lundi 3 février 2020

Qu'il est très-utile d'ajouter quelques pénitences à l'examen particulier



Abrégé de la pratique de la perfection chrétienne du R.P. Alphonse Rodriguez, Extrait :


Louis de Grenade rapporte plusieurs exemples de quelques serviteurs de Dieu qu'il avait connus, qui pratiquaient cette méthode ; et, entr'autres, il en cite un qui se mordait la langue toutes les fois que, dans son examen du soir, il remarquait qu'il lui était échappé mal à propos de dire quelque parole pendant le jour ; et un autre qui se donnait sévèrement la discipline pour se punir des fautes où il avait eu le malheur de tomber. Le saint abbé Agathon porta pendant trois ans un petit caillou dans la bouche, pour acquérir la vertu du silence ; et comme le cilice sert à mortifier la chair, et semble à chaque instant nous avertir du soin que nous devons avoir de garder la chasteté, de même ce caillou lui servait de frein pour réprimer l'intempérance de sa langue, et était pour lui un avertissement continuel d'être réservé à parler, et d'éviter la superfluité des paroles. Nous lisons aussi que saint Ignace étant sujet, au commencement de sa conversion, à rire facilement et fréquemment, corrigea ce défaut, en prenant souvent la discipline, dont il se donnait, chaque nuit, autant de coups qu'il lui était arrivé de fois, pendant le jour, de rire inconsidérément. Et sans doute il ne peut qu'être d'un très-grand secours d'ajouter ainsi quelque pénitence à son examen, parce qu'alors la crainte du châtiment fait qu'on est plus en garde contre soi-même.
Mais ce n'est pas seulement dans le temps de l'examen que nous devons nous prescrire cette règle, il faut encore la pratiquer dans l'oraison, et diriger à cette fin toutes nos prières ; et non seulement dans le temps prescrit pour l'oraison et la prière, mais aussi s'adresser à Dieu plusieurs fois le jour par des élévations fréquentes du cœur vers lui, en lui disant avec soupirs et gémissements : « Seigneur, donnez-moi l'humilité : Seigneur, donnez-moi la chasteté : Seigneur, donnez-moi la patience. » Il serait aussi très-avantageux, pour cette même fin, de visiter souvent le Saint Sacrement, et de demander avec ferveur à J. C. la grâce dont nous avons le plus de besoin ; et pour l'obtenir plus efficacement, de recourir à l'intercession de la sainte Vierge et des saints. Il faut encore que nos jeûnes, nos mortifications et toutes les dévotions particulières que nous pratiquons, ne se rapportent qu'à cet objet : enfin, puisque c'est une affaire où il nous importe si fort de réussir, il faut s'en occuper continuellement l'esprit et le cœur. Si nous en étions ainsi occupés, nous nous apercevrions bientôt du fruit que nous tirerions de nos examens ; parce que Dieu, témoin des désirs de notre cœur, écouterait favorablement notre prière, et ne tarderait pas à nous accorder l'effet de nos demandes. Ceci, au reste, mérite d'autant plus d'être remarqué, qu'on peut s'en servir utilement dans toutes sortes de rencontres et de tentations. Saint Bonaventure rapporte que la sainte Vierge étant une fois apparue à sainte Élisabeth de Hongrie, lui dit, qu'ordinairement Dieu n'accordait aucune grâce particulière à l'âme, que par le moyen de l'oraison et des mortifications corporelles.


Reportez-vous à Du Silence, par Saint Vincent Ferrier, De l'examen de conscience, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, Méditation sur la sévérité de l'examen de conscience, Méditation sur l'objet de l'examen de conscience, Bien choisir le sujet sur lequel on doit faire l'examen particulier, Cinq points pour l'examen général de conscience, Trois temps pour l'examen particulier, Combien l'examen de notre conscience est importantRéponse à quelques doutes touchant la Pénitence, par le R.-P. Jean-Joseph SurinMéditation sur la négligence à éviter les fautes légères, Méditation sur l'habitude des fautes légères, Méditation sur la passion dominante, De l'Oraison, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, Méditation sur les défauts de l'examen de conscience, De l'amour du Père Surin pour l'humilité, dans l'union avec Notre-Seigneur Jésus-Christ, Du vrai Religieux, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, De l'activité naturelle, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, De la conversation, par le R.-P. Jean-Joseph Surin, VIE CHRÉTIENNE : Repas, Récréations, Conversations et Visites, Méditation sur le mensonge, Méditation sur les mensonges officieux, Méditation sur les caractères de la colère de zèle, Méditation sur la colère, Méditation sur les discours immodestes, Méditation sur les discours impies, Méditation sur la Médisance, Méditation sur les péchés de la langue, Méditation sur la curiosité, Méditation sur les moyens d'éviter les jugements téméraires, Méditation sur le soin qu'un Chrétien doit avoir de la réputation du prochain, Doctrine et paroles remarquables du bienheureux Frère Égide, compagnon de Saint François d'Assise : Sur les bonnes et les mauvaises Paroles, et Le Purgatoire des paroles inconvenantes.