mercredi 13 décembre 2017

Méditation sur les dangers propres de chaque état


Fin du travail (Jules Breton)






1er point. S'il n'y a point d'état qui n'aie ses peines, il n'y en a point non plus qui n'aie ses dangers pour le salut. Mais si vous portez dans toutes les occupations propres de Votre état un esprit de Religion, vous ne trouverez dans tous ces dangers que de fréquentes occasions de remporter des victoires : vous triompherez de l'orgueil, en usant des honneurs avec modestie ; de la volupté, en usant des plaisirs, même permis, avec modération ; de la cupidité, en usant des richesses sans faste et sans attachement.


2e point.
Quelle idée l'Écriture nous donne de celui qui se sanctifie dans le monde malgré les dangers propres de son état ! Heureux l'homme, dit le sage, qui aura vu de près les charmes de l'or sans en être ébloui, et qui aura su posséder les richesses sans y mettre son espérance : quel est-il ? Il est digne de toutes nos louanges ; et sa vie quoique simple et commune en apparence, doit être regardée comme une suite continuelle de prodiges. Il a su se servir des dangers même de son état pour se rendre parfait dans sa Religion : Qui probatus est in illo et perfectus est. Il sera donc couronné d'une gloire immortelle, parce qu'il a été tenté de violer la Loi de Dieu, et il est demeuré fidèle ; il a pu faire le mal, et il ne l’a pas fait : Qui potuit transgredi, et non est transgressus, sacere mala, et non fecit.




Reportez-vous à Prière de Saint Pie X au glorieux Saint Joseph modèle des travailleurs, Méditation sur l'application aux devoirs de son état, Méditation sur la fidélité que la Religion nous inspire à l'égard des devoirs de notre état, Méditation sur le mérite attaché à la pratique des devoirs de son état, Méditation sur le motif qui doit nous conduire dans la pratique des devoirs de notre état, Méditation sur les vertus qu'on exerce en pratiquant les devoirs de son état, Méditation sur les prétendus avantages de la naissance, Méditation sur la dévotion des Grands, Méditation sur les obligations attachées aux Charges et aux Dignités du monde, Méditation sur la distinction du nécessaire et du superflu, Méditation sur la gloire du monde, Méditation sur la fausseté des jugements téméraires, Méditation sur les prétextes qu'on emploie pour justifier le jugement téméraire, Méditation sur les jugements téméraires, par le défaut d'équité, Méditation sur les jugements téméraires, par le défaut de connaissance, Méditation sur les jugements téméraires, par défaut d'autorité, Méditation sur les défauts qui rendent un jugement téméraire, Méditation sur les bornes que l'on doit mettre à la défiance et aux soupçons, Méditation sur les soupçons, Méditation sur la défiance, Méditation sur la défense de juger le prochain, Méditation sur les obstacles que le monde oppose à notre salut, Méditation sur la connaissance des vertus et des vices, Méditation sur l'Espérance Chrétienne, Méditation sur les caractères de la vraie et de la fausse pénitence, Méditation sur la vraie pénitence, Méditation sur le respect humain, Méditation sur le crime du respect humain, Méditation sur la piété extérieure, Méditation sur les moyens de guérir les illusions de la fausse conscience, Méditation sur les péchés d'ignorance, Méditation sur l'aveuglement de la Conscience, Méditation sur le repos de la conscience, Méditation sur la conscience, Méditation sur la passion dominante, Méditation sur les moyens de connaître les passions dominantes, Méditation sur l'amour de la vie, Méditation sur le détachement des biens de ce monde, Méditation sur le renoncement au monde, Méditation sur le péché de scandale, Méditation sur les affaires du monde comparées à celles du salut, Méditation sur l'affaire du salut, Méditation sur l'illusion des prétextes dont on s'autorise pour ne pas quitter l'occasion du péché, Méditation sur la fuite des occasions prochaines du péché, Méditation sur la recherche volontaire de l'occasion prochaine du péché, Méditation sur l’œil qui scandalise, et Méditation sur la distinction du péché mortel et du péché véniel.