vendredi 6 mars 2015

La vraie dévotion à la Sainte Vierge Marie


« On n'entre pas dans une maison sans parler au portier ; eh bien ! la sainte Vierge est la portière du Ciel ». (Le Saint Curé d'Ars)


Notre-Dame de Gadalupe terrassant le Serpent
Notre-Dame de Guadalupe terrassant le Serpent
Aimez-la, Dévouez-vous de tout votre cœur à sa bienveillance maternelle, priez Notre puissante Mère, Notre médiatrice, car elle vous arrachera aux crocs du Diable, comme une mère arracherait ses enfants des mâchoires d'un loup affamé. Un soupir de Marie, et les démons frémissent de terreur. Rien ne l'empêchera de reprendre ses enfants au Mal. Marie est notre réconfort, notre refuge. Le Seigneur sur la croix nous a donné Marie pour Mère. Il lui a dit : Femme, voici ton fils et à Saint Jean : Voici ta mère. Il ne les a pas seulement recommandés l'un à l'autre, il a aussi fait de Marie la Mère des hommes, Mère de L’Église. Nous ne serons jamais orphelins. Notre Père et Notre Mère du Ciel veillent sur leurs enfants.

Il est vrai que Jésus a voulu être seul à mourir pour la rédemption du genre humain, et, selon l'expression d'Isaïe, à fouler le vin de notre salut; néanmoins, ayant égard à l'ardent désir qui pressait Marie de coopérer de son côté à ce grand ouvrage, il décida qu'elle y prendrait part en l'offrant, lui, Jésus, à l'autel du sacrifice, et qu'ainsi elle deviendrait la Mère de nos âmes. Ce mystère nous fut dévoilé par notre Sauveur lui-même : sur le point d'expirer, il abaissa ses regards sur sa Mère et sur son disciple saint Jean, tous deux debout au pied de sa croix, et dit d'abord à Marie : Ecce filius tuus, « voilà votre fils. » C'est comme s'il eût dit : Voilà l'homme que vous venez de faire naître à la grâce en offrant ma vie pour son salut. S'adressant ensuite au disciple : Ecce Mater tua, lui dit-il, « voilà votre Mère. » Par ces paroles, remarque saint Bernardin, Jésus donnait Marie pour mère, non pas au seul saint Jean, mais à tous les hommes, en raison de son amour pour eux. Et c'est là, selon Silveira, le motif pourquoi saint Jean, qui rapporte lui-même ce fait dans son Évangile, se désigne sous le nom commun de disciple : Jésus dit au disciple : Voilà votre Mère ; le Sauveur ne parlait donc pas à Jean, mais au disciple ; c'est-à-dire qu'en lui il voyait tous ceux qui, par la foi, sont ses disciples ; et c'était à eux tous qu'il donnait Marie pour Mère. ("Les gloires de Marie" de Saint Alphonse de Liguori)

Soyez donc les dignes enfants de Marie. Qu'elle soit la main que vous cherchez, les genoux sur lesquels vous reposer, la voix qui seule saura vous bercer, n'ayez d'autres désirs que d'accomplir les siens, qu'elle soit Reine de votre cœur.

Les noces de Cana nous confirment l'importance de prier la Sainte Vierge Marie, seul être à pouvoir changer la volonté de Dieu. C'est par son intercession que nous parviennent les grâces nécessaires à notre sanctification. Demandons à notre Sainte Mère, à qui le Seigneur ne peut rien refuser, de hâter son divin Fils de venir à notre secours. (Lire "Les noces de Cana" de Dom Jean de Monléon)

Le « Traité de la vraie dévotion à la Sainte Vierge » de Saint Louis-Marie Grignion de Montfort (Lire) est une véritable déclaration d'amour à notre Maman du Ciel, et une œuvre indispensable à celui qui veut voir ce que Dieu a vu en Marie, elle par qui tout a commencé, elle par qui tout finira.

Si donc nous établissons la solide dévotion de la Très Sainte Vierge, ce n'est que pour établir plus parfaitement celle de Jésus-Christ, ce n'est que pour donner un moyen aisé et assuré pour trouver Jésus-Christ. Si la dévotion à la Sainte Vierge éloignait de Jésus-Christ, il faudrait la rejeter comme une illusion du diable ; mais tant s'en faut qu'au contraire, comme j'ai déjà fait voir et ferai voir encore ci-après : cette dévotion ne nous est nécessaire que pour trouver Jésus-Christ parfaitement et l'aimer tendrement et le servir fidèlement (Saint Louis-Marie de Montfort - Traité de la vraie dévotion à la Sainte Vierge).

Saint Louis-Marie Grignion de Montfort nous forme dans cet ouvrage à la parfaite dévotion à Marie. Il nous apprend comment devenir des esclaves d'amour, car, contrairement au serviteur, l'esclave n'attend rien en retour. Reportez-vous au Catéchisme de l’Esclavage d'amour de Jésus en Marie.



EXTRAIT


LA DÉVOTION A MARIE NÉCESSAIRE PARTICULIÈREMENT DANS LES DERNIERS TEMPS

55. Enfin Dieu veut que sa sainte Mère soit à présent plus connue, plus aimée, plus honorée que jamais elle n'a été : ce qui arrivera sans doute, si les prédestinés entrent, avec la grâce et la lumière du Saint-Esprit, dans la pratique intérieure et parfaite que je leur découvrirai dans la suite. Pour lors, ils verront clairement, autant que la foi le permet, cette belle étoile de la mer, et ils arriveront à bon port, malgré les tempêtes et les pirates, en suivant sa conduite ; ils connaîtront les grandeurs de cette souveraine, et ils se consacreront entièrement à son service, comme ses sujets et ses esclaves d'amour ; ils éprouveront ses douceurs et ses bontés maternelles, et ils l'aimeront tendrement comme ses enfants bien-aimés ; ils connaîtront les miséricordes dont elle est pleine et les besoins où ils sont de son secours, et ils auront recours à elle en toutes choses comme à leur chère avocate et médiatrice auprès de Jésus-Christ ; ils sauront qu'elle est le moyen le plus assuré, le plus aisé, le plus court et le plus parfait pour aller à Jésus-Christ, et ils se livreront à elle corps et âme, sans partage, pour être à Jésus-Christ de même.

56. Mais qui seront ces serviteurs, esclaves et enfants de Marie ?
Ce seront un feu brûlant, ministres du Seigneur qui mettront le feu de l'amour divin partout. Ce seront sicut sagittae in manu potentis, des flèches aiguës dans la main de la puissante Marie pour percer ses ennemis. Ce seront des enfants de Lévi, bien purifiés par le feu de grandes tribulations et bien collés à Dieu, qui porteront l'or de l'amour divin dans le cœur, l'encens de l'oraison dans l'esprit et la myrrhe de la mortification dans le corps, et qui seront partout la bonne odeur de Jésus-Christ aux pauvres et aux petits, tandis qu'ils seront une odeur de mort aux grands, aux riches et orgueilleux mondains.

57. Ce seront des nues tonnantes et volantes par les airs au moindre souffle du Saint-Esprit, qui, sans s'attacher à rien, ni s'étonner de rien, ni se mettre en peine de rien, répandront la pluie de la parole de Dieu et de la vie éternelle ; ils tonneront contre le péché, ils gronderont contre le monde, ils frapperont le diable et ses suppôts, et ils perceront d'outre en outre, pour la vie ou pour la mort, avec leur glaive à deux tranchants de la parole de Dieu, tous ceux auxquels ils seront envoyés de la part du Très-Haut.

58. Ce seront des apôtres véritables des derniers temps, à qui le Seigneur des vertus donnera la parole et la force pour opérer des merveilles et remporter des dépouilles glorieuses sur ses ennemis ; ils dormiront sans or ni argent et, qui plus est, sans soin, au milieu des autres prêtres, et ecclésiastiques et clercs, inter medios cleros ; et cependant auront les ailes argentées de la colombe, pour aller avec la pure intention de la gloire de Dieu et du salut des âmes, où le Saint-Esprit les appellera, et ils ne laisseront après eux, dans les lieux où ils auront prêché, que l'or de la charité qui est l'accomplissement de toute la loi.

59. Enfin, nous savons que ce seront de vrais disciples de Jésus-Christ, qui marchant sur les traces de sa pauvreté, humilité, mépris du monde et charité, enseignant la voie étroite de Dieu dans la pure vérité, selon le saint Évangile, et non selon les maximes du monde, sans se mettre en peine ni faire acception de personne, sans épargner, écouter ni craindre aucun mortel, quelque puissant qu'ils soit. Ils auront dans leur bouche le glaive à deux tranchants de la parole de Dieu ; ils porteront sur leurs épaules l'étendard ensanglanté de la Croix, le crucifix dans la main droite, le chapelet dans la gauche, les sacrés noms de Jésus et de Marie sur leur cœur, et la modestie et mortification de Jésus-Christ dans toute leur conduite.



Marie, fais de nous Tes Enfants, vaillants, fervents et obéissants !





Récit de Saint-Louis-Marie Grignion de Montfort


Le possédé albigeois et le Saint Rosaire







« Lorsque nos mains ont touché des aromates, elles embaument à leur tour ; faisons passer nos prières par les mains de la sainte Vierge, elle les embaume ». (Le Saint Curé d'Ars)





Pratique :
La Sainte Vierge Marie a tant pleuré sur le monde et sur le corps de son Fils. Ses larmes mêlées au Précieux Sang du Christ sont notre rédemption. Ayez une tendre dévotion aux larmes de notre douce Maman du Ciel, corédemptrice du genre humain. Avec la Sainte Vierge Marie, soyons au pied de la croix du Sauveur. Pensez régulièrement à offrir les joies, les actions et les peines de votre journée en réparation des blasphèmes commis contre la Sainte Vierge Marie.



Reportez-vous à L'inimitié entre Satan et MariePrière d'un enfant de Marie, La Vierge Marie et les derniers Temps, VIE CHRÉTIENNE : Dévotion envers la Mère de Dieu, Petit chapelet de l'Immaculée Conception de MarieMéditation sur la Présentation de la Sainte Vierge au Temple, Méditation pour la Fête du Saint Nom de Marie, Fidentem piumque, du Pape Léon XIII, pour le mois du Rosaire, Adjutricem populi, du Pape Léon XIII, pour le retour des dissidents par le Saint Rosaire, Méditation pour la Fête de saint Luc, Méditation sur la dévotion envers Marie, Prière à Marie, Reine du Très Saint Rosaire, Le Saint-Esprit dans le Nouveau Testament, première création : La Sainte Vierge Marie, Litanies de Saint Dominique, Litanies de Notre-Dame du Mont Carmel, Le culte et l'amour de la Sainte Vierge ont commencé avec l’Église, Si un chrétien peut trop aimer et trop honorer la Sainte Vierge, Comment un véritable enfant de Dieu peut et doit honorer la Sainte Vierge, Petit chapelet des sept douleurs de Marie, Pratiques de dévotion envers Marie : L'Ave Maria, Pratiques de dévotion envers Marie : Les Neuvaines, Pratiques de dévotion envers Marie : Rosaire, Petit office, Jeûne, Images, Scapulaire, Pratiques de dévotion envers Marie : Recourir souvent à Marie et aux Saints qui lui sont proches, Les sept fausses dévotion à la Sainte Vierge Marie, Figure biblique de la parfaite dévotion à la Sainte Vierge Marie : Rébecca et Jacob, Votre mémoire est une boîte à tentations dans laquelle le démon pioche, Discours sur la Visitation de Marie, Discours sur la Purification de Marie, Discours sur l'Assomption de Marie, Discours sur les douleurs de Marie, Jésus glorifié veut glorifier sa Mère, De l'humilité de Marie, Et le Dragon persécuta la femme qui enfanta le fils, Inimitiés entre les enfants de Marie et les esclaves du Diable, Par quelles armes battre le Tentateur ?, La Sainte Vierge Marie, Mère de Miséricorde, Homélie prononcée par le Cardinal Pie dans la solennité du couronnement de Notre-Dame de Lourdes, Litanies de Notre-Dame de Fatima, Prière de Pie XII pour la Neuvaine à l'Immaculée Conception, Notre-Dame du Bon Conseil, Histoire de Notre-Dame de Genazzano, Neuvaine à Notre-Dame Auxiliatrice des Chrétiens, Le Chapelet ou "Petite couronne", Litanie de la Sainte Vierge Marie, Ineffabilis Deus sur le Dogme de l'Immaculée Conception, Litanie du Cœur immaculé de Marie, Triple serment à l'attention de la jeunesse, du Pape Pie XII, Le Vœu de Louis XIII et la consécration de la France à la Sainte Vierge Marie, Cantique pour le Jour de l'Assomption, Intercession de la Sainte Vierge Marie en faveur des âmes du Purgatoire, Munificentissimus Deus, sur la définition du dogme de l'Assomption, du Pape Pie XII, Le Pater ou Notre Père, L'IMITATION DE JÉSUS CHRIST, Litanie de Notre-Dame de la Délivrance, Litanie de Notre-Dame du Perpétuel Secours, Histoire religieuse des deux cités, Découvertes sur le Tilma de la Vierge de Guadalupe, La litanie de l'Humilité, Méditation pour le troisième Jeudi de l'Avent : Ayez une modestie parfaite, Méditation pour le dix-septième jour de décembre, Litanie de Saint Louis-Marie Grignion de Montfort, Prions avec Saint Louis-Marie Grignion de Montfort, Dévotion au Très Saint Rosaire, Fabriquer un oratoire en l'honneur de Marie et Chanter, c'est prier deux fois !




Lire aussi
"Les Gloire de Marie" de Saint Alphonse de Liguori (Tome 1, Tome II), "Les Noces de Cana" de Dom Jean de Monléon et "La Vierge Marie dans l'histoire de France" du Marquis de la Franquerie (Écoutez cette émission).


Écoutez cette conférence : "Marie, Reine de France" et ce sermon sur les noces de Cana !