vendredi 23 octobre 2020

Des deux Archanges saint Gabriel et saint Raphaël, et des sept Anges qui sont près du trône de Dieu



Catholiques qui combattez les esprits infernaux, soyez attentifs à cette lecture. Vous y trouverez des armes spirituelles puissantes.


I. Point. Adoration. Adorez Dieu envoyant ses Anges pour le ministère. Saint Michel est envoyé pour combattre (Apoc. 11, 7). S. Gabriel, pour fortifier et pour porter de consolantes nouvelles (Luc. I, 19). Saint Raphaël, pour guérir (Tob. 3, 25). Quant aux sept Anges qui sont devant le trône de Dieu, ils sont envoyés aussi dans leur temps ; mais ils sont plus ordinairement comme sept lampes toujours ardentes devant lui : ce sont les sept étoiles qu'il porte en sa main, comme autant de pierres précieuses, etc. Si ce sont les sept Anges si souvent nommés dans l'Apocalypse, il semble que c'est par leurs mains que toutes les bénédictions et les malédictions aient à passer. Admirez Dieu qui a bien fait toutes choses, et qui en ménageant nos intérêts, a eu soin de ménager ceux de sa gloire, de sa miséricorde et de sa justice. Remerciez-le en particulier de ce qu'il a envoyé saint Gabriel, pour nous consoler dans notre exil, pour nous ménager les fruits de l'Incarnation, et pour nous apprendre à honorer JÉSUS et MARIE ; de ce qu'il nous a destiné saint Raphaël pour Médecin des corps et des âmes ; et enfin de ce qu'il nous a proposé les sept Anges qui sont devant son trône, comme des modèles qui nous animent à marcher toujours en sa sainte présence.


II. Point.
Considérations.
Considérons dans le second point ce qui fait en particulier à la louange de ces Esprits célestes.

I. Pour avoir une haute idée de saint Gabriel, il suffit de considérer comment Dieu l'a distingué entre tous les autres Esprits bienheureux
; quoiqu'il soit appelé simplement du nom d'Ange dans les saintes Écritures, il n'est pas pour cela du dernier Ordre ; c'est un des premiers Archanges. Le message, ou plutôt l'ambassade dont il devait être honoré, fait assez sentir qu'un Ange des plus illustres et des plus nobles, ne l'était pas trop pour une si haute fonction : ce devait être un ami fidèle de l'Époux céleste ; un confident du plus important de tous les secrets. Il fallait qu'il fût médiateur entre Dieu et la sainte Vierge. Ce sont les pensées de S. Louis de Gonzague sur cet Archange, à quoi il ajoute qu'on peut croire pieusement que saint Gabriel était l'Ange Gardien qui fut donné à la sacrée Vierge, ce qui paraît d'autant mieux fondé, que comme les Princes ne confient ce qu'ils ont de plus cher qu'à des personnes qui leur sont très-attachées, on doit croire conséquemment que Marie qui était si tendrement aimée, aura été privilégiée pour l'Ange député à sa garde, et qu'on lui en aura donné un des premiers de la Cour céleste ; aussi le nom de Gabriel qui lui est donné, est un nom qui marque sa grandeur : selon quelques-uns, il veut dire, Homme-Dieu (Vir Deus, ou Dei. Ethym. nominum. Heb. in Bibliis.), et plus sûrement, selon d'autres, il veut dire, La force de Dieu (S. Greg.), parce qu'il a communiqué une force toute divine à l'homme par le bienfait de sa légation ; de sorte que l'homme est devenu tellement courageux, qu'il a entrepris pour Dieu, et par sa grâce, des choses qui étaient au-dessus des forces naturelles : ce saint Ange en effet, n'eut pas plutôt dit quelques paroles à Daniel, qu'il fut merveilleusement fortifié. Ne craignez point (Dan. 10, 19), lui dit l'Archange. La paix soit avec vous ; reprenez vos forces et soyez ferme. Et je lui dis : Parlez, mon Seigneur, parce que vous m'avez fortifié (Dan. 10, 19).
Saint Gabriel est encore la force de Dieu, parce que, comme dit le Grand Saint Grégoire, il venait annoncer celui, qui pour combattre les puissances de l'enfer, n'avait employé d'autres armes, que celles de paraître sous un extérieur vil et méprisable (Hom. 32 in Evang.). C'est être bien fort en effet, de dépouiller par la faiblesse même le Fort-armé, en lui enlevant ses dépouilles, de faire cesser sa tyrannie, de délivrer l'homme de l'esclavage du démon, pour le mettre en possession de son ancienne liberté (Ps. 92, I). Il fallait donc, continue ce même saint, que le Verge éternel fût annoncé par un Ange qui fût la force de Dieu (Dan. cap. 8). Saint Jérôme appelle saint Gabriel, le Fort de Dieu. Et saint Bernard reconnaît dans ce saint Ange une excellence toute particulière, qui lui a mérité le nom qu'il porte, et la fonction dont il a été chargé (Hom. I in Missus).

Réflexions et Affections. Ô quelle prérogative pour saint Gabriel, d'avoir été choisi de Dieu pour annoncer le salut au monde ! car ce saint Ange est comme l'étoile du matin, qui annonce le jour et le lever du soleil : il voit le Soleil de justice courir à pas de géant, descendre sur la terre, et se résoudre en une rosée dont elle est pleinement imbibée. Heureux Esprit, envoyé à Marie pour la fortifier, afin que timide, simple et craintive qu'elle était, elle ne fût point surprise de la nouveauté du prodige (S. Bern.) ! La sainte Vierge, lorsque l'ange la salua, fut, il est vrai, d'abord épouvantée ; mais sa crainte se dissipa bientôt, lorsqu'il l'assura qu'elle devait concevoir par l'opération du Saint-Esprit. Quelles obligations ne vous a donc pas toute la nature humaine, ô glorieux Archange de lui avoir apporté de si bonnes nouvelles du haut du Ciel ? Vous avez annoncé le salut à la terre ; et il vous a suivi d'un pas rapide. Vous apprenez au Prophète que les semaines mystérieuses sont abrégées, que l'iniquité est prête de finir, que la justice prendra sa place ; que le saint des Saints sera consacré par l'onction précieuse de la Divinité. Vous annoncez la naissance et les circonstances de la vie du Précurseur du Messie, et le Messie lui-même est promis par votre ministère à une Vierge choisie de toute éternité. Après avoir amené à Jésus ses premiers Adorateurs, vous avertissez saint Joseph des desseins de ses persécuteurs, et ensuite de leur mort. J'honore vos prérogatives, ô Ange de Dieu, j'admire vos lumières, j'adore les mystères que vous annoncez, et je me mets sous votre protection, pour obtenir, quelque portion de cette force céleste dont le seigneur vous a rempli ; je me dévoue au service de celle que vous avez si fort honorée et si bien servie, de celle, dis-je, à qui un Dieu n'a pas fait de difficulté de s'assujettir lui-même.
Ô mon âme, si vous aviez un peu de cette force, dont le saint Archange Gabriel devait être rempli pour annoncer le Dieu fort ! Ô si pour combattre les puissances de l'enfer, vous pouviez être revêtue de la force d'en-haut ! Mais hélas ! jusqu'ici on n'a vu dans votre conduite que faiblesse et qu'infirmité. Les moindres difficultés vous étonnent, quand il s'agit de vous surmonter vous-mêmes. Envoyez, Seigneur, du haut du Ciel l'Ange qui fortifie les faibles, celui-là même qui vous fut envoyé pour vous soutenir dans votre agonie, quoique vous n'en eussiez nul besoin (Luc. 22, 43). Sans ce secours, il n'y aura que faiblesse en moi et pusillanimité. Je n'aperçois déjà que trop en moi des vestiges de langueur et de chute prochaine. Si vos saints Anges ne daignent me porter dans leurs mains, je périrai bientôt.

II. Considérez en second lieu les prérogatives de l'Ange Raphaël, qu'on ne peut douter être un des principaux après saint Michel et saint Gabriel.
1. Il est un des sept qui sont toujours présents devant le trône du Seigneur, comme il le dit lui-même (Tob. 12, 15).
2. Pour ce qui est des choses temporelles, par rapport à ceux qui sont touchés des biens sensibles, c'est saint Raphaël qui préserve des accidents les plus fâcheux, qui tire des affaires les plus embarrassantes, qui guérit les maladies, qui rompt les maléfices, qui fait les bonnes alliances, qui conduit les voyageurs, qui éloigne le démon de l'impureté, qui le lie, et dissipe ses tentations, qui change les larmes des affligés en larmes de joie, en un mot qui remplit une maison de tout bien. Combien de fois a-t-il fait dans la nouvelle Loi, ce que nous lisons de ses bons offices dans l'ancienne ; mais ce qui doit, ce semble, nous attacher à lui par-dessus tout, c'est que comme saint Michel semble être l'adversaire du prince des orgueilleux, saint Gabriel celui du prince des paresseux, saint Raphaël est celui du prince des impudiques (Tob. 3, 8).
3. Si saint Raphaël est si vigilant à procurer aux hommes des biens temporels, il ne l'est pas moins à leur inspirer les sentiments de reconnaissance qui s'en doivent avoir à l'égard de Dieu. Il le fit, lorsqu'il fut sur le point de s'en retourner à celui qui l'avait envoyé, après avoir comblé de toute sorte de biens la famille de Tobie. Il est temps, dit-il, que je m'en retourne à celui qui m'a envoyé, c'est à vous de bénir le Seigneur, et de raconter les merveilles qu'il a faites en votre faveur (Tob. 2, 20). C'est aussi ce saint Ange qui nous aide à sortir de l'aveuglement que le sage dit que les créatures répandent dans notre esprit (Sap. 4, 12) ; qui dissipe le trouble qu'elles portent dans notre cœur ; (ibid.) qui nous porte à renoncer aux attaches qu'elles produisent en nous, et qui forment une espèce de chaîne qui nous rend esclaves de nous-mêmes ; en un mort, il remédie à ces maladies; à ces langueurs spirituelles, et à tant d'autres maux funestes et préjudiciables à nos âmes. Tout cela ne fut montré qu'en figure dans la maison et la famille de Tobie ; mais cela même nous est un gage de tout ce qu'il y a lieu d'espérer de la vigilance de saint Raphaël pour nous. Si nous avons soin de nous ménager sa protection, il nous guérira, en nous faisant apercevoir quelles amertumes sont répandues sur les plaisirs du monde, et nous connaîtrons par là, que c'est à juste titre qu'il porte un nom qui veut dire, Remède ou Médecine de Dieu (S. Greg.).

III. Les divines Écritures parlent assez souvent de sept Anges qui sont toujours en la présence de Dieu (Ap. I, 4). On ne peut guère douter que les trois dont les noms nous sont connus, ne soient de ce nombre ; mais quels qu'ils puissent être, ils exigent de nous des respects particuliers. On leur attribue de combattre les sept péchés capitaux, que les sept plus cruels démons s'efforcent de faire régner parmi les hommes. L'Écriture nous les représente comme debout devant Dieu, comme ses premiers et principaux Officiers (Apoc. 17) ; ailleurs, comme vêtus de fin lin, comme ceints à la poitrine de ceintures dorées, pour marque de leur pureté, et autre part, l'Écriture les appelle les sept yeux de Dieu, ouverts sur toute la terre (Zach. 3, 9). Saint Jean dans son Apocalypse, vit sept Anges tenant en main sept fioles pleines de la colère de Dieu, lesquels étaient prêts de les répandre sur la terre, comme autant de symboles de sa justice, qu'ils exerceront à la fin contre toutes les nations de la terre obstinées dans le péché (Apoc. 15, 7).

Réflexions. Les anciens Pères des déserts donnaient, comme un principe sûr de conduite à leurs Disciples, qu'ils devaient être persuadés, que Dieu les voyait à toute heure ; que leurs actions étaient partout l'objet de sa connaissances ; que les Anges les lui rapportaient chaque jour, et que par conséquent, puisque leurs œuvres étaient si précisément examinées le jour et la nuit, ils devaient prendre garde à toute heure d'être trouvés ou pécheurs, ou oisifs (c. 10. p. 196). Par où il est aisé de voir que, quoique Pèlerins sur la terre, nous sommes en quelque sorte comme les sept Anges, toujours en la présence de Dieu, devant le trône de la Majesté suprême ; que nous ne pouvons échapper d'un moment, aux yeux clairvoyants de ce Juge si sévère de nos actions, qui les pèsera un jour au poids du Sanctuaire : portons-donc toutes nos pensées à Dieu, ou à ce que Dieu veut de nous. Si nous n'avons pas le bonheur d'agir comme les saints Anges, sans cesser de voir la face de Dieu ; agissons du moins comme des enfants affectionnés à leur père, qui après avoir obéi à ses ordres, reviennent aussitôt se présenter devant lui, ou pour jouir de sa présence, ou pour en recevoir de nouveaux commandements.


III. Point.
Résolutions.
1. Honorez saint Gabriel, comme le favori de la sacrée Vierge, et comme le héraut du Verbe incarné, et saint Raphaël comme le fidèle conducteur des âmes dans le grand voyage de l'éternité. Invoquez le premier en disant chaque jour l'Angelus. Souvenez-vous que l'Écriture témoigne avec quelle vivacité il se porte à secourir ceux qui l'invoquent. Daniel était captif en Babylone, et il ne se fut pas plutôt mis en prière, qu'il vit voler à lui avec vitesse cet archange (Dan. 9). Invoquez aussi particulièrement saint Raphaël dans vos voyages, pour n'y rien faire qui puisse déplaire à Dieu, et pour être préservé de mille dangers.
2. Soyez, à l'imitation des deux Anges ; à vous, la force de Dieu dans vos propres tentations ; aux autres, comme un préservatif, au moins par vos bons exemples, contre les plaies intérieures et les blessures mortelles que le péché aurait pu faire à votre prochain.
3. Soyez en la présence de Dieu, au milieu même des troubles du monde ; conversez quelquefois avec les anges qui sont près de son trône ; et soyez aussi persuadé que s'il y a tant d'iniquité sur la terre, c'est qu'il n'y a personne qui rentre dans son cœur, et qui se nourrisse de cette importante réflexion, Dieu est présent partout.
4. Adressez cette prière d'un pieux Cardinal, aux Anges dont vous avez médité les vertus et les privilèges ; dites avec lui : Esprits saints, qui au nombre de sept assistez devant le Seigneur, purifiez, éclairez et perfectionnez-moi. Conduisez mes desseins et mes actions à la gloire de mon Dieu, et pour le salut de mon âme. Soyez à ma mort, Anges de Dieu, ma consolation, comme vous êtes pendant ma vie ma défense. Répandez dans mon esprit une lumière divine, qui, après avoir absorbé ce qui est en moi de ténébreux, m'enflamme aussi d'un amour tout divin. Venez à mon secours, Armées innombrables de la milice céleste, défendez-moi des embûches des esprits malins. Ô sublimes amateurs de la Divinité, embrasez-moi du feu que Jésus-Christ a apporté sur la terre. Sources de sagesse, instruisez-moi la science des Saints. Rendez-moi, Esprits très-purs, docile à la voix de mon Dieu, afin que je sache par pratique ses lois et ses préceptes ; et qu'après que vous aurez dissipé les ténèbres de mon entendement, je sois éclairé des rayons de la véritable lumière (Card. Bona. cap. 15).


CONCLUSION.
Des Méditations sur les Saints Anges. Avoir une haute idée des perfections sublimes dont il a plu à Dieu de douer les saints Anges, c'est le moindre tribut que la Religion puisse leur offrir. Avoir confiance en leur intercession, les invoquer assidument, réclamer souvent leur crédit auprès de dieu, ce n'est encore qu'une partie du culte qui leur est dû ; mais avoir un saint zèle pour imiter ces Esprits célestes dans leur amour, leur obéissance, leur pureté, vouloir en un mot vivre en Ange sur la terre, c'est un culte parfait, et l'essentiel de la vénération qui leur est due, et qu'ils attendent de ceux qui les honorent. Or sachez, vous qui faites gloire de leur être dévot, en quoi consiste cette vie spirituelle et vraiment angélique ; sachez, dis-je, qu'elle se commence par un saint recueillement, qu'elle se continue par une attention amoureuse au bon plaisir de Dieu, qu'elle se perfectionne par les fréquentes aspirations de cœur vers lui, qu'elle se soutient par la nourriture divine de la prière et de l'oraison, et qu'elle se consomme enfin dans l'exercice d'un amour aussi pur dans son motif, que fervent dans ses actes et ses pratiques. C'est le but de toute la dévotion aux saints Anges. C'est l'essentiel de l'honneur qu'ils méritent ; et jamais on ne les honorera dignement qu'en se rendant fidèle aux pratiques d'une vie si sanctifiante et si conforme à celle de ces bienheureux Esprits. En un mot, qu'en devenant comme eux, religieux envers Dieu, et charitable envers les autres par rapport à soi-même (S. Bern.).

(La dévotion aux Saints Anges, particulièrement aux Anges Gardiens, réduite en méditations)



Reportez-vous à Prière à Saint Gabriel Archange, Prière à Saint Raphaël ArchangeLitanie de Saint Raphaël Archange, Neuvaine à l'Archange Raphaël, Avoir une grande dévotion à saint Michel, à saint Gabriel, à saint Raphaël, et aux autres quatre Anges qui sont auprès du trône de Dieu, Méditation pour la Fête de Saint Raphaël Archange, Lecture du livre de Tobie (12, 7-15) : S'il est bon de tenir cachés les secrets des rois, c'est un honneur que de faire connaître et proclamer les œuvres de Dieu, Méditation pour le 3 Septembre, Saint Raphaël conduisant le jeune Tobie, Avertissements de l'Ange Gardien à son PupileManière d'honorer son Ange GardienManière dont les Anges Gardiens s'acquittent de leurs fonctions envers les hommes, Les Saints Anges, fidèles Gardiens des Temples, Les saints Anges Gardiens montrent le chemin du salut, Du culte et de la vénération qui est due à l'Archange Saint Michel, Méditation pour la Fête de Saint Michel et de tous les saints Anges, Neuvaine à Saint MichelDu combat des bons Anges contre les mauvaisMéditation pour la Fête des Saints Anges Gardiens, Litanie de Saint Michel Archange, Puissance de Saint Michel au jugement dernier, Secours de Saint Michel à l'heure de la mort, Chapelet à Saint Michel Archange, Apprenez de votre bon Ange la science du salut, De la Dévotion aux saints Anges et de l'esprit d'une Association en leur honneur, C'est en tout temps qu'on a invoqué dans l'Église les Anges et les Martyrs, De l'Excellence de la nature Angélique, La  grâce des hommes, quoique inférieure à celle des Anges, a des avantages qui la relèvent infiniment, De la principale occupation des Anges, qui est de louer Dieu, et de leur Nombre, Saint Raphaël, Modèle de l'Ange gardien préposé à la garde de chaque hommeConfiance de Saint Jean-François Régis en la protection de son Ange gardienDu grand Amour du Père Surin pour les Saints Anges, dans l'union avec notre Seigneur Jésus-Christ, VIE CHRÉTIENNE : Dévotion envers les saints Anges, saint Joseph et les autres Saints ; Voyage de piétéSermon du Saint Curé d'Ars pour la Fête des Saints Anges Gardiens : Les anges de ces petits enfants voient sans cesse la face de mon Père céleste, Méditation pour le 2 septembre, Sur les Saints Anges GardiensDes exercices de piété, par le R.-P. Jean-Joseph Surin : Quels exercices de piété prescrivez-vous à l'honneur des Anges ?Méditation pour le 1er septembre, Les Saints Anges Gardiens, Consécration à tous les Saints Anges, Prières à tous les Saints Anges, Oraison aux neuf Chœurs des saints Anges, Travailler à la conversion des âmes et à leur soulagement dans les flammes du Purgatoire, en l'honneur des saints Anges, Pratiquer quelque vertu, ou s'abstenir de quelque vice en l'honneur des Saints Anges, Avoir une grande confiance en la protection des saints Anges, et recourir à eux en tous ses besoins corporels et spirituels, Autres pratiques pour honorer plus spécialement les saints Anges, et célébrer les fêtes avec tous les respects possibles, Faire des neuvaines en l'honneur des neuf Chœurs des Anges, Chapelet du Saint Ange gardien, Converser intérieurement avec les saints Anges, Jésus crucifié est le Livre des Élus, La réalité des apparitions angéliques, Avoir une dévotion singulière aux Anges, Archanges et Principautés, Honorer principalement les Puissances, les Vertus et les Dominations, Avoir de profonds respects, et des amours extraordinaires pour les Trônes, les Chérubins et les Séraphins, La protection des saints Anges contre les démons, particulièrement au sujet de leurs différentes tentations, Litanies de l'Ange Gardien, Et Michel et ses anges combattaient contre le Dragon, La puissance des démons réglée par la sagesse divine, Discernement des esprits : ce qu'on entend par esprits, combien on en compte et comment ils se forment, Tous les hommes sont assistés des Saints Anges, Les Saints Anges nous assistent dans les choses temporelles, Les perfections admirables de ces sublimes intelligences, Les Saints Anges font tout ce qui peut se faire pour le bien des hommes, Litanie aux Saints Anges Gardiens, Discernement des esprits, Les Anges, princes et gouverneurs de la grande cité du bien, et Litanie de Saint Gabriel Archange.