jeudi 12 mars 2015

Méditation transcendantale, hypnose... et forces démoniaques


Tout ce qui est méditations orientale ou transcendantale, techniques de méditation par visualisation mentale, Yoga, techniques de la pleine conscience, hypnose, sophrologie, reiki, bouddhisme... est un danger pour l'homme. 

 

Raising of Jairus' Daughter (Ilya Repin)
Pour quelle raison ? Parce que ces pratiques ouvrent un passage au Démon. La pensée humaine ne peut expliquer comment cela se produit — nous sommes bien peu de choses —, mais les faits sont là, de nombreuses personnes se font posséder après quelques séances voire parfois dès la première. Le Christ nous a demandé de nous tourner vers lui pour trouver la paix. Or, ces techniques nous apprennent à nous tourner vers nous-mêmes pour trouver la paix intérieure (et à faire le vide - et qui dit vide dit place à prendre, ce que s'empresse de faire le Démon... Cette place doit revenir à Jésus-Christ). Celui qui veut que nous pensions que pour être en paix, il nous faut nous centrer sur nous-mêmes, c'est le Diable. Toute méditation doit être centrée sur Jésus-Christ.

De nombreuses célébrités pratiquent la méditation transcendantale et en font la promotion à travers le monde. Consciemment ou inconsciemment, elles ont pactisé. De grands réalisateurs, acteurs et artistes utilisent la force (démoniaque !) qui les pénètre lorsqu'ils méditent, pour créer. Ils y puisent l'inspiration (démoniaque !). Ainsi sont nés des films qui ont fait les choux gras de l'industrie du Cinéma. Certains mettent une fortune dans la création d'écoles de méditation transcendantale pour répandre cette pratique diabolique aux conséquences désastreuses.

Nous mettons dans le même panier les techniques de lecture rapide qui sont basées sur les techniques de méditation et de pleine conscience.

Prudence, le démon mettra constamment sur votre chemin des personnes qui vous inciteront à faire tout le contraire de ce qu'il faut pour vous en sortir. Les premiers moyens de pression du Diable sont votre entourage.

"Durant une séance de méditation, mes yeux ont commencé à avoir des mouvements rapides anormaux et involontaires, des mouvements nerveux de gauche à droite. Puis, au fur et à mesure des séances, cela empirait. Jusqu'au jour où j'ai vu des ombres pénétrer dans ma chambre."

le New Âge (Écoutez ici la conférence sur le Nouvel Âge, ainsi que cette conférence qui en est la seconde partie), les médecines parallèles, les outils d'analyse de caractère et de développement personnel comme l’ennéagramme (d'origine gnostique), les thérapies à la mode dont l'acupuncture (magie taoïste, attention aux prodiges démoniaques), l'homéopathie (voir également cet article), l'aromathérapie, la diététique chinoise (inspirées de la magie taoïste), le tantrisme, la radiesthésie (et toutes formes d'occultisme), les fausses religions ou philosophies extrême-orientales (arts martiaux, bouddhisme, hindouisme...), Aïkido, Zazen, Hatha Yoga (Yoga irano-égyptien), le Tai Chi Chuan, le QI-Gong, le Zen, le Reiki, l'Ayurvéda, la macrobiotique (fondée par Georges Ohsawa et basée sur le principe d'équilibre entre le Ying et le Yang), la biodynamie (issue du courant ésotérique de l'anthroposophie et dont les bases dogmatiques ont été posées par Rudolf Steiner), le Feng Shui, la culture du Mandala (pour donner quelques exemples), le druidisme, le chamanisme (invoquant des esprits de la nature qui sont en fait des forces démoniaques)... ce qu'on appelle les médecines d'incantations, tout ce qui manipule des énergies (en bref, toutes les médecines énergétiques) sont également à éviter si vous ne voulez pas finir possédé au dernier degré. Prudence aussi avec l'ostéopathie, et la psychothérapie dans laquelle l'homme est au centre de l'étude (soi-même encore et toujours), alors qu'il ne trouvera sont salut que dans le Christ, et que le Démon est souvent la seule explication à ses maux.

Que faire dans un monde mené par Satan, où le milieu de la santé baigne dans l'ésotérisme, où la médecine traditionnelle est dirigée par l'argent, où les remèdes qui nous sont proposés nous rendent plus malades ?

Priez Saint Raphaël Archange, le Médecin de Dieu, de vous guider vers le bon médecin et vers les bons remèdes. (Reportez-vous à Neuvaine à Saint Raphaël Archange)

Conseil : Si vous avez un jardin ou un balcon, ayez une petite pharmacie naturelle, comme en cultivaient les curés et moines d'antan : verveine, menthe, camomille, mélisse, lavande officinale, sauge, romarin, thym, coriandre, etc.

Prudence, par ailleurs, car le démon cherchera à vous rendre hypocondriaque.


Lire également Les pièges du Diable.


"Je suis catholique. J'ai voulu chercher Dieu ailleurs... dans le bouddhisme. Puis, dans la franc-maçonnerie... J'ai permis aux démons de prendre possession de moi en m'éloignant de ma religion. Le Seigneur m'a délivré après que je sois revenu à Lui."

Nous vous recommandons de toujours vous renseigner sur les origines d'une thérapie, d'un mouvement, d'une technique, etc. Ne vous aventurez pas à pratiquer ce qui a comme origines (même très lointaines) l'ésotérisme, la superstition, l'idolâtrie, une magie quelle qu'elle soit ou quoi que ce soit dont le fondateur est un franc-maçon.

Attention : Ne laissez personne vous manipuler la tête ou y apposer ses mains en dehors d'un prêtre. Cette pratique est aujourd'hui récupérée par les fils de Satan. En raison de la perte de la foi dans le peuple de Dieu, on ne peut s'aventurer entre les mains de n'importe qui. Supplions Dieu de nous donner des Saints fidèles à la vraie foi, capables comme l'enseigne l'Histoire Chrétienne, de délivrer les hommes des maladies et du démon, au nom de Notre-Seigneur Jésus-Christ. - Et plus généralement, prenez vos jambes à votre cou si l'on vous parle d'entités invisibles comme de bons compagnons vers qui l'on peut se tourner.

La maladie offre toujours une occasion favorable à l'influence diabolique. En effet, le Malin qui fait tout pour ne pas se laisser découvrir, cherche à faire confondre son action maléfique avec la maladie ("Pour se défendre du Malin" par Mgr Tournyol du Clos).

"Je souffrais de tonnes d'allergies alimentaires et autres. Quoi que je touchais, je faisais une réaction allergique. Mon pneumologue ne savait pas trop définir l'origine de ces allergies qu'il appelait fausses allergies. En fait, votre organisme réagit à tout, ajoutait-il. Quand je lui demandais d'où cela venait, il me répondait d'un haussement d'épaules. Depuis que Dieu m'a donné la foi et que je combats les démons (esprits impurs) qui sont en moi, je n'ai plus aucune allergie."

Il faut bien comprendre que les maladies causées par les démons ne sont jamais diagnostiquées, ce qui mène à se tourner vers toutes ces pratiques. Le prêtre-exorciste alors arrive en dernier recours, mais le mal est déjà fait, et toutes vos démarches précédentes (courir de magnétiseur en magnétiseur, de rebouteux en rebouteux, de guérisseur en guérisseur) auront aggravé la situation (le démon aura pris plus d'emprise sur votre corps). Oui, les démons se seront bien amusés à vous faire tourner en bourrique ! Et durant tout ce temps, ils auront bien pris place en vous.
Et à ceux qui diront : "Si cela fait du bien, cela ne peut pas être mauvais !" nous rappelons que le diable présente ses œuvres et ses illusions sous l'apparence du sucre, et qu'il se gardera bien de vous dire qu'il l'a trempé dans du poison. Le mal n'est jamais absolu, il se fond toujours dans un bien pour mieux tromper. Chaque compromis que vous ferez avec lui vous coûtera plus que ce que vous l'imaginez.
Si Satan (homicide dès le principe) guérit (ou donne l'illusion d'une guérison), c'est pour donner naissance à de plus graves maladies, et pour arriver à la mort de la personne.

En premier lieu, dans ses ruses, le diable fausse notre rapport à l'interdit : il appelle bien ce qui est mal, mal ce qui est bien. C'est pourquoi il ne propose pas à l'homme, au moment de la tentation, un mal manifeste, mais un bien apparent. ("Le combat spirituel" - Christian Poirier)

Le démon n'ayant pas perdu sa nature angélique, sait, en regardant une créature, ce qui la compose, son fonctionnement, son principe... il sait en regardant l'homme comment celui-ci est constitué et ce qu'il doit faire pour obtenir tel résultat. Il sait par exemple qu'en faisant prendre du poids à un homme, il provoquera tels maux, telles faiblesses, et pourra les accentuer. Il faudra donc chercher à combattre la cause avant tout (la prise de poids et le démon), pour soigner les effets.


Quant à la question : comment discerner l'une de l'autre des misères, dont l'une est maléfique et l'autre naturelle, c'est-à-dire provenant d'un défaut naturel, on répond qu'il y a plusieurs moyens : Premièrement, par le jugement des médecins, selon ce que dit Gratien qui cite des paroles d'Augustin dans le livre de la doctrine chrétienne : À cette catégorie de superstition... appartiennent les amulettes, les remèdes réprouvés même par la science médicale, et qui consistent soit dans des incantations soit dans des tatouages. Les médecins peuvent, par les circonstances, l'âge du patient, sa santé subitement chargée comme en un clin d'œil, percevoir que l'infirmité ne provient pas d'une déficience du sang, de l'estomac ou d'une maladie ; ils diront alors qu'elle provient non d'un défaut de la nature, mais d'un agent externe. Et cette cause externe, si ce n'est pas une infection venimeuse qui remplirait le sang et l'estomac de mauvaises humeurs, ils jugent alors par élimination suffisante que l'effet est maléfique. Deuxièmement, quand le mal apparaît incurable au point que le patient ne puisse être relevé par aucun médicament, mais voie plutôt son mal empirer. Troisièmement, quand le mal vient si vite sur quelqu'un que le diagnostic s'oriente vers cela (le maléfice). (Le Marteau des sorcières, par Henry Institoris et Jacques Sprenger)

Il n'y a pas d'infirmité corporelle, même pas la lèpre et l'épilepsie, qui ne puisse être causée par les sorcières avec la permission de Dieu. On le prouve par le fait que les docteurs ne font exception pour aucune maladie. (...) Ainsi Nider dans son livre des Préceptes comme dans sa Fourmilière, et il pose la question : est-ce que les sorciers peuvent réellement porter atteinte aux hommes par leurs maléfices ? Sa question ne fait exception pour aucune infirmité, fût-elle la plus incurable (Préceptoire de la loi divine I, 11, 15-16). Et là où il répond que oui, il cherche en conséquence par quels moyens et en quels domaines :
Sur le premier point, il répond comme on l'a vu dans la première question de la première partie du traité. Il prouve sa réponse par (les paroles) d'Isidore, décrivant les opérations des sorciers : On les appelle « malfaiteurs » à cause de la grandeur de leurs crimes. En effet ils bouleversent les éléments, c'est-à-dire par l'action des démons ils suscitent des tempêtes ; ils perturbent les esprits des hommes (à la manière susdite), empêchant complètement l'usage de la raison ou l'obscurcissant grièvement... (Et il ajoute) : sans faire boire aucun poison, par la seule violence de leurs charmes, ils tuent les âmes et enlèvent la vie (Origines VIII, 9). Il prouve aussi par saint Thomas, par exemple dans le Commentaire des Sentences (Sentences II, 7-8 ; IV, 34, 1, 3). En général tous les théologiens écrivent que les sorcières (sorciers) peuvent porter atteinte aux hommes et à leurs biens, avec l'aide du démon partout où le démon à lui seul peut tromper et faire du mal, c'est-à-dire dans les biens, la réputation, le corps, l'usage de la raison, la vie. On veut dire aussi que partout où le démon peut nuire sans la sorcière, il le peut aussi avec la sorcière et même plus facilement, parce que Dieu davantage offensé nous punit ainsi davantage. (...)
Pour ce qui est de l'atteinte à l'usage de la raison et au tourment des sens internes, on en a la preuve par les histoires évangéliques de possédés. Et pour ce qui est de la mort — que les démons puissent priver quelqu'un de la vie —, on le voit par l'histoire des sept époux de Sara, tués parce qu'indignes du mariage à cause de leur passion luxurieuse et de leur désir effréné à l'égard de cette vierge Sara. En conclusion, ce que le démon peut par lui-même, il le peut davantage encore par les sorcières : ils peuvent nuire aux hommes en tout sans exception. (Le Marteau des sorcières, par Henry Institoris et Jacques Sprenger)


Ne sous-estimez pas le pouvoir de la prière :


"J'étais toujours en dépression nerveuse depuis le décès de ma grand-mère. Du jour où j'ai commencé à prier, je me suis sentie de mieux en mieux."

"La prière m'a aidée à surmonter la perte de mon mari."

"Ma petite-fille m'a incitée à me mettre à prier. Elle m'a photocopié des prières. Avant de m'y mettre (tout doucement, je l'avoue), j'étais toujours énervée, surexcitée... J'ai pris goût à la prière et j'en ai vraiment ressenti les effets sur mon moral et sur mon corps. Je peux dire que la prière m'a apaisée."


Dès que l'homme cesse de prier, il tourne à la bête.
("Traité du Saint-Esprit" de Mgr Gaume)



Jésus et le paralytique - James Tissot


Il faut aussi écouter les saintes âmes. – Je citerai à ce propos la sœur Catherine Emmerich, grande stigmatisée de notre siècle. Ses dires sur le magnétisme sont tout un enseignement. Son confesseur et son médecin avaient voulu la magnétiser pour calmer ses douleurs. Elle les en détourna. Ce qu’elle dit d’une somnambule célèbre de Francfort est applicable doctrinalement à toutes les somnambules. « La pratique du magnétisme, disait la voyante de Dulmen, confine à la magie ; seulement on n'y invoque pas le diable, mais il vient de lui-même. »

Catherine eut une foule de visions au sujet du magnétisme : « Je voyais toujours là Satan, disait-elle, dirigeant tous les mouvements du magnétiseur et les faisant avec lui. » Et ailleurs : « Je n'ai presque jamais vu personne sous l'influence du magnétisme sans qu'il s'y mêlât au moins une impureté charnelle très subtile... Je vis des gens tomber de la région lumineuse dans la région ténébreuse par suite de ces participations à ces procédés magiques qu'ils appliquaient au traitement des malades, prenant pour prétexte l'intérêt de la science. Je les vis alors magnétiser, et égarés par des succès trompeurs, attirer beaucoup de personnes hors de la région lumineuse. Je vis qu'ils voulaient confondre ces guérisons d'origine infernale et ces reflets du miroir des ténèbres, avec les guérisons opérées par la lumière et avec la clairvoyance des personnes favorisées du ciel. Je vis, à cet étage inférieur, des hommes très distingués travailler à leur insu dans la sphère de l'église infernale ».

Et en disant tout cela, la voyante allemande n'avait-elle pas jugé de son regard prophétique tout notre hypnotisme contemporain, tous les médecins et tous les abbés qui s'en mêlent ?

Maintenant je laisse la parole au R. P. Lescœur. – Qu'il soit permis à celui qui écrit ces lignes, de raconter un fait, à lui personnellement connu, qui met en relief et en contraste, d'une manière saisissante, les deux surnaturels « le divin et le diabolique ». C'est à moi-même et par le héros de l'histoire que la chose a été rapportée. « Le Vénérable Curé d'Ars, que j'ai eu le bonheur d'approcher dans ma jeunesse, avait pour voisin et pour ami M. de M…, excellent chrétien ; M. de M. était, en même temps, un curieux de métaphysique et de philosophie, il a toute sa vie travaillé à un grand ouvrage qui ne verra jamais le jour. Souvent il venait à Paris pour ses études ; mais jamais il ne quittait son saint ami sans venir lui demander sa bénédiction. Il en faisait autant au retour. Or, un jour, M. de M... se décida à venir à Paris étudier le magnétisme en suivant les séances, alors célèbres, du baron Du Potet. Il n'avait en aucune façon mis le Curé d'Ars dans la confidence ; au retour il vint, selon son habitude, lui demander sa bénédiction. Il le trouva debout sur le seuil de son église. Mais du plus loin que le saint vieillard l'aperçut, il fit un geste comme pour le repousser, et lui cria d'un ton sévère : « Vade retro satanas, retirez-vous de moi, Satan, vous venez d'avoir commerce avec le diable ! » Tout interloqué, M. de M... fut obligé d'avouer ce qu'il venait de faire, et n'obtint son pardon que sur sa promesse de ne pas recommencer ». (« L'Hypnotisme et la stigmatisation » par Antoine Imbert-Gourbeyre)

Ces magnétiseurs, ces hypnotiseurs, etc., pensent qu'avec leur volonté propre ils peuvent agir à distance sur une personne. Mais l'homme n'a pas ce pouvoir. Ce pouvoir appartient aux anges. Ces magnétiseurs, hypnotiseurs... sont assistés du démon. À chaque fois qu'ils pratiquent sur une personne, ils envoient en fait le démon.


Pie IX sur le magnétisme


Encyclique du Saint-Office aux évêques, 4 août 1856



Quelques réponses ont déjà été données par le Saint-Siège à ce sujet à propos de cas particuliers, et dans lesquelles ont été réprouvées comme illicites des expériences qui visent un but qui n'est pas naturel, ni honnête, et auquel on ne parvient pas par des moyens qui conviennent ; c'est pourquoi il a été décrété dans des cas semblables, le mercredi 21 avril 1841 : « L'usage du magnétisme, tel qu'il est présenté, n'est pas licite. » De même la Sacrée Congrégation a décidé de prohiber certains livres qui répandent obstinément des erreurs de cette sorte.

Mais étant donné qu'au-delà des cas particuliers il devait être traité de l'usage du magnétisme en général, le mercredi 28 juillet 1847, il a été établi ce qui suit, pour servir de règle « Toute erreur, tout sortilège, toute invocation du démon, explicite ou implicite, étant écartés, l'usage du magnétisme, à savoir le simple acte d'utiliser des moyens physiques licites par ailleurs, n'est pas moralement interdit, dès lors qu'il ne tend pas à une fin illicite ou dévoyée d'une façon quelconque. Mais l'application de principes et de moyens purement physiques à des choses et à des effets réellement surnaturels, pour qu'ils soient expliqués physiquement, n'est rien d'autre qu'une tromperie absolument illicite et hérétique. »

Bien que par ce décret général le caractère licite ou illicite de l'usage ou de l'abus du magnétisme ait été suffisamment expliqué, la malice des hommes s'est tellement accrue que, négligeant la recherche licite du savoir, ils préfèrent s'attacher à des choses étranges au grand dommage de leurs âmes et au détriment de la société civile, et qu'ils se vantent d'avoir acquis un principe de magie ou de divination. C'est ainsi que des femmes de peu, emportées par des gesticulations qui ne sont pas toujours décentes, se répandent en affirmant que, grâce aux prestiges du somnambulisme et de ce qu'elles appellent la voyance, elles voient ce qui est invisible, et dans leur entreprise téméraire elles ont l'audace de s'engager dans des propos concernant la religion elle-même, d'évoquer les âmes des défunts, de recevoir des réponses, de révéler des choses ignorées ou lointaines, et de se livrer à d'autres pratiques superstitieuses de cette sorte, de manière à s'assurer pour elles-mêmes et pour leurs maîtres un grand bénéfice par des divinations sûres. Mais quels que soient l'art ou l'illusion mis en œuvre en tout cela : dès lors que les moyens physiques sont ordonnés à des effets qui ne sont pas naturels, on est en présence d'une tromperie absolument illicite et hérétique, et d'un scandale qui porte atteinte aux bonnes mœurs.

***



Certains prêtres même utilisent le pendule, persuadés que Dieu est derrière. Nous répondrons par ceci : Dieu a-t-il eu besoin d'un pendule pour accomplir des miracles à travers ses saints sur la terre ? Les saints canonisés par l’Église catholique ont-ils eu besoin d'un pendule ou de moyens équivalents pour lire dans les âmes, prophétiser, faire des miracles ? Non. Le démon par contre utilise toute sorte de moyens tels que le pendule pour accomplir des prodiges et pour épater le monde. Ne péchons ni par orgueil, ni par imprudence, ni par ignorance (volontaire ?) ou naïveté (confortable ?).
Pourquoi le pendule répond à toutes leurs questions ? Il y a un esprit intelligent derrière. Quand vous lui demandez où trouver de l'eau, il se mettra à tourner à l'emplacement où il y aura de l'eau. Demandez-lui de trouver de l'or, il cessera de tourner et ne tournera à nouveau qu'à l'emplacement où il y aura de l'or. Ce n'est pas naturel, mais surnaturel.


Sache-le bien : dans les derniers jours surviendront des moments difficiles. En effet, les gens seront égoïstes, cupides, fanfarons, orgueilleux, blasphémateurs, révoltés contre leurs parents, ingrats, sacrilèges, sans cœur, implacables, médisants, incapables de se maîtriser, intraitables, ennemis du bien, traîtres, emportés, aveuglés par l’orgueil, amis du plaisir plutôt que de Dieu ; ils auront des apparences de piété, mais rejetteront ce qui fait sa force. Détourne-toi aussi de ces gens-là ! (2 Tm 3, 1-5) Un temps viendra où les gens ne supporteront plus l’enseignement de la saine doctrine ; mais, au gré de leurs caprices, ils iront se chercher une foule de maîtres pour calmer leur démangeaison d’entendre du nouveau. Ils refuseront d’entendre la vérité pour se tourner vers des récits mythologiques. (2 Tm 4, 3-4)

Notre société n'a plus de limites. Elle est permissive. Elle a perdu la foi. Et tout ce qu'elle engendre va à l'encontre de l'enseignement de Dieu. Donnons l'exemple de la systématisation de l'hypnose remplaçant l'anesthésie dans les hôpitaux : vous entrerez pour une opération, vous ressortirez en étant dans le viseur Satan...
L’Éducation Nationale a également donné son agrément pour que soit enseigné à l'école le Yoga. Ne laissez pas vos enfants pratiquer ce qui fera d'eux des possédés. Protégez-les !
Les lois qui sont faites (euthanasie, prélèvement systématique d'organes...) et les "libertés" qu'elles promettent nous mènent vers une culture et une normalisation de la mort. Chacune de ses "libertés" implique une déshumanisation, chacune de ses "libertés" ouvre la porte à de nouvelles dérives. Là où l'on privilégiait la vie, la mort sera privilégiée.

Ils leur promettent la liberté, mais ils sont eux-mêmes les esclaves de la corruption, car on est esclave de celui qui prend sur vous le dessus. (2e lettre de Saint Pierre Apôtre 2, 19)


Le Seigneur sait que ce Monde est au Mauvais.

Dans le monde, vous aurez à souffrir. Mais gardez courage, j'ai vaincu le monde ! (Jn 16, 33)

Nous perdons le sens du devoir, nous perdons le sens du sacrifice, nous perdons le sens de la pénibilité...

Aussi vous exultez de joie, même s’il faut que vous soyez affligés, pour un peu de temps encore, par toutes sortes d’épreuves ; elles vérifieront la valeur de votre foi qui a bien plus de prix que l’or – cet or voué à disparaître et pourtant vérifié par le feu –, afin que votre foi reçoive louange, gloire et honneur quand se révélera Jésus Christ. (1e lettre de Saint Pierre Apôtre 1, 6-8) 


Il nous faut rester dans le Christ et résister à la pression de notre société, aux impératifs du Monde.

Si quelqu'un veut venir à ma suite, qu'il renonce à lui-même, qu'il prenne sa croix chaque jour, et qu'il me suive. (Lc 9, 23)

Ce n'est qu'à cette condition que l'homme trouvera la paix (Lire l’Évangile de Jésus-Christ dans le Nouveau Testament aidé de l'interprétation des Pères de l’Église - Reportez-vous à la liste de livres recommandés dans Kit de survie des victimes du Diable).

Quelques jours plus tard, Jésus revint à Capharnaüm, et l’on apprit qu’il était à la maison. Tant de monde s’y rassembla qu’il n’y avait plus de place, pas même devant la porte, et il leur annonçait la Parole. Arrivent des gens qui lui amènent un paralysé, porté par quatre hommes. Comme ils ne peuvent l’approcher à cause de la foule, ils découvrent le toit au-dessus de lui, ils font une ouverture, et descendent le brancard sur lequel était couché le paralysé. Voyant leur foi, Jésus dit au paralysé : « Mon enfant, tes péchés sont pardonnés. » Or, il y avait quelques scribes, assis là, qui raisonnaient en eux-mêmes : « Pourquoi celui-là parle-t-il ainsi ? Il blasphème. Qui donc peut pardonner les péchés, sinon Dieu seul ? » Percevant aussitôt dans son esprit les raisonnements qu’ils se faisaient, Jésus leur dit : « Pourquoi tenez-vous de tels raisonnements ? Qu’est-ce qui est le plus facile ? Dire à ce paralysé : “Tes péchés sont pardonnés”, ou bien lui dire : “Lève-toi, prends ton brancard et marche” ? Eh bien ! Pour que vous sachiez que le Fils de l’homme a autorité pour pardonner les péchés sur la terre… – Jésus s’adressa au paralysé – je te le dis, lève-toi, prends ton brancard, et rentre dans ta maison. » Il se leva, prit aussitôt son brancard, et sortit devant tout le monde. Tous étaient frappés de stupeur et rendaient gloire à Dieu, en disant : « Nous n’avons jamais rien vu de pareil. » (Mc 2, 1-12)


Des mauvais gouvernements qui poussent les peuples contre la foi et des lois anti-Christ, Vierge Marie délivrez-nous ! 



Menez donc votre vie dans le Christ Jésus, le Seigneur, tel que vous l'avez reçu. Soyez enracinés, édifiés en lui, restez fermes dans la foi, comme on vous l'a enseigné ; soyez débordants d'action de grâce. Prenez garde à ceux qui veulent faire de vous leur proie par une philosophie vide et trompeuse, fondée sur la tradition des hommes, sur les forces qui régissent le monde, et non pas sur le Christ. (Lettre de Saint Paul Apôtre aux Colossiens, 2, 6-8)


John Martin - Sodom and Gomorrah


La société humaine actuelle n'a rien à envier à Sodome et Gomorrhe (Lire le Livre de la Genèse dans l'Ancien Testament). Quand l'on sait ce qu'il en est advenu... nous pouvons affirmer que l'homme est bien orgueilleux de croire qu'il est plus puissant que Dieu.


Quand ils sont venus chercher les communistes, je n’ai pas protesté parce que je ne suis pas communiste. Quand ils sont venus chercher les Juifs, je n’ai pas protesté parce que je ne suis pas Juif. Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n’ai pas protesté parce que je ne suis pas syndicaliste. Quand ils sont venus chercher les catholiques, je n’ai pas protesté parce que je ne suis pas catholique. Et lorsqu’ils sont venus me chercher, il n’y avait plus personne pour protester. (Martin Niemöller, pasteur et théologien luthérien allemand, libéré du camp de Sachsenhausen après la chute du régime nazi en 1945)


Ce sont des fontaines sans eau, des nuages emportés par le tourbillon ; ils sont d'avance voués aux ténèbres profondes. Avec leurs discours pompeux et vains, ils attirent (de nouveau) dans les convoitises déréglées de la chair ceux qui venaient de les quitter, eux et leur vie d'égarements. Ils leur promettent la liberté, mais ils sont eux-mêmes les esclaves de la corruption, car on est esclave de celui qui prend sur vous le dessus. Et si, après avoir fui la corruption du monde par la connaissance du Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, ils se laissent dominer au point de s'y engager de nouveau, leur dernière condition devient pire que la première. Mieux eût valu pour eux ne pas connaître la voie de la justice, que de l'avoir connue pour retourner en arrière, loin des saints commandements qui leur avaient été donnés.
Ainsi réalisent-ils trop justement le proverbe : "Le chien retourne à son vomissement", et cet autre : "Le porc au sortir du bain se vautre de nouveau dans le bourbier". 
Mes bien-aimés, voici donc la seconde lettre que je vous écris. L'une et l'autre cherchent à raviver vos souvenirs dans vos intelligences saines, pour rappeler à votre mémoire les choses prédites par les saints prophètes et les commandements  du  Seigneur  et  Sauveur  (promulgués)  par  vos  apôtres.  Rappelez-vous  surtout  que,  dans  les  derniers temps, il doit venir des moqueurs et des railleurs, ne suivant d'autre loi que celle de leurs convoitises, qui diront : "Que devient l'annonce de son retour ? Nos pères sont morts, et tout continue à subsister comme depuis la création..."
Ils veulent ignorer qu'il existait autrefois un ciel et une terre que la parole de Dieu avait fait surgir de l'eau et par l'eau, et que le monde d'alors périt submergé dans un cataclysme, tandis que le ciel et la terre d'à présent sont, par la même parole, gardés et réservés pour le feu, au jour du jugement qui sera aussi celui de la perte des hommes impies.
Mais il y a une chose que vous ne devez pas ignorer, (mes) bien-aimés, c'est que devant le Seigneur un jour est comme mille ans et mille ans sont comme un jour. Non, le Seigneur ne diffère pas (l'exécution de) Sa promesse, comme quelques-uns se l'imaginent, mais Il use de longanimité à votre égard, ne voulant la mort de personne, mais que tous se convertissent. Le jour du Seigneur viendra comme un voleur ; alors les cieux passeront avec grand fracas, les éléments embrasés se dissoudront, la terre se consumera avec tout ce qu'elle renferme
. (2e épître de Saint Pierre, chapitre II et III)




Pratique : Priez l'équivalent d'un Rosaire (Récitation de 3 chapelets durant la journée avec la méditation des 15 mystères) pour contrer les plans des ennemis de Dieu. Par ailleurs, si Notre-Seigneur Jésus-Christ permet que vous soyez atteint d'une maladie, c'est que vous êtes appelé à une plus grande conversion (on pense parfois être converti, alors que Dieu attend de nous davantage) ou que vous avez de cette manière à réparer des péchés. La pénitence est un excellent moyen de guérison. Voir aussi Chapelet des Saintes Plaies.



Reportez-vous à Soin que l'état de maladie demande, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, Summis desiderantes affectibus, Bulle apostolique du Pape Innocent VIII, contre l'hérésie des sorcières, Saint Mathurin, invoqué contre les possessions du démon et la folie, Les possessions démoniaques sont rares uniquement pour ceux qui ne combattent pas le démon, Prière à Saint Blaise, Évêque et Martyr, De la vie Purgative, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, Le Diable dans les possédés d'Illfurt : Les victimes, Histoire de la possession des Ursulines de Loudun, et des peines du Père Surin (1/4), Histoire de la possession des Ursulines de Loudun, et des peines du Père Surin (2/4), Histoire de la possession des Ursulines de Loudun, et des peines du Père Surin (3/4), Comment Satan a égaré l’humanité dans ses voies, après lui avoir fait perdre la connaissance du vrai Dieu : magie naturelle, magie noire, idolâtrie, divination, mystères et sociétés secrètes, Histoire de la possession des Ursulines de Loudun, et des peines du Père Surin (1/4), Les murs ont des oreilles ou les démons espions, Sa Sainteté le Pape Pie XII et la médecine, Prières à dire en temps de maladies ou de calamités, Un signe des temps : Le siècle de Saint Vincent Ferrier et Notre-Dame de Lourdes, Prière pour casser toute magie et affaiblir les forces sataniques, La réalité des apparitions démoniaques, Chapelet de dévotion aux Saintes Plaies, Culte de la pierre, de l'arbre, de la source : traditions et origines magiques de ces dieux, Culte de la pierre, de l'arbre, et de la source (4/4), Le roi de la Cité du Mal, Médiums et faux exorcistes : disciples de Satan, La communication de Satan avec l'homme, Les efforts incessants de Satan pour se reformer une Cité, Le retour du règne de Satan par la négation du dogme de l'Incarnation, Résultats du spiritisme : la folie et le suicide - Dernier obstacle à l'envahissement satanique : la papauté, Par quelles armes battre le Tentateur ?, L'Année liturgique avec Dom Guéranger : Le Troisième Dimanche de Carême, La religion a été et sera toujours l'âme de la société, Les princes de la Cité du Mal, L'existence du surnaturel et du surhumain, Histoire religieuse des deux cités, Lieux dits hantés ou comment le Démon se cache derrière la superstition, La nature, création de Dieu, arme contre les démons, Prières de délivrance et coupure des liens maléfiques, L'évangile de la fin des temps, Parle, Seigneur, ton serviteur écoute !, Guérison : Beauté du sacrement de réconciliation, J'ai rencontré le Christ - Témoignage, Combattre ses phobies pour combattre le Démon, L'IMITATION DE JÉSUS CHRIST, Les écrivains et le Diable, Symptômes de possession ou infestation démoniaques, Phénomènes en cas de possession démoniaque et signes de délivrance, Le Purgatoire, motif de patience dans les maladies, En union de prière contre les forces démoniaques et les actes de sorcellerie et Kit de survie des victimes du Diable.

Écoutez ces conférences : Cette élite sataniste qui dirige le monde et Les preuves de la dictature à venir, La numérologie secrète, ce sermon, et voir La puce RFID et le plan Rockefeller.


Voir Les magiciens et les démons (analyse réalisée par un protestant).



À tous, petits et grands, riches et pauvres, hommes libres et esclaves, elle fait mettre une marque sur la main droite ou sur le front, afin que personne ne puisse acheter ou vendre, s’il ne porte cette marque-là : le nom de la Bête ou le chiffre de son nom. (Apocalypse 13, 16-17)




Lire "Le Démon, cause et principe des maladies - Moyens de les guérir"
(par un prêtre du clergé de Paris - Lire), "Abrégé de démonologie", "Occultisme et foi catholique" et "Le danger hindouiste" de Jean Vaquié, "Des rapports de l'homme avec le démon" de Joseph Bizouard, "La magie au XIXe siècle", "Les moyens et médiateurs de la magie", "Pratique et mœurs des démons", "Les hauts-phénomènes de la magie" de Gougenot des Mousseaux, "Des esprits et leurs manifestations diverses" du Marquis de Mirville (Voir dans cette liste) et "Pour se défendre du Malin" par Mgr Tournyol du Clos (conciliaire) pour les indications pratiques (reportez-vous cependant aux notes qui sont à la fin de ce billet et qui vous invitent à la plus grande prudence concernant certaines dévotions). Voir ce document reprenant une partie de l'ouvrage, avec quelques modifications requises (ne pas faire la prière de la croix de dozule qui est une fausse révélation).