditation sur la gloire du monde, Méditation sur les dangers du monde, Méditation sur l'application aux devoirs de son état, Méditation sur le mérite attaché à la pratique des devoirs de son état, Méditation sur le motif qui doit nous conduire dans la pratique des devoirs de notre état, Méditation sur les dangers propres de chaque état, Méditation sur les vertus qu'on exerce en pratiquant les devoirs de son état, et Méditation sur l’œil qui scandalise.