samedi 1 février 2020

Instruction sur la Fête de la Purification



Extrait de "L'Esprit de l’Église dans le cours de l'année Chrétienne" :


Siméon au Temple
Il était ordonné par la Loi de Moïse qu'après un certain nombre de jours, les Femmes qui avaient mis leurs Enfants au monde, viendraient se purifier solennellement dans le Temple, et que si c'était leur premier fils, elles l'offriraient au Seigneur, et le rachèteraient par l'oblation d'un Agneau ou de deux Tourterelles. Il est hors de doute que la Sainte Vierge n'était point sujette à cette Loi, puisqu'elle était devenue encore plus pure, et pour ainsi dire, plus Vierge, par la naissance du divin Enfant, qu'elle avait donné au monde ; cependant, elle se soumit à une Loi qui ne la regardait pas, pour nous apprendre à nous soumettre sans hésiter à toutes celles qui nous regardent. Elle ne perd point d'occasions de pratiquer l'humilité, parce qu'elle connaît le prix de cette excellente vertu, et elle se purifie véritablement, en acquérant de nouveaux degrés de pureté et de sainteté.
Sa pureté n'est pourtant pas la principale circonstance du Mystère dont il s'agit ici. L'oblation qu'elle fait de Jésus-Christ, et que Jésus-Christ fait de lui-même à son Père et pour nous, est ce qu'il y a de plus essentiel. Il offre aujourd'hui le Sacrifice du matin, et il offrira sur le Calvaire celui du soir, afin que de l'un et de l'autre soit formé le jour entier de notre Rédemption. Il est bien juste que de notre côté nous nous offrions aussi tout à lui, et que dans la présentation de notre cœur nous soyons disposés à lui sacrifier tout ce que nous sommes, et tout ce que nous possédons.
Le Vieillard Siméon reçoit Jésus-Christ entre ses bras, et après une si grande faveur, il croit n'avoir plus rien à attendre et à désirer sur la terre. Il ne tient plus à rien, et son âme ne demande qu'à se retirer en paix. Telle et plus parfaite encore, s'il était possible, devrait être notre disposition, après avoir reçu Jésus-Christ, non pas dans nos bras, mais dans notre cœur par la sainte Communion, et être devenu, en quelque sorte, une même chose avec lui par la plus étroite union.
Siméon appelle le saint Enfant la lumière des Gentils, et la gloire d'Israël. C'est cette lumière qui nous est représentée par le Cierge ardent, qu'on nous met entre les mains, et qui nous avertit de conserver avec un grand soin le don précieux de la Foi, et de la tenir toujours allumée, et non seulement allumée, mais ardente et enflammée par la charité.


Reportez-vous à Méditation pour le Jour de la Purification, La Fête de la Purification ou de la Chandeleur, Dévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 23e Méditation : Il y avait à Jérusalem un homme juste et craignant Dieu, nommé SiméonDévotion à la Sainte Enfance de Notre-Seigneur Jésus-Christ, 22e Méditation : Ils portèrent Jésus à Jérusalem, afin de l'offrir au SeigneurDiscours sur la purification de Marie, Le Saint Curé d'Ars dans ses homélies, Discours sur la Naissance de Marie, Discours sur la Visitation de Marie, Discours sur l'Assomption de Marie, Discours sur les douleurs de Marie, De l'humilité de Marie, Méditation sur la dévotion envers Marie, Pratiques de dévotion envers Marie : L'Ave Maria, Et le Dragon persécuta la femme qui enfanta le fils, Inimitiés entre les enfants de Marie et les esclaves du Diable, Ineffabilis Deus sur le Dogme de l'Immaculée Conception, et Méditation sur l'observation des Lois de Dieu.